Revue de presse ADCET N°223 du 03 juillet 2023

Mobilité

Un mois de train offert : la nouvelle annonce d'Elizabeth Borne

radins.com - Par Stéphanie Haerts

Publié le 21 juin 2023

La Première ministre Élisabeth Borne a fait une annonce qui ne manquera pas de ravir les jeunes citoyens engagés. Un pass gratuit pour un mois de train s'adresse aux jeunes de 18 à 20 ans qui ont pris part à un service civique ou un SNU.

Un pas de plus pour récompenser les jeunes s'engageant dans la citoyenneté active : un mois de train gratuit.

Un pass de gratuité de train pour les jeunes engagés

Le nouveau programme de pass gratuit permettra aux jeunes de profiter du train gratuitement pendant un mois, à condition qu'ils soient engagés dans des services civiques ou des SNU. Cette offre est une belle initiative pour récompenser l'engagement civique des jeunes.

Il est prévu que ce pass soit utilisé une fois entre 18 et 20 ans et concernera les trains qui ne sont pas gérés par les régions, soit les Intercités et TGV. « On va mettre en place un Pass pour utiliser le train pendant un mois, gratuitement, pour tous les jeunes entre 18 et 20 ans (...) qui s'engagent dans un SNU, dans un service civique, dans un contrat d'engagement jeune », a affirmé Élisabeth Borne sur le média en ligne Brut.

Tarifs réduits : une autre perspective pour les jeunes

Lire la suite : https://www.radins.com/voyages/transports/actualites/un-mois-de-train-offert-la-recompense-des-jeunes-engages-dans-un-snu/47565

•••

Transports : des billets de train moins chers cet été

francetvinfo.fr - Par P.-L.Monnier, S.Cardon, C.Rougerie, M.Barrois C.Hilary, J.-B. Robert - France 2

Publié le 26 juin 2023

Le gouvernement a annoncé des ristournes sur les trains Intercités cet été. L’exécutif travaille également à la mise en œuvre d’un billet unique associant les TER et les Intercités.

Pour adeptes des trains Intercités, les billets devraient coûter moins cher cet été. Gare d’Austerlitz (Paris), des étudiants attendent les ristournes du gouvernement avec impatience. Quelle sera l’ampleur de cette réduction ? Difficile à dire, mais les baisses devraient concerner les Intercités de jour, et les trains de nuit. Les modalités seront précisées dans les prochains jours par le gouvernement.

Vers un billet unique ?

Ces gestes pour les Intercités interviennent après le geste des régions dans les TER. Cet été, les TER sont à un euro pour les jeunes en Occitanie, à un euro pour tous dans les Hauts-de-France, et gratuits pour les jeunes en Bretagne. À terme, le gouvernement veut aller plus loin et proposer un titre de transport unique

Pas si simple, selon les associations. "Je n’ai pas de doute sur la faisabilité. J’ai des doutes sur le temps nécessaire pour y arriver et sur la bonne volonté des parties prenantes", estime Michel Quidort, vice-président de la Fédération d'usagers des transports. Le gouvernement se donne deux ans pour mettre en place ce billet unique

Lire la suite : https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/transports-des-billets-de-train-moins-chers-cet-ete_5912774.html

•••

Mobilité verte : la tendance confirmée mais seulement amorcée

autoday.fr Par Hugo

Publié le 25 juin 2023

Selon une étude menée en 2022 sur + de 25 000 consommateurs dans le monde, la tendance se confirme vers une mobilité plus verte.

C’est ce que révèle Allianz Partners dans son dernier rapport, qui décompose ses résultats en 3 changements de mentalité chez les conducteurs.

1 – Une adoption accrue des véhicules écologiques

Selon le rapport, près de 3 usagers de la route sur 5 (60%) prévoient d’acquérir une voiture électrique ou hybride lors de leur prochain achat.

Cette tendance s’accentue d’ailleurs du côté des 26-40 ans, pour qui ce choix est envisagé dans 75% des cas.

Cependant en parallèle, l’étude souligne plusieurs obstacles pouvant freiner cette forte demande du public : « On ne saurait trop insister sur le rôle d’infrastructures étendues et efficaces dans la révolution verte. Le manque de bornes de recharge en particulier est un frein à l’adoption
d’options plus écologiques. Davantage d’investissements publics et privés dans la mobilité créeront un cercle vertueux, accélérant le rythme des changements technologiques et rendant les solutions durables moins chères et encore plus attrayantes. » (Michael Maicher, Directeur Commercial Nouvelles et Micro-mobilités du Groupe Allianz Partners).

2 – Une transition de la propriété vers la mobilité partagée

Lire la suite : https://www.autoday.fr/news/18663-mobilite-verte-la-tendance-confirmee-mais-seulement-amorcee/

•••

Toyota veut encourager les transports durables avec son « Sustainable Cities Challenge »

futurs-sciences.com - Par Edward Back

Publié le 25 juin 2023

Toyota vient d’annoncer un financement à hauteur de 9 millions de dollars pour encourager le développement des solutions de transport durables en ville. Les innovateurs pourront présenter leurs projets dans une des trois villes hôtes qui seront annoncées en février 2024.

La Fondation Toyota pour la mobilité vient d’annoncer un nouveau projet sur trois ans pour le développement de solutions de transport durables en zone urbaine, adaptés aux besoins anticipés pour le futur. La fondation Toyota financera le développement des solutions les plus innovantes dans ce qu’elle a nommé le Sustainable Cities Challenge (le défi pour les villes durables).

Les innovateurs devront proposer des solutions pour répondre à au moins un des trois thèmes. Le premier est d’améliorer l’accès aux modes de transport sûrs, abordables et inclusifs. Le second est d’utiliser les données pour créer des écosystèmes mobiles résilients et connectés. Le dernier est d’utiliser les énergies renouvelables et à faible émission de carbone pour réduire l’impact environnemental.

Des projets qui pourront démarrer en 2025

La première étape consiste à un appel à candidatures ouvert aux villes et municipalités à travers le monde, ainsi que les agences de transport locales et régionales, qui ont jusqu’au 18 septembre pour s’inscrire. La fondation Toyota annoncera en février 2024 les trois villes retenues pour accueillir le Sustainable Cities Challenge. Dans un second temps, les innovateurs pourront envoyer à la ville de leur choix un projet adapté à celle-ci, qu’ils habitent dans la ville ou n’importe où dans le monde.

Lire la suite : https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/smartmotion-toyota-veut-encourager-transports-durables-son-sustainable-cities-challenge-106069/

•••

Maîtrise des prix, transition écologique, qualité de service dans les transports : l'ART dresse le bilan de son activité 2022

banquedesterritoires.fr - Par Anne Lenormand, Localtis

Publié le  28 juin 2023

L'Autorité de régulation des transports (ART) a publié le 20 juin son rapport d'activité 2022. Avec six secteurs désormais sous sa surveillance (ferroviaire, autocars longue distance libéralisés, autoroutes concédées, aéroports, transports publics urbains en Île-de-France, données et services numériques de mobilité), elle a focalisé son attention sur trois enjeux jugés clés pour les mobilités : "la qualité de service et des infrastructures de transports, la transition écologique, la maîtrise des prix dans un contexte inflationniste".

Depuis la fin du mandat de Bernard Roman il y a presque un an, l'Autorité de régulation des transports (ART) n'a toujours pas de président. C'est donc Philippe Richert, l'un de ses quatre vice-présidents, qui exerce la fonction de président par intérim et c'est à ce titre que l'ancien président de Régions de France a présenté ce 20 juin, entouré de Florence Rousse, Sophie Auconie et Patrick Vieu, vice-présidents de l'ART, le rapport d'activité 2022

(Lien sortant, nouvelle fenêtre)

 de l'institution. Créée en 2009 pour assurer la régulation du secteur ferroviaire, l'ART a vu progressivement son champ d'activité s'élargir à cinq autres pans du secteur des transports – les autocars longue distance libéralisés, les autoroutes concédées, les grands aéroports, les transports publics urbains en Île-de-France, jusqu'aux données et services numériques de mobilité.

En 2022, elle a publié 96 avis, 16 rapports, réalisé 14 auditions et 6 consultations publiques. Elle a identifié trois enjeux majeurs pour le secteur des mobilités : "la qualité de service et des infrastructures de transports, la transition écologique, la maîtrise des prix dans un contexte inflationniste".

Faciliter l'utilisation du réseau ferré

Lire  la suite : https://www.banquedesterritoires.fr/maitrise-des-prix-transition-ecologique-qualite-de-service-dans-les-transports-lart-dresse-le-bilan

•••

Transports. Limoges candidate pour accueillir un RER métropolitain

france3-regions.francetvinfo.fr - Par Annaick Demars

Publié le 28 juin 2023

Le conseil municipal de Limoges a entériné mardi 27 juin 2023 l'adhésion de la Ville au collectif Bon Sens Paysan qui milite pour un projet de tram-train. La Ville et l'agglo ont fait part de leur souhait de s'engager sur ce dossier, des courriers vont être envoyés à Matignon, à la SNCF, la Région Nouvelle-Aquitaine et à la Préfecture.

Lors du conseil municipal de Limoges mardi 27 juin, l'ensemble des élus a voté en faveur de l'adhésion de la Ville au collectif Bon Sens Paysan qui porte le projet de tram-train et milite depuis plusieurs années pour ce mode de transport, sorte de RER métropolitain. Relancé en novembre 2022 par Emmanuel Macron, ce projet déjà ancien consisterait en des trains régionaux cadencés toutes les demi-heures, voire tous les quarts d'heure aux heures de pointe, pour irriguer les alentours des grandes villes.

"Plus que d’autres territoires en Nouvelle-Aquitaine, la Haute-Vienne possède un riche patrimoine ferroviaire, hérité de l’ère industrielle, qui s’organise autour de Limoges et du chapelet de villes qui l’entoure, indique l'association sur son site internet. Véritable nœud de communication, l'étoile ferroviaire est remarquable tant par son ampleur que par le maillage fin qu’elle assure. Elle comptabilise 8 branches et plus de 400 km de voies".

Lire la suite : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/limoges/transports-limoges-candidate-pour-accueillir-un-rer-metropolitain-2804318.html

•••

Gratuité des transports régionaux le week-end pour les 15-25 ans : ça débute le 2 septembre !

francebleu.fr - Par François Guéroult

Publié le Jeudi 29 juin 2023

La Région Centre-Val de Loire vote définitivement ce jeudi la gratuité des transports régionaux le week-end pour les jeunes avec une entrée en vigueur le 2 septembre. La réservation sera obligatoire pour bénéficier de la gratuité, et des quotas jeunes seront mis en place sur certains trains.

En Centre-Val de Loire, les transports régionaux seront gratuits pour les jeunes le week-end, et ce, dès la rentrée de septembre. Après un vote de principe l'an passé, la mesure sera adoptée officiellement ce jeudi, lors de la session plénière du conseil régional, délocalisée à Hanches, en Eure-et-Loir - et ce sera une première en France. Dans la pratique, sont concernés les jeunes de 15 à 25 ans, sur l'ensemble du transport Rémi, en train ou en bus - y compris, donc, les lignes ferroviaires Paris-Orléans-Tours, Paris-Orléans-Bourges et Paris-Chartres (mais pas Paris-Dreux qui n'est pas une ligne gérée par la Région).

Pas de conditions de ressources, mais réservation obligatoire

La majorité de gauche va ainsi mettre en œuvre ce qui était l'une de ses promesses lors de la campagne des Régionales il y a deux ans, au nom du climat et de la solidarité. "Il faut envoyer un signe à cette génération, explique François Bonneau, le président PS de la Région. Ces jeunes doivent acquérir le réflexe du transport collectif à chaque fois que c'est possible, l'urgence climatique nous oblige à décarboner nos vies et nos villes. Mais c'est aussi bien sûr une mesure sociale : 15-25 ans, c'est souvent l'âge de la fragilité économique et sociale, qu'on soit lycéen, étudiant ou jeune travailleur." La Région n'a d'ailleurs pas souhaité imposer de quotient familial ou de conditions de revenus, c'est l'ensemble des jeunes de 15 à 25 ans qui sont concernés.

Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/transports/gratuite-des-transports-regionaux-le-week-end-pour-les-15-25-ans-ca-debute-le-2-septembre-5220425

Énergie renouvelable

La ville d'Orléans et la métropole se lancent dans la production d'énergie renouvelable

Grancebleu.fr Par François Guéroult

Publié le 29 juin 2023

En créant la société publique locale Orléans Energies, la ville et la Métropole vont pouvoir se lancer dans la production d'énergies renouvelables sur leur territoire, en commençant par du photovoltaïque. Une première pour une collectivité locale en France.

C'est un premier pas vers le développement des énergies renouvelables par et sur la Métropole d'Orléans, conformément à un engagement de campagne de son président Serge Grouard lors des municipales de 2020. La société publique locale Orléans Energies est officiellement créée, exclusivement publique, fondée par la Métropole et la ville, et dotée d'un capital de 2,5 millions d'euros. Le statut avait déjà été approuvé en conseil métropolitain jeudi dernier, il l'a de nouveau été ce jeudi soir en conseil municipal.

En 2030, une capacité d'énergie solaire équivalente à 40.000 habitations

La SPL pourra financer des projets d'implantation d'énergies renouvelables et mener aussi des actions en matière de réduction de ses consommations. Mais dans un premier temps, c'est surtout de l'énergie solaire qui sera produite. 21 bâtiments de la métropole et de la ville d'Orléans ont été listés pour accueillir du photovoltaïque : 10 sites en toiture (dont une construction neuve sur le futur site universitaire Madeleine, prévu en 2025) ; 10 sites en parking équipés d'ombrières photovoltaïques et un site équipé au sol en panneaux photovoltaïques.

"Au total, cela nécessitera 150 hectares, sans prendre sur des terres cultivables, dont 80 hectares sur une ferme solaire à Saint-Cyr-en-Val", précise Serge Grouard. L'électricité sera produite via un sous-traitant qui versera une redevance. L'objectif est d'atteindre en 2030 une puissance maximale de 180 MWC (Mégawatts crête) soit l'équivalent de l'alimentation de 38.300 habitations.

Une délibération approuvée à l'unanimité

Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/environnement/la-ville-d-orleans-et-la-metropole-se-lancent-dans-la-production-d-energie-renouvelable-8539004

Numérique

L’industrie française du numérique table sur une meilleure croissance que prévue en 2023

zdnzt.fr - Par Christophe Auffray

Publié le 28 Juin 2023

Le numérique français continue d’afficher sa bonne santé. L’organisation des entreprises du secteur, Numeum, revoit ses estimations à la hausse pour 2023. En décembre dernier, elle prévoyait une hausse de 5,9%. Ce sera finalement 6,3%.

La progression enregistre toutefois un ralentissement significatif par rapport à 2022 et ses 7,5% de croissance du chiffre d’affaires. Pour les employeurs, ces prévisions demeurent néanmoins une confirmation de "la bonne santé du secteur."
Le cloud, locomotive du marché français

Par ailleurs, la France se positionne dans le trio de tête européen, sur les talons de l’Espagne (+6,9%) et du Royaume-Uni (+6,8%). Sa croissance lui permet de devancer et l’Allemagne (+6%) et les Pays-Bas (5,2%).

Ce statut européen et cette dynamique, le marché français du numérique les doit à ses différents métiers. L’édition logicielle (qui embarque aussi les plateformes cloud) devrait boucler l’année en hausse de 9,4%.

Les prévisions sont de respectivement +4,2% et +5,9% pour les ESN (le plus important segment en France) et le conseil en technologies. Numeum estime que le marché, dans son ensemble, avoisinera à la fin 2023 les 65 milliards d’euros.

Editeurs de logiciels et plateformes cloud pèseront 23,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, les ESN 33,5 milliards d’euros (soit 51,5% du marché total) et les activités de Conseil en Technologie 7,8 milliards d’euros.

Hausse de budget IT pour 51% de DSI

Business : Numeum révise ses prévisions de croissance à la hausse avec un marché du numérique en France attendu à +6,3% en 2023, plaçant l’Hexagone en troisième position en Europe. Éditeurs et plateformes cloud bondissent de 9,4%. Mais les tensions sur les compétences s'intensifient selon le patronat.

Lire la suite : https://www.zdnet.fr/actualites/l-industrie-francaise-du-numerique-table-sur-une-meilleure-croissance-que-prevue-en-2023-39960038.htm

Blockchain

Plus de 50% des entreprises du classement Fortune 100 se sont engagées dans des initiatives blockchain

fr.cryptonews.com - Par Corine R.

Publié le 25 juin 2023

L’un des plus importants acteurs de l’industrie crypto, Coinbase, a publié un rapport de recherche sur l’adoption du web3, de la blockchain et de la crypto. Ce document se base sur une enquête menée par l’exchange auprès des dirigeants des 500 plus importantes entreprises américaines. Ce document intitulé « The State of Crypto : Corporate Adoption » donne un aperçu de la manière dont ces dirigeants perçoivent l’évolution de ces technologies et leur impact sur les activités de leurs entreprises. Le document montre que ces technologies se développent bien au-delà de la sphère crypto pour s’infiltrer dans plusieurs autres domaines.

Qu’est-ce qui motive les entreprises à investir dans le web3 et la blockchain ?

La grande majorité des entreprises choisissent d’investir dans les technologies du web3 pour rester compétitives. Leurs dirigeants estiment en effet que l’environnement économique et commercial évolue dans cette direction. Par conséquent, ils veulent acquérir un avantage concurrentiel qui leur permettrait de s’adapter à ces changements

64% des dirigeants du Fortune 500 connaissant la crypto/blockchain ont déclaré que conserver une longueur d'avance sur la concurrence est une de leur principale motivation. 45% d’entre eux ont affirmé que répondre aux attentes des consommateurs est une  préoccupation secondaire. Enfin, 55 % estiment que travailler sur des initiatives cryptos, blockchain ou web3 en raison des gains d’efficacité que la technologie apporte à leur entreprise.

Quels sont les secteurs où l’adoption du web3 et la blockchain est la plus rapide ?

Lire la suite : https://fr.cryptonews.com/news/50-entreprises-classement-fortune-100-engagees-initiatives-blockchain.htm

•••

Pénurie de développeurs de blockchain qui devient un défi majeur

servicesmobiles.fr - Par Christophe Romei

Ne manquez pas les détails sur le vol d'illustrations numériques pour réaliser des NFT, l'ambitieuse transition de Polygon vers le zero-knowledge, ainsi que les défis croissants liés à la pénurie de développeurs de blockchain. Ces sujets sont abordés avec notre point de vue dans notre newsletter payante. Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tout le contenu et rester en avance sur les dernières actualités du Web3 !

Selon IDC, la pénurie mondiale de développeurs de logiciels à temps plein devrait passer de 1,4 million en 2021 à 4,0 millions en 2025. L’année dernière, un moteur de recherche d’emploi a signalé un bond massif de 118 % sur un an de la crypto-monnaie et des offres d’emploi en blockchain. Une étude de LinkedIn utilisant des données collectées dans 180 pays entre janvier 2019 et juin 2022 a révélé un déséquilibre entre l’offre et la demande de talents dans le domaine mondial de la blockchain. Les données du rapport montrent que le nombre de membres de LinkedIn travaillant dans l’espace blockchain a augmenté de 76 % d’une année sur l’autre jusqu’en juin, mais les pays qui produisent le plus de professionnels de la blockchain connaissent une baisse de la croissance des talents. Le rapport montre que trouver des talents techniques est devenu de plus en plus difficile, car les candidats ne se commercialisent pas toujours bien sur LinkedIn. D’autres ont supprimé leurs comptes LinkedIn à cause du spam des recruteurs, affluant vers Twitter et Discord à la place. Il est difficile de les trouver sur ces plateformes.

La pénurie de développeurs de blockchain est un défi majeur, car la demande croissante de compétences dans ce domaine dépasse largement l’offre disponible. Cela limite la capacité des entreprises à mettre en œuvre et à développer des projets basés sur la blockchain, retardant ainsi l’adoption et l’innovation dans cette industrie en pleine expansion.

Lire la suite : https://www.servicesmobiles.fr/penurie-de-developpeurs-de-blockchain-qui-devient-un-defi-majeur-88049

•••

Blockchain : consolider nos atouts

institutmontaigne.org

Publié en juin 2023

L’intérêt croissant suscité par la technologie blockchain, que ce soit pour les particuliers, les entreprises ou les pouvoirs publics, s’accompagne de plusieurs interrogations et incompréhensions sur sa nature technologique, ses usages et ses apports concrets pour la société. Pourtant, la blockchain possède tout le potentiel d’une infrastructure numérique de confiance. 

La France a été pionnière dans l'écosystème international blockchain et dispose d'atouts techniques et réglementaires incontestables pour cette technologie. L’enjeu est désormais de développer notre avantage sur cette infrastructure numérique de confiance, en capitalisant sur ces avancées. À l’échelle européenne, le développement d’infrastructures de paiement qui s'appuient sur la blockchain est clé pour notre souveraineté.

Ainsi, ce présent  rapport identifie les atouts sur lesquels capitaliser et propose 8 recommandations pour développer notre compétitivité et se hisser au niveau des pays leaders de la blockchain, au même titre que les États-Unis.

La blockchain, pour quels cas d’usage ?

Les blockchains (chaîne de blocs) sont des infrastructures informatiques qui permettent d’échanger librement et de manière sécurisée des actifs numériques tels que des monnaies, des actes de propriété, des certificats ou des œuvres d’art, sans passer par les tiers de confiance usuels que peuvent être les banques ou les notaires. Le principe est simple : un utilisateur inscrit une donnée sur la base commune de données qu’est la blockchain, avec l’accord d’un réseau de validateurs internes propres à chaque chaîne. Une fois la donnée inscrite, elle est immuable car chaque membre de la blockchain détient une copie de la base de données partagée comprenant l’historique de chaque transaction - il est ainsi impossible de la modifier unilatéralement. Le support garantit l’origine et la nature de la donnée ; le contenant garantit le contenu. 

SCHEMA :

 

Les blockchains se sont développées à grande échelle à partir de 2008 avec Bitcoin puis Ethereum et représentent aujourd’hui, pour certains usages, des infrastructures alternatives aux grandes plateformes commerciales car elles ont su incarner la confiance sans dépendance à des acteurs conventionnels spécifiques.

Son potentiel est particulièrement important pour quatre cas d’usage majeurs : l’identité numérique, la traçabilité, les opérations financières décentralisées, et les paiements. Ce dernier cas d’usage constitue un enjeu de souveraineté majeur, puisque l’Europe pourrait rapidement se trouver en position de dépendance vis-à-vis d’acteurs non européens.

La France, à l’avant-garde des nations blockchain

Lire la suite : https://www.institutmontaigne.org/publications/blockchain-consolider-nos-atouts

Rapport (3 pages) à télécharger : https://www.institutmontaigne.org/ressources/pdfs/publications/blockchain-consolider-nos-atouts-synthese.pdf

Euro numérique

L'UE prête à adopter un euro numérique en complément du cash

express.fr - Par AFP

Publié le 26 juin 2023

Bruxelles - La Commission européenne a présenté mercredi un cadre législatif pour le futur euro numérique, version dématérialisée de la monnaie unique, un projet qui suscite fantasmes complotistes et hostilité des banques et qui doit encore convaincre de son utilité.

La devise électronique ne sera qu'une option de paiement, en complément des espèces. Stockée sur une carte ou un téléphone mobile, elle permettra des paiements en ligne, mais aussi des paiements sans aucune connexion internet qui préserveront autant l'anonymat que des pièces et billets.

Qu'apportera-t-il alors que l'argent dématérialisé est déjà couramment utilisé depuis des décennies à travers une multitude de services financiers comme les cartes de crédit et plus récemment des applications mobiles de paiement?

our l'instant, l'euro numérique semble être une solution qui cherche un problème à résoudre, ironise l'eurodéputé allemand Markus Ferber. La Commission et la Banque centrale européenne (BCE) doivent encore expliquer de manière convaincante pourquoi nous en avons besoin.

L'euro numérique sera accessible à tous, partout et gratuitement dans les 20 pays ayant adopté la monnaie unique, a expliqué le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. Il fournira une alternative publique aux moyens de paiements privés, largement dominés par les américains Visa et Mastercard.

Lire la suite : https://www.lexpress.fr/informations/lue-prepare-larrivee-dun-euro-numerique-que-personne-nattend-BMAT2LWQHZEIBL6IZXXHVWSNYE/

Cybersécurité

POINT DE VUE. Cybersécurité : nous manquons cruellement de culture numérique !

ouest-francs.fr - Par Philippe Loudenot

Publié le 26 juin 2023

La priorité est aujourd’hui de faire comprendre aux Français que leurs données personnelles, quelles qu’elles soient, doivent être considérées comme confidentielles. Sous peine de s’exposer à de grands risques en termes de sécurité. L’analyse de Philippe Loudenot, stratégiste en cybersécurité.

Source des plus grandes avancées de notre monde moderne, le numérique repousse les limites de l’innovation ; son intérêt n’est plus à prouver. Mais se pose une question : individuellement, sommes-nous aujourd’hui préparés et éduqués face à ce progrès ? Pas vraiment.

L’enjeu : la protection de la donnée elle-même. Il ne nous viendrait jamais à l’esprit d’écrire notre numéro de carte bancaire sur une carte postale et de l’envoyer sans enveloppe, à la vue de tous. Mais qui aujourd’hui peut prétendre n’avoir jamais transféré par simple pièce jointe dans un e-mail pièces d’identité, carte vitale, relevés bancaires ou avis d’imposition ? Le courriel, simple et machinal, fait partie de notre routine sans nous inquiéter davantage. En termes de sécurité pourtant, les deux actions sont similaires.

Cet usage « insouciant » du numérique s’explique par deux raisons. La première, c’est que son essor a été si exponentiel qu’il a profondément transformé nos pratiques en un temps record. La deuxième, c’est que lorsque le danger n’est pas direct, il semble loin et, donc moins inquiétant et les risques non pris en compte. La priorité est donc aujourd’hui de faire comprendre aux Français que leurs données personnelles, quelles qu’elles soient, doivent être considérées comme confidentielles, que les données de leur entreprise peuvent être sensibles et non « publiques ».

Pallier la défaillance numérique pour sensibiliser le grand public

Lire la suite : https://www.ouest-france.fr/reflexion/point-de-vue/point-de-vue-cybersecurite-nous-manquons-cruellement-de-culture-numerique-0de46280-0eb9-11ee-ac3b-ff842dd22b39

•••

Cyberrésilience : les eurodéputés vont adopter des amendements sur la conformité aux nouvelles règles

Par : Alina Clasen, EURACTIV.com - translated by Anna Martino

Publié le 28 juin 2023

En amont d’un vote en commission du Marché intérieur du Parlement européen sur la loi sur la cyberrésilience (Cyber Resilence Act) ce jeudi (29 mai), EURACTIV fait le point sur les principaux changements que les eurodéputés souhaitent introduire concernant l’évaluation de la conformité.

La commission parlementaire du Marché intérieur et de la Protection des consommateurs (IMCO) doit adopter son avis sur la législation sur la cyberrésilience, un projet de loi de l’UE visant à introduire des exigences en matière de cybersécurité pour les appareils connectés.

La commission IMCO n’a que des compétences limitées sur le dossier, exclusives pour la sécurité des produits et les machines industrielles, mais partagées lorsqu’il s’agit de la circulation des biens à travers l’UE, de l’interaction avec la loi sur l’intelligence artificielle (AI Act), du marquage de conformité (CE) et du processus de conformité.

EURACTIV a obtenu la version finale du rapport avant le vote de jeudi. Entre-temps, au sein de la commission de l’Industrie, de la Recherche et de l’Énergie (ITRE), le dossier devrait être adopté en juillet.

Le seul changement significatif introduit dans la partie sur les compétences exclusives concerne le fait que l’équivalence de la conformité pour les exigences de la loi sur la cybersécurité avec celles du règlement de l’UE sur les machines s’appliquerait non seulement aux produits complets mais aussi aux produits incomplets avec des éléments numériques.

Une référence introduite par le rapporteur pour avis au fait que le nouveau règlement sur la cybersécurité abrogerait les exigences énoncées dans la directive relative aux équipements hertziens a été supprimée dans la version finale.

Lire la suite : https://www.euractiv.fr/section/cybercriminalite/news/cyberresilience-les-eurodeputes-vont-adopter-des-amendements-sur-la-conformite-aux-nouvelles-regles/

•••

Apate, l'intelligence artificielle qui veut rendre fous les arnaqueurs au téléphone

bfmtv.com - Par Pierre Monnier

Publié le 28 juin 2023

Un expert en cybersécurité a mis au point un modèle d'IA pour répondre aux appels d'escrocs cherchant à vous voler de l'argent. Son objectif est de prolonger la discussion aussi longtemps que possible.

Escroquer les escrocs, voilà l'idée qui se cache derrière Apate. Cette intelligence artificielle, dont le nom reprend celui de la déesse de la tromperie, a été conçue par un expert en cybersécurité. Elle doit occuper les groupes criminels qui cherchent à extorquer de l'argent grâce à des arnaques par téléphone. Chaque année, environ 55 milliards de dollars sont subtilisés par ce biais.

C'est Dali Kaafar, le directeur exécutif du centre de cybersécurité de l'université Macquarie (basée à Sydney en Australie), qui a eu l'idée de fabriquer Apate après avoir reçu un appel frauduleux, relate le site de l'établissement, repéré par PC Mag. En plein déjeuner, il décroche et se rend vite compte des intentions de son interlocuteur. L'expert en cybersécurité prolonge l'échange.

Des potentielles victimes fictives

"Je me suis rendu compte que si j'avais fait perdre du temps à l'escroc pour qu'il ne puisse pas atteindre des personnes vulnérables, ce qui était le but recherché, c'était aussi 40 minutes de ma propre vie que je ne récupérerais jamais", explique Dali Kaafar.

En partant du principe que les escrocs ont besoin d'appeler une grande quantité de personnes afin de trouver une victime, le professeur australien a donc imaginé Apate pour étendre au maximum la durée des échanges.

Le centre de cybersécurité de l'université Macquarie a programmé un système basé sur l'intelligence artificielle, associant d'une part un générateur de texte et un logiciel de synthèse vocale. Lors de leurs arnaques, les malfaiteurs sont ainsi trompés et croient parler à de potentielles victimes.

Lire la suite : https://www.bfmtv.com/tech/intelligence-artificielle/apate-l-intelligence-artificielle-qui-veut-rendre-fou-les-arnaqueurs-au-telephone_AV-202306280529.html

 

Paiement électronique

NFC : le paiement sans contact prend de la distance

zoner.fr - Par Xavier Biseul

Publié le 30 juin 2023

Réseaux : Bientôt, il ne sera plus nécessaire de coller sa carte bancaire au terminal de paiement. La portée du NFC augmentera par 4. Le NFC Forum prévoit aussi de transformer les smartphones en terminal de paiement.

Qui n’a pesté contre le paiement sans contact ? Il faut parfois s’y prendre à plusieurs reprises et approcher sa carte bancaire ou son smartphone du terminal de paiement jusqu’à le toucher pour que la transaction soit validée. Avec les futures évolutions du NFC (Near Field Communication), la technologie d’échange de données sans contact, la portée sera quatre à six fois supérieure, passant de 5 mm à 2 ou 3 cm. De quoi effectuer des paiements mobiles véritablement sans contact.

Cette portée accrue a été validée par le NFC Forum, l’organisme de normalisation qui comprend, parmi ses 400 membres Apple, Google, Huawei, Qualcomm, STMicroelectronics, Visa ou Mastercard.

Parmi les autres évolutions prévues sur sa feuille de route qui s’étale jusqu’en 2028, la puissance de la recharge sans fil sera, elle aussi augmentée. Jusqu’alors limitée à 1 watt, elle passera à 3 watts. Ce qui devrait réduire la durée de charge mais aussi de permettre aux fabricants de concevoir des formats de recherche plus petits.

Le NFC devient multitâche

A l’avenir, la technologie NFC sera multitâche. Le consommateur n’aura plus à présenter une carte de fidélité puis une carte de paiement, les deux opérations seront réalisées en un seul passage. Un voyageur pourra valider un titre de transport tout en justifiant de son identité. De quoi fluidifier l’expérience utilisateur.

Les grands gagnants de cette évolution pourraient être les géants du numérique qui hébergent dans leurs portefeuilles virtuels, tels que Apple Wallet ou Google Pay, la carte bancaire de l’utilisateur mais aussi ses cartes de fidélité et d’autres documents personnels avec le risque le recoupement de ses données associées soit utilisé à des fins de profilage.

Lire la suite : https://www.zdnet.fr/actualites/nfc-le-paiement-sans-contact-prend-de-la-distance-39960172.htm

Métropole Européenne de Lille

L’École Européenne de Lille Métropole, véritable atout d’excellence et d’attractivité internationale, fera sa rentrée dans un bâtiment neuf

lillemetropole.fr - Communiqué

Publié le 30 juin 2023

Moins de deux ans après le lancement du chantier à Marcq-en-Barœul, la MEL est fière d’annoncer l’ouverture des nouveaux bâtiments de l’École Européenne de Lille Métropole pour la rentrée de septembre 2023. L’école s’appellera désormais École Européenne de Lille Métropole Jacques-Delors. Ce nouveau nom et cette inauguration prochaine confirment à nouveau l’objectif du projet porté notamment par la MEL, d’accueillir en son territoire un lieu de formation à la hauteur de ses ambitions européennes et internationales.

Un gage d’attractivité et de rayonnement 

Avec l’inauguration en septembre prochain de l’École Européenne de Lille Métropole Jacques-Delors, la MEL deviendra la 3e grande métropole française à se doter d’un tel équipement, véritable moteur économique, contribuant au rayonnement européen et international.

Fruit d’une volonté politique forte pour soutenir l’attractivité du territoire, la MEL avait décidé en 2021 d’attribuer par délibération la subvention à la région Hauts-de-France d’un montant maximum de 12,5 millions d’euros dans le chantier permettant la création de cette école à la dimension stratégique. Durant les travaux, l’École Européenne de Lille Métropole accueillait depuis la rentrée 2019 un enseignement du 1er degré dans des bâtiments provisoires situés à Marcq-en-Barœul.

Gage d’attractivité et d’excellence pour les familles internationales qui arriveront demain et les familles déjà présentes dans la métropole, cette école favorise l’activité et l’emploi sur le territoire. En effet, de nombreuses études montrent que la localisation, le bien-être personnel et familial font partie des critères clefs dans la décision de prendre un nouvel emploi. Par conséquent, l’offre scolaire de la métropole est un véritable enjeu économique pour les employeurs du territoire. La localisation stratégique de l’école permettant de rejoindre rapidement de grands axes européens et internationaux, participe activement au développement économique de la MEL. Avec ce lieu d’apprentissage qui vise à accueillir dans les meilleures conditions les familles des cadres expatriés des entreprises internationales et des organismes européens situés dans la région et en proximité de Bruxelles, la MEL montre l’ambition forte de la collectivité à affirmer sa place au plan l’international.

L’École Européenne de Lille Métropole Jacques-Delors en chiffres clés

840 élèves dès 3 ans jusqu’au baccalauréat européen
Plus de 40 nationalités représentées
Cycles maternelle, primaire et secondaire réunis et répartis dans 40 classes
  Budget d’investissement : 25 M € 
Surface : 6 800 m² 
Certification environnementale du bâtiment : REV3

Un enseignement d’excellence

Lire la suite : https://www.lillemetropole.fr/communique-de-presse/lecole-europeenne-de-lille-metropole-veritable-atout-dexcellence-et

Intelligence artificielle

Le vrai but de ChatGPT est de vous espionner selon cette experte : voici comment

lebigdata.fr - Bastien L

Publié le 26 juin 2023

ChatGPT n’a rien de magique, mais repose sur une armée d’esclaves modernes et sa principale raison d’être est de permettre aux GAFAM de vous espionner. Plusieurs experts ont dénoncé ses dangers pour la vie privée lors d’un sommet organisé par Bloomberg…

En quelques mois seulement, ChatGPT a su captiver l’attention de centaines de personnes dans le monde entier. Sa capacité à générer tout type de texte impressionne autant qu’elle fascine, et bouleverse même le monde du travail.

À partir d’un simple prompt, cette IA peut rédiger un mémoire, écrire un livre entier, ou même vous enseigner une langue étrangère. Ses prouesses sont telles que certains craignent un grand remplacement du travail humain.

Toutefois, ChatGPT est loin d’être magique. Lors d’un sommet technologique organisé par Bloomberg le 23 juin 2023, plusieurs experts ont tiré la sonnette d’alarme concernant les dangers dont le public n’a pas conscience.

La présidente de la fondation qui a créé la messagerie chiffrée Signal, Meredith Whittaker, estime notamment que les chatbots d’intelligence artificielle menacent la vie privée et la confidentialité.

Observant son audience, elle a déclaré que « certaines personnes dans ce public sont des utilisateurs de l’IA, mais la majorité de la population est le sujet de l’IA ». D’après ses dires, « il ne s’agit pas d’un problème de choix individuel ».

Lire la suite : https://www.lebigdata.fr/chatgpt-espionnage?utm_source=ownpage&utm_medium=email&utm_campaign=20230629&_ope=eyJndWlkIjoiNGVlYjIyNmM3MzM1MWMwZjE1ZTRmODEzNDIzNjc5ZGEifQ%3D%3D


© 2024 ADCET
Image