Mobilité

« No parking, no business » en centre-ville : un mythe à déconstruire

theconversation.com - Par Mathieu Chassignet, Ingénieur transports et mobilité, Ademe (Agence de la transition écologique)

Publié le 12 mai 2024

En mars 2024, des associations de commerçants ont saisi le Conseil d’État pour s’insurger contre la future piétonnisation de la Presqu’Île de Lyon.

Les mesures de ce type se multiplient en France dans une volonté d’apaiser les centres-villes pour les rendre plus agréables et y réduire la pollution. Mais elles génèrent quasi systématiquement une levée de boucliers de la part des commerçants qui y sont implantés.

Déjà frappés par une concurrence croissante du commerce en ligne et des zones commerciales périphériques – qui se traduit par un taux de vacance commerciale (vitrines vides) qui a fortement augmenté dans les villes françaises – ils voient toute mesure de réduction de la place de la voiture (piétonnisation, stationnement…) comme une menace supplémentaire à la bonne marche de leurs affaires.

Pour répondre aux difficultés du commerce de centre-ville, deux écoles se font face :

• La première, souvent prônée par les commerçants, consiste à faciliter la circulation et le stationnement automobile en espérant drainer des clients éloignés.

• La seconde, au contraire, propose de travailler sur l’ambiance urbaine, en reprenant de l’espace à la voiture au bénéfice des piétons, en misant sur le fait que ces derniers auront davantage tendance à venir s’y promener et y consommer.
Sur ce sujet sensible où opinions et ressentis dominent, rares sont les études qui se sont penchées sur la mobilité des clients qui fréquentent les commerces de centre-ville pour objectiver le débat. Quelques-unes existent toutefois, menées à Rouen, à Lille ou encore à Nancy.

Lire la suite : https://theconversation.com/no-parking-no-business-en-centre-ville-un-mythe-a-deconstruire-224182

•••

Mobilités : les pratiques électriques émergentes

cerama.fr- Par

Publié le 17 mai 2024

Voiture électrique, vélo à assistance électrique, engins de déplacements personnels motorisés (EDPM) : ces nouveaux modes de transports connaissent un essor important ces dernières années. Que nous apprennent les récentes enquêtes EMC² sur leurs pratiques?

Connaitre les pratiques associées et mesurer le poids de ces nouveaux modes dans la mobilité quotidienne n’est pas simple, tant les signaux restent encore faibles au milieu des flux de déplacement massifs que sont la voiture thermique, les transports en commun ou la marche. 

Pour mieux connaitre ces "événements rares" au sens statistique, le Cerema a regroupé les récentes enquêtes de mobilité certifiées Cerema (EMC²) pour cumuler suffisamment d’observations. Cela permet de dresser des premiers enseignements concernant la pratique de ces modes et leurs usagers. Nous attirons l’attention du lecteur sur le fait que la population d’étude ainsi constituée n’assure pas rigoureusement une représentation de la population du territoire national (l’Ile-de-France notamment n’est pas du tout représentée, cf. encadré "Précautions d’usage") mais sa composition suffisamment variée permet tout de même de dégager des ordres de grandeur robustes présentés ici.

LA PLACE DE CES MODES ÉMERGENTS DANS LA MOBILITÉ

Lire la suite : https://www.cerema.fr/fr/actualites/mobilites-pratiques-electriques-emergentes

•••

Mobilité durable : le Gart lance son comité des parties prenantes

banquedesterritoires.fr - Par Anne Lenormand, Localtis

Publié le 17 mai 2024

Transport et mobilité décarbonée

S’inspirant des comités des partenaires mis en place par les autorités organisatrices de la mobilité (AOM) dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités, le Gart a organisé ce 15 mai à Paris la première édition de son comité des parties prenantes rassemblant une trentaine de structures impliquées dans les enjeux de mobilité durable. "Cette initiative découle d’une volonté d’associer, au côté des autorités organisatrices de la mobilité (AOM), les institutions publiques et privées dont l’action ou les décisions influent sur les politiques publiques de mobilité : organisations gouvernementales, syndicales et patronales, associations de collectivités territoriales, fédérations professionnelles, associations d’usagers…", a expliqué le Gart dans un communiqué.

"En sa qualité de représentant national des autorités organisatrices de la mobilité régionales et locales, notre association incarne l’intermodalité, comme le montre sa position centrale à la fois sur les services express régionaux métropolitains et sur l’expérimentation du titre unique de transport, a déclaré son président, Louis Nègre. Notre action témoigne d’une volonté absolue, celle d’aboutir à un rééquilibrage de l’effort collectif en faveur d’une mobilité plus durable. Pour y parvenir, il est nécessaire de rassembler et de connaître les attentes de chacun des acteurs engagés afin de mettre en œuvre une stratégie nationale efficace au service de la mobilité. Le comité des parties prenantes que nous installons aujourd’hui s’inscrit pleinement dans cette perspective."

https://www.cerema.fr/fr/actualites/mobilites-pratiques-electriques-emergentes

•••

Arnaque à Strasbourg : un faux compte Facebook se fait passer pour la CTS

acte.fr - Par Camille Bresler

Publié le 16 mai 2024Avril

Un compte Facebook se fait passer pour la CTS et propose une fausse carte. La compagnie a communiqué ce mardi via sa page officielle et invite ses utilisateurs à être vigilant.

La Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) a alerté, mardi 14 mai 2024, les internautes a être vigilant. En cause : une escroquerie opérée par une page Facebook qui se fait passer pour la CTS. 

« Ne vous faites pas avoir ! », prévient la CTS. 

L’arnaque propose de voyager gratuitement pendant six mois

Avec 36 followers et 36 « j’aime », la page Facebook en question œuvre sous le nom de « Carte des transports publics de Strasbourg ».

La page promet offrir une carte Badgéo pour voyager gratuitement pendant six mois. Une campagne pour « soutenir le public après l’augmentation des tarifs. Les demandes seront acceptées jusqu’à la fin du mois », pouvait-on lire sur la publication frauduleuse. Depuis, elle a été supprimée de la page. 

La carte promet pour 2,35 € de « bénéficier d’un accès illimité aux transports publics dans la ville et au-delà, tout au long de l’année. » 

Une escroquerie sur internet rondement menée

Lire la suite : https://actu.fr/grand-est/strasbourg_67482/arnaque-a-strasbourg-un-faux-compte-facebook-se-fait-passer-pour-la-cts_61067873.html

•••

Découvrez en photo les tracés envisagés d'une possible future ligne de métro dans Bordeaux Métropole

francebleu.fr - De Kevin Blondelle - Par France Bleu Gironde

Publié le mardi 14 mai 2024

La Métropole de Bordeaux dévoile les premiers tracés possibles d'une hypothétique future ligne de métro de Bordeaux. C'est la première étape d'une étude qui doit s'étendre jusqu'à la fin de l'année avant de décider de l'avenir définitif du projet.

Verra-t-on un métro à Bordeaux et sa métropole un jour ? Il est encore trop tôt pour le dire, l'étude lancée sur le sujet doit se poursuivre sur toute l'année 2024. En revanche, la première phase de cette étude a permis d'établir cinq corridors, c'est-à-dire cinq ébauches de tracés assez larges pour être adaptées en fonction de la faisabilité. Deux d'entre eux devraient être retenus pour être étudiés durant la deuxième phase de l'étude.

Plusieurs figures imposées pour imaginer le parcours

Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/transports/decouvrez-en-photo-les-traces-envisages-d-une-possible-future-ligne-de-metro-dans-bordeaux-metropole-7066583

•••

Vitalis - Arnaque à l'identité via Facebook

le7.info - Par Claire Brugler

Publié le 13 mai 2024

La société Vitalis, en charge des transports urbains sur Poitiers et Grand Poitiers, met en garde ses usagers sur une publicité mensongère visible sur Facebook, laquelle promet une carte Vpass gratuite pendant six mois. "Publiée sur une page dénommée « Carte des transports publics à Poitiers », cette annonce est une arnaque destinée à recueillir des données personnelles, et notamment bancaires. Elle est assortie de commentaires rassurants émanant de faux comptes", précise Vitalis, victime comme Reims ou Clermont-Ferrand d'une usurpation d'identité. Elle appelle donc à la vigilance.

Lire la suite : https://www.le7.info/article/23562-vitalis-arnaque-a-lidentite-via-facebook

•••

Arnaque aux billets gratuits pour le tram et les bus à Caen : un appel à la prudence lancé

actu.fr - Par Rédaction Caen

Publié le 13 mai 2024

En ce début mai 2024, Twisto qui opère sur le réseau de transports en commun de l'agglomération de Caen (Calvados), dénonce une page Facebook offrant des titres de transports.

Tout semble partir d’une page non officielle lancée sur le réseau social Facebook. En ce début du mois de mai 2024, Twisto dénonce une page intitulée « Carte des transports publics à Caen ». La direction du réseau de transport en commun de Caen la mer déplore une arnaque. Elle en explique le mode opératoire.

Une petite somme en échange de la carte

Selon Twisto, ce compte frauduleux prétend pouvoir accorder des titres de transport permettant de circuler librement sur le réseau, gratuitement. « Il s’agit d’une arnaque, soyez vigilants ! », prévient la direction qui invite les utilisateurs sur Facebook à « signaler la page et la publication ».

Elle explique, par ailleurs, qu’en échange de la carte, la personne contactée doit régler une petite somme. « Mais ils n’enverront jamais de carte. »

Lire la suite : https://actu.fr/normandie/caen_14118/arnaque-aux-billets-gratuits-pour-le-tram-et-les-bus-a-caen-un-appel-a-la-prudence-lance_61058545.html

•••

Hydrogène liquide et mobilité : lancement du programme de recherche Hygen, doté de 7,5 millions d'euros

environnement-magazine.fr - Par la Rédaction

Publié le 15 mai 2024

L’objectif du programme de recherche est d’encourager le développement d’une filière d’hydrogène liquide en France pour décarboner les transports.

Le programme Hygen, lancé le 14 mai, est porté par Fives, groupe d’ingénierie industrielle, spécialiste de la cryogénie et chef de file du consortium, le CEA et l’Ecole des Mines de Saint-Etienne. Il a pour objectif de développer les équipements nécessaires à l’utilisation de l’hydrogène liquide en faveur de la mobilité décarbonée. 

Le programme a quatre grandes ambitions : lever les verrous technologiques pour mettre à l’échelle les équipements de liquéfaction et multiplier par 10 les capacités existantes, renforcer la fiabilité des équipements, contribuer à l’amélioration de la compétitivité de la France et à la création d’une filière forte autour de l’hydrogène liquide, et enfin, répondre à la demande croissante en hydrogène pour la mobilité verte à l’échelle mondiale.

Un projet implanté dans les Vosges

Hygen a été financé par le gouvernement dans le cadre de France 2030 à hauteur de 3,4 millions d’euros. Pour répondre aux objectifs du programme de recherche, Fives envisage de recruter 85 personnes dans les Vosges, à Golbey (Grand-Est), où l’entreprise est implantée et emploie déjà 370 personnes. 

Lire la suite : https://www.environnement-magazine.fr/energie/article/2024/05/14/148847/hydrogene-liquide-mobilite-lancement-programme-recherche-hygen-dote-millions-euros 

7e sommet Choose France

Sommet Choose France 2024 : une édition record avec plus de 15 milliards d'euros d'investissements

francebleu.fr - Par Blandine Costentin, fanceinfo, France bleu

Publié le 12 mai 2024

Le 7e sommet Choose France se déroule ce lundi à Versailles avec la participation d'environ 180 chefs d’entreprises étrangers. L'Élysée a annoncé un nombre "record" de 56 projets, avec plus de 15 milliards d'euros d'investissements.

Le 7e sommet Choose France est organisé ce lundi au château de Versailles : cette réunion de grands patrons du monde entier est destinée à promouvoir les investissements étrangers sur notre territoire. L’Élysée a annoncé un nombre de 56 projets et "plus de 15 milliards d'euros d'investissements", un "record". Des investissements qui s'étalent généralement sur plusieurs années, notamment dans l’intelligence artificielle et les nouvelles technologies. Environ 180 chefs d'entreprise y participent.

Amazon va investir "plus de 1,2 milliard d'euros"

Le géant américain du e-commerce Amazon va investir "plus de 1,2 milliard d'euros en France" à la fois dans les centres de données de son activité de "cloud", notamment pour l'intelligence artificielle (IA) générative, et dans ses entrepôts logistiques, avec la création de "plus de 3.000 emplois", a assuré dimanche l'Élysée.

Microsoft a de son côté annoncé investir 4 milliards d'euros dans le développement de data centers en France pour renforcer son infrastructure dans l'intelligence artificielle (IA) et le cloud. "Il s'agit de l'investissement le plus important que nous ayons jamais réalisé" en France, a précisé son président Brad Smith. Un nouveau centre de données de Microsoft doit être implanté dans l'est de la France, près de Mulhouse, tandis que les sites existants, en région parisienne et près de Marseille, seront étendus.

Une usine d'engrais bas-carbone

Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/sommet-choose-france-2024-des-investissements-annonces-dans-l-intelligence-artificielle-et-les-nouvelles-technologies-5720671 

Investissement

Microsoft investit 4 milliards d’euros en France

datanews.levif.be Par Rédaction Data News

Source: Belga

Publié le 13 mai 2024

Microsoft va investir 4 milliards d’euros dans le développement de data centers en France pour renforcer son infrastructure dans l’intelligence artificielle (IA) et le cloud, a annoncé le géant américain de l’informatique avant le sommet Choose France lundi.

“Il s’agit de l’investissement le plus important que nous ayons jamais réalisé” en France, a précisé son président Brad Smith dans un entretien à l’AFP, et l’un des plus importants à l’étranger pour l’entreprise américaine dans l’IA ces derniers mois, domaine dans lequel elle investit massivement.

Un nouveau centre de données de Microsoft doit être implanté dans l’est de la France, près de Mulhouse, tandis que les sites existants, en région parisienne et près de Marseille, seront étendus. Ces bâtiments spécialisés renferment les serveurs informatiques indispensables au bon fonctionnement des technologies du cloud et de l’IA, très gourmandes en énergie. Ils seront dotés de processeurs de dernière génération avec une capacité allant jusqu’à 25.000 GPU, afin d’alimenter les services de cloud et d’intelligence artificielle de l’Hexagone. Le géant américain s’engage également à fonctionner à 100% en énergies renouvelables, y compris dans ses data centers, d’ici 2025.

Formation à l’IA

Lire la suite : https://datanews.levif.be/actualite/business-it/cloud-datacenters/microsoft-investit-4-milliards-deuros-en-france/?cel_hash=4497b9a6108ebf4d986c5210fa75caf86023e9a6&chts=1715607312&utm_source=Newsletter-20240513&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBDATANFR

Détection

Déclaration obligatoire, détection par algorithme, surveillance électronique : contre les ingérences étrangères, le Sénat sort l’artillerie lourde

publicsenat.fr - Par Rose Amélie Recel

Publié le 17 mai 2024

À l'heure où l'Azerbaïdjan est accusé par le gouvernement d'influencer les indépendantistes en Nouvelle-Calédonie, le Sénat s'apprête à examiner une proposition de loi sur les ingérences étrangères. Le texte permettrait de renforcer le cadre juridique pour surveiller les représentants d’intérêts étrangers en France et mieux sanctionner les ingérences.

Situation en Nouvelle-CalédonieJeux olympiquesélections européennes… La liste des évènements potentiellement visés par des ingérences étrangères s’alourdit de jour en jour. Dans ce contexte, le Parlement examine une proposition de loi visant à renforcer l’arsenal juridique et répressif de l’État, pour prévenir ces opérations. Le texte, voté à l’Assemblée nationale le 27 mars, sera présenté au Sénat le 22 mai prochain.

Les dispositions de la proposition de loi s’inspirent largement du rapport annuel de la délégation au renseignement, publié en novembre dernier, qui dénonçait « une forme de naïveté et de déni » de l’État face aux offensives étrangères. Des menaces qualifiées d’« hybrides », qui s’illustrent notamment par des campagnes de manipulation de l’information à grande échelle.

Obliger les acteurs de l’influence étrangère à se déclarer

Lire la suite : https://www.publicsenat.fr/actualites/parlementaire/declaration-obligatoire-detection-par-algorithme-surveillance-electronique-contre-les-ingerences-etrangeres-le-senat-sort-lartillerie-lourde

Intelligence artificielle

OpenAI crée son propre moteur de recherche web ! La fin de l’ère Google ?

lebigdata.fr - Par Oliva R.

Publié le 12 mai 2024

OpenAI s'apprêterait à présenter, le 13 mai prochain, un moteur de recherche propulsé par l'IA générative. Une annonce ô combien stratégique puisqu'elle interviendrait la veille de la conférence Google I/O 2024.

Les hostilités se multiplient sur le champ de bataille de l'intelligence artificielle. OpenAI, la start-up à l'origine du désormais célèbre ChatGPT, a lancé un défi de taille à Google. Le 13 mai, OpenAI devrait dévoiler un moteur de recherche révolutionnaire basé sur l'IA générative.

Un bras de fer stratégique

Ce coup d'éclat n'est que le dernier épisode d'une guerre des IA qui fait rage depuis l'année dernière. En novembre 2022, OpenAI créait la surprise en lançant ChatGPT, un assistant conversationnel d'une redoutable efficacité. Quelques mois plus tard, Google ripostait avec Bard, une IA générative aux performances alors jugées décevantes.

Depuis, les deux mastodontes n'ont eu de cesse d'intégrer leurs technologies d'IA dans leurs produits phares, des moteurs de recherche aux suites bureautiques, en passant par les navigateurs web.

Un marché de plus 1 000 milliards en jeu

Cette offensive tous azimuts n'a rien d'étonnant. Les analystes évaluent le marché de l'IA générative à plus de 1 300 milliards de dollars d'ici 2032. Une jeune pousse comme Perplexity AI, qui vise à concurrencer Google sur le terrain des moteurs de recherche, est déjà valorisée à 1 milliard, signe que le potentiel disruptif de l'IA générative est immense.

Lire la suite : https://www.lebigdata.fr/openai-cree-son-propre-moteur-de-recherche-web-la-fin-de-lere-google

•••

Intelligence artificielle, innovations, investissements… Comment réveiller la croissance française ?

radiofrance.fr - Podcast avec Philippe Agion, Economiste, Professeur au Collège de France.

Publié le lundi 13 mai 2024

Ce matin, il est question d’IA et de croissance économique française. Bonne nouvelle : le premier est favorable au deuxième, sans trop menacer les emplois. Voilà l'une des conclusions de la commission de l’intelligence artificielle, dont nous recevons le président, Philippe Aghion.

Les Matins reçoivent Philippe Aghion, économiste, professeur au Collège de France et à l'INSEAD, co-président de la commission de l’intelligence artificielle et auteur, avec Anne Bouverot, de IA, notre ambition pour la France (Odile Jacob, mai 2024).

La France et la désindustrialisation

Le sommet de Choose France tenu par le président Macron sur les investissements étranger vers l’hexagone occupe la une des journaux à l'heure où plusieurs pays proposent d'investir en tout 15 milliards d'euros. Pour l’économiste Philippe Aghion, “il y a eu un certain nombre de réformes depuis 2017 qui ont contribué à rendre la France plus attractive en matière d'investissement. L'idée est de mettre toute la gomme sur l'économie et d'inverser le mouvement de désindustrialisation. Pour cela, il faut prendre une série de mesures, à la fois horizontales, c'est-à-dire sur la fiscalité, le marché du travail, et puis des mesures plus verticales, consistant à investir dans certains domaines, en particulier l'IA et l'innovation verte. Choose France est une manifestation de plus prouvant que la France redevient un pays attractif pour les investissements étrangers”. Selon l'économiste, il faut “inverser la vapeur” en proposant une véritable politique industrielle si la France et l’Europe désirent faire face à la Chine et aux États-Unis.

Lire la suite : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/france-culture-va-plus-loin-l-invite-e-des-matins/intelligence-artificielle-innovations-investissements-comment-reveiller-la-croissance-francaise-8282326

•••

Intelligence artificielle : pourquoi Microsoft investit 4 milliards d’euros en France

la-croix.com - Par Mélinée Le Priol

Publié le 13 mai 2024

Analyse. À la veille du sommet Choose France qui s’est ouvert lundi 13 mai, le géant américain a annoncé 4 milliards d’euros d’investissements dans des data centers sur le sol français. Ce choix s’explique notamment par la possibilité pour Microsoft de verdir son image en recourant à une électricité décarbonée.

« Vive Microsoft, vive la République et vive la France ! » Ainsi Emmanuel Macron a-t-il conclu, sous des applaudissements nourris, son allocution au siège de Microsoft France, lundi 13 mai. Le PDG de la multinationale, Brad Smith, était aussi présent pour cette visite présidentielle à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Elle avait lieu dans le cadre du 7e sommet Choose France.

Complices sur l’estrade, les deux hommes célébraient un investissement record du géant américain dans l’Hexagone, rendu public la veille au soir : 4 milliards d’euros dans des « data centers » (centres de données) sur le sol français. « On rentre dans un monde totalement différent où la compétition va être féroce, et cette compétition, elle ne se gagne que si on a des partenaires de confiance. Vous faites partie de ces derniers », a lancé Emmanuel Macron au PDG de Microsoft.

Ce monde « totalement différent », c’est celui de la numérisation galopante et de l’intelligence artificielle (IA) : une « révolution » que la France entend ne pas manquer. Or qui dit IA dit stockage massif de données, puisqu’un modèle algorithmique ne peut fonctionner qu’après avoir été entraîné sur des données informatiques en très grand nombre. Ce stockage s’effectue dans des serveurs entreposés dans des armoires vitrées, elles-mêmes installées dans d’immenses hangars où résonne un bourdonnement aussi sonore qu’incessant : les data centers.

L’argument premier, une énergie décarbonée

Lire la suite : https://www.la-croix.com/france/intelligence-artificielle-pourquoi-microsoft-investit-4-milliards-d-euros-en-france-20240513 

Blockchain

Ghana : vers une révolution gouvernementale avec la blockchain

Par : Samira Njoya

Date de création : mardi, 14 mai 2024 13:32

L'adoption de la blockchain continue de progresser rapidement dans le monde. De nombreux gouvernements commencent à explorer ces technologies qui pourraient améliorer la transparence et l'efficacité des processus gouvernementaux.

Le Ghana se prépare à devenir le premier gouvernement alimenté par la blockchain en Afrique. Le vice-président Mahamudu Bawumia (photo) a partagé cette vision lors de la 14e conférence régionale et de la réunion générale annuelle des chefs des agences de lutte contre la corruption en Afrique du Commonwealth, qui s'est tenue à Accra du lundi 6 au samedi 11 mai.

« Nous allons adopter une technologie de blockchain pour permettre aux pouvoirs publics de veiller à ce que toutes les données et transactions dans l’espace public soient transparentes et inviolables, personne ne peut les changer, et la nôtre pourrait donc devenir le premier gouvernement basé sur la blockchain en Afrique », a déclaré Mahamudu Bawumia.

L'initiative s'inscrit dans le cadre de la Stratégie de numérisation en cours de mise en œuvre depuis 2017 au Ghana. Cette stratégie a permis au gouvernement de collecter 201 milliards GH₵ (14,2 milliards de dollars) depuis 2023 grâce à la numérisation des services publics via la plateforme Ghana.gov. De plus, la nouvelle carte d’identité numérique a permis au gouvernement de détecter 404 707 noms fictifs sur les états de paie du Système de services nationaux et 29 000 retraités fantômes.

En adoptant la blockchain, le Ghana vise à sécuriser de manière infaillible les données gouvernementales. Selon Mahamudu Bawumia, cette technologie sera un rempart contre la corruption en surveillant chaque modification apportée aux données numériques.

Lire la suite : https://www.wearetech.africa/fr/fils/actualites/tech/ghana-vers-une-revolution-gouvernementale-avec-la-blockchain 

Paiement électronique

Les sociétés de paiement américaines (Visa, Mastercard et cie) ont perdu 127 milliards d’euros en quelques jours

netpublic.fr - Par l’équipe Netpublic

Publié le 16 mai 2024

Les sociétés de paiement américaines (dont Visa, Mastercard et Paypal) ont perdu un total de 127 milliards de dollars en bourse les jours où les banquiers centraux ont parlé d’une possible introduction de l’euro numérique. Dans le même temps, les sociétés européennes (dont Adyen, Worldline et Nexi) ont vu leur valeur augmenter de 23 milliards. L’effet sur les banques a été négligeable. Telle a été la réaction des marchés à plus de 150 interventions des banquiers centraux entre 2016 et 2022, selon un document rédigé par quatre économistes (Tobias Berg, Jan Keil, Felix Martini et Manju Puri).

L’analyse de l’euro numérique

« Lorsque les discours des banques centrales sur l’euro numérique ont un biais positif, un indice pondéré par la valeur des sociétés de paiement européennes augmente de 56 points de base le jour du discours. Dans le même temps, un indice équivalent des sociétés de paiement américaines baisse de 19 points de base », indique l’analyse.

Les économistes ont ainsi identifié une « dimension géopolitique » de l’euro numérique : « Les systèmes de paiement sont une infrastructure critique et la CBDC (Central Bank Digital Currency, ndlr) peut promouvoir le contrôle local des systèmes de paiement, réduisant ainsi la dépendance à l’égard des opérateurs étrangers », souligne le document. « L’argument de l’autonomie est particulièrement pertinent dans le contexte de l’euro numérique, car les entreprises américaines telles que Visa, MasterCard et PayPal jouent actuellement un rôle important dans le paysage des paiements européens ».

Lire la suite : https://www.netpublic.fr/blog/societes-de-paiement-americaines-visa-mastercard-et-cie-ont-perdu-127-milliards-deuros-en-quelques-jours/

•••

Visa réinvente la carte et dévoile de nouveaux produits pour l’ère numérique

newsday.fr - Par Angela

Publié le 16 mai 2024

• Visa invite les leaders de l’industrie à son forum annuel sur les solutions de paiement pour préparer l’avenir du commerce

• L’identité numérique et l’IA générative (Gen AI) occupent le devant de la scène au Moscone Center de San Francisco

• De nouvelles innovations comblent l’écart entre l’expérience de commerce en personne et en ligne

SAN FRANCISCO, (GLOBE NEWSWIRE) — En cinq ans, nous avons vu plus de façons de transférer ou de recevoir de l’argent qu’au cours des 50 années précédentes. Les consommateurs ont rapidement adopté ces nouveaux moyens de paiement, qu’il s’agisse du commerce en ligne crypté et sécurisé ou du fameux paiement sans contact (Tap to pay). Aujourd’hui, lors du rassemblement annuel Forum sur les paiements par carte San Francisco, Visa (NYSE : V) a dévoilé de nouveaux produits et services qui redéfinissent le terme « carte » pour répondre aux besoins changeants des entreprises, des commerçants, des consommateurs et de leurs institutions financières.

C’est un tournant pour l’industrie. Les nouvelles technologies comme l’IA générative accélèrent la transformation de nos habitudes de dépenses et de gestion financière, a déclaré Jack Forestell, directeur des produits et de la stratégie chez Visa. Nous annonçons la prochaine génération de cartes de paiement natives entièrement numériques. Les nouvelles fonctionnalités des cartes et les innovations numériques que nous avons dévoilées aujourd’hui propulseront les consommateurs vers un avenir plus personnalisé, plus pratique et plus sûr.

Lire la suite : https://news.dayfr.com/entreprise/3807966.html

Viva Technology

numérique.gouv.fr - Communiqué

Publié le 17 mai 2024

VivaTechnology 2024 : à J-7 du lancement de l’édition 2024, l’État français dévoile son programme : 14 administrations présentes, 200 agents publics mobilisés, 70 pitchs, plus de 4 000 offres à pourvoir, 1 zone de speed jobbing sans rdv.

Pour faire connaître ses grands chantiers et innovations numériques, présenter ses offres, et attirer et recruter des professionnels de la tech, l’État français sera massivement présent à VivaTech à travers un stand unique animé par 14 administrations engagées dans sa transformation numérique, du 22 au 25 mai 2024 à Paris. L’ambition est d’offrir aux professionnels de la tech et au grand public un programme attrayant afin de moderniser son image et d’embaucher des professionnels aux compétences et aux parcours variés, souhaitant placer leurs expertises au service de l’intérêt général. Le rendez-vous est fixé au stand n°J59 pendant les 4 jours.

Communiqué de presse | 16 mai 2024

L’État français massivement présent

Lire la suite : https://www.numerique.gouv.fr/espace-presse/vivatech-programme/  

Cybersécurité

Cybersécurité à l'ère de l'IA : comment les DSI peuvent-ils renforcer leur résilience ?

journaldunet.com - Chronique d’Esprit Luc - Delle Technologie

Publié le 15 mai 2024

L'IA révolutionne la cybersécurité, offrant des défenses avancées, mais aussi des outils puissants aux cybercriminels. Zero Trust et automatisation vont aider les entreprises à contrer ces menaces.

L’utilisation de l’Intelligence artificielle générative révolutionne de nombreux secteurs et dans le domaine de la cybersécurité, c’est une arme à double tranchant. Bien qu’elle puisse s’avérer très efficace pour protéger les environnements informatiques, elle présente également des défis pour les entreprises : les cybercriminels peuvent s’en servir pour créer et exploiter de nouveaux vecteurs d’attaque. À mesure que l’IA générative continue d’évoluer et de se développer, son impact sur la cybersécurité et la cybercriminalité progresse lui aussi.

Les responsables informatiques sont bien conscients de cette dichotomie : selon le rapport Global Data Protection Index (GDPI) paru en décembre 2023, 52 % des répondants affirment que l’Intelligence artificielle générative est bénéfique dans leur travail quotidien en matière de cybersécurité, et 27 % estiment qu’elle profite d’abord aux cybercriminels.

Il est clair que l’IA générative remodélise l’environnement des cybermenaces et influence les exigences en matière de protection des données. Face à cette réalité, les fournisseurs de logiciels de cybersécurité s’efforcent de tirer pleinement parti de l’IA générative pour assurer la pérennité de leurs solutions. Le marché mondial de l’intelligence artificielle dans le domaine de la cybersécurité devrait atteindre 60,6 milliards de dollars d’ici 2028, soit environ 57 milliards d’euros. Afin de prévenir des cyberattaques alimentées par l’IA générative, il est crucial que les DSI et les RSSI puissent rapidement intégrer cette dernière technologie à leur arsenal de cybersécurité.

Face à de tels enjeux, comment les DSI peuvent utiliser l’IA générative pour renforcer leur stratégie de cybersécurité ? 

Comprendre les attaques renforcées par l’IA générative et éliminer la confiance implicite

Lire la suite : https://www.journaldunet.com/cybersecurite/1530343-cybersecurite-a-l-ere-de-l-ia-comment-les-dsi-peuvent-ils-renforcer-leur-resilience/

•••

Les camps de « cyberesclaves » contraints violemment à commettre des arnaques sur internet

bbc.com - Author, Suneth Perera et Issariya Praithongyaem

Role, BBC World Service

Publié le 15 mai 2024

Avertissement : Cette histoire contient des détails sur la violence, y compris la violence sexuelle, que certains lecteurs pourraient trouver dérangeants. Le nom de l'un des participants – Ravi – a été modifié pour protéger son identité.

"Ils m'ont enlevé mes vêtements, m'ont fait asseoir sur une chaise et m'ont administré des décharges électriques dans la jambe. J'ai cru que c'était la fin de ma vie."

Ravi s'était rendu en Thaïlande pour travailler dans l'informatique, mais au lieu d'un immeuble de bureaux de grande hauteur à Bangkok, le Sri Lankais de 24 ans s'est retrouvé coincé dans un complexe sombre au Myanmar.

Il avait été kidnappé et vendu de l'autre côté de la rivière, près de la ville frontalière thaïlandaise de Mae Sot. Il a été une autre victime de la traite des êtres humains.

Là, dit-il, il a été vendu à l’un des nombreux camps gérés par des gangs criminels de langue chinoise engagés dans des escroqueries en ligne. Ils obligent les personnes victimes de trafic comme Ravi à travailler de longues heures dans ces escroqueries, en utilisant de fausses identités en ligne pour se faire passer pour des femmes et tromper les hommes seuls aux États-Unis et en Europe.

Lire la suite : https://www.bbc.com/afrique/articles/c3gl8dv8e9no

•••

Intelligence artificielle en cybersécurité : avancées et enjeux

Par Quentin Beauregard

Publié le 12 mai 2024

Loin de se limiter à un simple concept de science-fiction, l'intelligence artificielle (IA) est aujourd'hui une réalité omniprésente dans notre quotidien. Son incroyable potentiel offre des perspectives inédites dans différents domaines, dont celui de la cybersécurité. Cependant, comme toute technologie puissante, elle présente à la fois des opportunités et des défis majeurs pour les professionnels de la sécurité informatique. Cet article propose une analyse détaillée du rôle de l'IA en cybersécurité : ses avancées, ses enjeux et les perspectives qu'elle ouvre pour le futur.

L'intelligence artificielle au cœur de la stratégie de cybersécurité

Comment l'IA renforce-t-elle les systèmes de sécurité ?

L'intelligence artificielle, par sa capacité à analyser rapidement d'énormes volumes de données, est un allié précieux dans la détection et la prévention des cyberattaques. Elle permet notamment :

  • La détection précoce des menaces grâce à l'apprentissage automatique qui identifie les comportements anormaux;
  • La réponse automatique aux incidents via des systèmes autonomes;
  • L'amélioration continue des mécanismes de défense grâce à l'apprentissage profond.

Des exemples concrets d'utilisation de l'IA en cybersécurité

Chez IBM, par exemple, le système Watson est utilisé pour analyser des millions de rapports de sécurité en un temps record, permettant ainsi d'identifier les menaces potentielles. De même, la société Darktrace propose une « IA auto-apprenante » capable d'anticiper et de contrer les attaques avant qu'elles ne se produisent.

Sans transition, si l'IA offre des outils précieux pour renforcer notre cybersécurité, elle pose également de nouveaux défis.

Lire la suite : https://www.secret-defense.org/cybersecurite/intelligence-artificielle-en-cybersecurite-avancees-et-enjeux/

•••

Europol victime d'une violation de données

lemondeinformatique.com - Par Jacques Cheminat

Publié le 13 Mai 2024

Un cyberpirate a revendiqué une intrusion dans plusieurs service d'Europol. L'agence européenne de lutte conte les criminalités a ouvert une enquête et tente de rassurer sur la portée de cette violation de données.

Souvent cité dans les coalitions pour démanteler des réseaux de botnets ou de ransomwares, Europol est cette fois-ci dans l’œil d’un cybercriminel. Un dénommé Intelbroker a déclaré avoir eu accès à des données classifiées et réservées à un usage professionnel comprenant du code source, des informations sur les collaborateurs de l’agence et des documents de reconnaissance. Le pirate a fourni un échantillon pour prouver ses allégations montrant des informations sur un des portails de l’agence nommé EPE (Europol Platform for Experts ).

Interrogé par nos confrères de The Register, Europol a confirmé que ce portail avait fait l’objet d’une intrusion. « Europol est au courant de l'incident et évalue la situation. Des mesures initiales ont déjà été prises. L'incident concerne un groupe fermé d'utilisateurs de plateforme pour les experts ». Ce site est à destination des autorités judiciaires de chaque pays membre d’Europol pour « partager leurs connaissances, leurs meilleures pratiques et des données non personnelles sur la criminalité ».

Une bataille de communication sur l’étendue de l’intrusion

Lire la suite : https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-europol-victime-d-une-violation-de-donnees-93709.html

•••

Microsoft dévoile son programme d’amélioration de sa cybersécurité interne

incuber.org - Par Secops

Publié le 13 mai 2024

Le géant du net a récemment subi des piratages aux conséquences stratégiques graves, provoquant de vives critiques des autorités américaines.

Microsoft a rendu public, le 3 mai 2024, les grands axes de son plan d’amélioration de ses pratiques de cybersécurité, baptisé « Secure Future Initiative » (SFI), lancé en interne en novembre 2023. La firme a récemment fait face à plusieurs piratages d’ampleur, aux conséquences stratégiques graves. À l’été 2023, une campagne d’espionnage contre sa messagerie Exchange a ainsi compromis les boîtes e-mails de hauts responsables américains.

En avril 2024, le Cyber Safety Review Board (CSRB), un comité gouvernemental rattaché au département de la Sécurité intérieure des États-Unis, a publié un rapport sur cet incident. Le CSRB y affirme que l’attaque était « évitable », et le fruit d’une « culture d’entreprise inadéquate » en terme de cybersécurité.

Pour y remédier, le SFI s’appuie sur trois « principes » et six « piliers ». Les trois principes sont :

- une cybersécurité pensée dès la conception pour tout produit ou service

- une application par défaut des protections de sécurité, dans tous les cas

- une amélioration continuelle des contrôles et de la surveillance de la sécurité

Pour respecter ces principes, la firme entend notamment :

- sécuriser « à 100 % » ses identités et ses accès

- protéger le code source des produits Microsoft contre toute intrusion

- renforcer sa protection des réseaux

- mieux repérer les failles dans son infrastructure et ses services de production

- faciliter l’identification détaillée des intrusions présentes et passées

- réviser ses mesures d’atténuation et de remédiation, jugées défaillantes

Lire la suite : https://incyber.org/article/microsoft-devoile-son-programme-damelioration-de-sa-cybersecurite-interne/

•••

Gérer les risques de cybersécurité : un défi pour les organisations ?

journaldunet.com - Chronique de Nurfedin Zejnulahi - Trend Micro

Publié le 14 mai 2024

Pour les RSSI, il faut pouvoir s'appuyer sur des outils de surveillance et de contrôle des risques efficaces. Comment mettre en œuvre une bonne stratégie et savoir en tirer parti ?

Face à la constante évolution du monde de la cybersécurité et à l'investissement répété pour assurer leur sécurité, il est aujourd'hui de plus en plus difficile pour les organisations de s'y retrouver. Si pour elles, l'enjeu majeur est de gérer efficacement les risques par des méthodes stratégiques et rentables. Pour les RSSI, il faut pouvoir s’appuyer sur des outils de surveillance et de contrôle des risques efficaces. Comment mettre en œuvre une bonne stratégie et savoir en tirer parti  ?

Les organisations qui maîtrisent pleinement les risques et disposent de stratégie adaptée leur permettant de mesurer un ROI sont aujourd’hui peu nombreuses. L’absence d’une compréhension claire des risques fait de l’évaluation du retour sur investissement de leur schéma de défense un élément complexe à mesurer. Faut-il qu’elles soient victimes d’une cyberattaque pour que les organisations prennent la pleine mesure des risques auxquels elles sont de plus en plus exposées ?

Réduire l’impact des risques tout en en mesurant le ROI

Les entreprises cherchent aujourd’hui à établir un équilibre entre sécurité et commodité. Avec l’augmentation du nombre des cyberattaques, les mesures de sécurité plus strictes ont le vent en poupe. A l’image du Zero Trust qui nécessite une évaluation minutieuse des risques de l’infrastructure informatique et la mise en œuvre de mesures de protection comme l'authentification multifactorielle et le contrôle des appareils.

Lire la suite : https://www.journaldunet.com/cybersecurite/1530329-gerer-les-risques-de-cybersecurite-un-defi-pour-les-organisations/

Atos - Eviden

Eviden annonce JARVICE AI, un logiciel de gestion de plateforme d’IA qui s’ajoute à son portefeuille croissant de solutions d’Intelligence Artificielle

eviden.com - Communiqué

Publié le 14 mai 2024

Paris, France et Hambourg, Allemagne – 14 mai 2024 – Eviden, l’entreprise du groupe Atos leader dans l’informatique avancée, annonce aujourd’hui JARVICE™ AI, une nouvelle solution logicielle qui complète sa gamme étendue de produits et services BullSequana AI. JARVICE AI simplifie le travail des data scientists et des administrateurs d’infrastructures d’IA en fournissant un accès d’orchestration ” unique et sécurisé ” à des clusters de GPU ou à des fournisseurs de cloud géographiquement dispersés.

JARVICE AI est une extension complète de la plateforme HPC d’entreprise existante JARVICE™ XE d’Eviden. Dotée de nouvelles capacités, cette plateforme est conçue pour l’IA et peut orchestrer en un clic des frameworks MLOps sur des infrastructures d’IA avancées, que ce soit sur site, dans le cloud ou sur des architectures fédérées. L’offre se targue d’offrir une performance “bare metal” et de proposer une très grande flexibilité pour exécuter des ressources d’accélération GPU, CPU, IPU ou toute autre ressource d’IA émergente. JARVICE AI exploite la vaste place de marché d’applications HyperHub™, et l’élargit avec un catalogue d’applications et de frameworks spécifiques à l’IA qui couvre le spectre de l’IA générative, des model ops et du LLM. En outre, JARVICE AI peut prendre en charge des applications et des frameworks d’IA personnalisés.

Grâce à son planificateur de charge de travail avancé intégré, JARVICE AI répond à un ensemble varié de besoins de planification simultanée de l’IA à partir d’une seule plateforme, y compris l’entraînement à grande échelle pour les frameworks d’IA générative, les tâches d’inférence à faible latence et les flux de travail MLOps complexes. JARVCE AI offre ainsi des niveaux élevés d’efficacité pour l’utilisation des clusters et la mobilité de la charge de travail.

Télécharger le communiqué : https://eviden.com/fr-fr/actualites/communiques-de-presse/eviden-presente-le-lifelink-hoox-t40-sa-solution-de-telephonie-securisee-de-nouvelle-generation/

Lire la suite : https://eviden.com/fr-fr/actualites/communiques-de-presse/eviden-annonce-jarvice-ai-un-logiciel-de-gestion-de-plateforme-dia-qui-sajoute-a-son-portefeuille-croissant-de-solutions-dintelligence-artificielle/

•••

Eviden présente le Lifelink Hoox T40, sa solution de téléphonie sécurisée de nouvelle génération

eviden.com - Communiqué

Publié le 16 mai 2024

Le nouveau système tout-en-un offre une haute sécurité pour les communications et les données critiques

Paris, France – le 16 mai, 2024 Eviden, entreprise du groupe Atos leader dans les solutions numériques, cloud, big data et de sécurité, annonce aujourd’hui la disponibilité de sa solution de téléphonie sécurisée nouvelle génération, le Lifelink Hoox T40. Cette solution tout-en-un, conçue et assemblée en France, protège une confidentialité de haut niveau et empêche les comportements inappropriés tels que les malwares, les virus, les rootkits ou les connexions indésirables aux serveurs. La technologie Hoox est adaptable aux smartphones du commerce sur demande.

Avec le Lifelink Hoox T40, Eviden propose un dispositif dédié conçu pour préserver la confidentialité des communications lors d’opérations critiques. Cet équipement hautement sécurisé assure la protection de données très sensibles, permettant aux gouvernements et aux institutions financières de mener des missions stratégiques en toute sécurité et en toute confiance. L’équipement maintient la sécurité et l’intégrité des informations échangées, assurant des communications continues et fiables, même dans des situations extrêmes où aucun autre smartphone ne peut être utilisé. Avec cette nouvelle offre, les clients bénéficient d’une solution discrète, hautement confidentielle et adaptée à leurs besoins.

Lors d’opérations à haut risque ou de missions sensibles où la confidentialité est cruciale, les gouvernements ainsi que les services financiers et juridiques ne peuvent se permettre aucun compromis en matière de sécurité des communications. Il est vital que les données très sensibles soient protégées contre tout accès non autorisé.

La gamme Lifelink Hoox d’Eviden fournit des communications hautement sécurisées et une protection des données depuis 2013, avec un matériel spécialisé et un système d’exploitation Android profondément renforcé. La solution Lifelink Hoox offre des fonctions inédites pour garantir une confidentialité totale, telles qu’un appareil téléphonique sécurisé, une communication sécurisée (cryptage intégral de la voix et des messages) et un store d’applications sécurisé.

Télécharger le communiqué : https://eviden.com/fr-fr/actualites/communiques-de-presse/eviden-presente-le-lifelink-hoox-t40-sa-solution-de-telephonie-securisee-de-nouvelle-generation/

Lire la suite : https://eviden.com/fr-fr/actualites/communiques-de-presse/eviden-presente-le-lifelink-hoox-t40-sa-solution-de-telephonie-securisee-de-nouvelle-generation/

Thales

"Cloud de confiance" : Google et Thales passent à l’attaque

challenges.fr - Par David Pargamin

Publié le 14 mai 2024

EXCLUSIF - Google et Thales déposeront en juin leur dossier pour obtenir la qualification « SecNumCloud », un label de confiance indispensable pour héberger des données sensibles et souveraines. Une première étape pour se développer sur ce marché évalué à plusieurs milliards d’euros.

Tous les services de Google ne seront pas disponibles sur ce cloud de confiance, notamment la suite collaborative, explique-t-on chez S3NS.

L’arrivée des premières offres de « cloud de confiance » se précise en France. D’après nos informations, Google et Thales devraient entamer en juin prochain la procédure pour obtenir la qualification « SecNumCloud ». Situés en région parisienne, trois centres de données gérés par Thales avec les services de Google y sont éligibles. Délivré par l’Agence nationale de sécurité des systèmes informatiques (Anssi), ce visa de sécurité vise à mieux protéger les données sensibles des entreprises et des administrations de l’Etat contre les tentatives de prédation étrangères et les lois extraterritoriales américaines, comme le Cloud Act. 

Lire la suite : https://www.challenges.fr/high-tech/cloud-de-confiance-google-et-thales-passent-a-l-attaque_892989 


Mobilité

Bordeaux Métropole lance le Lab des Mobilités TBMouv !

échos-judiciaires.com - Par Rédaction

Publié le 11/05/2024

Bordeaux Métropole et Keolis Bordeaux Métropole Mobilités lancent leur Lab des mobilités, TBMouv !

Financé par le fonds dédié à l’innovation doté de 10 millions d’euros par Bordeaux Métropole, dans le cadre de son contrat de délégation de service public avec Keolis Bordeaux Métropole Mobilités (KB2M), ce laboratoire a pour mission de catalyser le développement de projets novateurs, durables et intelligents dans le domaine de la mobilité. Les expérimentations du Lal TBMouv ! s’articulent autour de 4 enjeux majeurs : optimiser la qualité de service rendu aux usagers, améliorer l’efficience, la productivité des services de transports urbains et de mobilités durables, renforcer la sécurité des usagers et du personnel d’exploitation et déployer des actions en faveur du développement durable. Accompagné par Bordeaux Technowest, French Tech Bordeaux, Bordeaux INP et Digital Aquitaine, le Lab TBMouv ! lance son premier appel à solutions sur une cohabitation multimodale apaisée, ouvert à tous, jusqu’au 20 mai 2024.

Lire sur : https://www.echos-judiciaires.com/actualites/bordeaux-metropole-lance-le-lab-des-mobilites-tbmouv/

•••

Bus à haut niveau de service à Thionville : voici où en est le projet

actu.fr - Ninon Oget

Publié le 5 mai 2024

Un bus à haut niveau de service (BHNS) doit circuler dans Thionville (Moselle) et son agglomération d'ici 2029. Un projet qui comprend la création de ponts et d'un dépôt.

Le bus à haut niveau de service (BHNS) fait partie des projets à plusieurs dizaines de millions d’euros qui vont transformer Thionville (Moselle).

Ce futur mode de transport circulera dans l’agglomération thionvilloise et sera composé de deux lignes : la première allant de Basse-Ham à Hayange et l’autre de Metzange à Yutz, pour un total de 32 km. La mise en circulation totale de type BHNS doit intervenir d’ici 2029.

Mais où en est le projet aujourd’hui ? Rémy Dick, président du SMiTU (Syndicat mixte des transports urbains) et maire de Florange, fait le point avec Lorraine Actu.

Deux ponts pour 70 millions d’euros

Le projet du BHNS comprend deux ouvrages d’art (un pont surplombant la Moselle, un autre traversant les rails) pour un coût de 70 millions d’euros.

Ils seront finalisés cette année pour être utilisables à partir de septembre, d’après Rémy Dick. Toutefois, une voirie devra être réalisée entre ces deux ponts et prendra un peu plus de temps : « On pourra utiliser la ligne complète qu’à partir du début d’année prochaine ou fin de cette année, plutôt novembre, si on est optimiste », détaille Rémy Dick.

Création du dépôt : « On pense pouvoir économiser de l’argent »

Lire la suite : https://actu.fr/grand-est/thionville_57672/bus-a-haut-niveau-de-service-a-thionville-voici-ou-en-est-le-projet_61032294.html

•••

Le Forfait Mobilités Durables : en quoi ça consiste ?

avec.fr - Par Publireportage

Publié le 10 Mai 2024

À l’heure où la durabilité devient primordiale, le Forfait Mobilités Durables (FMD) offre une solution écologique pour les trajets domicile-travail. Ce dispositif soulève des questions sur son impact et son adoption par les employeurs et les employés. Comment fonctionne-t-il et quels bénéfices peut-on en attendre ? Découvrons ensemble les avantages du FMD pour transformer nos habitudes de mobilité.

Le forfait mobilités durables (FMD) : qu’est-ce que c’est concrètement ?

Le Forfait Mobilités Durables constitue une aide financière pour les salariés optant pour des transports écologiques. Ce dispositif encourage les employés à utiliser des moyens de transport plus verts comme le vélo, le covoiturage ou les transports publics pour leurs trajets professionnels. Les entreprises y trouvent un moyen efficace pour réduire leur empreinte carbone et promouvoir une mobilité durable.

Ce forfait s’inscrit dans les efforts de développement durable des entreprises. Il se présente comme une mesure incitative, financée par l’employeur, pour favoriser les déplacements écologiques. Les fonds alloués peuvent être utilisés pour divers services, renforçant l’engagement environnemental des salariés et des entreprises. Pour ceux qui utilisent leur véhicule personnel pour le travail, vous pourrez voir le barème des indemnités kilométriques pour cette année ici.

Les règles de mise en œuvre du FMD sont flexibles, permettant aux entreprises de l’adapter à leurs propres politiques de mobilité. Chaque société définit les montants et les conditions spécifiques, créant ainsi un programme personnalisé qui répond aux besoins de mobilité de ses employés.

Je travaille dans le secteur privé

Lire la suite : https://www.avem.fr/2024/05/10/le-forfait-mobilites-durables-en-quoi-ca-consiste/# 

Identité

Identité numérique européenne : le règlement européen publié au Journal officiel de l'UE

vie-publique.fr - La rédaction

Publié le 7 mai 2024

Le règlement européen sur l'identité numérique a été publié au Journal officiel de l'Union européenne (UE) le 30 avril 2024. Le nouveau règlement concerne notamment l'archivage, les données de santé, l’émission d’attestation comme les diplômes, le permis de conduire ou encore le passeport électronique.

Publié au Journal officiel de l'UE du 30 avril 2024, le règlement (UE) 2024/1183 du 11 avril 2024 concerne l’établissement du cadre européen relatif à une identité numérique. Ce règlement offre une solution sécurisée et uniformisée des moyens d’identification électronique et des services de confiance utilisés dans l’ensemble de l’UE.

Une entrée en vigueur à partir du 20 mai 2024

Un premier règlement concernant la mise en place de services de confiance pour les transactions électroniques au sein du marché intérieur européen avait été adopté en 2014 (règlement eIDAS). 

Après l'élaboration par le Conseil et le Parlement européen d'un nouveau texte, en juin 2023, fixant les principes d’une identité numérique européenne (eID), les deux instances sont parvenues à un accord provisoire présenté le 8 novembre 2023. Il a permis de "finaliser le dossier dans son intégralité".

Le nouveau règlement facilite et sécurise un accès transfrontalier des citoyens à des sites en ligne sur le territoire de l’UE. Il oblige les États membres à mettre au point au moins une application mobile permettant aux citoyens européens de stocker et utiliser les données liées à leur identité. Ce texte s’appliquera à partir du 20 mai 2024.

Lire la suite : https://www.vie-publique.fr/en-bref/291803-ue-le-reglement-sur-lidentite-numerique-europeenne-eid-publie

France Services

Albert, l'IA conçue pour "faire gagner en efficacité" les agents des maisons France services

radiofrance.fr

Publié le 7 mai 2024

Provenant du podcast

Une intelligence artificielle développée en France "au service" des usagers est actuellement en train d'être mise au point pour les 2.700 maisons France Services. Baptisée Albert, cette IA, doit "simplifier" le quotidien des Français dans leurs démarches administratives.

L'intelligence artificielle débarque dans les maisons France Services. Gabriel Attal l'a annoncé il y a deux semaines. Une IA 100% française nommée Albert, conçue par la direction interministérielle du numérique (Dinum) imaginée pour faciliter le travail des agents. Elle est actuellement en phase de test dans 26 maisons France Services dans le territoire.

À première vue, il s'agit d'un moteur de recherche, l'agent peut accéder à Albert en allant directement sur Internet, après s'être identifié sur la plateforme. Il écrit ensuite sa recherche dans un cadre prévu pour cela. Une intelligence artificielle très simple d'utilisation imaginée par Ulrich Tan, chef du "datalab" à la Direction interministérielle du Numérique et son équipe d'une douzaine de développeurs. "Vous avez un cadre où l'agent peut décrire la situation de l'usager, ajouter des éléments de contexte", explique-t-il.

"Des réponses adaptées à des situations particulières"

Albert fournit ensuite une réponse. Le conseiller peut alors évaluer la pertinence de cette dernière et ainsi "entraîner" l'intelligence artificielle à être encore plus pertinente. Une IA qui permet donc aux agents "d'avoir des réponses adaptées à des situations particulières d'usagers qui peuvent être très vastes", poursuit Ulrich Tan.

Lire la suite : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-info-de-france-inter/l-info-de-france-inter-2655228

Intelligence artificielle

Intelligence artificielle : 25 % des métiers territoriaux seraient concernés

lagazettedescommunes.com - Par Emeline le Naour

Publié le 06 mai 2024

Objet de débats, mais aussi d'inquiétudes, l'arrivée de l'intelligence artificielle dans les collectivités a fait l'objet de la dernière étude des élèves de l'Inet. Une cartographie des métiers impactés par l'arrivée des nouvelles technologies y est notamment présentée. L’intelligence artificielle et ses impacts futurs dans les collectivités sont de plus en plus présentes dans le débat. Alors que le gouvernement, mais également bon nombre de collectivités ont lancé des expérimentations sur l’usage de ces nouveaux outils, les élèves de l’Inet ont construit un guide dédié à la question en se servant de premières données récoltées auprès de la Ville de Lyon, appliquées ensuite à une collectivité fictive de taille similaire. Cartographiant les métiers potentiellement impactés par l’IA dans les collectivités, le document se base sur la méthodologie de l’Organisation mondiale du travail.

https://www.lagazettedescommunes.com/wp-content/uploads/2024/05/inet-ia-01-640x505.png 

Presque la moitié des postes de la commune témoin sont concernés par des évolutions potentielles induites par l’IA générative. « La cartographie montre qu’au moins 25 % des tâches des métiers exercés par les agents peuvent être effectuées, en totalité ou en partie, par l’IA générative », constate les auteurs de l’étude.

Dans le détail, ce sont les postes d’agent d’accueil et d’assistant de gestion qui sont considérés comme les plus fragilisés.

Les directions des ressources humaines fortement concernées

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/926786/intelligence-artificielle-25-des-metiers-territoriaux-seraient-concernes/?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=gazette_quotidienne&email={{mj:contact.ID}}&idbdd=57269

•••

Human or Not : ce jeu reproduit le test de Turing et c'est déstabilisant

lesnumeriques.com - Par Passim Chentouf 

Publié le 05 mai 2024

Après une longue absence, Human or Not est de retour et cette fois-ci, ce test de Turing à grande échelle est boosté par plusieurs grands modèles de langage (LLM). Humain ou machine ? Dans certains cas, c'est déstabilisant.

Depuis moins d’un an, l’IA connaît un avènement auprès du grand public. À l’heure des chatbots de plus en plus élaborés mais aussi des arnaques en ligne, comment déceler le vrai du faux ? Human or Not permet de s’amuser de la situation avec son test de Turing à grande échelle.

Un test de Turing à grande échelle

Human or Not a été dévoilé l’an dernier et les progrès de l’IA lui offrent un nouveau souffle. Le principe est simple : à la manière d’un Chatroulette, ce jeu sur navigateur vous connecte à un interlocuteur au hasard. Après deux minutes de conversation, la discussion s’arrête et il faut trancher : humain ou IA ? Ce “projet de recherche scientifique plus vaste mené par Al21 Labs” fait son retour après un an d’absence. Il mêle désormais plusieurs grands modèles de langage (LLM) : Jurassic-2, GPT-4, Claude et Cohere.

Lire la suite : https://www.lesnumeriques.com/intelligence-artificielle/human-or-not-ce-jeu-reproduit-le-test-de-turin-et-c-est-destabilisant-n221433.html

•••

Bill Gates annonce la plus grande révolution informatique depuis les années 90

lebigdata.fr - Par Oliva R.

Publié le 2 mai 2024

Selon Bill Gates, l'intelligence artificielle va révolutionner notre rapport aux ordinateurs dans les cinq prochaines années.

Dans un récent billet sur son blog personnel, Bill Gates nous a livré sa vision de l'avenir des ordinateurs à l'ère de l'intelligence artificielle (IA). Et il semblerait que nous soyons à l'aube d'un changement radical dans notre façon d'interagir avec ces machines. Une révolution d'une ampleur telle que nous n'en avons pas connue depuis l'avènement des interfaces graphiques, selon le co-fondateur de Microsoft.

Un assistant personnel intelligent au cœur de l'expérience

Au cœur de cette mutation se trouve l'idée d'un « assistant personnel » basé sur l'IA. Cet agent intelligent deviendrait le point d'entrée unique pour toutes nos interactions avec l'ordinateur, remplaçant la myriade d'applications et de logiciels que nous utilisons actuellement. Plutôt que de passer d'un programme à l'autre pour accomplir différentes tâches, nous dialoguerions avec cet assistant pour tout, de la rédaction de documents à la planification d'un voyage en passant par l'analyse de données.

Mais ce qui distingue vraiment cet assistant, c'est sa capacité à apprendre et à s'adapter à chaque utilisateur. En observant nos activités, nos préférences et nos habitudes, il finirait par développer une compréhension approfondie de nos intentions et de nos schémas de comportement. Ainsi, non content de simplement répondre à nos requêtes, il pourrait anticiper nos besoins et nous proposer des suggestions pertinentes, même avant que nous ne les formulions.

Un avenir prometteur, mais des défis à relever

Bien que séduisante, cette vision soulève également des questions. Quel sera l'impact sur l'industrie du logiciel ? Jusqu'où devrons-nous aller dans le partage de nos données personnelles pour permettre à ces assistants de nous connaître aussi bien ? Et comment garantir la sécurité et la confidentialité de ces informations sensibles ?

Malgré ces interrogations, Bill Gates semble convaincu convaincu que nous entrons dans une nouvelle ère pour l'informatique. Une ère où l'IA ne sera plus seulement un outil, mais un véritable partenaire intelligent, capable de nous guider et de nous épauler dans nos tâches quotidiennes. Reste à voir si cette vision se concrétisera, et si nous serons prêts à embrasser ce changement de paradigme.

Lire la suite : https://www.lebigdata.fr/bill-gates-annonce-la-plus-grande-revolution-informatique-depuis-les-annees-90

•••

Intelligence artificielle en santé : l’ordonnance d’un think tank pour accélérer et être efficace

lequotidiendumedecin.fr - Par Hélène Delmotte

Publié le 26 mai 2024

Clarifier la gouvernance, pérenniser le financement, améliorer l’esprit critique des soignants… La recommandation 2024 du think tank Économie santé (groupe Les Échos) avance une poignée de mesures pour réussir la révolution de l’intelligence artificielle en santé.

Une médecine plus précise et plus efficace, une meilleure santé, des soignants plus épanouis et une souveraineté française et européenne renforcée ! Telles sont les promesses ambitieuses d’une intelligence artificielle (IA) en santé bien comprise et bien utilisée, selon le think tank Économie santé, qui énonce plusieurs mesures pour bénéficier rapidement des avantages de cette révolution.

En effet, au-delà de l’analyse d’images, de l’anatomopathologie ou de la prévention personnalisée – où les résultats concrets sont déjà probants –, l’IA promet des réponses à la plupart des défis de notre système de santé : vieillissement de la population, maladies chroniques, pénurie de soignants, sécurité, pilotage des établissements et des urgences, inégalités sociales et territoriales, transition écologique et santé environnementale. Mais reste à maîtriser le potentiel colossal de l’IA, à gagner la confiance des acteurs (patients et soignants) et à fixer le cadre éthique de déploiement, plaide ce groupe de réflexion qui réunit une cinquantaine d’experts (médecins, industriels, responsables hospitaliers, institutionnels…).

Il manque encore une impulsion forte de l’État pour éviter l’éparpillement des initiatives

Dr Philippe Leduc, directeur du think tank Économie santé

Lire la suite : https://www.lequotidiendumedecin.fr/sante-societe/e-sante/intelligence-artificielle-en-sante-lordonnance-dun-think-tank-pour-accelerer-et-etre-efficace

•••

L'intelligence artificielle ment, triche et nous trompe, et c’est un problème, alertent des experts

lefigaro.fr - Par Le Figaro avec AFP

Publié hier le 11 mai 2024

Contrairement aux logiciels traditionnels, les programmes d'IA ne sont pas codés, mais développés via un processus similaire à la culture sélective des plantes, dans lequel un comportement semblant prévisible et contrôlable peut rapidement devenir imprévisible dans la nature. Dado Ruvic / REUTERS

Les auteurs d’une étude du MIT mettent en garde contre les risques de voir un jour l'intelligence artificielle commettre des fraudes ou truquer des élections.

Vous craignez la menace d'une intelligence artificielle (IA) qui deviendrait malveillante? En réalité, c'est déjà le cas, selon une nouvelle étude. Les programmes actuels d'intelligence artificielle sont conçus pour être honnêtes. Ils ont pourtant développé une capacité de tromperie inquiétante, parvenant à abuser des humains dans des jeux en ligne ou encore à vaincre des logiciels censés vérifier que tel utilisateur n'est pas un robot, souligne une équipe de chercheurs dans la revue Patterns.

Même si ces exemples peuvent sembler anodins, ils exposent des problèmes qui pourraient bientôt avoir de graves conséquences dans le monde réel, avertit Peter Park, chercheur au Massachusetts Institute of Technology spécialisé dans l'IA. «Ces capacités dangereuses ont tendance à être découvertes seulement après coup», confie-t-il à l'AFP. Contrairement aux logiciels traditionnels, les programmes d'IA fondés sur l'apprentissage en profondeur ne sont pas codés mais plutôt développés via un processus similaire à la culture sélective des plantes, poursuit Peter Park. Dans lequel un comportement semblant prévisible et contrôlable peut rapidement devenir imprévisible dans la nature.

«Un pur projet de recherche»

Lire la suite : https://www.lefigaro.fr/sciences/l-intelligence-artificielle-ment-triche-et-nous-trompe-deja-et-c-est-un-probleme-s-inquietent-des-experts-20240511 

Internet des Objets

Essonne Numérique lance un réseau dédié aux collectivités du département

zoner.fr - Par Xavier Biseul

Publié le 6 mai 2024

Le syndicat mixte a confié à Free Pro et Axione le déploiement d’un réseau multiservices à destination des collectivités du département. Hébergement cloud, VPN, services IoT… Il doit contribuer à l’aménagement numérique du territoire.

Syndicat mixte ouvert, Essonne numérique a confié à Free Pro et Axione le déploiement et la maintenance d’un réseau multiservices à destination des acteurs publics du département. A savoir les 4 000 sites publics que compte l’Essonne entre le Conseil départemental, les sept Etablissements publics de coopération intercommunale (EPCI), les syndicats intercommunaux, les écoles, les équipements sportifs et les 194 mairies.

Ce Réseau d’initiatives publiques (RIP), dit de « troisième génération », doit contribuer à la transformation numérique des collectivités territoriales et locales et participer à l’aménagement numérique du territoire. S’appuyant sur les infrastructures fibres existantes du département, il assurera l’interconnexion des sites et équipements publics.

Mesure de la qualité de l’air

Ce réseau multiservices permettra surtout de proposer de nouvelles offres de type réseau privé virtuel (VPN), de voix sur IP et de LAN Wi-Fi managé. Avec le développement de l’internet des objets (IoT), il ouvre également la voie à des services de type « territoire connecté et durable » comme la mesure de la qualité de l’air, l’optimisation de la consommation électrique des bâtiments publics ou la gestion intelligente des places de parking

« A l’heure de la transition numérique et écologique, les collectivités doivent se réinventer. En proposant des services comme des capteurs d’électricité dans les gymnases pour contrôler les heures de chauffage, les élus pourront faire des économies sur le prix de l’énergie, facteur le plus préoccupant pour les communes aujourd’hui », explique Michel Bournat, vice-président du département aux Echos .

Lire la suite : https://www.zdnet.fr/actualites/essonne-numerique-lance-un-reseau-dedie-aux-collectivites-du-departement-391441.htm

•••

La fin des mots de passe génériques ?

zataz.com - Par Damien Bancal

Publié le 05 mai 2024

Une ère nouvelle de sécurité pour les appareils connectés se profile au Royaume-Uni avec l’entrée en vigueur du Product Security and Telecommunications Infrastructure Act 2022 (PSTI). Cette loi impose des règles strictes aux fabricants et vendeurs d’appareils IoT, visant à protéger les consommateurs contre les mots de passe par défaut trop faibles et les risques de sécurité qui en découlent.

Désormais, attribuer des mots de passe tels que « admin » ou « 123456 » par défaut à un appareil pourrait coûter cher aux fabricants et vendeurs. Ces pratiques sont désormais passibles de considérables amendes ou même de rappels de produits. L’une des exigences clés de cette législation est que chaque appareil soit doté d’un mot de passe unique par défaut, interdisant l’utilisation de mots de passe simples ou facilement devinables, ainsi que l’attribution d’un même mot de passe à une série d’appareils. C’est ce que stipule et impose le nouveau loi britannique Product Security and Telecommunications Infrastructure Act 2022 (PSTI), qui a été promulguée lors de la Journée des Mots de Passe, le 2 mai.

Les sanctions en cas de non-conformité à cette nouvelle réglementation sont sévères, avec des amendes pouvant atteindre jusqu’à dix millions de livres ou quatre pour cent du chiffre d’affaires mondial des fabricants ou vendeurs, selon le montant le plus élevé.

Cette initiative britannique s’inscrit dans un contexte plus large de renforcement de la sécurité des appareils connectés en Europe. En effet, l’Union européenne travaille également sur des mesures similaires avec le Cyber Resilience Act, actuellement en phase de finalisation. Bien que les détails concernant les mots de passe ne soient pas aussi explicites dans cette législation européenne, elle vise également à garantir une sécurité adéquate pour les appareils dotés de composants numériques.

Il est donc envisageable que les fabricants réagissent à ces exigences réglementaires non seulement sur le marché britannique, mais également à l’échelle européenne, si les réglementations européennes suivent le même chemin que celles du Royaume-Uni. Cette convergence réglementaire pourrait entraîner des changements significatifs dans la façon dont les appareils connectés sont sécurisés et protégés contre les vulnérabilités liées aux mots de passe par défaut.

Ca tire dans tous les sens, même sur OnlyFan

Lire la suite : https://www.zataz.com/la-fin-des-mots-de-passe-generiques/

Videosurveillance

Vidéosurveillance algorithmique : des tests en région parisienne à l’occasion des concerts de Taylor Swift

lemonde.fr

Publié le 07 mai 2024

Un arrêté préfectoral autorise la RATP à recourir « à titre expérimental » au traitement algorithmique Cityvision dans deux stations de métro et RER proches de l’Arena Paris la Défense, du 7 au 14 mai.

Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.

Après les groupes Depeche Mode et Black Eyed Peas, c’est au tour de la star états-unienne Taylor Swift de voir les abords de ses concerts parisiens scannés par un dispositif de vidéosurveillance algorithmique (VSA). Par un arrêté paru le 6 mai, la Préfecture de police de Paris a autorisé la Régie autonome des transports parisiens (RATP) à utiliser, du 7 au 14 mai, à partir de 8 heures du matin, la solution Cityvision, développée par la société parisienne Wintics, dans deux stations de transport en commun, Nanterre-Préfecture et La Défense - Grande-Arche.

Il s’agira de détecter d’éventuelles « intrusions en zone interdite au public ou sensible », la présence de foules anormalement denses ou de mouvements dangereux, ou encore la présence de bagages abandonnés, souligne la Préfecture de police. Le tout « à titre expérimental », comme le permet la loi du 19 mai 2023 relative aux Jeux olympiques et paralympiques qui comprend plusieurs dispositions concernant la VSA.

Lire la suite : https://www.lemonde.fr/pixels/article/2024/05/07/videosurveillance-algorithmique-des-tests-en-region-parisienne-en-marge-des-concerts-de-taylor-swift_6232030_4408996.html 

Blockchain

À Antibes, la blockchain rend les contrats intelligents

lettreducadre.fr - Par Eric Delon

Publié le 10 mai 2024

Sujets relatifs : Datas/numérique

Dans une logique de consolidation de la smart city, la direction des systèmes d’information de la ville d’Antibes a mis en place des contrats sécurisés grâce à la technologie blockchain. La solution, peu couteuse, rend la fraude impossible et les transactions sont transparentes.

Antibes Juan Les Pins (Alpes-Maritimes) revendique le statut de ville connectée et est régulièrement récompensée pour des projets s’inscrivant dans une démarche de « smart city ». La ville a franchi un nouveau cap l’an dernier en expérimentant avec succès le « contrat intelligent ».

Lire la suite (réservée aux abonnés) : https://www.lettreducadre.fr/article/a-antibes-la-blockchain-rend-les-contrats-intelligents.54609

•••

Blockchain : les entreprises au défi de la transformation de leur filière

wedemain.fr - Par Florence Santrot

Publié le 6 mai 2024

La blockchain, au-delà des cryptomonnaies, représente une innovation majeure pour assurer la traçabilité et la sécurité des opérations numériques. Cette technologie décentralisée offre une nouvelle forme de confiance, répondant aux attentes croissantes de transparence des consommateurs et des entreprises.

  • La blockchain, souvent associée aux cryptomonnaies comme le Bitcoin, représente une révolution dans le domaine de la sécurité et de la transparence des transactions. Cette technologie de chaîne de blocs assure une traçabilité indélébile et sécurisée des opérations, offrant une nouvelle forme de confiance décentralisée. Mais son implémentation n’est pas toujours simple et ne se prête pas à tous les cas de figure. En partenariat avec ADI Nouvelle-Aquitaine, l’Agence de développement et d’innovation, WE DEMAIN a réalisé un petit livre très didactique sur le sujet.

Dès 2008, avec la création du Bitcoin par Satoshi Nakamoto, la blockchain s’est imposée comme une innovation majeure. Son évolution a été marquée par l’apparition d’Ethereum en 2013, qui a introduit les contrats intelligents, étendant les possibilités d’application de la blockchain bien au-delà des transactions financières. Aujourd’hui, la blockchain peut s’immiscer dans tous les domaines, mais pas n’importe comment.

Blockchain : faut-il ou non sauter le pas ?

Lire la suite : https://www.wedemain.fr/partager/blockchain-les-entreprises-au-defi-de-la-transformation-de-leur-filiere/

Détection

Festival de Cannes 2024 : détection de mouvement de foule, armes… des caméras intelligentes en renfort

leparisien.fr - Par Matthias Galante

Publié le 10 mai 2024

La grand-messe du cinéma français, qui commence ce mardi 14 mai, sera surveillée par des caméras intelligentes capables d’identifier automatiquement des situations à risque.

Souriez, vous êtes filmés… par de l’Intelligence artificielle (IA) à Cannes ! En attendant l’arrivée de George Lucas, Cate Blanchett ou Emma Stone pour la 77e édition du Festival, du 14 au 25 mai, la ville s’apprête à expérimenter l’utilisation de caméras intelligentes afin de sécuriser les stars et l’immense flux d’invités et médias du monde entier. Une première. Concrètement, 17 d’entre elles, des modèles déjà existants situés sur la Croisette, autour du Palais des Festivals et à la gare, seront reliées à un logiciel algorithmique détectant, en temps réel, huit situations à risque.

« Cela concerne les colis abandonnés, la présence ou l’utilisation d’armes comme les couteaux, le non-respect du sens de la circulation pour un véhicule, le franchissement dans une zone sensible ou interdite, une personne au sol, un mouvement de foule, une densité trop importante ou un départ de feu », détaille le directeur de la police municipale, Yves Daros.

L’IA permettra d’intervenir plus rapidement

Lire la suite : https://www.leparisien.fr/alpes-maritimes-06/festival-de-cannes-detection-de-mouvement-de-foule-armes-des-cameras-intelligentes-en-renfort-10-05-2024-PQFOU67HLBCVHFEPIGVKSZQHG4.php

Cybersécurité

L’intelligence artificielle (IA), entre menaces et opportunités

cybermalveillance.gouv.fr

Publié le 06 Mai 2024

SOMMAIRE

Si les concepts de l’intelligence artificielle datent des années 50 et qu’elle est intégrée dans de nombreuses solutions depuis maintenant plusieurs dizaines d’années, l’année 2023 aura été marquée pour le grand public par la découverte de l’intelligence artificielle générative et notamment celles basées sur les grands modèles de langage.

L’IA, une opportunité pour les cybercriminels ?

Compréhension du langage naturel, traduction, production de contenus texte, vidéo ou audio, traitement massif de données, automatisation et résolution de problèmes complexes… Les capacités et l’accessibilité de ces nouveaux modèles d’intelligence artificielle peuvent à la fois émerveiller comme effrayer, tant le champ des possibles semble étendu.

Bien évidemment, comme toute évolution technologique, les possibilités offertes par l’intelligence artificielle ne peuvent que retenir l’attention des cybercriminels. Des modèles d’IA générative cybercriminels n’ont d’ailleurs pas tardé à être développés et rendus disponibles (WormGPT, FraudGPT, ThreatGPT…).

En l’état des connaissances encore balbutiantes sur le sujet et au-delà de toute spéculation, cela ne voudrait toutefois pas pour autant annoncer un bouleversement du panorama des cybermenaces. En effet, si l’intelligence artificielle peut améliorer la productivité des cybercriminels et la sophistication de leurs modes opératoires, ceux-ci resteront sans doute, du moins encore un temps, très similaires dans leurs principes.

Depuis plusieurs années, la cybercriminalité est devenue de plus en plus facilement accessible à de nouveaux acteurs disposant de faibles compétences techniques, au travers de services spécialisés commercialisés en ligne, notamment sur l’Internet sombre (darknet). L’arrivée de l’intelligence artificielle dans ces services ne peut qu’accroître cette tendance. Le développement de l’utilisation de l’IA à des fins cybercriminelles et l’augmentation du nombre d’acteurs malveillants qui pourra en découler seront très probablement de nature à voir encore s’amplifier le nombre attaques et leur niveau d’élaboration.

Quelles sont les cybermalveillances liées à l’IA ?

Lire la suite : https://www.cybermalveillance.gouv.fr/tous-nos-contenus/actualites/intelligence-artificielle-ia

•••

Cybersécurité : Après des années d'inaction, Microsoft se met en ordre de marche pour arrêter l'hécatombe

usine-digitale.fr - Par Yoann Bourgin

Publié le 6 mai 2024

Microsoft lance enfin son grand chantier pour remettre à plat ses pratiques de sécurité informatique et en dévoile les principaux volets. Un programme pour redorer son image, sévèrement écornée par de nombreuses vulnérabilités dans ses produits et services ces dernières années.

Microsoft a présenté le 3 mai les principaux piliers de son grand programme d’amélioration de ses pratiques de cybersécurité. Ce plan, intitulé “Secure Future Initiative” (SFI), avait été lancé en novembre dernier en interne. Il prévoyait notamment de bloquer automatiquement certains abus, de rechercher des données sensibles dans le trafic réseau, et d'appliquer de nouvelles exigences lors de la création de comptes d’entreprise.

Une sécurité qui s’applique dès la conception du produit ou service

Charlie Bell, vice-président exécutif de Microsoft Security, explique que l’initiative de Microsoft s’articule autour de trois “principes de sécurité”, et de “six piliers de sécurité prioritaires”. Suivant le premier principe, “la sécurité passe avant tout lors de la conception de tout produit au service”. Les deux autres principes précisent que ces protections de sécurité seront “activées et appliquées par défaut”, qu’elles ne sont pas facultatives, et que “les contrôles et la surveillance de sécurité seront continuellement améliorés”.

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/cybersecurite-apres-des-annees-d-inaction-microsoft-se-met-en-ordre-de-marche-pour-arreter-l-hecatombe.N2212708

•••

Des pirates ciblent les accès aux LLM dans le cloud

linformaticien.com - Par Victor Miget

Publié le 10 mai 2024

L’équipe Threat Research de Sysdig a révélé que des cyberattaquants exploitent une faille de Laravel pour s’emparer d’identifiants des grands modèles de langage (LLM) dans le cloud. Ils les revendent ensuite à d’autres cybercriminels afin qu’ils puissent utiliser une licence à des fins frauduleuses.

Sysdig a identifié une nouvelle attaque qui exploite des identifiants de connexion cloud volés afin de cibler des LLM hébergés localement sur le cloud. Pour mener cette attaque, baptisée LLMjacking par les chercheurs, les identifiants ont été obtenus via des systèmes exécutant une version vulnérable du framework web open-source Laravel. L’entreprise a notamment étudié le ciblage d’un modèle LLM local Claude (v2/v3) d'Anthropic.

Bien que les attaques contre les LLM ne soient pas rares, elles se concentrent généralement sur la modification des données d’entraînement et l’abus d’invitations. Ici, la méthode diffère, car les attaquants tentent de s’emparer des accès aux LLM pour les revendre à d’autres cybercriminels, tandis que le propriétaire est laissé pour compte.

Renforcer son environnement cloud

« Si elle n'est pas découverte, ce type d'attaque pourrait entraîner des coûts de consommation de LLM de plus de 46 000 $ par jour pour la victime », préviennent les chercheurs. Sysdig soupçonne également les cybercriminels de vouloir, par cette méthode, extraire les données d’entraînement des LLM.

Lire la suite : https://www.linformaticien.com/magazine/cybersecurite/62005-des-pirates-ciblent-les-acces-aux-llm-dans-le-cloud.html 

Metavers

Métavers de destinations : Charentes Tourisme innove

En collaboration avec ses partenaires

tourmag.com - Par Manon Morelli

Publié le 6 mai 2024

Charentes Tourisme lance un nouveau concept en France pour faire voyager la nouvelle génération, le métavers de destinations, un monde en réalité virtuelle qui souhaite transformer le secteur du voyage.

Charentes Tourisme, en collaboration avec ses partenaires locaux et le studio Wytland, a récemment lancé le premier métavers de destinations en France.

Cette initiative vise à anticiper les besoins et les attentes de la génération Z en matière de voyages et d'expériences touristiques.

En créant un univers virtuel immersif 3DCharentes Tourisme offre aux visiteurs la possibilité de découvrir virtuellement les Charentes, avec les vignobles de Cognac, la plage de Châtelaillon-Plage ou encore la ville d'Angoulême.

Une immersion totale dans les Charentes

Le métavers des Charentes invite les internautes à explorer un monde virtuel où ils peuvent interagir via des avatars. Cette expérience immersive de réalité augmentée met en avant les richesses de la région, telles que la visite de chais, la promotion des mobilités douces avec le train de la Région Nouvelle-Aquitaine, et d'autres éléments emblématiques.

Grâce à la contribution des étudiants d'Excelia Tourism School, le métavers a été conçu pour répondre aux attentes de la génération Z en matière de découverte, de partage et de divertissement.

Lire la suite : https://www.tourmag.com/Metavers-de-destinations-Charentes-Tourisme-innove_a122609.html

Thales

Thales et Intel assurent une protection avancée de l’écosystème google cloud

thalesgroup.com - Communiqué

Publié le 02 Mai 2024

• Garantit une protection permanente des charges de travail les plus sensibles des entreprises dans le cloud grâce à une sécurité des données contrôlée par le client, celles-ci restant invisibles et inaccessibles à toute personne non-autorisée ;

• Empêche les acteurs malveillants d’accéder au code et aux données, aussi bien au repos, en transit qu’en cours d’utilisation.

Thales, le chef de file mondial des solutions technologiques et de sécurité, annonce aujourd’hui une collaboration visant à garantir la sécurité des données de bout en bout sur Google Cloud. Cette collaboration sera axée sur la plateforme CipherTrust Data Security (CDSP) de Thales, sur l’informatique confidentielle (CC) de Google Cloud et sur le service indépendant d’attestation de confiance  Intel Trust Authority (ITA).

Cette initiative représente une avancée en matière de sécurité des données, car elle permet aux entreprises de disposer de contrôles supplémentaires pour protéger leurs données, qu’elles soient au repos, en transit ou en cours d’utilisation.

 « À l’heure où de plus en plus d’entreprises migrent leurs données et leurs charges de travail vers le cloud, le besoin de protéger la confidentialité et l’intégrité des données n’a jamais été aussi grand, en particulier lorsque ces charges de travail touchent à des aspects sensibles tels que la propriété intellectuelle, les modèles d’IA ou encore les informations personnelles. Cette étroite collaboration avec Google Cloud et Intel permettra aux entreprises de protéger et de contrôler leurs données, qu’elles soient au repos, en transit ou en cours d’utilisation, grâce à une attestation entièrement vérifiable, renforçant ainsi la confiance de nos clients dans leur démarche de migration vers le cloud. » - Todd Moore, vice-président, Produits de sécurité des données, Thales.

Une majorité des personnes ayant répondu à l’étude Thales Cloud Security Study 2023 ont déclaré stocker ou utiliser une quantité importante de données sensibles dans le cloud.

La protection des données sensibles et des charges de travail associées dans le cloud devient donc une priorité, en particulier pour les industries hautement réglementées telles que les services financiers et les soins de santé. La collaboration de Thales avec Intel et Google Cloud permettra aux entreprises de disposer d’outils de contrôle certifiés qui leur garantiront une sécurité sans faille des données de bout en bout.

Purnam Sheth, vice-président et directeur général, Produits de confiance et de sécurité, SATG, Intel : « La création de cette plateforme révolutionnaire de sécurité des données dans Google Cloud répond aux exigences complexes des clients en matière de protection des données, de contrôle des accès et de la sécurité, et de mise en conformité, qu’il s’agisse de protéger des données au repos, en transit ou en cours d’utilisation. La technologie de calcul confidentiel Intel® TDX (Trust Domain Extensions) et le service Intel® Trust Authority garantissent aux entreprises l'intégrité de leurs charges de travail et une protection à chaque étape de la gestion des données. Cette avancée est le fruit de la précieuse collaboration entre Thales, Google Cloud et Intel. »

Lire la suite : https://www.thalesgroup.com/fr/monde/defence-and-security/press_release/thales-et-intel-assurent-une-protection-avancee 

Metavers

L’EDN ouvre un nouveau Master en Sciences et Technologies de Metavers

studyrama.com - Par la rédaction

Publié le 09 mai 2024

En réponse aux besoins croissants du marché du travail et aux défis du monde contemporain, la FGES de l’Université Catholique de Lille annonce l’ouverture d’un Master à la rentrée 2024. Dispensés par l’Ecole Du Numérique, ce nouveau diplôme d’une durée de deux ans, formera sur le sujet des Sciences et Technologies de Metavers.

L’EDN : une formation unique pour des métiers d’avenir 

L’Ecole Du Numérique (EDN) est une école facultaire de la Faculté de Gestion, Economie et Sciences de l’Université Catholique de Lille. Elle propose des formations innovantes qui intègrent l’humain, l’économie responsable et durable et les compétences numériques. L’accent est mis sur l’acquisition de compétences techniques et humaines dans un esprit durable et responsable, et permettre ainsi aux étudiants de devenir acteurs de leur propre formation. 

Les formations dispensées s’adressent aux étudiants souhaitant se préparer aux métiers du numérique en constante évolution. Elles leur permettent de développer les compétences nécessaires pour s’adapter aux besoins du marché et de devenir des acteurs clés de la transformation digitale. Elle propose également un environnement d’apprentissage unique, en lien étroit avec le monde de l’entreprise, favorisant l’insertion professionnelle des étudiants.

Le salon d’orientation à ne pas manquer !
Nous vous donnons RDV sur le salon Studyrama des Formations en Numérique à Paris. Une occasion unique de découvrir les établissements et d’échanger avec des étudiants, des responsables pédagogiques et des spécialistes pour leur poser toutes vos questions ! Ne manquez pas les conférences inédites sur ce secteur aux multiples débouchés.

Une formation innovante et axée sur l’apprentissage expérientiel 

Lire la suite : https://www.studyrama.com/formations/specialites/informatique-numerique/l-edn-ouvre-un-nouveau-master-en-sciences-et-technologies-de-metavers


Mobilité

La Région Normandie et les collectivités normandes demandent la labellisation par l'Etat du projet de SERM

metropole.metropole-rouen-normandie.fr

Hervé Morin, Président de la Région Normandie, Nicolas Mayer-Rossignol, Maire de Rouen, Président de la Métropole Rouen Normandie, Bernard Leroy, Président de la Communauté d'Agglomération Seine-Eure, et Christophe Bouillon, Président de la Communauté de communes de Caux-Austreberthe, sollicitent l'Etat pour qu'il procède à la labellisation du projet de SERM (Service Express Régional Metropolitain) à Rouen, dorénavant défini par la loi du 27 décembre 2023.

Par un courrier adressé à Patrice Vergriete, Ministre délégué auprès du ministre de la Transition Ecologique, les Présidents ont également exposé l'avancement du travail collectif sur ce projet de valorisation des transports sur le périmètre du bassin de mobilité « Cœur Vallée de Seine ».

Les collectivités de la région Rouennaise ont d'ores et déjà intégré les enjeux du développement d'un système de transport performant qui réunit l'ensemble des modes de transport, dans une logique de report modal et de vision service au voyageur.

La Région et les collectivités normandes ont ainsi collaboré dès 2011 à la mise en place d'un système de billettique interopérable et ont créé en 2015 le syndicat mixte Atoumod, en charge du support multimodal régional et du développement de l'intégration tarifaire en Normandie.

Dès 2016, un groupe de travail précurseur, composé de l'Etat, de la Région, de la Métropole Rouen Normandie, de SNCF Réseau s'est engagé dans une réflexion sur l'usage du train comme mode urbain, en lien avec l'actualisation du PDU de l'agglomération et la nécessité de préfigurer le service ferroviaire dans la perspective de l'arrivée de la LNPN.

Le périmètre d'étude est formé de 23 gares formant le cœur de l'étoile ferroviaire, sur les trois aires urbaines de Rouen, Louviers et Yvetot qui comptabilisent près de 730 000 habitants et 300 000 emplois. L'Enquête Ménages Déplacements de 2017 y dénombre chaque jour 2,43 millions de déplacements tous modes et tous motifs. A ce jour, ce sont plus de 150 000 véhicules qui entrent ou sortent quotidiennement de la métropole de Rouen, générant des flux de 40 000 à 70 000 véhicules sur les principaux axes d'entrée de la ville-centre. Au final, plus de 80 % des kilomètres parcourus en voiture vers la ville-centre sont liés à des déplacements supérieurs à 6 km, donc sur des distances où seul le train peut concurrencer l'automobile.

Lire la suite : https://www.metropole-rouen-normandie.fr/presse/2024/la-region-normandie-et-les-collectivites-normandes-demandent-la-labellisation-par-letat

•••

CONSULTATION PUBLIQUE - Avenant au contrat de plan État - Région des Pays de la Loire 2021-2027 relatif au volet « Infrastructures de transport et mobilités »

prefectures-regions.fr - Communiqué

Publié le 29 avril 2024

La signature du protocole d’accord sur le futur volet « Infrastructures de transport et mobilités » du Contrat de Plan Etat-Région 2021-2027, le 16 novembre 2023, a acté un montant inédit d’un milliard d’euros d’investissements pour les mobilités en Pays de la Loire sur la période 2023-2027.

Outre la poursuite des grands projets prévus au contrat d’avenir et visant à renforcer l’accessibilité de la région, les investissements prévus font une large place à l’accélération de la décarbonation des modes de transports et aux déplacements du quotidien de tous les ligériens, en tenant compte des spécificités et de la diversité de nos territoires.

 Ce protocole doit se concrétiser sous la forme d’un avenant au contrat de plan État – Région qui formalisera cette ambition.

 En application de la directive européenne 2001/42/CE du 27 juin 2001 relative à l’incidence de certains plans et programmes sur- l’environnement, traduite en droit français dans le code de l’environnement (articles L122-8 et R122-22), le préfet de région et la présidente du Conseil régional des Pays de la Loire organisent une consultation du public sur le projet d’avenant au contrat de plan Etat - Région 2021-2027 relatif au volet « « Infrastructures de transport et mobilités »

Cette consultation se déroule du 30 avril 2024 au 30 mai 2024

Lire la suite : https://www.prefectures-regions.gouv.fr/pays-de-la-loire/DOCUMENTS-PUBLICATIONS/Consultation-du-public/CONSULTATION-PUBLIQUE-CPER-Pays-de-la-Loire-2021-2027-Infrastructures-de-transport-et-mobilites

•••

Opération mobilité électrique : nous vous accompagnons pour recharger vos batteries sur autoroute.

vimci-autoroutes.com - Communiqué

Publié le 29 avril 2024

Vous prévoyez de voyager pour les ponts de mai ? Du 3 au 12 mai, des équipiers dédiés à la mobilité électrique vous accueillent sur plusieurs aires du réseau VINCI Autoroutes. Leur rôle ? Vous aider à vous recharger lors de votre pause.

Des voituriers à votre disposition pour vous aider à vous recharger lors de votre pause

 Si vous prévoyez de prendre l’autoroute avec un véhicule électrique, vous vous êtes sans doute posé quelques questions pratiques : sur quelles aires m’arrêter ? En combien de temps mon véhicule sera rechargé ? Avec quel mode de paiement puis-je régler ? Est-ce que je vais trouver un point de recharge disponible sur toutes les aires ?.... 
Que vous soyez habitué ou novice en matière de mobilité électrique, nous sommes là pour vous accompagner. A l'occasion du fort trafic attendu lors de grands week-ends de mai, nous vous proposons un service gratuit d'aide à la recharge pour votre véhicule électrique.
Sur plusieurs aires du réseau VINCI Autoroutes (47 aires en tout dont 31 aires Totalenergies, 13 aires Ionity et 2 aires Engie Vianeo), ces voituriers sont à votre disposition tout au long de la journée. Leur mission consistera entre autres à :

Lire la suite : https://www.vinci-autoroutes.com/fr/actualites/services-et-aires/operation-mobilite-electrique/ 

•••

Il existe un passe Navigo avantageux qui ne coûte pas 86 € tous les mois

Méconnu mais pratique

numerama.com - Par Nelly Lesage

Publié le 3 mai 2024

Le forfait Navigo Liberté+ est moins connu que les passes mensuels et annuels. C’est pourtant une option intéressante si vous voyagez dans Paris en métro et RER. Voici ce qu’il faut savoir sur ce titre de transport d’Île-de-France Mobilités.

À côté des classiques passes Navigo Mois et Annuel, le passe Liberté+ est un forfait moins connu des Franciliens. Pourtant, le passe Navigo Liberté+ va enfin permettre de voyager dans toute l’Île-de-France, a-t-on appris le 2 mai 2024. Pour l’instant, la possibilité n’est ouverte qu’à une poignée de testeurs, utilisant ce passe sur leur smartphone Android.

Vous voyagez à Paris et hésitez à opter pour un passe Navigo Liberté+ ? Voici tout ce qu’il faut savoir avant de vous décider.

Quels sont les différents passes Navigo ?

Il existe différents types de passes Navigo. Le choix du support de vos titres de transport dépend de votre fréquence de voyage à Paris et en Île-de-France.

Si vous voyagez régulièrement, il est recommandé d’opter pour :

• Le passe Navigo Annuel,

• Le passe Imagine R, destiné aux élèves ou étudiants.

Si vous ne voyagez qu’occasionnellement, il vaut mieux se tourner vers :

• Le passe Navigo Easy,

• Le passe Navigo Découverte,

• Le ticket en carton.

Ces supports permettent de charger différents titres de transports.

C’est quoi, un contrat Navigo Liberté+ ?

Lire la suite : https://www.numerama.com/vroom/1736982-comment-fonctionne-le-passe-navigo-liberte-pour-se-deplacer-dans-paris.html

•••

Programme anti-embouteillages : la vie sans bouchons

lillemetropole.fr - Communiqué

Publié le 02 mai 2024

Après une expérience réussie sur l’A1 et l’A23, la MEL poursuit le programme anti-embouteillages « Changer ça rapporte » ? sur l'A25 et la RN41. Êtes-vous concerné ? Comment vous inscrire ?

Au compteur

Pour ceux qui n’ont pas encore l’info, reprenons. À la rentrée dernière, la Métropole a décidé de lancer un programme anti-embouteillages. Une première en France ! Le principe ? Proposer aux automobilistes qui empruntent régulièrement l’A1 et l’A23 d’éviter les bouchons aux heures de pointe et les récompenser en leur permettant de gagner jusqu’à 80 € par mois. Résultat ? Ensemble, les participants au programme « Changer ça rapporte » ont permis de réduire les bouchons sur ces tronçons. Plus de 2 000 trajets ont été évités (60 % sur l’A1 et 40 % sur l’A23) : bravo aux 2 500 automobilistes engagés ! Chaque participant a, en moyenne, évité quatre trajets par semaine. Comment ? En optant pour le télétravail (43 %), le décalage des horaires de travail (34 %), les transports en commun (10 %), le covoiturage (9 %) ou les modes doux (4 %). Sur le volet qualité de l’air, le programme est également gagnant : 1 067 tonnes de CO2 ont été « évitées » depuis septembre dernier.

Vous empruntez l’A25 et/ou la RN41 ? Inscrivez-vous !

Quels sont les critères pour s’inscrire ? Fréquenter au quotidien l’A25 et/ou la RN41, entre 7 h et 9 h et entre 16 h 30 et 18 h 30, pour aller travailler dans la métropole, et être seul dans sa voiture. Le but ? Vous évitez les bouchons et testez un changement d’habitudes qui peut vous rapporter jusqu’à 80 € par mois*. Et vous vous engagez pour le territoire : les trajets évités devraient permettre de réduire le trafic sur ces axes et contribuer à une amélioration de la qualité de l’air.

Mode d’emploi

Lire la suite : https://www.lillemetropole.fr/actualites/programme-anti-embouteillages-la-vie-sans-bouchons

•••

Paris : Le prolongement de la ligne de métro 14 ouvrira fin juin

20minutes.fr - Par 20 minutes avec AFP

Publié le 28 avril 2024

TRANSPORTS • La présidente de la région Ile-de-France et des transports franciliens, Valérie Pécresse, a assuré ce dimanche que le prolongement de la ligne 14 serait effectif avant l’été.

Le prolongement de la ligne de métro automatique 14 au nord et au sud de Paris sera effectif « fin juin », soit un mois environ avant les Jeux olympiques, a confirmé au Parisien la présidente de la région Ile-de-France et des transports franciliens Valérie Pécresse.

Après le tramway T3b jusqu’à la porte Dauphine, qui vient d’être inauguré, « en mai aura lieu l’ouverture de l’extension du RER E de Saint-Lazare à Nanterre. Puis, début juin, le prolongement de la ligne 11 du métro vers Rosny-Bois-Perrier et fin juin, la ligne 14 de Saint-Denis-Pleyel à Orly-Aéroport », a détaillé Valérie Pécresse dans un entretien au Parisien publié en ligne dimanche.

Une artère indispensable aux JO

La ligne sera une artère indispensable aux Jeux olympiques (JO), puisque à Saint-Denis se trouvent plusieurs sites olympiques dont le village des athlètes et le Stade de France. Depuis des années, tout le calendrier du chantier a été calé pour que tout soit prêt avant les Jeux.

Lire la suite : https://www.20minutes.fr/paris/4088706-20240428-paris-prolongement-ligne-14-ouvrira-fin-juin-assure-valerie-pecresse

•••

Mobilité dans les territoires ruraux : un constat préoccupant et des propositions

maire-info.com - Par Franck Lemarc © Secours catholique

Le Secours catholique vient de publier un rapport sur la mobilité en milieu rural, qui insiste sur « l'urgence de changer de modèle dans ces territoires » : le manque de transports collectifs dans les territoires ruraux est une cause « d'enclavement » et de précarisation de la population. 

Au moment de la présentation de la loi d’orientation sur les mobilités (LOM), celle qui était alors ministre des Transports, Élisabeth Borne, avait inventé l’expression de « zones blanches de la mobilité »  – qu’elle avait promis d’éradiquer en créant des autorités organisatrices de la mobilité dans les zones rurales. Elle avait, alors, dénoncé « l’assignation à résidence »  de certains habitants des villages, privés de solution de transport collectif et enchainés à la voiture individuelle. 

Cinq après la LOM, où en est-on ? C’est la question que s’est posé le Secours catholique, qui a mené une large enquête en association, notamment, avec la Fédération des usagers de la bicyclette, la Croix-Rouge, Emmaüs, le Réseau action climat et France nature environnement. 

Désertifications

Avec au final la publication d’un rapport intitulé Territoires ruraux en panne de mobilité, qui s’ouvre sur un verbatim d’une habitante d’un village rural en situation de précarité : « Si personne ne vient me chercher en voiture, je ne peux rien faire. » « Être sans voiture dans ces territoires, c’est synonyme de renoncement, de précarisation, voire d’isolement social complet, car c’est toute la vie quotidienne qui est affectée : l’accès aux soins, à l’emploi, aux loisirs, à l’alimentation, etc. », écrit Véronique Devise, présidente du Secours catholique. Mais au-delà du constat, les auteurs du rapport veulent proposer des solutions, convaincus que « les territoires ruraux sont sources d’innovation et peuvent être des fers de lance de la transition écologique juste et accessible… pourvu qu’on leur en donne les moyens ».

Lire la suite : https://www.maire-info.com/ruralit%C3%A9/mobilit%C3%A9-dans-les-territoires-ruraux-un-constat-pr%C3%A9occupant-et-des-propositions-article-28581

•••

Mois de la Mobilité : trente jours pour mieux se déplacer

grenoblealpesmetropole.fr - Par Communiqué

Publié le 2 mai 2024

Le mois de mai est placé sous le signe de la mobilité dans l'agglomération grenobloise, avec en point d'orgue la Faites du vélo, événement organisé par le Smmag depuis neuf ans.

Trente jours pour parler déplacements du quotidien : dans la métropole grenobloise, le mois de mai sera consacré à la mobilité. Une série d'événements est proposée pour valoriser toutes les mobilités douces (transports en commun, vélo, covoiturage, véhicules électriques...) et expliquer tous les accompagnements mis en place par Grenoble Alpes Métropole afin de faciliter la transition du territoire.

Le Smmag est bien évidemment un acteur majeur de ce mois de mai, avec sa désormais traditionnelle Faites du Vélo, du 13 au 26 mai. Outre le Concours des écoles à vélo, qui a mobilisé 142 écoles et 18 000 élèves l'an dernier, des animations grand public festives sont prévues : Grande kermesse du vélo à Grenoble, CinéCyclo à Jarrie, concert cyclo avec Gustus et Mélo à Saint-Paul-de-Varces, visites guidées en bicyclette, découverte du vélo à assistance électrique au cours de balades guidées...

Voir le programme de la Faites du Vélo

Parallèlement à cet événement, Grenoble Alpes Métropole propose, en partenariat avec les communes et structures du territoire, une visite originale d'un parking public, conférences sur l'autopartage avec Citiz, Fête du vélo à Pont-de-Claix, Repair Café à Vif, atelier sur la recharge des véhicules électriques...

Voir le programme du Mois de la Mobilité

Lire la suite : https://www.grenoblealpesmetropole.fr/actualite/247/45-mois-de-la-mobilite-trente-jours-pour-mieux-se-deplacer.htm

Services publics

Le programme « Transparence » : chiffres clés sur la qualité et l'éfficacité des services publics

nord.gouv.fr - Communiqué

Publié le 29 avril 2024

Dans le cadre du programme Action publique 2022 visant à transformer en profondeur l’action publique de l’Etat, le gouvernement s’est fixé, parmi plusieurs objectifs prioritaires, celui d’améliorer la qualité des services publics, en développant une relation de confiance entre les usagers et des administrations engagées à délivrer une information plus transparente sur la qualité de leurs services.

Ce sont toutes les administrations en relation avec les usagers qui publieront des indicateurs de résultats reflétant la satisfaction des usagers. Au sein du ministère de l’intérieur, ce sont 4 068 unités de la gendarmerie nationale en contact direct avec le public, 558 commissariats333 préfectures et sous-préfectures qui vont ainsi donner à voir les résultats de leurs indicateurs, par le biais d’un affichage dans les halls d’accueil du public mais également grâce à une large diffusion sur internet.

À l'issue du premier trimestre 2024, les chiffres partagés par le programme  « Transparence » sont les suivants :

• 4% de satisfaction globale des usagers pour la délivrance des titres.

• 2 jours de délai moyen pour la délivrance des cartes d'identité et passeports.

• 8 jours de délai moyen pour la délivrance des permis de conduire.

• 8% d'appels décrochés en préfecture.

• jours de délai moyen pour la délivrance des certificats d'immatriculation des véhicules (cartes grises).

• 2.7/5 : c'est le score d'effort ressenti par les usagers pour les télé-procédures permis de conduire et certificats d'immatriculation des véhicules (cartes grises).

Pour en savoir plus sur le Programme « Transparence sur la qualité et l’efficacité des services publics », consultez le portail de la modernisation de l'action publique : www.modernisation.gouv.fr/transparence

Vous pouvez également retrouver les précédents résultats du programme « Transparence » en cliquant ici : https://www.nord.gouv.fr/Publications/Programme-Transparence-sur-la-qualite-et-l-efficacite-des-services-publics

Lire la suite : https://www.nord.gouv.fr/Actualites/Actualites/Le-programme-Transparence-chiffres-cles-sur-la-qualite-et-l-efficatite-des-services-publics

•••

Pour une préservation de nos services publics

senat.fr

Question écrite n°11450 - 16e législature

Les informations clés

Question de M. COURTIAL Édouard (Oise - UC) publiée le 02/05/2024

M. Édouard Courtial attire l'attention de M. le ministre de la transformation et de la fonction publiques sur les risques inhérents à la dématérialisation de nos services publics.

La dématérialisation des services publics portée par la promesse d'une gestion plus efficace et d'un accès facilité pour les usagers est un enjeu majeur. Elle concerne des secteurs variés, de l'administration fiscale à l'inscription en ligne dans les établissements scolaires, en passant par la santé avec la prise de rendez-vous médicaux ou encore la téléconsultation. Cette évolution, qui s'inscrit dans le cadre plus large de la transformation numérique de la société, offre sans aucun doute des avantages significatifs en termes de rapidité et de simplification des démarches administratives. Elle semble répondre à une demande de modernité et d'efficience dans un monde où le numérique prend une place centrale. Cependant, la bascule vers le tout numérique dans l'administration publique soulève des questions importantes concernant l'accès aux services essentiels pour une partie de la population.

En effet, en dépit des avancées technologiques, la fracture numérique reste une réalité pour de nombreux citoyens. Elle se manifeste non seulement par un accès limité ou inexistant à internet dans certaines zones géographiques, mais aussi par des différences de compétences numériques au sein de la population. Les personnes âgées, certaines catégories socio-professionnelles ou encore les habitants de zones rurales sont particulièrement exposés à ce risque de marginalisation numérique. Cette fracture peut conduire à des situations où l'accès aux droits et services, devenus principalement numériques, est compromis pour ceux qui en sont éloignés, renforçant ainsi les inégalités au sein de notre société.

Ainsi, face à ce constat, il lui demande quelles mesures sont prises pour accompagner les populations les plus éloignées de l'univers numérique dans cette transition ?

Publiée dans le JO Sénat du 02/05/2024 - page 1943

Lire la suite : https://www.senat.fr/questions/base/2024/qSEQ240511450.html

•••

IA dans les services publics : quels effets pour les agents de l’administration ?

la-croix.com - Par Mélinée Le Priol

  • Publié le le 04 mai 2024

Enquête. Depuis l’automne, des expérimentations d’intelligence artificielle sont en cours dans les services publics. L’objectif, encore répété fin avril par Gabriel Attal, est de « faciliter la vie des Français ». Des doutes subsistent toutefois sur les effets concrets de cette technologie sur le quotidien des agents.

Pour simplifier les démarches des Français, chantier récurrent s’il en est, l’administration mise sur un allié très en vue ces temps-ci : l’intelligence artificielle (IA). C’est ce qu’a annoncé en grande pompe, fin avril, le premier ministre Gabriel Attal lors du 8e Comité interministériel de la transformation publique (CITP). Assister les agents du fisc, automatiser le dépôt de plaintes, pré-instruire les futurs projets de parcs éoliens… Les attentes de l’exécutif envers l’IA ne manquent pas de panache et convergent avec le discours public sur la nécessité de faire de la France une « championne » dans ce secteur de pointe.

Deux expérimentations en cours dans la fonction publique préfigurent ce nouveau cap (lire les repères en bas de l’article). Leur objectif : permettre aux agents de répondre plus efficacement aux citoyens qui les interrogent. Sur la plateforme Services publics +, « le Tripadvisor de l’administration », 1 700 agents volontaires ont été équipés depuis septembre d’un outil qui « prémâche » en quelque sorte leurs réponses écrites aux avis laissés par les internautes. Résultat, leur temps moyen de réponse est passé de dix-neuf jours à trois seulement, se félicite-t-on en haut lieu.

« Réhumaniser » par la technologie

Lire la suite : https://www.la-croix.com/france/ia-dans-les-services-publics-quels-effets-pour-les-agents-de-l-administration-20240504 

Intelligence artificielle

L’avenir selon Bill Gates : l’intelligence artificielle saura tout de votre vie

rtbf.be - Par Chloe Rosier

Publié le 29 avril 2024

Bill Gates nous partage sa vision du futur des technologies et notamment ce que les ordinateurs pourraient devenir bientôt sous l’influence de l’Intelligence Artificielle (IA).

Sur le blog de Bill Gates, le milliardaire explique que d’ici cinq ans, "vous n’aurez pas besoin d’utiliser différentes applications pour différentes tâches". L’IA devrait vous permettre d’avoir un assistant personnel toujours disponible pour remplir des tâches qui, aujourd’hui, ont besoin d’un être humain pour être réalisées :

• envoyer un e-mail,

• partager un selfie,

• analyser des données,

• planifier une fête,

• acheter des billets de cinéma...

"Vous indiquerez simplement à votre appareil, dans le langage courant, ce que vous voulez faire. Et en fonction de la quantité d’informations que vous choisissez de partager avec lui, le logiciel sera en mesure de répondre personnellement car il aura une riche compréhension de votre vie."

Cet "agent", comme Bill Gates l’appelle, ne prendra pas forcément la forme d’un ordinateur puisque tout appareil connecté pourra remplir cette fonction. Si l’on en croit le créateur de Microsoft, ces agents pourraient révolutionner notre monde : puisque ces agents nous connaissent (en nous suivant dans tout ce que nous faisons tous les jours, n’importe où), ils sauront ce que nous voulons avant même que nous le voulions.

Et à en croire Bill Gates, c’est une bonne chose… Quand on sait que le milliardaire investit énormément dans les différentes IA, on comprend qu'il s'enthousiasme.

Il rajoute également un point essentiel : "Ils auront une influence particulièrement importante dans quatre domaines : les soins de santé, l’éducation, la productivité, ainsi que les divertissements et les achats".

Les soins de santé

Lire la suite : https://www.rtbf.be/article/l-avenir-selon-bill-gates-l-intelligence-artificielle-saura-tout-de-votre-vie-11366758

•••

Intelligence artificielle : des chercheurs troyens ouvrent la voie à une détection anticipée de la maladie de Parkinson

leparisien.fr - En région,Aube Par Jonathan Sottas

Publié le 2 mai 2024

Deux chercheurs de l’Université de technologie de Troyes avancent sérieusement sur une méthode utilisant l’Intelligence artificielle. Elle permettrait d’identifier des patients qui risquent de développer la maladie quelques années plus tard.

Racha Soubra et Aly Chkeir, enseignants-chercheurs en biomédical à l'Université de Technologie de Troyes, sont sur le point d’accomplir une grande avancée dans la détection précoce de la maladie de Parkinson. LP/Jonathan Sottas

A l’Université de Technologie de Troyes (UTT), les pathologies liées au grand âge et, plus globalement, le « bien vieillir » sont au cœur de tout un pan de la recherche. C’est le cas au Living Lab, une sorte d’appartement témoin où des applications sont élaborées en lien avec les seniors. C’est dans ce cadre que se sont rencontrés Racha Soubra et Aly Chkeir, enseignants-chercheurs en biomédical. Tous deux se sont très vite intéressés à Parkinson, une maladie chronique et progressive liée au vieillissement, en constante progression du fait de l’augmentation du nombre de seniors.

« Actuellement, 200 000 Français sont atteints de cette maladie, et 25 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, un chiffre destiné à doubler d’ici à 2030 », lance Racha Soubra. Pour eux, l’enjeu est donc de détecter la progression d’une maladie qui progresse au fil du temps. « Au 1er stade, il y a quelques signes de tremblements...Puis on va jusqu’au 5e stade avec des symptômes sévères qui rendent la personne totalement dépendante », explique Ali Chkeir. « Les neurologues ont la capacité de détecter à quel stade cette personne se trouve. Notre objectif est de prédire son déclenchement en trouvant un biomarqueur qu’on n’arrive pas à voir à l’œil nu, y compris lorsqu’on est médecin. »

Lire la suite : https://www.leparisien.fr/aube-10/intelligence-artificielle-des-chercheurs-troyens-ouvrent-la-voie-a-une-detection-anticipee-de-la-maladie-de-parkinson-02-05-2024-7O645NDTOJC3HOPAOI7JVZAKYY.php

•••

Avec Database 23ai, Oracle taille sa base de données pour l'IA

lemondeinformatique.fr Par Jacques Cheminat

Publié le 03 Mai 2024

Oracle met à jour son système de gestion de bases de données relationnelles avec un focus IA. Rebaptisée Database 23ai, il ajoute plusieurs fonctionnalités pour aider les développeurs à créer des applications IA.

Légende : Au sein de Database 23 AI, Oracle met le cap sur l'IA avec notamment la recherche vectorielle et d'autres fonctionnalités. (Crédit Photo: Oracle)

Petit à petit, les offres d’Oracle se mettent en ordre de marche pour conquérir le marché de l’intelligence artificielle. Récemment, la firme avait orienté Autonomous Database dans ce sens avec des fonctions d’IA générative. Aujourd’hui, c’est au tour de Database 23 de se positionner sur l’IA en se voyant accoler le terme "ai" à la place de la lettre c. Elle comprend plusieurs fonctionnalités à destination des développeurs pour les aider dans la réalisation d’applications basées sur l’IA.

La recherche vectorielle au cœur du réacteur

En premier lieu, ce SGBDR hérite des évolutions dévoilées en septembre dernier comme la recherche vectorielle. Avec elle, Oracle relie les données structurées contenues dans les bases de données relationnelles aux données non structurées (image, texte,…) sous forme de vecteurs. Ceux-ci stockent le contenu sémantique des documents, images ou autres dans la base de données relationnelles. Oracle a ajouté un type d’indexation vectorielle spécifique pour accélérer la recherche. A noter que Vector Search prend également en charge Retrieval Augmented Generation (RAG), une technique d'IA générative qui combine de grands modèles de langage (LLM) et des données métiers privés pour fournir des réponses à des questions en langage naturel.

Lire la suite : https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-avec-database-23ai-oracle-taille-sa-base-de-donnees-pour-l-ia-93658.html 

5G

Nokia veut prendre sa revanche dans le domaine de la « 5G ouverte »

latribune.fr - Par Pierre Manière

Publié le 3 mai 2024

L’équipementier télécoms finlandais a annoncé avoir réussi un essai de sa technologie « Open Ran » en Italie avec Vodafone. Ces avancées doivent permettre à l’opérateur de remplacer certains équipements de réseau mobile par du logiciel, en faisant appel à de nouveaux fournisseurs, avec à la clé d’importantes économies. Nokia veut démontrer qu'il reste en pointe dans ce domaine après la perte d'un gros contrat aux Etats-Unis.

C'est une petite révolution dans le monde des télécoms. La technologie dite « Open Ran » est aujourd'hui en plein développement. Elle vise à remplacer certains équipements des réseaux mobiles 5G par du logiciel. L'idée est de permettre à de nouveaux acteurs de pénétrer ce marché, en mettant en concurrence leurs solutions. Ce qui doit in fine permettre aux opérateurs télécoms de réaliser d'importantes économies.

Tous les équipementiers télécoms développent leurs solutions Open Ran. Le groupe finlandais Nokia ne fait pas exception. Cette semaine, il a annoncé avoir réussi un essai « Open Ran » sur le réseau 5G de son partenaire Vodafone en Italie. Pour ce faire, Nokia a utilisé ses antennes, couplées à des serveurs Dell, et une plateforme cloud de Red Hat. « L'essai met en évidence la maturité de l'approche Open Ran de Nokia, qui est conçue pour donner aux opérateurs mobiles et aux entreprises plus de flexibilité dans la construction des réseaux », se félicite l'équipementier dans un communiqué.

Nokia veut démontrer son savoir-faire

Lire la suite : https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/nokia-veut-prendre-sa-revanche-dans-le-domaine-de-la-5g-ouverte-996787.html 

CNIL

IA et données personnelles : la Cnil fixe les règles

info-socialrh.fr - par Gilmar Sequeira Martins

Publié le 2 mai 2024

Les systèmes d’IA seront bien soumis au RGPD. Pour éviter toute esquive ou difficulté de mise en application des règles, la Cnil vient de publier des recommandations. Elles doivent permettre aux concepteurs de systèmes d’IA d’assurer la protection des données personnelles des personnes.

Devant les nombreuses questions juridiques et opérationnelles soulevées par l’utilisation, mais aussi l’élaboration de systèmes d’IA, la Cnil a publié une série de recommandations. Objectif : concilier le développement de systèmes d’IA avec les enjeux de protection de la vie privée qui sont au cœur du RGPD. Après avoir publié en mai 2023 son « plan IA », la Cnil s’est lancée dans un travail de « clarification du cadre juridique afin de sécuriser les acteurs ».

L’une des premières conclusions de cette démarche est de reconnaître aux yeux de la Cnil que le développement de ces systèmes est « conciliable avec les enjeux de protection de la vie privée » et que c’est « à cette condition que les citoyens feront confiance à ces technologies ». Reste à savoir comment faire. C’est l’objet des recommandations.

Les points délicats à gérer

Celles-ci doivent permettre aux acteurs concernés, y compris les services RH donc, d’assurer leur mise en conformité avec la législation sur la protection des données personnelles. Les recommandations permettent d’aborder les points les plus délicats à gérer, en l’occurrence les points clés du RGPD :

Lire la suite : https://www.info-socialrh.fr/fonction-rh/digitale/ia-et-donnees-personnelles-la-cnil-fixe-les-regles-903412.php

RGPD

A partir de quand une personne est-elle « identifiable » au sens du RGPD ?

droit-technologie.org - Par Etienne Wery

Publié le 03 mai 2024

Un communiqué de presse qui n’identifie pas la personne visée, mais contient des informations qui rendent l’identification possible sans « effort démesuré en termes de temps, de coût et de main-d’œuvre », de sorte que le risque d’identification n’est pas « insignifiant », est une donnée à caractère personnel.

Les faits

La requérante, de nationalité grecque, est chercheuse universitaire spécialisée dans les applications de la nanotechnologie, le stockage d’énergie et la biomédecine.

En 2007, elle a soumis une proposition de recherche intitulée « Étude de la transition du micro au nano : fondements, simulations et applications théoriques et expérimentales » (« le projet ») au Conseil européen de la recherche.

Le 30 septembre 2008, la Commission européenne et l’Université Aristote de Thessalonique ont signé la convention de subvention n° 211166 concernant le projet. L’université Aristote a été désignée comme institution d’accueil pour le projet. Le 15 juillet 2009, un amendement à cette convention est entré en vigueur, remplaçant la Commission par l’Agence exécutive du Conseil européen de la recherche (ERCEA) en tant que cocontractante de cette université.

Après la réalisation du projet, l’ERCEA a constaté des dépenses non éligibles lors d’un audit financier et a demandé le remboursement de ces montants à l’Université Aristote.

Parallèlement, l’OLAF a ouvert une enquête sur d’éventuelles irrégularités ou fraudes dans l’exécution du projet. Dans son rapport final, l’OLAF a recommandé à l’ERCEA de récupérer les sommes jugées indûment versées et a également recommandé aux autorités judiciaires nationales d’engager des poursuites pour fraude et usage de faux contre la chercheuse et certains membres du personnel universitaire.

Lire la suite : https://www.droit-technologie.org/actualites/a-partir-de-quand-une-personne-est-elle-identifiable-au-sens-du-rgpd/ 

Internet des Objets

A Grenoble, la compagnie de chauffage démontre le rôle de l'IoT dans un réseau de chaleur

journaldunet.com - Par Célia Garcia-Montero

Publié le 29 avril 2024

La compagnie de chauffage de l'agglomération déploie à grande échelle des capteurs IoT pour détecter les fuites d'eau dans son réseau de chaleur. Une application encore peu répandue dans l'IoT qui fait pourtant ses preuves.

Le réseau de chaleur est perçu comme un outil clé de la transition énergétique des villes. Le bon fonctionnement de ces systèmes de chauffage centralisé sous-terrain à l'échelle d'un quartier ou d'une ville représente ainsi une application toute trouvée pour l'IoT. C'est notamment ce que démontre le projet de la compagnie de chauffage intercommunale de l'agglomération grenobloise (CCIAG), qui opère le deuxième réseau de chaleur de France. Cette dernière va déployer plus de 500 capteurs le long de ses 178,3 km de canalisations réparties sous la voie publique de sept communes de l'agglomération pour y détecter des fuites d'eau. Près de 1 400 sous-stations seront aussi monitorées. "La tuyauterie est ancienne et le nombre de fuites augmente. Nous avons 3 000 points de visite pour les détecter, en faire le tour prend trois à quatre semaines", reconnaît Sébastien Blanchoz, responsable Pôle Exploitation et Distribution au sein de la CCIAG.

Cette recherche de fuite n'est pas une préoccupation récente pour la compagnie de chauffage, qui raccorde à son réseau plus de 100 000 équivalents-logements, soit un tiers de la population de la métropole. De premiers tests ont été menés en 2012. "Nous avons expérimenté de nombreux prototypes mais ils n'étaient pas au point. L'un des capteurs proposés par exemple était scellé et ne nous permettait pas de changer les piles", détaille Sébastien Blanchoz. Les expérimentations n'ont donc jamais abouti. Une nouvelle fuite sur le réseau en 2023 faisant perdre 200 mètres cube d'eau par jour a conduit la CCIAG à lancer un nouvel appel d'offres et à prendre à bras le corps cette problématique.

25 capteurs testés en POC

Lire la suite : https://www.journaldunet.com/iot/1530117-a-grenoble-la-compagnie-de-chauffage-demontre-le-role-de-l-iot-dans-un-reseau-de-chaleur/ 

Cybersécurité

Google sécurise Chrome contre une dangereuse faille permettant des attaques furtives

zataz.com - Par Damien Bancal

Publié le 30 avril 2024

Vous avez dû certainement le voir, Google a mis à jour Chrome. Le géant américain a récemment déployé un correctif crucial pour son navigateur. Cette mise à jour colmate une faille majeure qui aurait pu permettre à des attaquants de prendre le contrôle des systèmes des utilisateurs.

Identifiée sous le label CVE-2024-4058, cette vulnérabilité ouvrait la porte à des attaques de type « drive-by download« , une technique sournoise permettant aux pirates de télécharger et d’installer des logiciels malveillants à l’insu des utilisateurs. La faille résidait dans le moteur de couche graphique ANGLE de Chrome, essentiel pour l’exécution de contenu WebGL et OpenGL.

La découverte de cette brèche est attribuée à l’équipe de chercheurs de Qrious Secure, qui a soumis leur découverte dans le cadre du programme de primes pour bugs de Google. Reconnaissant la gravité de la menace potentielle, Google a attribué une récompense de 16 000 dollars à ces chercheurs pour leur contribution à la sécurité en ligne.

Il est important de noter que, bien que la brèche ait été colmatée, il est impossible de déterminer si elle a été activement exploitée avant la disponibilité du correctif. Cependant, cette réaction proactive de Google souligne l’importance de maintenir ses logiciels à jour et de rester vigilant face aux menaces en ligne.

Lire la suite : https://www.zataz.com/google-securise-chrome-contre-une-dangereuse-faille-permettant-des-attaques-furtives/

•••

Le rapport État de la cybersécurité en 2024 de Splunk met en avant l’impact grandissant de l’IA générative dans le paysage de la cybersécurité

globalsecuritymag.fr - Par Enterprise Strategy Group, Splunk Inc

Publié le 01mai 2024

En collaboration avec Enterprise Strategy Group, Splunk Inc. annonce la publication de son étude mondiale intitulée « État de la cybersécurité en 2024 : la course à l’exploitation de l’IA ». Au total, 1 650 responsables de la sécurité ont participé à cette étude et beaucoup d’entre eux affirment que la cybersécurité est de plus en plus facile à gérer par rapport aux années précédentes. Toutefois, les défenseurs se trouvent désormais entraînés dans une course contre leurs adversaires afin de tirer avantage de l’IA générative.

Selon les conclusions du rapport, les entreprises ont largement adopté les outils d’IA générative au sein de leurs équipes. Comparées à celles dont le développement d’un programme de cybersécurité est encore en cours, celles qui ont d’ores et déjà adopté des approches sophistiquées disposent de budgets conséquents, de vastes ressources et d’un degré d’autorité important et sont bien positionnées pour intégrer les outils et technologies d’IA générative de pointe à leur pile technologique. Néanmoins, en dépit de ce taux d’adoption élevé, beaucoup d’entreprises ne disposent pas de politique d’IA générative claire ou ne saisissent pas pleinement les vastes implications de cette technologie. En outre, les responsables de la sécurité sont divisés lorsqu’il s’agit de prédire qui va remporter la course à l’exploitation de l’IA générative : les défenseurs ou les cyberattaquants.

• 93 % des responsables de la sécurité déclarent que l’IA générative est utilisée dans leurs entreprises respectives et 91 % d’entre eux indiquent qu’ils exploitent cette technologie spécifiquement pour leurs opérations de cybersécurité.
• Malgré un fort taux d’adoption, 34 % des entreprises ne disposent pas d’une politique complète en matière d’IA générative et 65 % des participants admettent leurs difficultés à appréhender pleinement les implications de cette technologie.

Lire la suite : https://www.globalsecuritymag.fr/le-rapport-etat-de-la-cybersecurite-en-2024-de-splunk-met-en-avant-l-impact.html

•••

La cybercriminalité, nouveau sport olympique de Paris 2024 ?

forbes.fr - Une contribution de Laurent Sarrat, cofondateur et CEO de Sis ID et Jonathan Spedale, enquêteur réseaux Analyste fraude chez Cyber Moustache

Publié le 1 mai 2024

Les JO n’enchantent pas que les sportifs. Pirates et fraudeurs sont également ravis à l’idée de bénéficier de cet événement mondial pour exercer leurs cyberattaques. Fraudes au paiement, ransomwares, DDoS, phishing, cyberespionnage russe, à chaque groupe sa technique pour soutirer de l’argent, des informations ou des données. Pour autant faut-il craindre un tsunami de cyberattaques pendant les JO ?

Pendant les JO 2024, 10 500 athlètes et 48 disciplines seront sous les yeux de la planète entière. Plus discrète, la cybercriminalité profitera elle aussi de ce magnifique terrain de jeux pour décupler ses actions. Car quoi de plus alléchant pour des cybercriminels que d’agir dans un contexte aussi volumineux en public (quelque 15 millions de visiteurs sont attendus), en athlètes et délégations sportives, en entreprises privées et publiques et bien sûr… en transactions financières ? Quoi de plus prometteur pour des pirates et fraudeurs que l’opportunité de toucher autant de cibles potentielles dans un temps limité ? Du ransomware à la fraude au paiement en passant par le déni de service ou le cyberespionnage, tous les moyens seront utilisés pour escroquer de l’argent, de l’information ou des données. La France est-elle alors particulièrement exposée ?

Une digitalisation précoce mais une cybersécurité négligée

Plusieurs facteurs le laissent à penser. Avec un niveau de digitalisation important, mais un niveau de cybersécurité plutôt insuffisant de ses entreprises privées et établissements publics, la France prête particulièrement le flanc aux cyberattaques. Combien de mairies, hôpitaux et organisations ont fait les frais de cyberattaques ces dernières années ? Dernière en date : France Travail, avec le siphonnage des données personnelles de ses quelque 43 millions d’inscrits (données d’identité, numéros de sécurité sociale, adresses mail et téléphones). Une base de données commercialisée aujourd’hui sur le dark web à 3 500 euros, et dont les informations risquent fort d’être utilisées à des fins d’ingénierie sociale ou de phishing pendant les JO. 

A lire sur : https://www.forbes.fr/technologie/la-cybercriminalite-nouveau-sport-olympique-de-paris-2024/

Assurances

Assurances des collectivités : le gouvernement envisage la création d'un fonds portant sur « les risques sociaux »

maire-info.com - Par Lucile Bonnin

Publié le 3 mai 2024

Le gouvernement a lancé en octobre une mission sur « l'assurabilité des collectivités territoriales », chargée de trouver « des solutions pérennes et de long terme ». Un rapport sera remis au gouvernement dans les prochaines semaines. Quelques recommandations ont déjà été évoquées.

À l’occasion d’un déplacement hier à Vesoul, la ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales, Dominique Faure, est revenu sur le sujet de l’assurance des collectivités avec Alain Chrétien, maire de Vesoul.

Pour mémoire, en octobre dernier certaines communes étaient encore durement marquées par les émeutes de juin 2023 et se sont retrouvées sans assurance du jour au lendemain. D’après un rapport sénatorial, depuis le 1er janvier 2023, 20 % des collectivités ont subi une résiliation de contrat à l’initiative de l’assureur.

Face à ces problèmes d’assurance des collectivités, une mission a été lancée par le gouvernement, sur proposition de l’AMF, pour trouver des solutions. Cette dernière a été confiée au maire de Vesoul, Alain Chrétien, co-président de la commission Développement économique, commerce et tourisme de l’AMF ; et à Jean-Yves Dagès, ancien président de la fédération nationale Groupama et membre du Cese.

Sept mois plus tard, après avoir réalisé une quarantaine d'auditions et sondé 400 collectivités, la mission confirme l’existence d’une dégradation entre « les collectivités locales et le monde de l'assurance »  et évoque de premières pistes pour apaiser ces relations. 

État des lieux 

Lire la suite : https://www.maire-info.com/assurances/assurances-collectivites-gouvernement-envisage-la-creation-dun-fonds-portant-sur-les-risques-sociaux--article-28586


CyberCrime

Cybercrime : ces milliers d'"esclaves" contraints d'arnaquer en ligne les citoyens du monde

challenges.fr - Par Paul Loubière

Publié le 01 mai 2024

Les cybercriminels les plus organisés disposent de véritables camps de détention dans lesquels des prisonniers sont obligés de travailler pour eux. Le Cambodge et la Birmanie ont longtemps été les principaux pays concernés. Mais le fléau s’étend hors de l’Asie vers l’Amérique latine et l’Afrique. Le phénomène est en nette hausse d’après Interpol et le rapport 2024 des chercheurs de Tehtris.

Dans la série Bureau des Légendes (Canal+), un agent français de la DGSE se fait passer pour un hacker et se retrouve prisonnier dans un camp où il doit se livrer à un piratage en règle de comptes informatiques. Fiction ? Pas vraiment. Ces camps existent bel et bien. Dans leur dernier rapport de Threat Intelligence, les chercheurs de Tehtris, une entreprise française de cybersécurité, alertent sur les réseaux de cybercriminels chinois mettant en place des camps où des individus sont contraints de commettre des escroqueries en ligne, notamment par hameçonnage.

Loin d’être marginal, ce phénomène connaît une rapide extension. Interpol alerte sur ce trafic à grande échelle d’êtres humains dans lequel les victimes sont abusées au travers d’annonces en ligne proposant un faux travail. Elles se retrouvent ensuite forcées de commettre des cybercrimes à la chaîne. Les dernières enquêtes d’Interpol estiment que le phénomène s’étend géographiquement dans le monde. A l’origine, les centres de piratage étaient concentrés au Cambodge, avec des excroissances au Laos et en Birmanie. Aujourd’hui, des fermes de piratage ont été identifiées dans quatre pays d’Asie et le mode opératoire a été reproduit en Afrique de l’Ouest.

Lire la suite : https://www.challenges.fr/cybersecurite/cybercrime-ces-milliers-d-esclaves-contraints-d-arnaquer-en-ligne-les-citoyens-du-monde_891522 

Atos

Atos : les créanciers et les banques ont fait une offre commune de refinancement

L’Etat s’était manifesté, le week-end du 27-28 avril en envoyant une lettre d’intention au groupe, afin de lui signifier son intérêt pour ses activités souveraines, une initiative qu’Atos avait dit accueillir avec « satisfaction ».

lemonde.fr - Par Le Monde avec AFP

Publié le 4 mai 2024

https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/05/04/atos-les-creanciers-et-les-banques-ont-fait-une-offre-commune-de-refinancement_6231556_3234.html?random=236360419

Les créanciers et les banques du géant informatique français en difficulté Atos ont fait parvenir une offre commune de refinancement au groupe, lesté par une dette importante et en manque d’argent frais pour maintenir son activité, a annoncé, samedi 4 mai, à l’Agence France-Presse (AFP), une source proche du dossier.

L’entreprise, qui doit être l’un des piliers technologiques des Jeux de Paris cet été, avait annoncé lundi avoir besoin de 1,1 milliard d’euros de liquidités pour son activité en 2024-2025 et vouloir réduire de 3,2 milliards d’euros sa dette brute, qui avoisine les 5 milliards.

Atos avait fixé comme date limite vendredi 3 mai à ses créanciers pour lui soumettre des propositions de refinancement. « Les banques et les obligataires [créanciers] ont bien déposé une offre commune », a annoncé à l’AFP une source proche des détenteurs de dette obligataire d’Atos, ajoutant qu’ils « supportaient le groupe et apportaient les liquidités nécessaires à ce dernier ».

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Atos : l’Etat propose d’acheter les activités les plus sensibles, des supercalculateurs aux technologies militaires

Une lettre d’intention envoyée par l’Etat

Lire la suite : https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/05/04/atos-les-creanciers-et-les-banques-ont-fait-une-offre-commune-de-refinancement_6231556_3234.html?random=236360419

•••

Atos : quelles sont les activités "souveraines" du groupe informatique que l'État veut à tout prix conserver ?

francetvinfo.fr - Par Lauria Delanoë

Publié le 29 Avril 2024 

En grande difficulté financière, le groupe d'informatique voit l'État voler à son secours pour éviter de voir l'ancien fleuron français "passer dans les mains d'acteurs étrangers".

Y a-t-il des mousquetaires français pour sauver Atos ? Le groupe d'informatique français en difficulté a revu sensiblement en hausse ses besoins de financement, dans un nouveau plan d'affaires dévoilé lundi 29 avril, après un début d'année décevant au niveau de son activité. En pleine tourmente financière, l'ex-fleuron de la French Tech - qui doit être cet été un des piliers technologiques des Jeux olympiques de Paris - a précisé avoir désormais besoin de 1,1 milliard d'euros de liquidités pour financer son activité en 2024-2025 (contre 600 millions d'euros estimés précédemment).

Face à ces difficultés, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé, dès dimanche, avoir envoyé au géant informatique français en difficulté Atos une lettre d'intention en vue d'acquérir toutes les activités "souveraines" du groupe, afin d'éviter que des activités stratégiques pour la France ne "passent dans les mains d'acteurs étrangers", a-t-il déclaré sur LCI.

En clair, l'Etat tient avant tout à éviter toute fuite de ces activités stratégiques de la société française, car elles touchent à la défense, au nucléaire et la cybersécurité. Atos possède notamment des supercalculateurs utilisés pour la dissuasion nucléaire et des contrats avec l'armée française. La Défense française a également des contrats avec Atos pour ses systèmes informatiques et systèmes de communications.

Enfin, la lettre d’intention de Bruno Le Maire, accueillie avec "satisfaction" par le groupe qui assure qu'un tel engagement "protégerait les impératifs stratégiques de souveraineté de l'Etat", cible des serveurs utilisés pour l’intelligence artificielle, de l'informatique quantique et d’autres produits de cybersécurité. Ces activités "doivent rester sous le contrôle exclusif de la France", martèle le ministre de l’Économie, sur LCI. D'où ce projet d’acquisition par l'État, à l’heure où Atos est dans la tourmente.

À la tête du groupe pendant une dizaine d'années, jusqu'en 2019, le Commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, a insisté sur France Inter sur le fait que l'entreprise disposait d'actifs "stratégiques pour l'Europe" : "Je ne voulais pas que certains de ces actifs partent dans des mains qui n'étaient pas européennes, c'est pour ça aussi que je les avais acquis. Donc je crois que c'est très important que ça reste en Europe", a-t-il expliqué.

Un consortium d'actionnaires français

Lire la suite : https://www.francetvinfo.fr/economie/atos-quelles-sont-les-activites-souveraines-du-groupe-informatique-que-l-etat-veut-a-tout-prix-conserver_6515186.html

 

Metavers

Pourquoi l’agence Charentes Tourisme s’est-elle lancée dans le métavers ?

Cette semaine, l’agence de développement touristique Charentes Tourisme annonçait investir le métavers en créant 3 espaces virtuels, celui des Charentes, d’Angoulême et de Châtelaillon-Plage. Pourquoi avoir décidé de parier sur cette technologie ? Quelle est l’ambition touristique derrière cette expérimentation ? Entretien avec Gallic Guyot, Directeur exécutif de Charentes Tourisme.

Quel a été le point de départ de ce projet de métavers ?

Gallic Guyot, Directeur exécutif de Charentes Tourisme

Tout a commencé quand nous avons présenté notre nouvelle stratégie et avons engagé des démarches pour devenir association à mission. Nous souhaitons accompagner les territoires et les filières à faire face aux défis et aux mutations touristiques. Ces défis sont environnementaux, mais pas seulement. Un autre enjeu est de transformer nos outil, nos supports, pour mieux nous adresser aux jeunes générations. Ce projet est le fruit d’un échange avec François-Xavier Goemare, Co-fondateur de Wytland, dont j’ai aimé le discours et l’approche. Son idée est que le métavers est un outil avant tout relationnel et pas que technologique. Ma priorité était de créer un collectif en incluant des personnes issues de la Génération Z. C’est pour cela que nous avons noué un partenariat avec l’école de commerce Excelia. Nous avons aussi travaillé avec l’Office de Tourisme d’Angoulême, la Cité de la BD, l’Office de Tourisme de Châtelaillon-Plage et le Comité Régional du Tourisme de Nouvelle-Aquitaine.

Quelle est votre ambition avec ces 3 métavers ?

Quelle est votre ambition avec ces 3 métavers ?

Nous voulions créer un espace adapté aux nouvelles générations. Cette expérimentation va nous permettre d’évaluer notre capacité à mobiliser des jeunes dans ces espaces afin de déclencher leur venue sur le territoire. C’est pourquoi nous avons travaillé en étroite collaboration avec les étudiants d’Excelia, afin de connaître leurs attentes et les thématiques qui les touchent. Parmi elles, les mobilités douces et le patrimoine sont particulièrement ressortis. Ces métavers ont vocation à devenir des espaces de socialisation, nous voulons créer une communauté. Peut-être que nous allons droit dans le mur, mais l’heure n’est pas encore au bilan. Quand je vois des écoles investir massivement dans cette technologie et en faire un enjeu pédagogique, je me dis que nous sommes sur la bonne voie.

Combien a coûté l’élaboration de ces espaces virtuels ?

Lire la suite : https://www.tom.travel/2024/05/03/pourquoi-lagence-charentes-tourisme-sest-elle-lancee-dans-le-metavers/


Mobilité

Le ministre des Transports relance le titre unique de transport

maire-info.com - Par Franck Lemarc

Publié le 26 avril 2024

À quand le titre unique de transport permettant, avec un seul titre, d'accéder à tous les modes de transport urbains et interurbains ? Le projet porté par l'ancien ministre des Transports, Clément Beaune, semblait avoir du plomb dans l'aile, mais il vient d'être relancé.

Par Franck Lemarc

Il existe aujourd’hui plus de 200 systèmes de billettique différents en France : chaque autorité organisatrice a le sien, et un voyageur possesseur, par exemple, d’un  Pass Navigo permettant de prendre les transports en commun en Île-de-France ne peut pas circuler avec sur les réseaux des autres métropoles. C’est pourquoi le Gart (Groupement des autorités responsables du transport) défend depuis longtemps l’idée d’un titre « interopérable »  permettant « de circuler sur tous les réseaux de transport et de mobilités partagées grâce à une démarche d’achat unique et avec un seul support physique ou dématérialisé ». Une idée que l’AMF défend, elle aussi, depuis longtemps.

Ce type de dispositif existe déjà dans plusieurs pays comme les Pays-Bas ou la Suisse, où le SwissPass permet d’utiliser la totalité des modes de transport (sauf l’avion), y compris les téléphériques et l’autopartage. 

Il ne s’agit pas, rappelons-le, de créer un tarif unique sur l’ensemble des autorités organisatrices, mais bien un titre unique, un « support universel »  (sur smartphone ou sous forme de carte) permettant d’accéder à l’ensemble des réseaux de mobilité.

Comité de pilotage

Lire la suite : https://www.maire-info.com/transports/le-ministre-des-transports-relance-le-titre-unique-de-transport-article-28565

•••

2 milliards pour la mobilité dans les Hauts-de-France : ce qu'il faut savoir du nouveau contrat de plan État-Région

Xavier Bertrand, président de la Région, et Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique, ont signé à Compiègne le nouveau contrat de plan État/Région consacré aux transports. Une enveloppe de 2 milliards d'euros pour soutenir la transition écologique des Hauts-de-France.

2 milliards d'euros de budget pour les transports durables dans les Hauts-de-France dont 700 millions financés par l'État. C'est le montant du volet mobilité du contrat de plan État/Région en vigueur jusqu'en 2027. Une enveloppe qui doit aider la Région à remplir ses objectifs de décarbonation et à intensifier son engagement pour une réindustrialisation verte.

"Le précédent contrat de plan, c’était l’équivalent de 200 millions d’euros par an, partagés entre l’État et la Région. Là, c’est 400 millions par an, développe Christophe Béchu. Quand on double l’enveloppe en seulement l’espace de quelques années, ça traduit une tradition. Plus exactement, deux ambitions : l’ambition de l’État d’accélérer sur la transition écologique et de rendre possible l’aménagement du territoire et l’ambition du conseil régional d’accompagner ses populations, ses territoires et de booster son développement économique."

Lire la suite : https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/oise/2-milliards-pour-la-mobilite-dans-les-hauts-de-france-ce-qu-il-faut-savoir-du-nouveau-contrat-de-plan-etat-region-2961302.html

•••

RER A : un nouveau Centre de Commandement Unique entièrement modernisé pour améliorer les performances de la ligne

ratpgroup.com - Communiqué

Publié le 25 Avril 2024

Valérie Pécresse, Présidente d’Île-de-France Mobilités et de la Région Île-de-France, Jean Castex, Président-directeur général du groupe RATP, Christophe Fanichet, Président-directeur général de SNCF Voyageurs et Séverine Lepère, Directrice générale Île-de-France de SNCF Réseau, ont visité ce jeudi 25 avril le nouveau Centre de Commandement Unique (CCU) du RER A à Vincennes.

Opérationnel depuis le 28 janvier dernier, et intégralement financé par Île-de-France Mobilités, il permettra de maintenir et d’améliorer les performances de la ligne la plus empruntée d’Europe pour les années à venir et à améliorer l’information voyageurs en temps réel.

Télécharger le communiqué de presse : https://ratpgroup.com/wp-content/uploads/2024/04/240425-CP-Le-RER-A-se-dote-dun-nouveau-Centre-de-Commandement-Unique-entierement-modernise.pdf

•••

La RATP teste l’IA pour affiner la mesure de la fréquentation

www.tom.travel - Par Hugo Pellegrin

Publié le 25 avril 2024

A l’occasion de la deuxième édition de l’Innovation Day, le Groupe RATP a partagé les enjeux et la stratégie de l’innovation, tout en présentant une sélection de réalisations et d’expérimentations déployées sur l’année 2023. L’opérateur de transports s’appuie notamment sur l’intelligence artificielle pour optimiser la connaissance des flux de voyageurs. 

Inventer et construire les villes du futur, innover au quotidien pour les voyageurs ou encore décarboner et économiser l’énergie des mobilités et des villes figurent parmi les 6 thématiques sur lesquelles le Groupe RATP souhaite axer sa stratégie d’innovation.

Figurant parmi les technologies émergentes populaires du moment, l’intelligence artificielle a été portée par deux équipes pour adresser ces problématiques parmi la vingtaine de projets présentés par le Groupe RATP à l’occasion de l’Innovation Day. Celle-ci est notamment mise au service de la connaissance des flux de voyageurs au travers du projet Affluence Flux et Espaces, qui met l’IA au service de la mesure de fréquentation.

Optimiser le suivi des flux

A travers ce projet, le Groupe RATP souhaite systématiser des mesures spécifiques sur certains points clefs de son réseau, dans le but de déterminer le nombre de personnes se déplaçant d’une zone à une autre, quelle que soit la densité de voyageurs. L’opportunité d’améliorer la connaissance des besoins d’exploitation et ainsi optimiser le service rendu aux usagers.

Connaître les niveaux d’affluence en temps réel

Lire la suite : https://www.tom.travel/2024/04/25/la-ratp-teste-lia-pour-affiner-la-mesure-de-la-frequentation/

•••

Transports en Moselle-Nord : comment avance le Bus à Haut Niveau de Service ?

lasemaine.fr - Par Marine Prodhon

Publié le 27 avril 2024

Les agglomérations de Portes de France – Thionville et du Val de Fensch viennent de concrétiser leur engagement auprès du Syndicat mixte des transports urbains Thionville-Fensch (Smitu) en choisissant d’augmenter les impôts locaux lors des votes des budgets pour le « recapitaliser ». L’occasion pour La Semaine de revenir sur les dossiers qui animent le Smitu, notamment celui du Bus à haut niveau de service (BHNS).

Pourquoi construire deux ponts à Thionville ?

Cette question, ils sont nombreux à se la poser… Depuis quelques années, deux ponts s’esquissent dans le paysage de Thionville alors même que les usagers ne voient pas d’amélioration de leur système de transport, ce qui nécessairement les interroge. Le Smitu le comprend bien.

L’un surplombe la Moselle, l’autre les voies SNCF. Ils font partie intégrante du projet de Bus à Haut Niveau de Service et visent à désengorger le pont des alliés – aujourd’hui saturé aux heures de pointe – en offrant des voies en site propre pour les transports en commun. Ainsi, les bus pourront rejoindre directement la gare de Thionville avec un meilleur cadencement (toutes les quinze minutes) là où actuellement même la ligne structurante S20/S21 ne marque plus l’arrêt à la gare du fait de ces difficultés.

La bonne nouvelle, c’est le calendrier. Les ponts n’attendront pas le lancement du bus à haut niveau de service pour être mis en service. Le Smitu prévoit une ouverture de la ligne qui permettra d’utiliser les ponts au 1er janvier 2025. « Le premier ouvrage d’art Adenauer qui surplombe la Moselle est fini. Quand le second De Gaspery [surplombant les voies SNCF]sera totalement réceptionné en septembre », affirme Rémy Dick, le président du syndicat.

Lire la suite : https://www.lasemaine.fr/transports-en-moselle-nord-comment-avance-le-bus-a-haut-niveau-de-service/

•••

Voiture électrique : la possibilité de payer par carte bancaire bientôt obligatoire sur toutes les bornes de recharge rapide

centrepresseaveyron.fr

Publié le 21 avril 2024

Depuis le 13 avril, les nouvelles bornes de recharge rapide pour les véhicules électriques doivent être équipées d’un terminal de paiement électronique.

Depuis ce samedi 13 avril, toutes les nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques doivent être équipées d’un système de paiement par carte bancaire. À terme, ce sont toutes les bornes en activité au sein de l’Union européenne qui devront proposer ce mode de paiement, afin d’encourager leur usage et de participer à l’essor du tout électrique sur la route.

L’entrée en vigueur cette année du règlement européen sur le déploiement d’une infrastructure pour carburants alternatifs (AFIR) prévoit que les utilisateurs de véhicules électriques ou fonctionnant à l’hydrogène doivent être en mesure de payer facilement aux points de recharge ou de ravitaillement au moyen de cartes de paiement ou de dispositifs sans contact, sans avoir besoin d’un abonnement et en toute transparence au niveau des prix.

Toutes les bornes équipées au plus tard au 1er janvier 2027

Dans le détail, cela signifie que toutes les nouvelles bornes de recharge rapide installées à partir du 13 avril doivent intégrer un système de paiement par carte. Les autres, déjà en service, devront également en être équipées, au plus tard au 1er janvier 2027 pour s’adapter.

Lire la suite : https://www.centrepresseaveyron.fr/2024/04/21/voiture-electrique-la-possibilite-de-payer-par-carte-bancaire-bientot-obligatoire-sur-toutes-les-bornes-de-recharge-rapide-11903002.php

•••

Mobility Portal de geOps montre tous les trains, métros et bus de France en temps réel

byothe.fr

Publié le 22 Avril 2024

Alors que nous vivons à l’ère de la data, il est toujours passionnant de tomber sur des sites qui exploitent à fond les données disponibles pour proposer des outils incroyables. C’est le cas de la carte Mobility Portal de la société geOps. Cette carte interactive et qui se met à jour en temps réel exploite une quantité astronomique de données pour afficher tous les trains, métros et autobus en France et dans le monde.

Visualiser tous les trains, métros et bus de France sur le site Mobility Portal de geOps

Le site Mobility Portal de geOps affiche gratuitement les positions de milliers de véhicules de transport public dans le monde entier, qu’il s’agisse de trains, de bus, de métros ou de tramways. Pour tous ces véhicules, les positions sont calculées à partir des horaires (publiés par les sociétés de transport du monde entier) ou, lorsqu’elles sont disponibles, à partir de données en temps réel.

Dans une certaine mesure, Mobility Portal me fait un peu penser à l’excellent Carto Graou, une carte interactive des trains en France.

Lire la suite : https://byothe.fr/mobility-portal-geops-carte-interactive-train-bus-metro/#google_vignette

•••

Mobilité durable à Nice : 16 000 passagers quotidiens attendus avec le nouveau BHNS

investincotedazur.com - La rédaction

Faits marquants :

  1. 1. Capacité quotidienne : Le bus à haut niveau de service (BHNS) de la ligne 8 (14 bus fabriqués par l’entreprise française Heuliez) prévoit de transporter 16000 usagers chaque jour à compter du 2 septembre 2024.
  2. 2. Transition écologique : Avec une flotte projetée à 100% décarbonée d’ici fin 2025, Nice se positionne en leader de la mobilité durable.
  3. 3. Innovations technologiques : Les nouveaux bus électriques, dotés de technologies avancées, assurent confort et sécurité, réduisant l’impact environnemental.

La ville de Nice initie une transformation majeure de son réseau de transport public avec l’introduction du bus à haut niveau de service (BHNS) sur la ligne 8, qui commencera à opérer à partir du 2 septembre. Le projet s’inscrit dans une démarche de mobilité durable visant à réduire considérablement l’empreinte carbone des transports en commun.

Le BHNS de Nice : une capacité de 16 000 passagers par jour

Avec le lancement prochain du BHNS, la ligne 8 promet une capacité de transport de 16 000 usagers quotidiens. Le service, avec une fréquence de passage toutes les 7 minutes, vise à désengorger les axes routiers principaux et à offrir une alternative rapide et efficace d’accès au centre-ville de Nice depuis le nord de la Ville.

Une stratégie ambitieuse pour une ville décarbonée

Lire la suite : https://www.investincotedazur.com/bhns-nice/

•••

La Ville de Nyon lance une enquête origine-destination pour améliorer la mobilité urbaine

nyon.ch - Communiqué

Publié le 22 avril 2024

Cette action, qui concerne les automobilistes et les motocyclistes, se déroulera les mardis 23 et 30 avril, ainsi que les jeudis 25 avril et 2 mai, sur 6 axes routiers de la ville.

Dans le cadre de son engagement continu à observer et à améliorer les pratiques de mobilité, la Ville de Nyon a initié en 2023 une campagne de comptages des déplacements. Afin de compléter cette action, la Ville de Nyon lance une enquête origine-destination auprès des automobilistes et des motocyclistes. Celle-ci se déroulera les mardis 23 et 30 avril, ainsi que les jeudis 25 avril et 2 mai.

Précédemment réalisée en 2007 et 2017, cette enquête vise à éclairer divers aspects de la circulation routière, notamment en déterminant les motifs des déplacements, en évaluant la répartition du trafic entre le transit, les échanges avec Nyon et le trafic interne à la ville, ainsi qu'en mesurant le taux d'occupation des véhicules.

Menée en collaboration avec la Police Nyon Région et des experts en mobilité, cette enquête anonyme se déploiera sur 12 postes répartis le long de 6 axes routiers de la ville. Le processus d'enquête est conçu pour être efficace, avec une durée estimée d'environ 3 minutes par véhicule.

La Ville de Nyon remercie d’ores et déjà toutes les personnes qui participeront à cette enquête, jouant ainsi un rôle crucial dans l'amélioration de la mobilité urbaine. Les résultats de la campagne de comptage globale, y compris les données recueillies dans le cadre de cette enquête, seront rendus publics à la fin de l'année 2024.

Lire la suite : https://www.nyon.ch/actualites/la-ville-de-nyon-lance-une-enquete-origine-destination-pour-ameliorer-la-mobilite-urbaine-15879 

•••

Qu’apporte l’app « Transport Public Paris 2024 » par rapport à Google Maps ou Citymapper ?

numerama.com - Par Nicolas Lellouche

Publié le 23 avril 2024

Encore une application

Lancée par Île-de-France Mobilités en avril 2024, Transport Public Paris 2024 est « l’application officielle pour se déplacer pendant les Jeux olympiques ». Elle permettra notamment d’utiliser son smartphone (iPhone ou Android) pour valider son titre de transport dans le métro.

Les Jeux olympiques de Paris, c’est aussi de nouvelles applications. En plus de JOptimiz pour la circulation routière et de TradSNCF pour la traduction dans les gares, la France a mis au point un nouvel outil pour les transports en commun, la marche et le vélo : Transport Public Paris 2024. Cette application mobile, disponible sur iOS et Android depuis le 22 avril, est une version dérivée des apps Bonjour RATP et Île-de-France Mobilités, puisqu’elle intègre quasiment les mêmes fonctions, dans une interface très similaire. Pendant les JO, elle permettra de choisir l’itinéraire idéal pour se rendre d’un point A à un point B.

Techniquement parlant, il est déjà possible d’essayer Transport Public Paris 2024. L’intérêt est néanmoins limité, puisque les itinéraires personnalisés de l’application, qui « dispatcheront » les voyageurs sur différents parcours pour ne pas saturer les lignes, ne sont pas encore actifs. Il est toutefois déjà possible de la comparer à Google Maps ou Citymapper, les deux références en matière de navigation.

•••

Tesla dévoile l’application qui va transformer votre voiture en taxi, le Airbnb de l’automobile arrive bientôt

phonandroid.com - Par Alexandre Mathiot

Publié le 24 Avril 2024

En pleine évolution du secteur des véhicules autonomes, Tesla annonce une nouveauté intrigante mais que l’on attendait : une application intégrée de covoiturage autonome. Conçue pour concurrencer directement des géants comme Uber et Waymo, elle s'intégrera à son application existante.

Tesla a profité de la publication de ses résultats financiers du premier trimestre 2024 pour teaser sa future application de covoiturage autonome. Ce service, qui sera intégré dans son application déjà largement utilisée, et depuis peu disponible à tous les utilisateurs et pas seulement au propriétaire des véhicules de la marque, promet de révolutionner la mobilité urbaine. Les captures d'écran révélées récemment montrent une interface qui permet de commander un véhicule, régler la température ou choisir sa musique avant même qu'il n'arrive !

Même si Tesla n'a pas encore réussi à mettre en œuvre un système de conduite entièrement autonome sans supervision, les progrès récents semblent suffisamment prometteurs pour que l'entreprise commence à déployer cette application de covoiturage sans conducteur. Ce développement est une réponse directe aux services déjà établis par Uber et Waymo. Cette annonce marque donc l'entrée de l’entreprise dans la compétition du marché naissant des transports autonomes.

Tesla dévoile l’interface de sa future application de partage de voiture

Lire la suite :  https://www.phonandroid.com/tesla-devoile-lapplication-qui-va-transformer-votre-voiture-en-taxi-le-airbnb-de-lautomobile-arrive-bientot.html

•••

La métropole de Bordeaux s’engage avec l’installation de 1500 bornes de recharge

bougerabortdeaux.com - Par Léa Tarozzi

Publié le 23 avril 2024

C’est une avancée majeure dans la transition écologique de la Métropole de Bordeaux : dès cet été, 1500 bornes de recharge électrique vont être déployées dans 26 des 32 parkings Metpark de la ville ! Une belle nouvelle pour les véhicules bordelais.

La métropole de Bordeaux s’engage avec l’installation de 1500 bornes de recharge ! Ce partenariat entre l’entreprise Metpark et TotalEnergies Charging Services, signé pour une durée de 15 ans, s’inscrit dans une volonté commune de promouvoir l’écomobilité et de faciliter l’accès à la recharge pour les utilisateurs de véhicules électriques.

Pour les utilisateurs de véhicules électriques, cette initiative représente une sécurité accrue. En effet, le déploiement de ces 1500 bornes de recharge vise à garantir un accès facile et rapide à un point de recharge en cas de besoin, ce qui peut encourager davantage de personnes à opter pour la mobilité électrique. Parmi ces bornes, 1420 seront à charge lente, adaptées au rythme de vie urbain, tandis que 80 points de charge rapide permettront aux visiteurs de passage de recharger leur véhicule en peu de temps.

Une offre tarifaire attractives sera mise en place pour les abonnés aux parkings Metpark, avec une estimation d’environ 5€ pour une recharge de 100 km. L’investissement pour ce projet s’élève à plusieurs millions d’euros, soulignant ainsi l’engagement financier des partenaires pour proposer des infrastructures de qualité.

Lire la suite : https://www.bougerabordeaux.com/sinformer/la-metropole-de-bordeaux-sengage-avec-linstallation-de-1500-bornes-de-recharge/

Internet et réseaux sociaux

Les chiffres clés d’Internet et des réseaux sociaux dans le monde en avril 2024

Découvrez les principales données à retenir de l’étude de We Are Social et Meltwater sur l’usage du web et des réseaux sociaux.

Étienne Caillebotte / Publié le 25 avril 2024

 

https://f.hellowork.com/blogdumoderateur/2024/04/chiffres-usages-internet-avril-2024.jpg

légende : Le nombre d'internautes et de mobinautes continue de croître, tout comme le nombre d'adeptes des réseaux sociaux. © We Are Social/Meltwater

 

Ce mercredi 24 avril 2024, l’agence We Are Social a publié la version actualisée de son Digital Report. Conçu en partenariat avec Meltwater, cette étude vise à analyser les comportements en ligne et, surtout, identifier les dernières tendances du numérique. Découvrez, dans cet article, les principaux enseignements du rapport, sur : https://indd.adobe.com/embed/0fbe4f1e-75e8-443b-a70f-0fd82644a138?startpage=1&allowFullscreen=true

Les grandes tendances du rapport

5,44 milliards. C’est le nombre d’individus qui sont désormais connectés à Internet à l’échelle mondiale, ce qui représente un gain de 178 millions d’internautes depuis avril 2023. De fait, les internautes sont dorénavant en « supermajorité », souligne le rapport de We Are Social et Meltwater, puisque plus de deux personnes sur trois naviguent régulièrement sur le web. « Mais malgré les chiffres impressionnants d’aujourd’hui, nous sommes encore loin d’atteindre l’objectif déclaré des Nations Unies de connectivité universelle », soulignent les deux entreprises, qui observent que 2,66 milliards d’individus ne peuvent toujours pas accéder à Internet en avril 2024.

Lire la suite : https://www.blogdumoderateur.com/chiffres-cles-internet-reseaux-sociaux-monde-avril-2024/?utm_source=blogdumoderateur&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter_hebdomadaire&utm_content=media-1

Elections européennes 2024

Élections européennes 2024 : le gouvernement veut protéger ce scrutin de la désinformation et des ingérences numériques étrangères

francetvinfo.fr - Par Aurélie Herseront, Radio France

Publié le 24 Avril 2024

Le ministère de l'Europe présente mercredi son dispositif de lutte contre la désinformation et les ingérences numériques étrangères qui pourraient menacer les élections européennes du 9 juin. Il s'adresse notamment aux plateformes de réseaux sociaux.

À moins de 50 jours des élections européennes, le ministre chargé de l'Europe Jean-Noël Barrot va battre le rappel des plateformes, types X - l'ancien Twitter - ou Meta, propriétaire de Facebook, pour qu'elles s'engagent à vraiment jouer leur rôle contre la désinformation. Il doit présenter son disposisitf pour lutter contre la désinformation mercredi 24 javril. Le gouvernement veut que les réseaux sociaux "déviralisent", c'est-à-dire restreignent la diffusion, voire suppriment rapidement des contenus faux concernant la campagne. 

Un moment devra être particulièrement surveillé : la période de réserve, qui commence le vendredi soir à minuit, qui précédera le vote. Ce moment interdit aux candidats toute expression et donc toute riposte à une fake news qui les concernerait.

Les très sensibles dernières heures avant le scrutin

Jean-Noël Barrot a en effet une obsession : éviter un scénario à la slovaque. Il faut dire qu'en septembre dernier, lors des élections en Slovaquie, le candidat progressiste a été victime d'un deep fake, un montage audio réalisé grâce à l'intelligence artificielle, posté sur Facebook à l'avant-veille du vote et devenu viral. Dans cette fausse conversation, on entend le candidat expliquer qu'il va truquer les résultats. Difficile de quantifier avec précision l'impact sur les votes, toujours est-il que ce candidat a perdu, alors que les sondages le donnaient gagnant.

À en croire le gouvernement, la France a des raisons de s'inquiéter d'éventuelles manœuvres de définsormation ou d'ingérences numériques étrangères. Le gouvernement recense en effet des attaques informationnelles, souvent venues de Russie, ces dernières semaines.

Des attaques protéiformes recensées récemment

Lire la suite : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-brief-politique/elections-europeennes-2024-le-gouvernement-veut-proteger-ce-scrutin-de-la-desinformation-et-des-ingerences-numeriques-etrangeres_6477005.html

Paiement électronique

HubSpot lance sa plateforme de paiement unifié en France

ecommercemag.fr

Publié par Lisa Henry le 24 Avril 2024

En partenariat avec Stripe, HubSpot annonce le déploiement de Commerce Hub, sa plateforme de paiement unifié en France. L'objectif est de faciliter la facturation de l'e-commerce BtoB.

Alors que l'e-commerce BtoB est en plein essor et que la facturation électronique devient obligatoire, HubSpot annonce la disponibilité de sa plateforme Commerce Hub en France en partenariat avec Stripe. Celle-ci veut permettre aux entreprises de l'Hexagone de bénéficier d'une expérience de paiement unifiée. En partenariat avec Stripe, cette plateforme est née de l'initiative d'HubSpot, entreprise de la relation client à destination des entreprises en croissance.

À l'heure actuelle, le paiement BtoB est cloisonné, rendant la conversion compliquée. Pourtant, cet aspect est primordial au développement des entreprises. Ainsi, Commerce Hub unifie l'expérience de paiement avec le reste des équipes de mise sur le marché, afin que les clients B2B puissent acheter leurs produits quand et comme ils le souhaitent.

Les fonctionnalités de la plateforme

Lire la suite : https://www.ecommercemag.fr/Thematique/paiements-1291/solutions-paiement-2184/Breves/HubSpot-lance-sa-plateforme-de-paiement-unifie-en-France-459651.htm#&utm_source=navigation&utm_medium=rebond&utm_campaign=rebond_meme_rubrique

5G

Quels sont les avantages de la 5G ?

L’essor de la 5G ouvre des perspectives fascinantes en mobilité numérique . Avez-vous déjà été agacé par des téléchargements qui n'en finissent pas ou des appels vidéo qui se coupent ? Les forfaits 5G promettent d'y mettre un terme grâce à leurs débits inédits.

dock.fr - Par Redac

Publié le 24/04/2024

L'évolution généralisée des activités numériques, qu'il s'agisse de jeux en ligne ou de streaming en qualité 4K, exige une amélioration constante de la vitesse et de la stabilité des connexions. Les forfaits 5G offrent une réponse appropriée à ces nouveaux besoins, de plus en plus exigeants en bande passante et en réactivité.  Parcourons ensemble les avantages significatifs que ces forfaits peuvent apporter à notre quotidien numérique.

Quels sont les avantages de la vitesse 5G ?

Jusqu'à 10 fois plus rapide qu'en 4G

Avez-vous déjà ressenti cette frustration lorsque votre vidéo en streaming se met en pause pour charger, ou lorsque l'envoi d'un fichier volumineux semble prendre une éternité ? Avec la 5G, ces désagréments appartiennent au passé. Imaginez pouvoir télécharger un film entier en qualité HD en quelques secondes plutôt qu'en plusieurs minutes. C'est  ce que la 5G rend possible. 

Lire la suite : https://www.edcom.fr/dossiers/les-avantages-de-la-5g

Intelligence artificielle

Gabriel Attal annonce le déploiement de l'intelligence artificielle dans les services publics

bfmtv.com - Par alomé Ferraris

Publié le 23 Avril 2024

En déplacement à Sceaux, le Premier ministre à annoncé le déploiement d'Albert, une IA souveraine à destination des agents des services publics.

Démocratiser l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) générative dans l'administration. En déplacement à Sceaux ce mardi 23 avril, le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé le déploiement d'une intelligence artificielle souveraine dans les services publics français.

"Je vous annonce que nous avons développé une intelligence artificielle souveraine, française, qui va révolutionner nos services publics et que nous mettons désormais au service des Français", a déclaré le Premier ministre, appelant à "choisir l'IA" et non à la "subir".

Baptisée Albert, cette IA a été développée par un ingénieur formé en France. Aux côtés de huit autres experts du Datalab de la Dinum, la Direction interministérielle du numérique, il a mis au point cet outil à partir de juin 2023. "Grâce à eux, la France est le premier pays européen à inaugurer une IA 100% souveraine et à la mettre au service de ses services publics", a assuré Gabriel Attal.

Dégager du temps de travail

Lire la suite : https://www.bfmtv.com/tech/intelligence-artificielle/gabriel-attal-annonce-le-deploiement-de-l-intelligence-artificielle-dans-les-services-publics_AV-202404230371.html

•••

L’avènement de l’IA est-il inéluctable et même souhaitable ?

fredcavazza.net Par Frd Cavazza

Publié le 26 avril 2024

Analyses

À en croire ses promoteurs, l’IA générative serait la plus grande invention de l’histoire de l’humanité depuis l’électricité. Elle serait notre porte d’entrée dans le XXIe siècle et notre salut face à tous ses défis (dérèglement climatique, répartition des richesses, raréfaction des matières premières, vieillissement de la population…). Je me suis toujours considéré comme un techno-optimiste, mais là, force est de reconnaitre qu’ils vont un peu trop loin dans le solutionnisme technique, et que cette fuite en avant avec l’IA généraliste manque à la fois de prudence et de clairvoyance.

Synthèse de l’article :

  • Les budgets colossaux qui sont consacrés à la R&D autour des modèles génératifs fixe un rythme d’innovation très élevé ;
  • L’actualité incessante obscurcit notre horizon et nous empêche de prendre le recul nécessaire pour bien appréhender et anticiper les enjeux de la révolution de l’IA ;
  • La 4e révolution industrielle suit son cours, stimulée par les progrès de l’IA générative, au détriment probable des cols blancs non-qualifiés qui seront les première victimes de la recherche de compétitivité ;
  • Les prouesses techniques des modèles génératifs ne doivent pas nous faire oublier leurs faiblesses et le manque de maitrise ou de visibilité sur leur évolution ;
  • Il est plus que temps d’adopter un point de vue plus critique sur ces nouveaux outils dont on ne connait pas l’impact réel sur l’emploi, l’économie ou la société.

Lire la suite : https://fredcavazza.net/2024/04/26/lavenement-de-lia-est-il-ineluctable-et-meme-souhaitable/

•••

Etude du groupe SII : l’IA générative peine à s’imposer dans le quotidien des Français

actuia.com - Par Pierre-yves Gerlat.

Publié le 22 avril 2024P

Une récente étude du groupe SII, entreprise de services du numérique et de conseils en technologie à dimension internationale, menée en collaboration avec l’institut de sondage Viavoice révèle une adoption plutôt timide de l’IA générative en France. Les résultats mettent en lumière la méconnaissance de cette technologie parmi les Français et les craintes qui en freinent l’intégration dans leur vie quotidienne.

Viavoice a interrogé un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 16 ans et plus. Pour le groupe SII, la perception que les Français ont de l’IA générative “interroge alors que le gouvernement affiche une volonté de faire de la France un champion de l’IA. Des ambitions qui semblent décorrélées du quotidien des Français : si 65% des sondés ont déjà entendu parler d’IA générative, seuls 22% d’entre eux voient très bien de quoi il s’agit”.

L’enquête révèle que près de 81% des personnes interrogées n’ont pas encore expérimenté l’IA générative pour un usage personnel malgré le battage médiatique autour de ChatGPT.  Côté entreprises, le constat est également édifiant : alors que 22% des actifs ont déclaré que cette technologie est déployée ou en cours de déploiement au sein de leur entreprise, seuls 4% d’entre eux peuvent témoigner d’un déploiement dans l’ensemble de leur entreprise.

Lire la suite : https://www.actuia.com/actualite/etude-du-groupe-sii-lia-generative-peine-a-simposer-dans-le-quotidien-des-francais/?mc_cid=8f39dc8a66&mc_eid=1b5f52f4fd

•••

L’intelligence artificielle avance, le cancer recule

latribune.fr - Par marine Protais

Publié le 23 avril 2024

DOSSIER SANTÉ. Une nouvelle génération de startups dopées à l’IA élabore des molécules inédites, qui pourraient devenir les traitements oncologiques de demain. Une thématique qui sera au coeur du forum Impacts santé organisé par La Tribune qui se tiendra ce jeudi à Paris.

Sur le plateau de Saclay, à Villebon-sur-Yvette, une fabrication d'un type nouveau se déroule. Dans un laboratoire robotisé, Iktos produit plus de 1.000 molécules chaque mois. Toutes ont été modélisées à l'aide de l'intelligence artificielle. Et une grande partie d'entre elles ont le même objectif : trouver de nouveaux remèdes contre le cancer.

Il n'existe pas encore de « ChatGPT » de la biologie capable de générer un médicament inédit en quelques secondes, mais des modèles permettent de concevoir des molécules bien plus rapidement qu'avec les méthodes classiques. Celui d'Iktos y parvient en prédisant virtuellement l'action de cette molécule sur une cible pathologique donnée. Cette technique lui permettrait de gagner un an de recherche, dit-elle, et surtout de trouver des molécules de meilleure qualité avec plus de chance de réussir des essais cliniques.

Lire la suite : https://www.latribune.fr/technos-medias/informatique/l-intelligence-artificielle-avance-le-cancer-recule-995804.html 

•••

Une IA de Microsoft suscite des inquiétudes en termes de fraude et de désinformation

latribune.fr - Avec AFP

Publié le 21 avril 2024

Microsoft crée une technologie d'IA pour transformer une photo et un échantillon de voix en vidéo ultra réaliste, futur terreau pour les fraudes et les fakenews.

Microsoft a mis au point une technologie d'intelligence artificielle (IA) qui permet de transformer une photo de visage et un échantillon de voix en une vidéo ultra réaliste d'un « visage en train de parler ». Baptisée VASA-1, cette technologie prend une simple photo de portrait et un fichier audio et les convertit en une vidéo où le visage s'anime et parle de façon hyperréaliste.

L'essor rapide de l'IA générative, qui permet de produire facilement toutes sortes de contenus (textes, images, sons...) de qualité bluffante, suscite de nombreuses inquiétudes, notamment en termes d'exploitation à des fins de fraude et de désinformation. Microsoft reconnaît que cette technologie pourrait être utilisée à mauvais escient pour usurper l'identité d'un être humain.

Microsoft se concentre sur des applications positives de l'IA

Cependant, la firme informatique assure se concentrer sur des applications positives de l'IA générative, telles que le renforcement de l'équité en matière d'éducation, l'amélioration de l'accessibilité pour les personnes ayant des difficultés de communication, et le soutien thérapeutique aux personnes qui en ont besoin. Microsoft ne prévoit pas de rendre le nouvel outil disponible ou de donner des informations techniques « tant que nous ne sommes pas certains que la technologie sera utilisée de manière responsable et conformément aux réglementations en vigueur ».

Lire la suite : https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/une-ia-de-microsoft-suscite-des-inquietudes-en-termes-de-fraude-et-de-desinformation-995914.html

•••

IA et sécurité : la ville de Cannes va expérimenter les caméras intelligentes lors de son Festival

actuia.com - Par Pierre-Yves Gerlat

Publié le 26 avril 2024

Cannes va être de nouveau sous les feux des projecteurs du 14 au 25 mai prochain lors de son Festival International du Film. Sa mairie annonce qu’elle va expérimenter à cette occasion l’usage de caméras de vidéoprotection augmentées par l’IA aux abords du Palais des festivals et des congrès.

La loi du 19 mai 2023 relative aux jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 a été promulguée suite aux incidents survenus au Stade de France lors de la finale de la ligue des champions en mai 2022. Elle autorise l’expérimentation de la vidéosurveillance intelligente afin de renforcer la sécurité lors d’événements sportifs, récréatifs ou culturels exposés à des risques. Toutefois, s’il est possible d’utiliser les caméras augmentées par l’IA pour détecter en temps réel les mouvements de foule, les sacs abandonnés ou les comportements suspects, la reconnaissance faciale et l’identification biométrique sont, quant à elles, exclues.

La ville de Cannes, pionnière dans le domaine de la vidéoprotection avec 884 caméras déployées sur son territoire (soit une caméra pour 84 habitants), s’est portée volontaire auprès du ministère de l’Intérieur pour expérimenter la vidéoprotection algorithmique lors de son prochain Festival du cinéma.

Lire la suite : https://www.actuia.com/actualite/ia-et-securite-la-ville-de-cannes-va-experimenter-les-cameras-intelligentes-lors-de-son-festival/?mc_cid=77c8fdef1e&mc_eid=1b5f52f4fd

•••

Tout savoir sur Claude 3

lesnumeriques.com - Par Antonio Leeno

Publié le 22 Avril 2024

Lancé en mars 2024, Claude 3 est la nouvelle famille de LLM d’Anthropic, qui surpasse GPT-4 d’OpenAI et Gemini Ultra de Google sur une série de critères de référence. Voici tout ce qu’il faut savoir à son sujet.

Les capacités de GPT-4 sont impressionnantes. Cependant, ce modèle encore loin du summum de ce que peut faire l’IA générative. Du moins, c’est ce que nous démontre Claude 3, le nouveau grand modèle de langage (LLM) d’Anthropic publié en mars 2024.

Claude 3 présente des performances supérieures aux principaux modèles d'OpenAI et de Google sur la plupart des critères d'évaluation courants pour les systèmes d'IA. Il peut répondre à un plus grand nombre de questions, comprend mieux les contextes et les invites plus longues, peut traiter un plus large éventail d'informations et se montre plus précis dans ses réponses. Il est également multimodal, entre autres nouvelles fonctionnalités.

Qu’est-ce que Claude 3 ?

Claude 3 est la troisième génération du modèle d’intelligence artificielle d’Anthropic, une start-up fondée par d’anciens employés d’OpenAI et financée par des géants de la tech tels que Amazon et Google. Créée en 2021, l’entreprise se focalise sur la recherche en IA, en mettant avant tout l’accent sur la sécurité.

Lire la suite : https://www.lesnumeriques.com/intelligence-artificielle/tout-savoir-sur-claude-3-a220889.html

•••

10 commandements pour rendre vos équipes plus futées que l’IA (ou presque)

itforbusiness.fr - Par Thierry Derouet

Publié le 24 avril 2024

À l’ère où l’IA est sur toutes les lèvres, il est temps de se poser les bonnes questions : Qui ? Quoi ? Comment ? Pourquoi ? Et surtout, avec qui ? Pour vous aider à former vos équipes à l’IA, nous avons rencontré Hymane Ben Aoun Fleury*, la gourou des RH chez Humanskills**. Voici les 10 commandements à suivre pour des équipes au top de l’IA, inspirés par Hymane elle-même.

Le rapport « Artificial Intelligence Index Report 2024 » nous le confirme : l’IA est en plein boom et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Avec des prouesses technologiques comme GPT-4, Mistral Large, Gemini Pro et Claude 3, on peut dire que l’intelligence artificielle a le vent en poupe !

Mais ne vous laissez pas berner par cette apparente facilité, car l’IA a encore quelques défis à relever. Et si certaines études annoncent une baisse des effectifs dans certains secteurs, une chose est sûre : les compétences en intelligence artificielle sont plus que jamais recherchées.

Malheureusement, il semblerait que la confiance en l’humain fasse parfois défaut, comme en témoigne l’étude du Groupe Adecco : 66% des chefs d’entreprise ne prévoient pas de former leurs équipes à l’IA, même s’ils sont 61% à penser qu’elle va tout changer. Alors, ne soyez pas à la traîne et suivez nos conseils pour devenir un as de l’IA !”

Commandement IA n°1 : « Flexible et ouvert au changement, tu seras »

Lire la suite : https://www.itforbusiness.fr/les-10-commandements-pour-former-ses-equipes-a-l-ia-75918 

Désinformation

La pandémie de la désinformation : 1,5 milliard de fake news sont publiées chaque jour sur les médias sociaux, selon ID Crypt Global.

developpez.com - Par Stéphance le calme

Publié le 22 avril 2024

Facebook et X hébergent le plus grand nombre de contenus de désinformation

Dans un monde où les réseaux sociaux façonnent de plus en plus notre perception de la réalité, une nouvelle étude révèle une tendance alarmante : les acteurs de la désinformation diffusent pas moins de 1,5 milliard de publications mensongères chaque jour sur les plateformes numériques. Selon les recherches menées par ID Crypt Global, Facebook est la plateforme où le niveau de désinformation quotidienne est le plus élevé, avec 1 milliard de publications fausses créées chaque jour par ses utilisateurs. X, quant à lui, détient la plus grande proportion d’acteurs de la désinformation, représentant 8,7 % de tous les utilisateurs actifs.

ID Crypt Global a analysé les données du rapport Code of Practice on Disinformation de TrustLab pour comprendre la vitesse à laquelle la désinformation se propage sur les six principales plateformes de médias sociaux - Instagram, Facebook, X, LinkedIn, TikTok et YouTube - avant de mener sa propre analyse estimant le nombre de posts de désinformation créés chaque jour, et quelles plateformes sont les plus responsables de la propagation des fausses nouvelles et des médias.

Le code de bonne pratique en matière de désinformation a été établi à la suite des conseils de la Commission européenne par les principales plateformes en ligne, les plateformes émergentes et spécialisées, les acteurs du secteur de la publicité, les vérificateurs de faits, la recherche et les organisations de la société civile, afin de fournir un code de bonne pratique renforcé en matière de désinformation.

Lire la suite : https://www.developpez.com/actu/356788/La-pandemie-de-la-desinformation-1-5-milliard-de-fake-news-sont-publiees-chaque-jour-sur-les-medias-sociaux-selon-ID-Crypt-Global-Facebook-et-X-hebergent-le-plus-grand-nombre-de-contenus-de-desinformation/

CNIL

4 668 violations de données ont été notifiées à la Cnil en 2023

maire-info.com - Par Lucile Bonnin

Publié le 24 avril 2024

Le nombre de notifications reçues par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) est en augmentation depuis 5 ans. Cependant, comme l'indique la Cnil dans son rapport annuel de 2023, cela ne signifie pas pour autant que les données personnelles sont moins bien protégées.

Par Lucile Bonnin

La Cnil a publié hier son bilan de l’année 2023 dans un 44e rapport annuel. Sensibilisation plus accrue des particuliers et collectivités, évolution des pratiques au sein des collectivités, désignation de délégués à la protection des données : où en sommes-nous cinq ans après l’entrée en application du RGPD ? 

Hausse du nombre de plaintes

Le nombre de plaintes reçues par la Cnil a atteint un record en 2023 avec 16 433 plaintes enregistrées et déposées par le grand public, un chiffre en hausse de 35 % par rapport à 2022. Plus d'un tiers de ces plaintes (35 %) sont liées à l'utilisation d'Internet et près d'une sur cinq au travail (18 %). Le reste des plaintes concerne des relations commerciales (18 %), mais aussi d’autres secteurs comme les administrations publiques (4 %) ou encore la santé (3 %). 

« Les plaintes adressées à la CNIL sont souvent liées aux problématiques rencontrées par les personnes dans leur quotidien numérique », peut-on lire dans le rapport. Par exemple, plus de 2 600 plaintes concernent le droit d’accès et plus de 2 500 plaintes liées au droit à l’effacement.

Lire la suite : https://www.maire-info.com/num%C3%A9rique/4-668-violations-de-donnees-ont-ete-notifiees-%EF%BF%BD-la-cnil-en-2023-article-28553

•••

La CNIL publie son cahier air2023 « IA et libre-arbitre : sommes-nous des moutons numériques ? »

cnil.fr - Par Marie-Laure Denis, présidente de la CNIL

Publié le 22 avril 2024

Dans le cadre de sa mission éthique, la CNIL publie son cahier air2023 afin de partager et de poursuivre les réflexions menées à l’occasion de l’évènement, organisé fin 2023, sur l’influence de l’intelligence artificielle sur nos choix. Il reprend les contributions des intervenants sous la forme d’entretiens et de témoignages.

L’IA, de la transformation de notre quotidien aux mutations du travail 

Dans nos moteurs de recherche, dans nos playlists ou pour nous conseiller le prochain film à regarder, l’IA est déjà omniprésente pour améliorer le confort de notre quotidien. Depuis quelques années, notamment avec l’arrivée fracassante et gratuite du robot conversationnel ChatGPT, le grand public s’empare rapidement et massivement des intelligences artificielles génératives. Au-delà de l’Union européenne, qui a depuis deux ans et demi mis sur la table un projet de règlement des systèmes d’intelligence artificielle, les grands acteurs publics mondiaux se mobilisent de manière inédite sur la question.

Au quotidien, l’utilisation de ces nouvelles technologies soulève des interrogations essentielles sur notre rapport à l’apprentissage et à la connaissance, ainsi que sur nos capacités cognitives et mémorielles et sur les interactions entre êtres humains. Sommes-nous en train d’homogénéiser notre manière de penser, nos choix, nos goûts ?

Au travail, les technologies d’intelligence artificielle sont présentées comme libératrices de tâches à plus ou moins grande valeur ajoutée. Si l’IA peut émanciper les travailleurs d’un certain nombre d’activités pénibles et chronophages, sa standardisation au sein de l’organisation du travail porte aussi le risque d’homogénéiser et d’automatiser les processus de travail. Comment faire en sorte que le travailleur assisté par l’IA comprenne et garde le contrôle sur son outil de production ? À côté des processus, les nouvelles compétences exigées par l’utilisation de l’IA transforment aussi le marché de l’emploi. Quelles sont ces mutations, quels risques et quelles possibilités offrent-elles ? Quelle régulation politique faut-il espérer ?

Télécharger le cahier Air2023 : https://cnil.fr/sites/cnil/files/2024-04/cahier_air2023.pdf

Lire la suite : https://cnil.fr/fr/la-cnil-publie-son-cahier-air2023-ia-et-libre-arbitre-sommes-nous-des-moutons-numeriques

•••

Augmentation record des plaintes à la CNIL en 2023

siecledigital.fr - Par Benjamin Terrasson

Publié le 23 avril 2024

L’autorité a rendu son rapport annuel d’activité pour l’année 2023.

En 2023, 16 433 plaintes ont été transmises à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), un record. L’autorité administrative indépendante dont la mission est de protéger les données personnelles et de préserver les libertés individuelles a publié ce 23 avril son rapport d’activité annuel.

Amazon, Criteo ou le ministère de la Fonction publique parmi les organisations sanctionnées par la CNIL

« Chaque jour, la CNIL répond à des centaines de sollicitations », témoigne Marie-Laure Denis, présidente de l’autorité, pour la dernière année de son premier mandat. En plus du nombre de plaintes en hausse de 35 % par rapport à l’année précédente, la présidente dont le second mandat a été entériné fin janvier rapporte une explosion des demandes de vérification, rectification, suppression d’informations personnelles détenues par des organisations diverses.

Lire la suite : https://siecledigital.fr/2024/04/23/en-2023-le-montant-des-amendes-adressees-par-la-cnil-sest-eleve-a-plus-de-89-millions-deuros/

RGPD

Régime juridique de la vidéoprotection au regard du RGPD

lagazettedescommunes.com - Par Léna Jabre

Publié le 22 Avril 2024 

Une circulaire mise en ligne le 19 avril apporte des précisions quant à la mise en conformité du régime de la vidéoprotection avec le droit relatif à la protection des ­données opérée par la loi du 19 mai 2023 relative aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024 et portant diverses autres dispositions.

Il est indiqué que les crédits du fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation, dont ceux destinés à la vidéoprotection, seront triplés au cours des cinq années à venir et viendront ­cofinancer les projets portés par les collectivités, notamment des audits des éventuelles failles de sécurité présentes dans les caméras déjà ­installées.

Le dossier de demande d’installation de systèmes de vidéoprotection doit être enrichi d’une analyse d’impact relative à la protection des données et d’un engagement de conformité à la Commission nationale de l’informatique et des libertés.

RÉFÉRENCES

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/924743/regime-juridique-de-la-videoprotection-au-regard-du-rgpd/ 

Cybersécurité

3 astuces de cybersécurité pour repérer un deepfake lors d’une visioconférence

Reconnaissez vos collègues

numerama.com - Par Bogdan Bodnar

Publié le 21 avril 2024

Les premières escroqueries à base de deepfake ont fait la une des médias. Si ces arnaques restent rares, les experts en cybersécurité invitent déjà les employés à retenir quelques règles pour repérer ces faux intervenants.

Faut-il se préparer à repérer les deepfakes au travail ? Si les détournements de visages sont légion sur les réseaux sociaux, les usurpations dans le cadre professionnel restent rares, quoique spectaculaires.

En février, un employé du secteur de la finance a été trompé par un deepfake de son directeur lui ordonnant un transfert de 25 millions de dollars. Le salarié a versé l’argent une fois qu’il a vu et entendu son supérieur en visio lui confirmer qu’il était à l’origine de cette demande. Pour réaliser cette escroquerie, les malfaiteurs ont récupéré des images du chef depuis des vidéos de promotion de l’entreprise.

Si ce cas reste exceptionnel, il a introduit la crainte d’un nouveau braquage dans le milieu financier. Tous les secteurs stratégiques sont d’ailleurs menacés, aussi bien la défense, que le transport ou la diplomatie, puisque des représentants politiques ont déjà été trompés par des deepfakes en visio. La société de cybersécurité Check Point a partagé à ses clients ainsi qu’à la presse trois conseils pour repérer un deepfake. Le piège devrait être contrôlé si le personnel respecte ces règles.

Les conseils pour déceler un deepfake lors d’une réunion professionnelle

Lire la suite : https://www.numerama.com/cyberguerre/1729914-3-astuces-pour-reconnaitre-un-deepfake-en-visio-conference-selon-les-experts-en-cybersecurite.html 

•••

VIDÉO - La prévention comme premier rempart face à la cybercriminalité

corsematin.com - Par Club Impresa

Publié le 24 Avril 2024

Invité du premier débat du Club Impresa, Boris Brunel, président de Cyber Sécurité Management, souligne le caractère primordial de la prévention dans la lutte contre les cyberattaques. Selon l'expert : le premier pare-feu est l'humain.

Bien que les mentalités évoluent, il est clair que cela reste encore insuffisant face à la menace actuelle. " Si l'on compare cela à la sécurité routière, on constate que lorsque les communications sont interrompues, les accidents repartent à la hausse ! ", souligne Boris Brunel, président de Cyber Sécurité Management. D'où l'importance de placer la prévention au cœur des entreprises, quelle que soit leur taille.

L'outil informatique : clé pour les entreprises

Il est crucial de se rappeler que l'outil informatique est désormais indispensable dans la plupart des sociétés. Cette réalité fait de la cybersécurité l'une des priorités pour de nombreux acteurs économiques insulaires. Sans quoi, les conséquences peuvent être rapidement désastreuses !

Des cyberattaques aux coûts élevés

Lire la suite : https://www.corsematin.com/article/economie/5376603564333/video-la-prevention-comme-premier-rempart-face-a-la-cybercriminalite 

Paiement électronique

Les 10 chiffres clés sur le paiement mobile en France

Par Dalila Bouaziz

Publié le 22 avril 2024

Paiement avec son smartphone, utilisation de wallets, cartes de fidélité dématérialisées, commande/paiement à table, cagnottes en ligne… de nouveaux services s’ancrent dans les usages des consommateurs français.

63 %

Le paiement mobile sans contact en magasin constitue l’un des modes d’achat privilégiés des Français. Ils sont 63 % à déclarer le connaître et l’utiliser, soit 8 points de plus qu’en 2023.

38 %

Le wallet de paiement connaît également une forte percée cette année, avec 38 % de taux d’utilisation déclarée, en augmentation de 6 points par rapport à 2023 et de 14 points en 3 ans. C’est à ce titre la solution de paiement qui connaît la plus forte hausse d’utilisation cette année, derrière le sans contact.

Un Français sur deux

La commande et le paiement à table se démocratisent également : désormais, 1 Français sur 2 déclare connaître et utiliser cette méthode de paiement au restaurant.

66 %

L’usage des cartes de fidélité dématérialisées en magasin se stabilise cette année (66 %). 

70 %

70 % des sondés sont prêts à utiliser les cartes de fidélité digitales à l’avenir et 64 % le paiement mobile sans contact en magasin.

Atos

La France va-t-elle vraiment laisser filer Atos ?

lejdd.fr - Par Lomig Guillo

Publié le 22 Avril 2024

SOUVERAINTÉ. Très endetté, Atos, le géant français du cloud et des services informatiques, doit parvenir à un accord avec ses créanciers d’ici au 26 avril. Plusieurs solutions sont sur la table, mais une seule est française.

  • Est-il vraiment raisonnable de laisser des puissances étrangères gérer les supercalculateurs qui servent à faire fonctionner nos centrales nucléaires ? N’est-ce pas prendre un risque que de laisser des entités que nous ne connaissons pas prendre le contrôle d’une entreprise qui, entre autres, héberge des données sensibles comme les dossiers médicaux numériques des Français, les informations de la moitié des entreprises du CAC 40, ou encore des éléments de communication de notre force de dissuasion nucléaire ?

Ou qui gère l’infrastructure de la cellule de crise du ministère de l’Intérieur ou toute l’informatique pour les JO ? Et, plus généralement, est-ce vraiment la meilleure chose à faire que de laisser filer une pépite française qui a tout pour devenir demain leader de son secteur ?

C’est pourtant ce qui se passe actuellement avec Atos, spécialiste des services informatiques, du cloud et des supercalculateurs. Et c’est d’autant plus étonnant à l’heure où le gouvernement semble vouloir bloquer la vente à des Indiens de Biogaran, la filiale du laboratoire Servier, leader français des génériques, pour ces mêmes questions de souveraineté. Il faut dire qu’Atos est un géant fragilisé.

L’entreprise a été mal gérée et a grandi trop vite, avec des rachats mal maîtrisés et surtout mal intégrés. Elle est surtout très endettée, à hauteur de 4,6 milliards d’euros. L’actuelle direction du groupe, dont la valeur en Bourse s’est effondrée ces derniers mois, a laissé jusqu’au 26 avril à ses créanciers et d’éventuels investisseurs pour trouver le moyen de diviser par deux sa dette et injecter au moins 1,2 milliard d’euros d’argent frais.

Lire la suite : https://www.lejdd.fr/economie/la-france-va-t-elle-vraiment-laisser-filer-atos-144366

Thales

L’optronique assistée par IA : un projet européen inédit pour décupler des capacités de perception des situations de combat

Thalesgroup.com - Communiqué

Publié le 25 Avril 2024

L’Union européenne a signé le contrat pour le lancement du projet collaboratif de recherche STORE (Shared daTabase for Optronics image Recognition and Evaluation) coordonné par Thales à l’initiative du FED (Fonds Européen de Défense).

  • Ce projet réunit un consortium de 20 partenaires (industriels, PME et universitaires) issus de 8 pays de l’Union européenne et de la Norvège. Il a pour objectif de constituer une base de données images mutualisée, ainsi que de développer et dévaluer des algorithmes d’Intelligence Artificielle (IA) dédiés à l’analyse et au traitement de données issues de systèmes d’imagerie de plateformes terrestres.
  • Ce projet contribuera à la gestion automatique et à l'analyse tactique des informations dans les situations de combat terrestre, grâce à l'innovation technologique en matière d'apprentissage profond des données optroniques.
  • Face à l’émergence de nouvelles menaces et à leur évolution continue (missiles hypersoniques, drones de combat, essaim de drones…), les capteurs optroniques n’ont jamais revêtu une telle importance pour les forces au combat, nécessitant un niveau de performance exceptionnel.

C’est tout l’enjeu du projet collaboratif STORE initié par le FED : grâce à l’optronique associée aux techniques d’analyse par intelligence artificielle, le combattant bénéficiera à terme d’une assistance avantageuse et précieuse pour la perception de son environnement. Cette solution optronique intelligente et sécurisée répond à un double objectif : améliorer la connaissance de la situation tactique et accélérer les processus de décision, la réactivité du combattant et au final sa capacité de survie.

Lire la suite : https://www.thalesgroup.com/fr/monde/defence-and-security/press_release/loptronique-assistee-ia-projet-europeen-inedit-decupler

•••

Réindustrialisation du site thales à Pont-Audemer : premières cartes électroniques produites avec succès

Thalesgroup.com - Communiqué

Publié le 24 Avril 2024

Pont-Audemer le 24 avril 2024 – En janvier 2023, Thales annonçait son engagement dans un programme visant à transformer son site de Pont-Audemer (Eure) en un site de production et d’assemblage de cartes électroniques à haute valeur ajoutée. Un an plus tard, les premières cartes sont sorties du site de Pont-Audemer avec succès, après six mois d’un programme conséquent de formations théoriques et pratiques des collaborateurs du site. Sur le plan des infrastructures et de l’outil industriel, les travaux sur le site de Pont-Audemer avancent également conformément au calendrier prévisionnel du projet.

Dans son ensemble, ce projet qui répond à l’ambition du Groupe de renforcer la maîtrise de sa chaîne d’approvisionnement et de ses capacités de production tant au service du Civil que de la souveraineté nationale des grands programmes de Défense, se déroule conformément aux prévisions. Parallèlement, le site de Pont-Audemer poursuit son activité de production de cartes SIM et EcoSIM.

Thales investit un peu plus de 30 millions d’euros pour assurer la transformation industrielle progressive du site, dont 10 millions sont consacrés à la formation et à la montée en compétences des salariés notamment par des formations certifiantes. En effet, la production de ces cartes requiert entre autres une expertise spécifique en montage manuel particulièrement complexe. Thales a sélectionné le Greta Portes Normandes pour coordonner et accompagner les actions de formation-reconversion sur les plans pédagogique et administratif.  L’OPCO 2i Normandie soutient le site de Thales Pont-Audemer pour dérouler les actions de prises en charge au titre du FNE-Formation. Un pôle formation a été mis en place sur le site afin d’assurer les formations théoriques et pratiques des salariés.

Lire la suite : https://www.thalesgroup.com/fr/monde/identite-et-securite-numeriques/press_release/reindustrialisation-du-site-thales-pont-audemer


Mobilité

100 millions d’euros d’ici 2028 : la Région Occitanie présente l’acte 2 du plan vélo

madeinperpignan.com - Parr Alice Fabre

Publié le 17 avril 2024

Le lieu de la conférence de presse n’a pas été choisi au hasard. Pour cet acte 2 de son Plan Vélo (le précédent a été lancé en mars 2020), la Région a invité les médias ce mercredi 17 avril au cœur du quartier Saint-Matthieu à Perpignan, dans les locaux de la Casa Bicicleta.

Faciliter l’intermodalité, encourager la pratique du vélo au quotidien, soutenir la filière régionale… 15 objectifs sont sur la table pour améliorer la pratique du vélo au quotidien dans la Région. Les Pyrénées-Orientales aussi sont concernés.

100 millions d’euros sur quatre ans pour favoriser la pratique du vélo

L’association La Casa Bicicleta, ou maison bicyclette, promeut la pratique du vélo avec un atelier d’auto- réparation pour apprendre la mécanique, des formations dispensées à ses adhérents, mais aussi des cours de vélo destinés aux petits comme aux grands. Quant à Perpignan, elle stagne en bas du classement des villes où il fait beau se déplacer à vélo (selon la fédération des usagers de la bicyclette).

Agnès Langevine a donc décortiqué à quoi serviront les 100 millions d’euros débloqués pour favoriser et développer la pratique du vélo. Pêle-mêle parmi les 15 mesures à horizon 2028 : soutenir la réalisation de pistes cyclables sécurisées (la Région a participé aux travaux de la connexion de la voie verte à Torreilles, et à la liaison Toulouges-Canohès), aider à l’acquisition de vélos ou encore contribuer au développement de la filière locale. Pour cela 70 entreprises ont été identifiées sur l’Occitanie, représentant un millier d’emplois. Dans le département ce sont les entreprises Caminade et Paulette qui ont été soutenues.

Autre dossier de taille : l’intermodalité ou connexion entre les moyens de transport

Lire la suite : https://madeinperpignan.com/deplacement-plan-velo-region-occitanie-100-millions-deuros-dici-2028/

•••

« Nous investissons un milliard d'euros pour les mobilités » annonce Johanna Rolland depuis le nouveau tramway de Nantes

France Bleu Loire Océan - Par Marion Fersing

Publié le 18 avril 2024

France Bleu Loire Océan était en direct du nouveau tramway de Nantes, ce jeudi matin entre 6h et 9h30. À cette occasion, la maire de Nantes, Johanna Rolland, nous a accordé une longue interview pour parler mobilités, mais aussi faire un bilan de ses dix ans à la tête de la ville.

Johanna Rolland, la maire de Nantes dans une des deux nouvelles rames de tramway. © Radio France - Sophie Thomas

De 7h45 à 8h30, ce jeudi matin, la maire de Nantes, Johanna Rolland, a répondu aux questions de France Bleu Loire Océan depuis l'un des deux nouveaux tramways qui circulent sur la Ligne 1. Avec elle, nous avons évoqué la question des mobilités, mais aussi de la sécurité, dix ans après son arrivée à la tête de la ville.

"Des policiers nationaux pour une brigade des transports à Nantes" annonce Johanna Rolland depuis le nouveau tramway

Un milliard pour les mobilités

"C'est un milliard, au total, que nous investissons au cours de ce mandat pour les mobilités, si on compte ce qu'on met sur le tramway, le bus électrique, le vélo, le covoiturage, les parkings relais, tout ça. Un milliard. Parce qu'évidemment, se déplacer, c'est tout à fait indispensable dans la vie de tous les jours. Et puis le tramway, je le redis, c'est un moyen quand même très économique et très écologique", détaille Johanna Rolland.

La Ligne 1, l'une des plus fréquentées de France

Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/transports/nous-investissons-un-milliard-d-euros-pour-les-mobilites-annonce-johanna-rolland-depuis-le-nouveau-tramway-de-nantes-4003610

•••

La ligne ferroviaire Nancy-Lyon va rouvrir, mais sans Metz : les élus de Moselle s’expriment

tout-mets.com - Par Joscelyn Lapart

Publié le 15 avril 2024

Une ligne ferroviaire directe Nancy-Lyon rouvrira en décembre 2024, mais sans inclure Metz dans son parcours. Pourquoi la Moselle est-elle sortie de l’échiquier ? Les explications de Patrick WEITEN, président du département de la Moselle et de François GROSDIDIER, président de l’Eurométropole de Metz.

En 2018 commencent les travaux d’agrandissement de la gare de Lyon-Part-Dieu. Jusqu’alors une ligne TGV Metz-Nancy-Lyon permettait aux passagers de voyager de la Lorraine à la capitale des Gaules par une liaison directe. Suspendue le temps des travaux, la ligne n’a jamais rouvert, obligeant les passagers à faire un long détour par Strasbourg. L’État promet bien un « train d’équilibre du territoire » à partir de 2029, mais les négociations pour la mise en place de solutions temporaires sont longtemps restées enlisées au vu du déficit de fonctionnement de la ligne. Un compromis a finalement été trouvé il y a quelques jours pour la période allant de décembre 2024 à fin 2028.

La Meurthe-et-Moselle accepte de financer, la Moselle refuse. Les trains partiront de Nancy, mais pas de Metz. Dès le mois de décembre, la ligne proposera un aller-retour Nancy-Lyon par jour, puis deux allers-retours dès décembre 2025.

L’engagement financier entre décembre 2024 et décembre 2028 s’élèvera au maximum à 48,6 millions d’euros, partagé à hauteur de 24,6 millions pour l’État et 24 millions pour les collectivités territoriales, dont 20 millions pour la région Grand Est.

Le compte n’y était pas pour Metz et la Moselle.

Lire la suite : https://tout-metz.com/ligne-train-nancy-lyon-rouvrir-sans-metz-elus-moselle-expriment-2024-543615.php

•••

Mobilité électrique : satisfaction sur le déploiement des bornes, inquiétudes sur les conséquences de l’électrification à marche forcée du parc automobile

banquedesterritoires.fr - Par Frédéric Fortin - MCM Presse pour Localtis

Publié le  17 avril 2024

Une éclaircie sur le marché des véhicules électriques : une étude de l’association internationale Transport & Environnement souligne que la plupart des États membres de l'Union européenne devraient atteindre leurs objectifs à court terme de déploiement de stations de recharge publiques – la progression de la France est notamment saluée. Et des nuages : une étude de l’association HOP alerte sur les conséquences de cette électrification à marche forcée du parc automobile. Outre l’"obsolescence réglementaire" accélérée des véhicules thermiques, elle pointe la tendance à fabriquer des véhicules électriques "jetables" pour réduire les coûts de production.

Une multiplication par trois des bornes de recharge électrique publiques en trois ans. Tel est le bilan que tire l’association Transport & Environnement (T&E) – auto-revendiqué principal groupe de pression pour les mobilités propres en Europe –, dans une étude (en anglais) publiée ce 17 avril. T&E recense plus de 630.000 de ces points de recharge fin 2023, et observe que le réseau a augmenté l’an passé plus rapidement que le parc de véhicules électriques. Dix-neuf États membres auraient ainsi déjà atteint leurs objectifs de déploiement fixés par le règlement dit Afir sur le déploiement d'infrastructures de carburants de remplacement (voir notre article du 27 juillet 2023) – entré en vigueur le 13 avril dernier – pour 2024, huit ceux de 2025, et deux (la Bulgarie et la République tchèque) ceux de 2026. 

Déploiement des bornes de recharge : la France bien notée

Lire la suite : https://www.banquedesterritoires.fr/mobilite-electrique-satisfaction-sur-le-deploiement-des-bornes-inquietudes-sur-les-consequences-de

•••

Mobilité - Transition énergétique : NOMAD CAR H2

normandie.fr - Communiqué

Publié le 19 avril 2024

Le premier autocar diesel transformé à l'hydrogène en circulation dès le 22 avril est normand

Le premier autocar diesel transformé à l'hydrogène a effectué aujourd'hui son premier voyage entre Evreux et Rouen, avec à son bord Hervé Morin, Président de la Région Normandie, et Thierry Mallet, Président de Transdev.

La Région Normandie et Transdev collaborent depuis trois ans pour transformer un car diesel en motorisation électrique alimentée par de l'hydrogène. Homologué par les services de l'Etat le 1er février 2024, ce car à hydrogène effectuera son premier transport de voyageurs le 22 avril, sur la ligne régionale express Nomad Car 216, qui relie Evreux à Rouen.

Dans un contexte global de changement climatique, les territoires sont amenés à repenser leur modèle énergétique et à s'orienter vers plus d'énergies renouvelables. Les collectivités sont par ailleurs contraintes par la réglementation à s'équiper de véhicules moins polluants. La Région Normandie teste ainsi depuis de nombreuses années des énergies alternatives sur le réseau NOMAD, bio-carburants ou motorisation électrique et a été attentive aux projets en la matière. La Région soutient le mix énergétique et encourage le développement d'énergie variée, dont la production et la consommation doivent tendre à être plus sobres, à adapter suivant les contextes locaux en matière d'usages (résidentiels/industriels, mobilités lourde/légère...) ou d'avitaillement.

L'hydrogène a pris une importance de tout premier ordre dans le débat pour la transition énergétique. Sans émission de polluant ni de particules à la sortie du pot d'échappement, il participe à la réduction des émissions mondiales des gaz à effet de serre, dont le CO2, dues aux transports. Filière économique majeure pour le territoire normand, l'hydrogène constitue une pierre angulaire pour la mise en œuvre de la transition énergétique en Normandie. Le Plan Normandie Hydrogène, voté en octobre 2018, accompagne le développement de cette nouvelle filière et fixe la décarbonation de la mobilité comme axe prioritaire de travail.

Lire la suite : https://www.transdev.com/fr/solutions/nch2/

•••

SMITU : où en est le projet de bus à haut niveau de service ? 

https://moselle.tv  - Par Valentine Vörös

Publié le 19 avril 2024

Le SMITU, Syndicat Mixte des Transports Urbains Thionville Fensch, s’est retrouvé vendredi après-midi afin de discuter du projet des bus à haut niveau de service.

Deux-ponts sont en construction pour faciliter l’accès à la population à certains endroits, dont l’accès à la gare.

Rémy Dickl, Président du SMITU nous explique. « Le projet à haut de niveau de service, ce sont plusieurs composantes. Ce sont d’abord évidemment, deux ponts qui nous permettent d’avoir un accès à la gare, depuis Yutz, Cormontaigne, faciliter, notamment pour les jeunes. C’est également un autre pont qui permet de doubler le transport public, pour les taxis, pour les ambulances, le pont des Alliés. Et éviter l’engorgement dans les temps les plus compliqué, en termes de trafic. C’est également un nouveau dépôt, pour accueillir près de 150 bus et cars. Ce sont ensuite, des voiries en transports en site propre. C’est-à-dire pour prendre un référentiel local, un peu comme le Méttis à Metz. »

L’autre objectif est de lancer le dépôt. Un deuxième appel d’offres va être lancé.

Le coût des ponts s’élève à la somme de 70 millions d’euros. Ils seront finis courant septembre, mais il faudra attendre encore un peu, avant de pouvoir les utiliser.

Lire la suite : https://moselle.tv/smitu-ou-en-est-le-projet-de-bus-a-haut-niveau-de-service/

•••

Mobilité électrique : le développement des bornes de recharge

capital.fr - Article sponsorisé par l'Observatoire français de la transition écologique

Publié le 15 avril 2024

L’essor de la mobilité électrique est essentiel pour décarboner le secteur des transports. Ce dernier représente à lui seul 31% des émissions de gaz à effet de serre. Pour favoriser le développement des voitures électriques, il est impératif que le territoire soit équipé en points de charge.

En décembre 2023, selon l’Avere-France, plus d’un million de véhicules 100% électriques circulent en France. Les ventes de véhicules électriques sont en hausse, tout comme celles des véhicules hybrides. Le Parlement européen a voté la fin de la commercialisation des véhicules neufs à moteur thermique pour 2035. Ainsi, même si des réticences persistent autour de la voiture électrique, notamment pour les longs trajets, le déploiement de points de charge est en cours sur tous les grands axes français. Cela devrait donc encourager encore davantage l’essor de la mobilité électrique.

Les voitures électriques et hybrides et les bornes de recharge en France : état des lieux.

La démocratisation des voitures électriques en France.

De nombreuses améliorations expliquent le développement de l’électrique. Chaque année, les nouveaux véhicules électriques offrent une autonomie plus importante pour atteindre actuellement 400 kilomètres en moyenne (Avere-France).

Lire la suite : https://www.capital.fr/conso/mobilite-electrique-le-developpement-des-bornes-de-recharge-1494643

•••

Indigo Group a conclu un accord pour l'acquisition en France des activités de stationnement en voirie du Groupe Transdev

actunews.eu - Par Indigo Group

Publié le 15 avril 2024

Indigo Group a conclu un accord pour l'acquisition en France des activités de stationnement en voirie du Groupe Transdev

Indigo Group, expert mondial des solutions de stationnement et de la mobilité urbaine, a récemment conclu un accord avec le Groupe Transdev pour acquérir ses activités de stationnement en voirie en France, soit la société Transdev Park Voirie (TPV) et sa participation dans CSV, détenue à 70% aux côtés du groupe Egis, toutes deux exploitées sous la marque Moovia. L'ensemble du portefeuille représente 35 contrats en France et a généré près de 21 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2023.

En France, Indigo Group opère déjà 78 contrats de gestion du stationnement en voirie pour le compte de 80 villes. La complémentarité géographique des portefeuilles de contrat, l'addition des expertises opérationnelles et commerciales, la culture commune de l'excellence, permettront de créer des synergies significatives, et le nouvel ensemble combiné offrira aux 264 nouveaux collaborateurs accueillis par Indigo Group de nouvelles perspectives de parcours et de mobilité professionnelle.

Ces acquisitions entrent pleinement dans la stratégie du groupe Indigo, qui entend consolider ses activités sur toute la chaîne de valeur de la gestion globale de la voirie, comme outil d'aide à l'organisation, à la régulation des flux et au partage de l'espace public : le contrôle du stationnement, la maintenance des horodateurs, la gestion des ayants droit et des recours, le paiement mobile via son outil digital universel (en ouvrage et en voirie) Indigo Neo, ainsi que la gestion des espaces de nouvelles régulations urbaines (Zone à Faible Emission – Zone à Trafic Limité).

Lire la suite : https://www.actusnews.com/fr/indigo-group/cp/2024/04/15/indigo-group-a-conclu-un-accord-pour-l_acquisition-en-france-des-activites-de-stationnement-en-voirie-du-groupe-transdev 

Désinformation

Un journaliste monte un site de désinformation rapidement et facilement grâce à l'intelligence artificielle

midilibre.fr - Par ETX Daily Up

Publié le 18 avril 2024

Pour quelques dollars et en deux jours seulement, un journaliste américain a réussi à monter un site de désinformation politique entièrement automatique, capable de publier des dizaines de fake news par jour. Ce qui peut s'annoncer problématique en période électorale.

Jack Brewster est un journaliste, aujourd'hui à la tête de NewsGuard, une start-up qui traque la désinformation en ligne. Il vient de faire la démonstration que l'on pouvait créer très facilement et rapidement tout un site de désinformation grâce aux dernières avancées de l'intelligence artificielle. Il livre son témoignage dans un article publié dans le Wall Street Journal, "How I Built an AI-Powered, Self-Running Propaganda Machine for $105" ("Comment j'ai construit une machine de propagande auto-exploitée et alimentée par l'IA pour 105 dollars").

Entièrement automatisé et alimenté par l'IA

En seulement deux jours, pour un peu plus de 100 dollars, le journaliste a obtenu son propre site d'informations locales, entièrement automatisé et alimenté par l'IA. Pour cela, il a tout simplement contacté un développeur de sites Web lui demandant de créer son site. Sa particularité est qu'il est programmé pour créer de fausses histoires politiques, ce qui peut s'avérer redoutable en cette période préélectorale aux États-Unis .

Sans la moindre expertise, en faisant reposer tout le projet sur un développeur qu'il a recruté sur une plateforme de candidats free-lance. Et il a eu l'embarras du choix : "J'ai cherché 'site web d'information généré par l'IA' sur la page d'accueil et j'ai vu apparaître des dizaines de développeurs proposant de construire mon site. Les prix allaient de 30 dollars pour la création d'un site d'actualités en IA de base à 350 dollars pour un site d'actualités automatisé et monétisé". Son choix s'est tourné vers un Pakistanais d'une trentaine d'années, très bien noté. L'idée était ici de créer un site Web spécialement conçu pour soutenir un candidat politique, Bernie Moreno, dans la course au Sénat américain, en décrédibilisant son adversaire par le biais de fake news.

Lire la suite : https://www.midilibre.fr/2024/04/18/un-journaliste-monte-un-site-de-desinformation-rapidement-et-facilement-grace-a-lintelligence-artificielle-11895307.php

Colloque

Blockchain, société et cybersécurité

ihedn.fr - Colloque de l’Institut des Hautes Etudes de défense nationale

Conférence du lundi 29 avril 2024

La question de la confiance entre acteurs du cyberespace est aujourd’hui au centre de discussions relatives à la sécurité des systèmes d’information, au partage de données sensibles ou critiques, et à des enjeux démocratiques. Initialement, la confiance dans un système repose sur son mode d’organisation, sa technologie et son droit. Les technologies numériques sont transverses, elles touchent tous les aspects de la vie sociale, de l’action étatique mais restent en grande partie soumises à des législations extra européennes.

Les caractéristiques de la technologie de la chaîne de blocs (blockchain) semblent en faire une solution idéale pour créer de la confiance entre acteurs sans passer par une solution centralisée relevant d’autres puissances étatiques.

La Chaire Cyber et souveraineté numérique – IHEDN organise le 29 avril 2024 à l’École militaire (Paris 7e) le colloque “Blockchain, société et cybersécurité”.

Cet événement vise à établir si et comment la chaîne de blocs constitue une solution pérenne pour des enjeux sociétaux et de cybersécurité.

Pour assister à cet événement, merci de vous inscrire. INSCRIVEZ-VOUS

Identité

Des chercheurs préconisent de modifier le cadre des contrôles d’identité en Europe

lemonde.fr - Par Antoine Albertini

Publié le 15 avril 2024

Une étude montre que, si les pratiques diffèrent d’un pays à l’autre, elles se heurtent à des critiques souvent identiques, dont le contrôle au faciès. Deux ONG et trois associations viennent de saisir l’ONU pour le faire cesser en France.

Deux ONG internationales et trois associations françaises ont saisi, jeudi 11 avril, les Nations unies pour faire cesser en France ce qu’elles nomment des « contrôles au faciès ». Dans leur plainte, Amnesty International France et Human Rights Watch, mais aussi Pazapas, le Réseau égalité, antidiscrimination, justice interdisciplinaire (Reaji) et la Maison communautaire pour un développement solidaire (MCDS) ont précisé agir « en raison de l’absence de mesures concrètes, efficaces et pertinentes destinées à mettre fin à la pratique des contrôles d’identité discriminatoires ». Selon les requérantes, la France ne se conformerait pas aux prescriptions de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discriminations raciales, dont elle a pourtant été signataire en 1971.

La France est, cependant, loin d’être le seul pays européen où la pratique des contrôles d’identité, à la fois totem de l’action policière et nœud gordien du rapport entre la police et la population, fait l’objet d’un vif débat public. Le titre d’un article publié par la revue Futuribles (mars-avril 2024) et corédigé par Jacques de Maillard, directeur du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales, et Mike Rowe, maître de conférences en management public à l’université de Liverpool, suffit à en résumer les enjeux : « Les contrôles policiers en Europe : des contestations récurrentes, des réformes limitées. »

Ce travail a été alimenté par les conclusions d’une vaste étude menée entre 2018 et 2023 dans 27 Etats européens par 80 chercheurs réunis au sein du réseau COST (Coopération européenne dans le domaine de la recherche scientifique et technique), financé par l’Union européenne.

Lire la suite : https://www.lemonde.fr/societe/article/2024/04/15/des-chercheurs-preconisent-de-modifier-le-cadre-des-controles-d-identite-en-europe_6227896_3224.html

Intelligence artificielle

University : Artificial Intelligence Index Report 2024

decideo.fr - Par Philippe Nieuwbourg

Publié le 17 avril 2024 

Le rapport de 500 pages, en anglais, peut être téléchargé gratuitement : https://aiindex.stanford.edu/wp-content/uploads/2024/04/HAI_AI-Index-Report-2024.pdf

Bienvenue dans la septième édition du rapport AI Index. L'indice 2024 est le plus complet à ce jour et arrive à un moment important où l'influence de l'IA sur la société n'a jamais été aussi prononcée. Cette année, nous avons élargi notre champ d'action pour couvrir plus largement les tendances essentielles telles que les avancées techniques de l'IA, les perceptions publiques de la technologie et les dynamiques géopolitiques entourant son développement. Avec plus de données originales que jamais, cette édition présente de nouvelles estimations sur les coûts de formation à l'IA, des analyses détaillées du paysage de l'IA responsable et un chapitre entièrement nouveau consacré à l'impact de l'IA sur la science et la médecine.

Le rapport AI Index suit, rassemble, distille et visualise les données relatives à l'intelligence artificielle (IA). Notre mission est de fournir des données impartiales, rigoureusement vérifiées et largement sourcées afin que les décideurs politiques, les chercheurs, les cadres, les journalistes et le grand public puissent acquérir une compréhension plus approfondie et plus nuancée du domaine complexe de l'IA.

L'indice AI est reconnu mondialement comme l'une des sources les plus crédibles et les plus fiables de données et d'informations sur l'intelligence artificielle. Les éditions précédentes ont été citées dans de grands journaux, dont le New York Times, Bloomberg et The Guardian, ont accumulé des centaines de citations universitaires et ont été référencées par des décideurs politiques de haut niveau aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans l'Union européenne, entre autres.

TOP 10 TAKEAWAYS

Lire la suite : https://www.decideo.fr/Publication-du-rapport-de-Stanford-University-Artificial-Intelligence-Index-Report-2024_a13663.html

•••

La “hype” autour de l’intelligence artificielle risque de créer des déceptions »

lemonde.fr - Par Alexandre Piquard

Publié le 18 avril 2024

Le secteur de l’IA montre des signes d’emballement, notamment en raison du décalage entre les investissements et les revenus attendus, explique dans sa chronique Alexandre Piquard, journaliste au « Monde ».

L’intelligence artificielle (IA) fait-elle l’objet d’un emballement ? Les très fortes attentes placées dans cette technologie capable de créer du texte ou de l’image risquent-elles d’être déçues ? Des signes pointent en ce sens. Depuis le succès foudroyant du robot conversationnel ChatGPT, lancé le 30 novembre 2022, les géants du numérique sont engagés dans une course pour dominer ce secteur, suivis par une myriade de start-up aux valorisations parfois stratosphériques, comme OpenAI, à 80 milliards de dollars (72 milliards d’euros). Des dirigeants d’entreprises de tech décrivent l’IA comme une innovation « plus profonde que le feu ou l’électricité » (Google) ou comme une révolution technologique inédite, susceptible d’ouvrir une ère « d’abondance » où les machines libéreraient les humains d’une bonne part de leur travail (OpenAI).

« Attention à l’euphorie de l’IA », met en garde l’éditorialiste du Financial Times Rana Foroohar. « Même si vous croyez que l’IA est l’équivalent de l’électricité ou d’Internet, nous ne sommes qu’au début d’une transformation hautement complexe qui durera plusieurs décennies et est loin d’être jouée d’avance », prévient-elle.

« L’IA est une bulle », croit l’essayiste spécialiste du numérique Cory Doctorow. Se poser la question est comme se demander « si le pape est catholique », abonde le chroniqueur du Guardian John Naughton, enseignant et auteur de From Gutenberg to Zuckerberg : What You Really Need to Know About the Internet (« de Gutenberg à Zuckerberg : ce qu’il faut vraiment savoir à propos d’Internet », Quercus, 2012, non traduit).

Chiffres d’affaires au plus bas

Lire la suite : https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/04/18/la-hype-autour-de-l-intelligence-artificielle-risque-de-creer-des-deceptions_6228499_3232.html

•••

Meta accélère dans l'intelligence artificielle générative avec Llama 3

lefigaro.fr - Par Le Figaro avec AFP

Publié Le 19 avril 2024

Le groupe californien a dévoilé la dernière version de son outil qui répond aux questions des utilisateurs. Il va figurer de façon plus proéminente sur les réseaux et messageries du géant de la tech.

Meta a dévoilé ce jeudi la nouvelle version de Meta AI, son assistant d'intelligence artificielle (IA) générative, qui passe de l'ombre à la lumière sur toutes ses applications : Facebook, Instagram, Messenger et WhatsApp. Jusqu'à présent discret, l'outil qui répond aux questions des utilisateurs (comme ChatGPT) va figurer de façon plus proéminente sur les réseaux et messageries du groupe californien. Meta AI est aussi plus performant grâce à la nouvelle version du modèle de langage sous-jacent, Llama 3, aussi lancé jeudi par l'entreprise.

À découvrir
PODCAST - Écoutez le dernier épisode de notre série Questions Tech

«Nous pensons que Meta AI est désormais l'assistant d'intelligence artificielle le plus intelligent que vous puissiez utiliser en accès libre», a déclaré Mark Zuckerberg, le patron du leader mondial des réseaux sociaux, dans une vidéo sur Instagram. Les géants technologiques sont engagés depuis plus d'un an dans une course effrénée au développement et déploiement de l'IA générative (production de textes, images et autres contenus, sur simple requête en langage courant).

Lire la suite : https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/meta-accelere-dans-l-intelligence-artificielle-generative-avec-llama-3-20240419

•••

Le régulateur britannique de la concurrence préoccupé par la concentration dans l'IA générative

usine-digitale.fr - Célia Séramour

Publié le 12 avril 2024

La CMA souligne les préoccupations croissantes concernant les modèles fondamentaux d'IA et identifie trois principaux risques. Sa directrice générale, Sarah Cardell, a d'ailleurs présenté les résultats du rapport lié, expliquant être passé de la curiosité à de réelles inquiétudes aujourd'hui, alors que le marché continue de se développer à un "rythme effréné".

L'Autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) a fait part de ses préoccupations croissantes concernant le marché de l'IA générative et des grands modèles de langage, notamment les modèles dits fondamentaux. Elle a donc identifié trois principaux risques et interdépendants pour une concurrence loyale, efficace et ouverte. Cette démarche fait suite à la publication d'un premier rapport sur les modèles fondamentaux de l'IA publié en septembre dernier.

La démarche de l'autorité de la concurrence et des marchés (CMA) fait suite à son rapport initial sur les modèles de fondation de l'IA (FM) publié l'année dernière. Ce rapport proposait un ensemble de principes visant à soutenir l'innovation et à orienter ces marchés vers des résultats positifs pour les entreprises, les consommateurs et l'économie dans son ensemble. Ce dernier donnait déjà certaines clés pour garantir à la fois la protection des utilisateurs et une concurrence saine. Cette semaine, la directrice générale à la tête du régulateur, Sarah Cardell, est revenue sur la version mise à jour de ce rapport à l'occasion d'une conférence à Washington DC.

Un changement de paradigme profond

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/le-regulateur-britannique-de-la-concurrence-preoccupe-par-la-concentration-dans-l-ia-generative.N2211463?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=info_ud-quotidienne&email=98870165&idbdd=56561

•••

Artificial Super Intelligence (ASI) : Qu’est-ce que c’est, comment ça fonctionne et comment en acheter ?

Depuis l'apparition des technologies IA comme ChatGPT, le secteur de l'intelligence artificielle (IA) ne cesse de se développer chaque jour un peu plus.

Récemment, ce sont les projets crypto SingularityNET, Fetch.ai, et Ocean Protocol qui ont décidé de fusionner entre eux pour créer une “alliance”. Leur but : créer un gigantesque réseau décentralisé visant à faciliter et accélérer le développement de l’IA.

Qu’est-ce que ASI ? Comment le projet compte-t-il révolutionner le développement de l’IA ? Vous le découvrirez tout au long de cet article.

Sommaire :

1. Qu’est-ce que le projet ASI ?

2. Décentralisation : pourquoi est-ce si important le futur de l’IA ?

Une fusion 100 % décentralisée :3. Ocean, Fetch & Singularity : le meilleur des trois mondes

SingularityNET : Pionnier de l'AGI et de l'ASI

Fetch.ai : Infrastructure et Agents IA Avancés

Ocean Protocol : Partage de Données et Infrastructures de Paiement

Lire la suite : https://coinacademy.fr/artificial-superintelligence-asi-fondamenta/

•••

L'IA se développe à une vitesse folle mais avec des coûts exorbitants, révèle Stanford

usine-digitale.fr - Par Célia Séramour

Publié le 16 avril 2024

Le monde de l'intelligence artificielle évolue à toute vitesse. Si 2023 marque un tournant pour le développement de cette technologie avec l'arrivée de nouveaux modèles - notamment multimodaux - elle signifie également une montée en puissance des investissements. Plus ciblés, ils montrent un intérêt croissant pour l'intégration de l'IA dans un certain nombre de secteurs. Les Etats n'y échappent pas non plus, cherchant à dominer sur ce plan.

"Il y a dix ans, les meilleurs systèmes d'intelligence artificielle du monde étaient incapables de classer des images à un niveau humain. Ils ne comprenaient pas le langage, avaient du mal à raisonner visuellement et échouaient aux tests de compréhension de lecture les plus élémentaires. Aujourd'hui, les systèmes d'IA dépassent régulièrement les performances humaines sur les critères de référence standard". Tel est le constat fait par l'Institut HAI (Institute for Human-Centered Artificial Intelligence) de l'Université de Stanford.
Dans l'édition 2024 de son rapport AI Index – qui contient plus de 300 pages retraçant les tendances mondiales de l'IA en 2023 – l'Institut tire plusieurs conclusions, à commencer par les progrès établis en matière d'intelligence artificielle, mais aussi les tendances dans la recherche et le développement, les performances des grands modèles de langage ou encore l'impact de cette technologie sur le monde.

2023, année d'accélération de la technologie

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/l-ia-se-developpe-a-une-vitesse-folle-et-a-des-couts-exorbitants-revele-stanford.N2211601

•••

IA : 10 tendances qui caractérisent le marché en 2024

www.tom.travel - Par Hugo Pellegrin

Publié le 16 avril 2024

Dans son rapport AI Index, l’Institute for Human-Centered Artificial Intelligence (HAI) de l’Université de Stanford dévoile 10 tendances qui caractérisent le marché de l’intelligence artificielle en 2024. 

Le dernier rapport de l’Institute for Human-Centered Artificial Intelligence (HAI) de Stanford révèle les dernières tendances qui façonnent le marché global de l’intelligence artificielle. “Cette année, nous avons élargi notre champ d’action pour couvrir plus largement les tendances essentielles telles que les avancées techniques de l’IA, les perceptions publiques de la technologie et les dynamiques géopolitiques entourant son développement”, indiquent les auteurs du rapport. Voici les 10 tendances qui caractérisent le marché de l’IA en 2024.

1. L’intelligence humaine est encore dans la course

Au fil des développements, l’intelligence artificielle voit ses compétences augmenter au point de surprendre l’opinion publique grâce à ses performances. Ainsi, dans de nombreux domaines – tels que la classification d’images, la perception visuelle ou encore compréhension de l’anglais -, les auteurs du rapport estiment que l’intelligence artificielle surpasse les performances humaines. Mais l’intelligence humaine reste encore dans la course dans plusieurs domaines d’application comme dans les mathématiques à niveau compétitif ou encore pour la planification. Les assistants de voyage visant à aider les touristes à planifier leur séjour ont-ils du souci à se faire ?

Lire la suite : https://www.tom.travel/2024/04/16/ia-10-tendances-qui-caracterisent-le-marche-en-2024/

•••

Internet des objets

IoT et efficacité énergétique : mythe ou réalité ?

journaldunet.com - Par Chronique de Georges Dupont

Publié le 26 avril 2024

L'IoT améliore l'efficacité énergétique en optimisant la production et la consommation, réduisant les coûts et l'impact environnemental grâce à des capteurs et analyses de données.

Après avoir dépassé l'engouement initial entre 2012 et 2015, l'IoT semble avoir tenu ses promesses, notamment dans le domaine de l'énergie. Aujourd'hui, l'IoT influence activement la production, la distribution et la consommation d'énergie. En fournissant des données en temps réel, il permet d'optimiser les infrastructures, de réduire les déchets et de minimiser l'empreinte carbone des entreprises. Il est temps d'examiner si ces avancées technologiques impactent réellement l'industrie de l'énergie.

L'IoT comme vecteur d'efficacité énergétique

• Amélioration de l'efficacité de la production énergétique

L'installation de capteurs IoT sur les équipements de production d'énergie (comme les turbines éoliennes ou les panneaux solaires) permet de surveiller leur état en temps réel, d'anticiper les pannes et de réaliser des maintenances préventives, ce qui minimise les interruptions et optimise la production. En anticipant pannes et dysfonctionnements, l’IoT permet une gestion plus efficiente des ressources et assure une continuité de service essentielle à notre économie et à notre bien-être.

Prenons le cas de turbines éoliennes. En les équipant de capteurs IoT (capteurs de vibrations, de vitesse, de température etc.), il est possible de détecter les anomalies avant qu'elles ne conduisent à des défaillances majeures, réduisant ainsi les temps d'arrêt et augmentant l'efficacité de la production d'énergie renouvelable. C’est le cas de GE Renewable Energy. Ils utilisent des capteurs qui collectent en permanence des données sur l'état et les performances des turbines ; ainsi que l'analyse prédictive pour optimiser la performance et la maintenance de ses éoliennes.

Lire la suite : https://www.journaldunet.com/iot/1529743-iot-et-efficacite-energetique-mythe-ou-realite/

CNIL

La Cnil dévoile sept fiches de recommandations pour l’IA

incuber.org - Par la Rédaction

Publié le 15 avril 2024

Dans le cadre de son « plan IA », la commission a publié une série de conseils pratiques pour faciliter le développement de modèles d’IA conformes au RGPD.

La Cnil a publié, le 8 avril 2024, sept fiches pratiques regroupant ses premières recommandations pour le développement de modèles d’IA conformes au RGPD. Ces documents s’inscrivent dans le cadre du « plan IA » de la commission, présenté en mai 2023, et s’appuient notamment sur les réponses à une consultation publique lancée à ce moment.

La Cnil indique avoir entamé « un important travail de clarification du cadre juridique » afin de « sécuriser les acteurs » du secteur. Avec ces fiches, la commission entend apporter des « réponses concrètes pour la constitution de bases de données utilisées pour l’apprentissage des systèmes d’IA qui impliquent des données personnelles ».

Les fiches détaillent sept étapes permettant de garantir le respect du RGPD d’un modèle d’IA :

déterminer le régime juridique applicable ;

définir une finalité ;

déterminer la qualification juridique des fournisseurs de systèmes d’IA ;

s’assurer que le traitement des données est licite, en définissant une base légale, et qu’il reste licite en cas de réutilisation des données ;

réaliser une analyse d’impact ;

tenir compte de la protection des données dans la conception du système ;

en tenir également compte dans la collecte et la gestion des données.

Lire la suite : https://incyber.org/article/la-cnil-devoile-sept-fiches-de-recommandations-pour-ia/ 

Cybersécurité

Une cyberdéfense à la hauteur de l'événement !

lemondeinformatique.fr - Par Benoît Huet

Publié le 18 Avril 2024

Pour Paris 2024, la cybersécurité des JO repose sur des technologies de plusieurs partenaires, lesquelles sont pilotées depuis un centre des opérations de Cybersécurité (SOC) qui fait office de tour de contrôle. « Un SOC unifié est un avantage pour la partie opérationnelle, à titre de comparaison, pour les JO de Tokyo, chaque partenaire disposait de son propre SOC, soit une petite dizaine en tout », souligne Eric Greffier, responsable du partenariat avec les JO de Paris 2024 pour Cisco. A noter que le SOC est intégré au TOC (Technology Operations Center), le centre de commande des opérations technologiques de 610 m² pour les 63 sites olympiques et paralympiques, qu’il s'agisse de sites de compétition ou non. Inauguré par Atos en octobre dernier, ce TOC fonctionnera 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pendant toute la durée des Jeux. Selon Christophe Thivet, directeur de l'intégration technologique pour les Jeux de Paris 2024 chez Atos, le Centre des opérations technologiques central (CTOC) d’Atos de Barcelone et le Laboratoire des tests d’intégration (ITL) de Madrid viennent aussi en complément du TOC. Parmi les principaux intervenants en matière de cyber sur les JO 2024, citons Cisco, lui-même partenaire des JO 2024 et habitué des grands événements : l’équipementier est notamment le partenaire officiel de cybersécurité de la NFL. En résumé, Cisco fournit les technologies, Eviden, la filiale d’Atos, les intègre et les opère. Selon Eric Greffier, l’équipementier a travaillé en étroite collaboration avec Eviden et Franz Regul, RSSI de Paris 2024. Dans les technologies déployées par Cisco, citons déjà son centre d’analyse intelligente de la menace Talos qui va donner de la visibilité sur les données en temps réel et une compréhension de tout ce qui se passe sur le réseau.  

Beaucoup de tests en amont 

Lire la suite : https://www.lemondeinformatique.fr/les-dossiers/lire-une-cyberdefense-a-la-hauteur-de-l-evenementet-8239-1512.html

•••

La DGSE lance la 3e édition de 404CTF, « la plus grande compétition de cybersécurité de France »

https://next.ink -

La troisième édition du challenge « 404 CTF » de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) et du club de cybersécurité de Télécom SudParis, HackademINTse tiendra du 20 avril au 12 mai 2024 et « sera placé sous le signe des sports ». Cette compétition est soutenue par OVHcloud et le salon VivaTechnology qui hébergeront respectivement la compétition et sa remise des prix,

Ce « capture the flag », rappelle la DGSE, consiste en sécurité informatique à s'introduire dans des ordinateurs grâce à des failles logicielles pour récupérer les drapeaux, preuves du succès de l'intrusion. La compétition, qui serait « la plus grande compétition de cybersécurité de France », est ouverte à tous, expert ou débutant, de manière individuelle et en ligne.
Cybersécurité : la DGSE évoque une « pénurie de 15 000 personnes à combler en France »

La DGSE peine à recruter ses futurs maîtres espions en informatique

Le Monde informatique précise que « plus d’une trentaine d’épreuves seront proposées dans diverses catégories allant de la stéganographie à l’exploitation de binaires ». Parmi elles, une discipline a été rajoutée cette année : l’algorithmique quantique. Elle s’ajoute au défi « renseignement en sources ouvertes (OSINT) » annoncé en 2023 « pour attirer des profils débutants ».

Lire la suite : https://next.ink/brief_article/la-dgse-lance-la-3e-edition-de-404ctf-la-plus-grande-competition-de-cybersecurite-de-france/

•••

« La question n’est pas de savoir si on va être attaqués, mais quand » : entreprises et collectivités sensibilisées à la cybersécurité

sudouest.fr - Par Bastien Souperbie

Publié le 18 avril 2024

Pascal Llopis, un ancien de l’armée et de la guerre numérique, spécialiste de la cybersécurité à la Chambre de commerce et d’industrie du Lot-et-Garonne, lance un message d’alerte aux entreprises et aux collectivités

Quelles sont les cibles des pirates informatiques ? La réponse fuse : « Tout le monde. Hier, c’était le groupe Intermarché, avant-hier la Fédération française de football. » Pascal Llopis pourrait aussi citer, plus près de nous l’entreprise Coaxis, ou encore l’Agglo d’Agen, victime de hackers l’été dernier, qui n’a pas encore remis d’aplomb tout son système informatique et qui aurait payé à ce jour, selon nos informations, près de 200 000 euros pour le réparer.

Ancien officier dans l’Armée de terre pendant vingt-cinq ans, ayant servi dans des régiments de transmission (dont le 48e RT) sur 14 théâtres d’opération extérieure, le responsable de la sécurité informatique des 14 Chambres de commerce et d’industrie (CCI) de Nouvelle-Aquitaine en connaît un rayon en matière de guerre numérique. Conseiller en cyberdéfense au sein de la CCI de Lot-et-Garonne, Pascal Llopis a pour mission d’ouvrir les yeux aux entreprises et aux collectivités qui, pour la très grande majorité d’entre elles, n’ont pas conscience de la menace.

Lire la suite : https://webmail.viaduc.fr/?_task=mail&_mbox=ADCET%2FPablo%2FRP%20ADCET%20JUIN%202020

•••

Menace cyber pendant les JO 2024 : les entreprises et dirigeants aussi dans le viseur des hackeurs

latribune.fr - Par Pascale Paoli Lebailly

Publié le 16 Avril 2024

À l’occasion des JO de Paris 2024, la menace cyber va être multipliée par dix estime le Comité d’organisation des Jeux olympiques (Cojo). Toujours plus sophistiquées, les attaques peuvent viser le grand public, les collectivités tout comme les entreprises et leurs dirigeants. Notamment par le biais des événements avec des clients et des salariés. Attention aux portables et aux réseaux sociaux alertent des experts rennais de la cybersécurité. Décryptage

Avec les élections européennes puis les Jeux olympiques de Paris 2024, la fin de saison s'annonce sous tension et placée sous le signe de l'extrême vigilance pour les experts de la cybersécurité. Déjà réelles pour les collectivités, les établissements de santé et les grands événements sportifs, les attaques, de plus en plus sophistiquées, vont être démultipliées à l'approche ou pendant les JO à des fins de collecte de renseignements, de déstabilisation ou d'opérations lucratives.

Depuis Pékin en 2008, « tous les Jeux olympiques ont fait l'objet d'opérations cyber offensives » rappellent dans un livre blanc publié en janvier 2024, les chercheurs en Cyber Threat Intelligence (CTI) de Sekoia.io. L'entreprise de 110 personnes, qui vient de relocaliser son siège à Rennes, un bastion de la cybersécurité, édite une plateforme SOC clé en main (Security Operating Center), de détection des anomalies informatiques et de réponse aux attaques à destination des organisations publiques, des grands groupes du CAC 40, des ETI (entreprises de taille intermédiaire) et des PME (petites et moyennes entreprises).

Lire la suite : https://www.latribune.fr/entreprises-finance/menace-cyber-pendant-les-jo-2024-les-entreprises-et-dirigeants-aussi-dans-le-viseur-des-hackeurs-995507.html

•••

La Plateforme ouvre son école en cybersécurité à La Défense

lemondeinformatique.fr - Par Véronique Arène

Publié le 15 Avril 2024

Lancée à l'initiative de l'école d'informatique La Plateforme, Cybersup propose un bachelor en cybersécurité et un MSc de délégué à la protection des données accessibles dès la rentrée 2024 par la voie de l'alternance et reconnus par l'Etat. En tant que partenaire, Frojal, actionnaire principal de Lefebvre Dalloz apportera son expertise du droit numérique.

Pour faire face au déficit de compétences en cybersécurité, les initiatives se multiplient en France autour de l’apprentissage. L’ouverture en septembre 2024 de l’école Cybersup s’inscrit dans la continuité de ces actions. Ce projet résulte de la collaboration passée entre l’école française d’informatique solidaire La Plateforme et Frojal, actionnaire majoritaire du groupe Lefebvre Dalloz spécialisé sur les sujets juridiques et réglementaires. Fruit de leur partenariat, l’installation d’un premier campus situé, entre Paris et La Défense sera opérationnel dès la rentrée de septembre 2024. Les inscriptions débuteront an mai prochain pour suivre, au choix deux spécialités en alternance. Il s’agit d’un bachelor en cybersécurité (Bac+3) proposé sur un ou trois ans ainsi que d’un Master of Sciences (Bac +5) de délégué à la protection des données (DPO) délivré sur 12 mois.

A la clef, deux titres inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) et reconnus par l’Etat. L'admission en 3e année de bachelor conduisant à un titre RNCP de niveau 6 équivalent à Bac+3/4 nécessite un bac général ou technologique ainsi qu'un Bac+2 ou un Bac+3. De son côté, le MSc DPO (RNCP de niveau 7 équivalent à Bac+5) requiert un bac général ou technologique ainsi qu'un Bac+4 ou Bac+5.

Un objectif de 3 000 étudiants formés à l'IT

Lire la suite : https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-la-plateforme-ouvre-son-ecole-en-cybersecurite-a-la-defense-93495.html

•••

Vague de Cyberattaques : les réseaux mondiaux pris pour cible

Hespress Fr - Par Hespress Français - Actualité du Maroc

Publié le 17 avril 2024

Une vague insidieuse de cyberattaques par force brute secoue les réseaux à l’échelle mondiale. Des cybercriminels ont lancé une campagne agressive visant à deviner les mots de passe des utilisateurs en multipliant attaques et assauts, ont révélé les chercheurs de Cisco Talos. 

L’alerte a été sonnée concernant une « augmentation mondiale des attaques par force brute ». Les assaillants, profitant de noms d’utilisateur génériques et valides pour des organisations spécifiques, tentent d’accéder à une série de systèmes au hasard en essayant différentes combinaisons de mots de passe jusqu’à ce qu’ils réussissent. 

Cette tactique, connue sous le nom d’attaque par force brute, est souvent automatisée à l’aide de logiciels malveillants conçus sur mesure. Selon les données de Cisco, les premières tentatives de connexion ont été détectées à partir du 18 mars 2024. 

Les services de réseau privé virtuel (VPN), les interfaces d’authentification des applications web et les services Secure Shell (SSH) sont particulièrement ciblés par les cybercriminels. Ces derniers ne visent pas spécifiquement une industrie en particulier, mais attaquent plutôt une variété de services populaires.

Lire la suite : https://fr.hespress.com/362670-vague-de-cyberattaques-les-reseaux-mondiaux-pris-pour-cible.html

•••

En Europe et aux États-Unis, des infrastructures critiques ciblées par des cybercriminels russes

usine-digitale.fr - Par Joann Bourgin

Publié le 18 avril 2024

Mandiant, société de cybersécurité détenue par Google, a publié un rapport sur le groupe de hackers russes Sandworm, affilié au renseignement militaire de Moscou. Elle identifie le gang comme une “menace mondiale”, qui a déjà ciblé, depuis le début d’année, différentes infrastructures critiques de gestion de l’eau, en Europe et aux États-Unis. En France, un barrage hydroélectrique français semble avoir été visé, mais les hackers ont finalement attaqué un moulin.

“APT44 représente une menace persistante et de grande gravité pour les gouvernements et les opérateurs d’infrastructures critiques dans le monde entier, là où les intérêts russes s’entrecroisent” : dans un rapport publié le 17 avril, Mandiant, société de cybersécurité appartenant à Google, détaille le fonctionnement du groupe de hackers APT44, autrement connu sous le nom de “Sandworm”. Depuis la découverte du groupe de cybercriminels par Mandiant il y a dix ans, sa dangerosité a été revue à la hausse, notamment en raison de sa capacité à mener des activités d’espionnage, d’attaques et d’opérations d’influence avec l’appui du gouvernement russe.

Les hackers russes parviennent à faire déborder un château d’eau

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/en-europe-et-aux-etats-unis-des-infrastructures-critiques-ciblees-par-des-cybercriminels-russes.N2211776?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=info_ud-quotidienne&email=98870165&idbdd=56561

•••

Redressement de BlackBerry: la cybersécurité génère des bénéfices inattendus

allnews.ch - Par FlowBank

Publié le 15 avril 2024

BlackBerry est passée d'un modèle d'entreprise centré sur le matériel à un modèle d'entreprise axé sur les logiciels et les services.

BlackBerry a enregistré des bénéfices surprenants lors de la publication de ses derniers résultats, en grande partie grâce à la forte demande pour ses services de cybersécurité. L'entreprise, autrefois principalement connue pour ses appareils mobiles, est passée avec succès à un modèle centré sur les softwares. En se concentrant ainsi uniquement sur les solutions et services de cybersécurité pour les entreprises ainsi que les gouvernements du monde entier. Cette réorientation stratégique a non seulement stabilisé les finances de l'entreprise, mais l'a également positionnée comme un acteur clé dans le domaine de la cybersécurité.

Points clés :

  • Demande soutenue dans les segments de la cybersécurité et de l'IoT (internet des objets): l'orientation stratégique de BlackBerry vers les services de cybersécurité et d'IoT a conduit à une croissance significative des revenus.
  • Vente stratégique de brevets et santé financière: l'opération de vente de brevets avec Malikie Innovations Limited, d'une valeur potentielle de 900 millions de dollars, a constitué un tournant dans la stratégie de BlackBerry.
  • Perspectives de croissance future: les perspectives optimistes de BlackBerry sont soutenues par son positionnement stratégique pour capitaliser sur le marché croissant de la cybersécurité et ses avancées dans l'espace IoT.

IOT et Cybersécurité : les moteurs de sa croissance

Lire la suite : https://www.allnews.ch/content/points-de-vue/redressement-de-blackberry-la-cybers%C3%A9curit%C3%A9-g%C3%A9n%C3%A8re-des-b%C3%A9n%C3%A9fices-inattendus

•••

Bordeaux : un jeune pirate informatique interpellé pour une escroquerie au « smishing », une arnaque par SMS

sud-ouest.fr - Par Florence Moreau

Publié le 16 avril 2024

L’adolescent est soupçonné d’avoir envoyé des centaines de SMS de phishing pour hameçonner des victimes invitées à cliquer sur le lien figurant sur le texto. Il aurait ainsi pu récupérer et utiliser des données bancaires. Il sera jugé en juin.

La valeur n’attend point le nombre des années. Un adolescent de 15 ans, demeurant dans l’agglomération bordelaise, a été interpellé et placé en garde à vue la semaine passée par les policiers de l’antenne bordelaise de l’Office de lutte contre la cybercriminalité.

C’est à la suite d’un signalement que les cyberenquêteurs bordelais issus de la Division de la criminalité organisée et spécialisée (DCOS) se sont intéressés à cet adolescent, à la fois déconnecté, dans son monde et très connecté à Internet. Il était déjà connu de leurs services pour avoir possiblement piraté l’accès à des ressources numériques.

Cette fois, il est soupçonné d’avoir monté une arnaque aux SMS dite « Smishing » – contraction de SMS et phishing, qui signifie « hameçonnage » en anglais – pour récupérer des coordonnées bancaires et les utiliser à des fins personnelles. Pas de groupe mafieux organisé en vue : l’adolescent fait partie de ceux que les spécialistes en cybercriminalité appellent les « Script kiddies », ces jeunes pirates informatiques qui utilisent des programmes malveillants « prêts à l’emploi ».

Lire la suite : https://www.sudouest.fr/faits-divers/bordeaux-un-jeune-pirate-informatique-interpelle-pour-une-escroquerie-au-smishing-une-arnaque-par-sms-19356870.php

Atos - Eviden

Eviden multiplie par quatre la capacité du supercalculateur Santos Dumont pour répondre aux besoins croissants de la communauté universitaire

évident.com/fr - Communiqué

Publié le 11 avril 2024

Télécharger le PDF

Le supercalculateur Santos Dumont permettra de soutenir des initiatives de pointe en matière de recherche, en particulier dans le secteur pétrolier et gazier

Sao Paulo, Brésil et Paris, France – 11 avril 2024 – Eviden, la ligne d’activités d’Atos leader de l’informatique avancée, annonce aujourd’hui avoir signé un nouveau contrat de 19,4 millions de dollars avec le Laboratoire National de Calcul Scientifique (National Laboratory of Scientific Computing ou LNCC) afin d’étendre la capacité de calcul de son supercalculateur « Santos Dumont ». Basée sur l’architecture BullSequana XH3000 d’Eviden, cette extension permettra à Eviden de multiplier la capacité par 4, confirmant ainsi la position du supercalculateur comme le plus puissant d’Amérique latine dédié à la recherche universitaire.

Le LNCC cherchait à moderniser Santos Dumont, non seulement pour répondre à la demande croissante de la communauté universitaire en matière de calcul, mais aussi pour l’accompagner dans ses initiatives de recherche de pointe, en particulier dans le secteur pétrolier et gazier. Installé à Petrópolis, Rio de Janeiro, et avec une capacité étendue de 17 pétaflops additionnels, le supercalculateur fonctionnera désormais avec une capacité de traitement totale d’environ 18,85 quadrillions d’opérations par seconde, soit une augmentation d’environ 575 % par rapport à sa capacité initiale de 1,1 pétaflops en 2015.

Lire la suite : https://eviden.com/fr-fr/actualites/communiques-de-presse/eviden-multiplie-par-quatre-la-capacite-du-supercalculateur-santos-dumont-pour-repondre-aux-besoins-croissants-de-la-communaute-universitaire/

•••

Le CEA et Eviden lancent la phase 2 du programme de supercalculateur EXA1

éviden.com - Communiqué

Publié le 17 avril 2024

Télécharger le PDF

Paris, France – 17 avril, 2024 – Le CEA et Eviden, l’entreprise d’Atos leader dans le domaine du calcul avancé, annoncent aujourd’hui la livraison du supercalculateur EXA1 HE (High Efficiency), basé sur la technologie BullSequana XH3000 d’Eviden. Conçu pour répondre aux besoins du programme Simulation de la Direction des applications militaires du CEA, EXA1 HE constitue la deuxième partition et la plus innovante, du programme EXA1. Il complète le supercalculateur EXA1 HF (High-Frequency)livré par Eviden en 2021.

Avec une performance de pointe de 104 pétaflops, le système peut atteindre une performance Linpack de l’ordre de 60 pétaflops, ce qui le place au même niveau que le 15e supercalculateur le plus puissant du dernier classement TOP500, publié en novembre 2023. Basé sur l’architecture BullSequana XH3000 d’Eviden, avec un système breveté de refroidissement à eau chaude, EXA1 HE est équipé de 477 nœuds de calcul basés sur des processeurs Grace Hopper Superchips de NVIDIA.

L’interconnexion du système est basée sur la dernière version du système BullSequana eXascale Interconnect (BXI) d’Eviden, la seule technologie d’interconnexion européenne. Le réseau repose sur une topologie DragonFly et est composé de 156 commutateurs. Ce premier ordinateur accéléré par BXI ouvre la voie aux futures technologies BXI pour les systèmes exaflopiques et d’intelligence artificielle. Il répondra aux besoins futurs des centres de recherche et des centres industriels du monde entier.

Lire la suite : https://eviden.com/fr-fr/actualites/communiques-de-presse/le-cea-et-eviden-lancent-la-phase-2-du-programme-de-supercalculateur-exa1/

Metavers

Les défis émergents pour le domaine de la santé dans le Métavers

  • cio-mag.com - Par La Rédaction
  • Publié le 15 avril 2024

Une tribune de Dr. Rajae Ghanimi, spécialiste en médecine du travail et doctorante en IA appliquée à la Santé

Le Métavers représente un monde virtuel augmenté, fusionnant les dimensions virtuelle et physique. En termes simples, il s’agit d’une version en 3D de l’internet, offrant un espace où les utilisateurs peuvent interagir dans des expériences simulées du monde réel ou explorer des réalités imaginaires. En envisageant le Métavers comme un reflet potentiel de notre vie future, se pose la question de savoir s’il pourrait apporter des solutions aux défis de notre système de santé, tels que la pénurie de professionnels de santé et les déserts médicaux. Selon un rapport d’Accenture, plus de huit dirigeants sur dix dans le secteur de la santé anticipent un impact positif du Metavers sur l’industrie de la santé. Le rapport va même jusqu’à qualifier le Métavers de “prochain horizon” des soins de santé, estimant que d’ici 2030, le marché du Métavers dans la santé pourrait atteindre une valeur de 5,37 milliards de dollars.

Dans le domaine médical, l’utilisation de technologies émergentes comme la réalité virtuelle, la réalité augmentée et l’intelligence artificielle est de plus en plus répandue. L’objectif principal de ces technologies est d’améliorer l’accès à des soins de qualité. Par exemple, elles ont grandement facilité la réalisation d’interventions chirurgicales peu invasives. Ces technologies émergentes sont également intégrées dans les universités et autres établissements d’enseignement pour fournir aux étudiants des représentations en 3D du corps humain, les aidant ainsi à se préparer aux interventions chirurgicales. 

Une formation plus accessible

Lire la suite : https://cio-mag.com/les-defis-emergents-pour-le-domaine-de-la-sante-dans-le-metavers/