Revue de presse ADCET N°221 du 19 Juin 2023

Mobilité

Mobilité : les papy-boomers dans une impasse ?

theconversation.com - Joël Meissonnier - Cerema

Publié le 11 juin 2023

Les mêmes raisons démographiques qui ont fait de la France un pays jeune au sortir de la guerre en font mécaniquement un pays vieux jusqu’en 2045. Un Français sur quatre a aujourd’hui plus de 60 ans ; ils seront un tiers en 2060. L’année 2014 a été marquée par un tournant symbolique où les personnes de plus de 60 ans, en France métropolitaine, sont devenues plus nombreuses que les moins de 20 ans. Sans nier la persistance de situations de pauvreté, ces désormais « papy-boomers » qu’on qualifie parfois aussi « d’enfants gâtés des trente glorieuses », ont bénéficié d’une mobilité sociale ascendante dans l’ensemble. Mais qu’en est-il de leur mobilité quotidienne ?

Une méconnaissance des alternatives à la voiture

Les premiers résultats d’une enquête longitudinale sur la métropole lilloise soulèvent un certain nombre d’inquiétudes sur l’avenir des déplacements des personnes âgées. Notre enquête pointe une méconnaissance des alternatives à la voiture dont la maîtrise pourrait pourtant s’avérer utile dans un avenir proche. Comment mieux accompagner les seniors dans l’anticipation de leurs mobilités quotidiennes sans voiture ?

On distingue en sociologie les notions de strate d’âge et de groupe d’âge de celle de génération. La première permet de différencier la succession des étapes physiologiques qui constituent un parcours de vie ; la seconde désigne l’ensemble des personnes appartenant à une même tranche d’âge à un instant T. Quant à la notion de génération, elle « met davantage l’accent sur le partage d’une même vision du monde du fait d’une socialisation commune » au sein d’une cohorte.

Pour les personnes qui font partie de la génération du baby-boom, la liberté individuelle est placée haut dans la hiérarchie des valeurs. Ainsi, l’automobile, conduite par toutes et tous, largement démocratisée après-guerre, a-t-elle tenu lieu d’emblème pour cette génération.

Les enquêtés le formulent en ces termes :

Lire la suite : https://theconversation.com/mobilite-les-papy-boomers-dans-une-impasse-204497

•••

Mobilité connectée: ou comment le big data devrait améliorer le trafic

trends.levif.be - Aurore Dessaigne

Publié le 12 juin 2023 Source : Conseil de l'Union européenne

Les embouteillages sont parfois nos pires cauchemars. Et si les nouvelles technologies étaient la solution miracle ?

Le soleil et la chaleur de ces dernières semaines vous font sans doute attendre les vacances d’été avec impatience. Mais qui dit départ en vacances dit embouteillage. Et si les nouvelles technologies permettaient d’améliorer le trafic routier ? C’est en tout cas ce que semble croire (espérer ?) les pays européens.

C’est ainsi que ce jeudi, le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen se sont mis d’accord sur le déploiement des “systèmes de transport intelligents” (STI). Comprenez ici les applications et technologies numériques liées au transport, dont la mobilité connectée et automatisée (CAM, soit les véhicules autonomes et/ou connectés). 

Pour les leaders européens, les technologies numériques, telles que la robotique, l’internet des objets, l’intelligence artificielle, les ordinateurs haute performance, les réseaux de communication, et les véhicules en général évoluent rapidement. Par conséquent, les politiques et la législation relatives à ces technologies sont de plus en plus pertinentes pour le secteur des transports.

Cet accord vise donc à passer à la vitesse supérieure. Et la principale mesure se trouve dans le déploiement du partage de données au niveau européen. 

Tenez vous bien, ces données comprennent : les conditions d’accès aux tunnels et ponts ; les limitations de vitesse ; les plans de circulation ; les fermetures de routes ; les travaux routiers ; les mesures temporaires de gestion du trafic ; les données sur les rues à sens unique dans les villes ; les restrictions de poids, de longueur, de largeur et de hauteur ; et, enfin, les conditions de circulation dans les zones réglementées.

La machine au secours de l’erreur humaine

Lire la suite : https://trends.levif.be/a-la-une/mobilite/mobilite-connectee-ou-comment-le-big-data-devrait-ameliorer-le-trafic/

•••

Plus d'un an après sa mise en place, le compte mobilité de l'Eurométropole de Strasbourg a du mal à démarrer

francebleu.fr Strasbourg - Emilie Pou

Publié le mardi 13 juin 2023

Manque de communication ou procédure trop compliquée? Le compte mobilité mis en place par l'Eurométropole de Strasbourg depuis le lancement de la zone à faibles émissions (ZFE) peine à trouver son public. Seuls 127 foyers l'ont demandé, alors que l'aide peut aller jusqu'à 2.500 euros.

Les élus de l'Eurométropole de Strasbourg ont voulu faire ce mardi une piqûre de rappel. Près de la station Citiz Porte Blanche, Pia Imbs, la présidente, rappelle que la collectivité a mis en place depuis le lancement de la zone à faibles émissions (la ZFE), un dispositif inédit en France : le compte mobilité. "C'est une aide incitative pour ceux qui veulent abandonner leur voiture et pour encourager les mobilités alternatives. C'est un compte électronique qui peut aller de 1.500 à 2.500 euros et qui permet par exemple d'acheter des abonnements CTS ou de payer des locations de voitures en autopartage Citiz." explique-t-elle.

54 comptes mobilité activés depuis un an et demi

Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/environnement/plus-d-un-an-apres-sa-mise-en-place-le-compte-mobilite-de-l-eurometropole-de-strasbourg-a-du-mal-a-demarrer-1926873

•••

La mobilité domicile-travail comme nouveau thème de négociation dans le dialogue social

presse.adme.fr - Communiqué

Publié le 15 juin 2023

L’article 83 de la Loi d’Orientation des Mobilités prévoit un bilan de la conclusion d’accords collectifs portant sur les sujets de mobilité quotidienne des salarié(e)s. Les résultats de ce bilan, réalisé par l’ADEME pour le compte de l’Etat, permettent de donner les grandes tendances sur la dynamique du sujet de la mobilité domicile-travail comme nouveau thème de négociation dans le dialogue social et de formaliser des recommandations pour un meilleur accompagnement des parties prenantes de la négociation.

La loi d’Orientation des Mobilités (LOM) a créé de nouveaux outils de prise en charge des frais de transport personnel, en particulier le Forfait Mobilités Durables (FMD). En outre, depuis le 1er janvier 2020, elle rend obligatoire l’intégration du volet mobilité domicile-travail dans le bloc « Égalité professionnelle et Qualité de Vie au Travail » des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO).

Toute entreprise ou établissement d’au moins cinquante salarié(e)s sur un même site est soumis à cette obligation. Les modalités de prise en compte de cette mobilité quotidienne sont déterminées par accord d’entreprise ou par accord inter-entreprises, et à défaut par accord de branche. A défaut d’accord, l’employeur doit obligatoirement réaliser un Plan de Mobilité Employeur (PDME), de manière unilatérale.

L’article 83 de la LOM prévoit un bilan de la conclusion d’accords collectifs portant sur les sujets de mobilité quotidienne des salarié(e)s. Ce bilan, est désormais disponible. Les résultats donnent les grandes tendances sur la dynamique d’introduction de la mobilité domicile-travail comme nouveau thème de négociation dans le dialogue social, identifient comment les entreprises se sont saisies des nouveaux dispositifs financiers leur permettant de limiter le coût de la mobilité quotidienne pour leurs collaborateurs, et formalisent des recommandations pour un meilleur accompagnement des parties prenantes de la négociation.

Le bilan comporte deux phases. La première vise à dresser un état des lieux du niveau d’intégration du sujet de la mobilité domicile-travail dans les NAO par les employeurs français, et la seconde phase, à identifier les freins à sa prise en compte et les leviers qui permettraient de l’améliorer.

Lire la suite : https://presse.ademe.fr/2023/06/la-mobilite-domicile-travail-comme-nouveau-theme-de-negociation-dans-le-dialogue-social.html

•••

« Villages d’avenir », médico-bus, fonds de dotation mobilité… Les annonces du plan France Ruralités présenté par Élisabeth Borne

Publié le 14 juin 2023

En déplacement dans la Vienne jeudi 15 juin, la première ministre va dévoiler les contours du plan France Ruralités du gouvernement. De la santé à la mobilité, voici les principales annonces attendues.

« Notre volonté est d’établir un nouveau contrat politique avec le monde rural. » À la veille du déplacement d’Élisabeth Borne dans la Vienne, ce jeudi 15 juin 2023, Matignon a levé le voile sur les principales mesures du plan France Ruralités porté par le gouvernement.

Celui-ci a pour ambition d’accompagner un « renouveau rural » pour que ces territoires, qui abritent 40 % de la population française, soient source « d’opportunités », indique le cabinet de la première ministre.

Quatre axes principaux forment l’ossature de ce plan. Ils concernent le quotidien des habitants, la transition écologique, l’ingénierie et les entreprises.

Fonds de dotation mobilité, médico-bus et logement

Alors que la mobilité en milieu rural reste un casse-tête quotidien et une source d’isolement, le plan comprend la création d’un fonds de dotation pour les projets innovants d’offre de mobilité.

Il sera doté d’une enveloppe de 90 millions d’euros, sur trois ans. De quoi soutenir les nombreuses solutions locales déjà existantes, initiées majoritairement par des associations, comme les chauffeurs solidaires de Melle (Deux-Sèvres).

Face aux déserts médicaux qui grappillent du territoire, le plan France ruralités entend déployer 100 médico-bus « dans les endroits où il est le plus difficile d’accéder à une offre de soins », précise Matignon qui renvoie à plus tard pour les modalités de ce déploiement.

Concernant le logement, trois enveloppes sont prévues. Elles renforceront des dispositifs déjà existants, comme la prime de sortie de vacance d’un logement (12,5 millions d’euros), l’Opération de revitalisation du territoire (15 millions d’euros) et l’Opération programmée d’amélioration de l’habitat (2,5 millions d’euros).

Lire la suite : https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/villages-d-avenir-medico-bus-fonds-de-dotation-mobilite-les-annonces-du-plan-france-ruralites-presente-par-elisabeth-borne

•••

NICE : ZEWAY, le scooter électrique personnel, arrive en ville

Written by La rédaction. Posted in A LA UNEALPES MARITIMESLES NEWS DE PACA

ZEWAY, le scooter électrique personnel à batterie échangeable en 50 secondes, arrive à Nice !

presseagence.fr - Par la rédaction

Publié le 16 juin 2023

La solution unique de scooters électriques rechargeables en 50 secondes, grâce à des stations d’échange de batterie installées dans la ville chez ses partenaires stratégiques Monoprix, BNP Paribas, ESSO, TotalEnergies et Effia, a fait ses preuves en Ile-de-France et entame son déploiement en province.
ZEWAY choisit pour première étape la ville de Nice, engagée depuis plusieurs années dans une politique de mobilité propre et durable. Les premières stations ZEWAY sont déjà opérationnelles pour permettre aux Niçois de tester dès à présent le concept de la recharge instantannée avec le swap de batteries et découvrir le plaisir du scooter électrique sans contrainte.

Lancé il y a 2 ans à Paris et sa petite couronne, ZEWAY, la solution unique de scooters électriques rechargeables en 50 secondes, entame son déploiement en province et choisit pour première étape la ville de Nice, engagée depuis plusieurs années dans une politique de mobilité propre et durable.
ZEWAY lève les contraintes de la recharge de batterie (durée de plus de 5h et accès à une prise) et offre une autonomie illimitée grâce à un réseau de 20 stations d’échange de batteries progressivement implantées d’ici l’été dans Nice et ses proches communes, chez ses partenaires stratégiques Monoprix, BNP Paribas, ESSO, TotalEnergies et Effia.
Les premières stations ZEWAY sont déjà opérationnelles pour permettre aux Niçois de tester dès à présent le concept de la recharge instantannée avec le swap de batteries et découvrir le plaisir du scooter électrique sans contrainte.

ZEWAY une solution qui a fait ses preuves

Lire la suite : http://www.presseagence.fr/lettre-economique-politique-paca/2023/06/16/nice-zeway-le-scooter-electrique-personnel-arrive-en-ville/

•••

Voici le Air Scooter qui permettra de voler à 100 km/h sans besoin d'avoir le permis

gqmagazine.fr - Emma Jaballah

Publié le 16 juin 2023

Lors du salon VivaTech, l’inventeur français Franky Zapata à dévoilé le Air Scooter, un scooter volant futuriste avec lequel il sera possible de parcourir le ciel (même sans licence de pilote !)

Se déplacer en scooter volant, vous en avez peut-être rêvé, l’inventeur français Franky Zapata va peut-être rendre cela possible. Au salon des innovations technologiques VivaTech, Franky Zapata, champion du monde et d’Europe de jet-ski, devenu entrepreneur et inventeur, a impressionné le public avec son Air Scooter. L’idée derrière cet engin hors norme ? Proposer une expérience de vol originale et transformer ce mode de transport nouveau en une forme de tourisme inédite, le “fly trip”. L’inventeur avait déjà battu des records en 2019, en devenant le premier homme à effectuer la traversée de la Manche avec une machine imaginée par ses soins, le Flyboard Air. Il a cette fois-ci indiqué à BFMTV vouloir, avec cette idée “mettre le rêve de voler qui habite l’humanité depuis des siècles, voire des millénaires, à la portée de tous”.
Ce Air Scooter, ou aéronaf monoplace à atterrissage vertical, possède une forme de cockpit totalement vitré, en forme d'œuf. Son pilotage est conçu pour être à la portée de tous : il se pilote donc par le biais de deux joysticks ayant chacun une fonction. L’un permet de changer la direction tandis que l’autre permet de prendre de la hauteur. Et pas de panique pour les personnes qui ne sont pas sereines à l’idée de piloter ce bolide pour le moins surprenant : en cas de problème technique, une intelligence artificielle pourra alors prendre les commandes et opérer un atterrissage automatique, afin de préserver la sécurité des utilitaires.

Un scooter volant atteignant les 100 km/h et 3000 mètres d'altitude

Lire la suite : https://www.gqmagazine.fr/article/voici-le-air-scooter-qui-permettra-de-voler-a-100-km-h-sans-besoin-davoir-le-permis-scooter-volant-2024

•••

Ma ville, ma métropole et moi : Le compte mobilité de l'Eurométropole de Strasbourg

bfmtv.com -

Diffusé le 16 juin 2023

Pour lutter contre la pollution et améliorer la qualité de l'air, il nous faut tous agir. Dans le cadre de la mise en œuvre légale de la ZFE , l'Eurométropole propose le compte mobilité. Découvrez ce dispositif inédit en France, qui permet à ceux qui le souhaitent, moyennant une contrepartie financière allant jusqu'à 2500€, de se séparer de leur véhicule. Cette contrepartie financière permet de bénéficier d'abonnements sur des réseaux de transports en commun, de soutien supplémentaire à l'achat d'un vélo électrique, de l'autopartage,... 

Lire et écouter : https://www.bfmtv.com/alsace/replay-emissions/hors-series/ma-ville-ma-metropole-et-moi-le-compte-mobilite-de-l-eurometropole-de-strasbourg_VN-202306160423.html

•••

Le compte mobilité

strasbourg.eu

« Les habitantes et habitants de l’Eurométropole, souhaitant se séparer d’un véhicule, pourront sous conditions de ressources, bénéficier d’un compte mobilité pouvant atteindre 2 500 €. Ce « portemonnaie numérique » permet des dépenses dans des services de mobilité alternatives.

Attention, le montant accordé ne permet pas l’achat d’un nouveau véhicule. »

Pour bénéficier de l’aide à la conversion, se référer à la page du dispositif : https://www.strasbourg.eu/aides-conversion

Conseil en mobilité : étape obligatoire

L’agence du climat a mis en place un conseil individualisé et gratuit afin de trouver des solutions de mobilité et de transport. Les conseillers et conseillères peuvent expliquer comment cumuler les aides de l’État et l’Eurométropole.

Ce conseil en mobilité est obligatoire pour bénéficier d’un compte mobilité. Toutes les informations et prise de rendez-vous sur le site agenceduclimat-strasbourg.eu ou par téléphone au 03 69 24 82 82.

Critères d’éligibilité

Les conditions d’éligibilité à réunir pour accéder au compte mobilité :

- Avoir sa résidence principale dans une commune de l’Eurométropole,

- Être une personne majeure,

- Revendre ou mettre à la casse un véhicule personnel interdit à terme dans la ZFE-mobilité (de sans Crit’Air à Crit’Air 2) il y a moins de 3 mois. Ce véhicule devra appartenir au bénéficiaire depuis au moins 1 an,

Lire la suite : https://www.strasbourg.eu/compte-mobilite

Transformation numérique

16/06/2023 - Lancement du programme IA Booster France2030 pour accompagner la transformation numérique des PME et ETI

presse.economie.gouv.fr Communiqué

Publié le 16 juin 2023

Lancement du programme IA Booster France2030 pour accompagner la transformation numérique des PME et ETI

Dans le cadre de la Stratégie d’accélération en intelligence artificielle (SAIA)[1] du plan France 2030 portée par le Gouvernement, la Direction générale des Entreprises et le Secrétariat général pour l’investissement lancent le Programme IA Booster France 2030 opéré par Bpifrance.

Ce dispositif vise à accompagner les PME et ETI françaises dans leurs processus de transformation numérique, d’enrichissement de leur offre par de nouveaux services, d’amélioration de leur compétitivité et de modernisation de leur appareil de production grâce à l’intégration de solutions d’intelligence artificielle. Pour ce faire, des modules de formation et de conseils individuels seront proposés aux entreprises. Le Programme s’appuiera sur une approche qui privilégie les besoins concrets des entreprises tenant compte des spécificités de leurs activités et de leurs secteurs pour proposer un type d’IA adapté.

Ce programme répond à l’ambition du gouvernement de toucher plusieurs milliers d’entreprises ; il sera déployé par la Direction générale des Entreprises et opéré par Bpifrance, en coordination avec les partenaires et dispositifs territoriaux.

Afin de maintenir leur place dans la compétition internationale et s’imposer face aux entreprises étrangères qui témoignent d’une avance technologique importante, il est essentiel que les PME et ETI françaises disposent des moyens nécessaires pour prendre le virage de l’intelligence artificielle. Ces leviers de productivité et d’innovation sont essentiels pour garder le tissu économique français compétitif et répondre aux besoins de nouveaux produits et services des clients d’entreprises françaises.

Le programme IA Booster France 2030 s’adresse aux PME et ETI françaises de tout secteur d’activité, avec une priorité donnée aux entreprises ayant un effectif compris entre 10 et 2 000 collaborateurs et réalisant plus de 250k€ de chiffre d’affaires. Sous réserve de leur éligibilité au programme et grâce à la mobilisation d’une enveloppe dédiée de 25 millions d’euros, les entreprises pourront bénéficier d’une prise en charge partielle du coût de la prestation visée, pouvant aller jusqu’à 80 % de celui-ci.

Le Programme IA Booster France 2030 se compose de 4 phases :

Lire la suite : https://presse.economie.gouv.fr/16062023-lancement-du-programme-ia-booster-france2030-pour-accompagner-la-transformation-numerique-des-pme-et-eti/

•••

"Tibi 2" : un plan à 7 milliards d'euros pour financer la deep tech et les start-up de la green tech

usine-digitale.fr - Par Raphaële Karayan

Publié le 15 juin 2023

C'est la deuxième phase de ce plan qui consiste à mobiliser l'épargne des Français placée chez les investisseurs institutionnels pour financer les start-up en croissance. L'initiative "Tibi 2" comportera aussi un volet early stage.

Flécher l'épargne des Français vers le financement des start-up en late stage et en early stage : c'est l'objectif de l'initiative "Tibi 2", dévoilée par Emmanuel Macron au salon VivaTech le 14 juin. Ce plan, qui porte le nom du responsable de ce projet au ministère de l'Economie, Philippe Tibi, consiste à faire appel aux investisseurs institutionnels – pour résumer, aux assureurs – afin de diriger une partie des encours vers le financement de l'économie.

Une axe fort sur la deep tech

La deuxième phase du plan mobilisera 7 milliards d'euros de fonds privés, et servira en priorité à financer la décarbonation et les projets de haute technologie. C'est moins que les 10 milliards d'euros qui étaient espérés, dans un contexte boursier et macro-économique qui n'a pas aidé.

L'objectif affiché est de rivaliser avec la taille des fonds d'investissement étrangers, et de permettre aux innovations de rupture (deep tech) de se développer dans de bonnes conditions. Tibi 2 servira à financer des entreprises cotées, non cotées, en late stage comme c'était le cas pour Tibi 1, mais aussi, c'est la nouveauté, en early stage.

En plus des fonds actions labellisés disponibles dans la phase 1, les supports en unités de compte des assurances vies pourront intégrés au programme, et peut-être par la suite des fonds de private equity.

6 milliards investis durant la première phase

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/tibi-2-un-plan-a-7-milliards-d-euros-pour-financer-la-deep-tech-et-les-start-up-de-la-green-tech.N2143267

Identité numérique

Le Sénat veut tester la reconnaissance faciale dans la rue

webmail.viaduc

Publié le 13 juin 2023

Souriez, vous êtes identifié

Les sénateurs ont approuvé une proposition de loi autorisant une expérimentation de la reconnaissance faciale dans l’espace public, pour une durée de trois ans. Le texte doit passer à l’Assemblée nationale, où son sort est plus incertain.

Si aucune reconnaissance faciale n’est prévue aux Jeux Olympiques de Paris en 2024 (le gouvernement optant plutôt pour une surveillance algorithmique via les caméras de vidéosurveillance), il va peut-être y en avoir dans l’espace public, tout court. C’est en tout cas la direction que propose le Sénat, avec l’adoption d’un texte de loi ad hoc.

La proposition de loi relative à la reconnaissance biométrique dans l’espace public a été adoptée lundi 12 juin par la chambre haute du Parlement, à 226 voix pour contre 117. Déposée par les sénateurs Marc-Philippe Daubresse (Les Républicains) et Arnaud de Belenet (Union Centriste), elle comporte neuf articles, qui entrouvrent la porte à un déploiement ponctuel en France.

Une expérimentation sur trois ans

Plus exactement, le texte défend une expérimentation de la reconnaissance faciale (qui est l’un des facettes de la reconnaissance biométrique) pour une durée de trois ans, dans l’espace public. Les sénateurs, en séance, ont toutefois jugé bon d’ajouter une mention, via un amendement, pour dire que « cette expérimentation ne saurait en aucun cas préjuger d’une pérennisation de ces traitements. »

Lire la suite : https://www.numerama.com/politique/1412936-le-senat-veut-tester-la-reconnaissance-faciale-dans-la-rue.html

Services publics

Le gouvernement lance "RDV Service Public" pour avoir son propre Doctolib des démarches administratives

rtl.fr - Benjamin.hue

Publié le 15 juin 2023

L'outil "RDV Service Public" est en train d'être déployé dans les mairies et les établissements France Services pour faciliter la planification des rendez-vous pour les titres sécurisés et les démarches médico-sociales et juridiques.

Le gouvernement veut proposer son propre "Doctolib des services publics". À l'occasion du salon VivaTech, qui se tient jusqu'à ce week-end à Paris, le ministre de la Transformation et de la Fonction publique Stanislas Guerini a présenté jeudi 15 juin les avancées de la transformation numérique des administrations et des démarches administratives des Français, également évoquées la veille dans un entretien à L'Express

Parmi elles, le ministre a annoncé le déploiement d'un nouvel outil baptisé "RDV Service Public" pour faciliter la prise de rendez-vous pour les démarches liées aux titres d'identité, alors que les délais pour réaliser ces opérations ont explosé depuis la pandémie, avec plus de 30% de rendez-vous supplémentaires enregistrés lors des douze derniers mois et plus de 14 millions de rendez-vous attendus cette année. 
Sollicité par RTL, le cabinet du ministre confirme que cet outil est en train d'être déployé dans les mairies et les espaces France Services (regroupant plusieurs services publics au sein d'une même structure) depuis la fin du mois d'avril dans tout le territoire. Sont visés en priorité les mairies et les établissements qui ne disposaient pas de dispositif de prise de rendez-vous en ligne ou d'un système peu performant. Outre les titres sécurisés, le dispositif est aussi mis à disposition des acteurs du médico-social, de l'insertion professionnelle, des démarches juridiques et de la médiation numérique.

RDV Service Public a vocation à faciliter la prise de rendez-vous de toutes les démarches administratives à terme

Lire la suite : https://www.rtl.fr/actu/sciences-tech/le-gouvernement-lance-rdv-service-public-pour-avoir-son-propre-doctolib-des-demarches-administratives-7900275036

Cybersécurité

Cybersécurité : un appel à projets pour soutenir le développement de briques technologiques critiques

economie.gouv.fr - Communiqué

Publié le 16 juin 2023

Dans le cadre du plan France 2030 et de la stratégie nationale pour la cybersécurité, une nouvelle vague de l’appel à projets visant à soutenir le développement de briques technologiques innovantes et critiques en cybersécurité vient d’être lancée. 

Le numérique est aujourd’hui présent dans tous les pans de la vie des Français. 
Support de nombreuses innovations qui bénéficient à chacun, il peut cependant induire également des risques en matière de sécurité et de souveraineté économique. 

Par ailleurs, le développement du télétravail depuis la crise sanitaire a contribué à rendre plus ténue la frontière entre les outils informatiques professionnels et personnels, renforçant d’autant la vulnérabilité des systèmes. 

C’est pour répondre à ces enjeux que le Gouvernement a lancé une stratégie d’investissement dédiée à la cybersécurité dans le cadre de France 2030 dont une partie est mobilisée pour faire émerger des solutions souveraines et innovantes de cybersécurité.

Cette stratégie prévoit d’allouer plus d’un milliard d’euros pour faire de la France une nation de rang mondial en cybersécurité.

Un appel à projets sur l’évaluation de la cybersécurité

Lire la suite : https://www.economie.gouv.fr/cybersecurite-appel-projets-soutien_developpement-briques-technologiques-critiques

Cybersécurité : lutte contre Lockbit, mode d’emploi

informaticien.com - Par Victor Miget

Publié le 15 juin 2023

Sept agences de cybersécurité ont publié un mode d’emploi afin de se protéger du groupe de hackers LockBit.

Les agences de cybersécurité des Etats-Unis, de l’Australie, du Canada, du Royaume-Uni, d’Allemagne, de France et de Nouvelle-Zélande ont publié mercredi 14 juin, un mode d’emploi détaillé afin de se prémunir contre le groupe de ransomware LockBit.

« Avec nos partenaires internationaux, nous publions un avis de #cybersécurité sur le rançongiciel #LockBit. Cela démontre notre volonté partagée de renforcer nos liens avec nos partenaires pour relever ce défi commun de massification de la menace. », a twitté l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi).

Très actif, les hackers russophones multiplient les attaques depuis trois ans. Dernière en date en France, l’agence Voyageurs du Monde qui a vu fuiter quelques 10 000 scans de passeports. LockBit est également connu pour avoir attaqué les hôpitaux de Corbeil-Essonnes et de Versailles en 2022.

Entre 16% et 27% des demandes de rançons

Cette coopération « permet d'être plus exhaustif, de partager les connaissances, de se mettre d'accord sur les mesures techniques à prendre et de comparer la situation entre pays, ce qui augmente les chances de parer les attaques », a indiqué à l'AFP Mathieu Feuillet, sous-directeur opérations de l'Anssi.

Lire la suite : https://www.linformaticien.com/magazine/cybersecurite/60981-cybersecurite-lutte-contre-lockbit-mode-d-emploi.html

•••

Kyndryl lance CSIRF, son nouveau service de détection et réponse aux incidents cyber

informatiquenews.fr - Par la rédaction

Publié le 15 juin 2023

Kyndryl lance un service de réponse aux incidents de cybersécurité et d’analyse criminalistique (CSIRF) pour aider ses clients à se préparer et à réagir aux menaces.

Cela faisait un petit bout de temps que l’on n’avait pas entendu parlé de Kyndryl, après une longue vague d’annonces de partenariats avec les fournisseurs de Cloud et d’infrastructures. Mais le fournisseur de services d’infrastructures continue de peaufiner son nouveau portfolio d’offres et l’étend de nouveau sur l’axe de la cybersécurité.

Son nouveau service « Cybersecurity Incident Response and Forensics » (CSIRF) est destiné à aider ses clients à se préparer et à répondre de manière proactive aux menaces en utilisant les dernières informations sur les menaces et l’expertise de ses spécialistes en cybersécurité.

Ce nouveau service doit notamment permettre aux clients de mener des investigations et de réagir à un incident de sécurité détecté en utilisant des outils tels que le triage des incidents, la réponse aux incidents, la Threat Intelligence, la surveillance et la gestion de la conformité. Parallèlement, le service CSIRF de Kyndryl fournit un support intégré de réponse aux incidents et de récupération. Il aide les clients à analyser, identifier, comparer et comprendre les preuves et les causes d’un incident de cybersécurité. En cas d’incident, comme un rançongiciel, les experts CSIRF de Kyndryl fournissent un soutien pratique à la demande pour aider à résoudre les menaces.

« La cyber-résilience, c’est la capacité d’anticiper, de se protéger, de résister et de se remettre de conditions défavorables, de stress, d’attaques et de compromissions de l’activité cyber. CSIRF découvre et répond aux incidents de sécurité détectés et fournit une réponse de détection de menaces avancées ainsi qu’un service d’investigation » explique Kris Lovejoy, responsable mondial de la sécurité et de la résilience chez Kyndryl.

Lire la suite : https://www.informatiquenews.fr/kyndryl-lance-csirf-son-nouveau-service-de-detection-et-reponse-aux-incidents-cyber-94194

Biométrie

Reconnaissance faciale: le Sénat vote une proposition de cadre

notretemps.com - AFP - High-tech

Publié le 12 juin 2023

Le Sénat, à majorité de droite, a adopté lundi en première lecture une proposition de loi pour créer un cadre juridique à l'utilisation des technologies biométriques, qui ouvre la voie,...

Le Sénat, à majorité de droite, a adopté lundi en première lecture une proposition de loi pour créer un cadre juridique à l'utilisation des technologies biométriques, qui ouvre la voie, à titre expérimental, à la reconnaissance faciale "dans des cas particulièrement graves".

Le vote a été acquis par 226 voix contre 117, la gauche ayant voté contre.

"La sensibilité de ce sujet nous impose prudence et mesure", a estimé la ministre chargée des Collectivités Dominique Faure, qui s'en est remise à la "sagesse" des sénateurs.

"Le tempo ne nous paraît pas le plus opportun", a-t-elle ajouté, rappelant qu'un règlement européen est en cours d'élaboration.

Les techniques de reconnaissance faciale ou de biométrie ont été écartées par le gouvernement de l'arsenal technologique mobilisé pour sécuriser les Jeux olympiques qui se dérouleront à Paris en 2024.

Mais lors du débat du projet de loi olympique, en janvier, le sénateur LR Marc-Philippe Daubresse avait indiqué qu'il déposerait une proposition de loi pour fixer un cadre à une utilisation future.

Ce texte, cosigné par le centriste Arnaud de Belenet, vise, selon ses auteurs, "à poser dans la loi des lignes rouges claires afin d'écarter le risque d'une société de surveillance".

Lire la suite : https://www.notretemps.com/depeches/reconnaissance-faciale-le-senat-vote-une-proposition-de-cadre-72836

Blockchain

L’Union Européenne va utiliser la blockchain pour vérifier vos diplômes

cryptonaute.f - Alexandre Franc

Publié le 11 juin 2023 

Un tout nouveau projet du nom de “EBSI Vector” souhaite rendre l’accès au travail plus simple dans les pays de l’Europe. Pour cela, il s’est associé au fournisseur de blockchain Protokol pour mener à bien cette mission de grande ampleur.

L’annonce a été faite le 7 juin dernier et cela pourrait devenir l’une des premières solutions pratiques faites avec la blockchain de la part de l’Union européenne. Elle pourrait alors être le début d’une démocratisation de la technologie pour résoudre des problèmes bien concrets sur le vieux continent.

Protokol et EBSI Vector main dans la main pour ce projet

Le projet veut utiliser un système d’identité numérique promut par l’UE pour vérifier les diplômes des citoyens de l’Union européenne. Avec ce tout nouveau système, il sera bien plus simple et rapide, de faire reconnaître ses diplômes par des entreprises de toute l’Europe.

e CEO de Protokol, Lars Rensing, espère ainsi créer un espace open-source et sécurisé amenant à une infrastructure décentralisée au sein de l’UE. Celui-ci estime que la blockchain et le Web3 ont un énorme potentiel qui reste encore peu exploité.

Nous pensons que la blockchain et la technologie Web3 ont un énorme potentiel pour transformer un large éventail d’industries et les préparer pour l’avenir.

Lire la suite : https://cryptonaute.fr/union-europeenne-utiliser-blockchain-verifier-diplomes/

•••

Connext lève 7.5 millions de dollars pour développer sa plateforme d'interopérabilité blockchain

Dans un écosystème où plusieurs blockchains existent, l'interopérabilité est devenue une quête essentielle. Connext Labs, une start-up basée à San Francisco, se positionne à l'avant-garde de cette mission, cherchant à créer une passerelle entre les diverses blockchains existantes. 

Plusieurs financements 

En Juillet 2021, la société lève 12 millions de dollars auprès d’échanges, de fournisseurs de services de staking, de protocoles de DeFi et de solutions de layer 2.

Le 14 juin 2023, Connext Labs a annoncé avoir levé 7,5 millions de dollars lors d'un tour de financement stratégique, valorisant l'entreprise à 250 millions de dollars.

Cette levée de fonds a vu la participation de plusieurs investisseurs de renom tels que Polychain Capital, NGC Ventures et Polygon Ventures. Avec ce dernier tour, le financement total de Connext Labs s'élève désormais à 23,2 millions de dollars.

Une société visionnaire

Lire la suite : https://fr.cryptonews.com/news/connext-leve-75-millions-dollars-developper-plateforme-interoperabilite-blockchain.htm

Intelligence artificielle

Meta promeut un nouveau modèle pour l’intelligence artificielle

lematin.ch - Par AFP

Publié le 13 juin 2023

Le directeur scientifique pour l’intelligence artificielle chez Meta souhaite mettre en place une nouvelle IA plus proche de l’intelligence humaine.

L’objectif est de développer une IA qui «reflète mieux la façon dont les gens comprennent le monde», a déclaré Mark Zuckerberg, le patron de Meta, sur son profil Facebook. (Image prétexte)

Un haut responsable de Meta (Facebook, Instagram) estime que l’intelligence artificielle générative – la technologie de ChatGPT – est déjà dans une impasse et promet une nouvelle IA plus proche de l’intelligence humaine.

«L’IA d’aujourd’hui et l’apprentissage automatisé sont vraiment nuls. Les humains ont du bon sens alors que les machines, non», a déclaré mardi à des reporters Yann LeCun, le directeur scientifique pour l’intelligence artificielle chez Meta.

Il s’exprimait lors d’un événement à Paris alors que le groupe californien vient de présenter un projet pour une nouvelle architecture d’intelligence artificielle, baptisée «Image Joint Embedding Predictive Architecture» (I-JEPA). Cette technologie de vision par ordinateur «apprend (…) en créant un modèle interne du monde extérieur, en comparant des représentations abstraites d’images (plutôt que de comparer les pixels eux-mêmes)», a expliqué Meta.

«Erreurs stupides»

Actuellement, les programmes d’IA générative comme ChatGPT ou Bard (Google) sont basés sur des modèles de langage entraînés sur d’immenses bases de données pour être capables de prédire quel mot vient après un autre, au point de produire toutes sortes de textes (dissertations, discours, poèmes, etc.). Les logiciels comme DALL-E ou Midjourney fonctionnent selon le même principe, pour fabriquer des images.

«C’est déjà une révolution», a reconnu Yann LeCun. «Si vous entraînez (un modèle) avec 1000 ou 2000 milliards de jetons, il semble capable de comprendre. Mais il commet des erreurs stupides, factuelles ou de logique».

Lire la suite : https://www.lematin.ch/story/meta-promeut-un-nouveau-modele-pour-lintelligence-artificielle-841447600866

•••

Le Parlement européen adopte un projet de réglementation de l'intelligence artificielle

usine-digitale.fr - Par Jérôme Martin

Publié le 15 juin 2023

Le projet d'IA Act, qui doit encore être négocié avec la Commission et le Conseil européens, prévoit notamment de nouvelles obligations pour les services d'IA générative, comme ChatGPT et Midjourney, et restreint les usages de l'identification biométrique.

C'est une première étape vers une régulation de l'intelligence artificielle en Europe. Mercredi 14 juin, le Parlement européen a adopté, à une écrasante majorité, sa version de l'Artificial Intelligence Act, un projet d’encadrement du secteur introduit par la Commission européenne en 2021.

Nouvelles dispositions visant l'IA générative

L’émergence récente des IA génératives, comme le robot conversationnel ChatGPT et le générateur d’images Midjourney, s’est traduite par de nouvelles mesures, pour tenir compte des nouvelles problématiques qui n’avaient pas été anticipées il y a deux ans.

Le texte prévoit désormais l'obligation de déclarer si des textes, des images ou des musiques protégés par le droit d'auteur ont été utilisés pour entraîner les modèles d'IA. Cela pourrait permettre aux détenteurs de droits de saisir la justice pour tenter d’être rémunérés pour les contenus utilisés sans leur consentement. Ces modèles devront par ailleurs être enregistrés au sein d’une base de données européenne.

Les services d’IA générative devront également mettre en place un système d’identification des contenus qu'ils génèrent, permettant par exemple de distinguer les fausses photos. Ils devront aussi prendre des mesures contre les contenus illégaux, et mener des études d’impact si leur application fait partie des systèmes considérés à “haut risque”.

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/le-parlement-europeen-adopte-un-projet-de-reglementation-de-l-intelligence-artificielle.N2143337

•••

Emploi. Les petites mains d’Amazon utilisent l’IA pour des tâches censément réservées aux humains

courrierinternational.com

Publié le 15 juin 2023

Les forçats du numérique payés quelques centimes pour des microtâches sur Amazon Mechanical Turk s’aident d’intelligences artificielles génératives, selon une étude scientifique. Un effet “désopilant” de l’innovation, estime “TechCrunch”.

“Du bon boulot”, ironise TechCrunch à propos de la “boucle bouclée” par les petites mains de la plateforme Amazon Mechanical Turk (MTurk) : selon des chercheurs de l’École polytechnique de Lausanne (EPFL), “près de la moitié” des employés ont recours à l’intelligence artificielle “pour effectuer des tâches qui étaient spécifiquement réservées aux humains parce que l’IA n’en était pas capable”.

Créée en 2005, la plateforme collaborative d’Amazon a été conçue sur le principe d’une division de “tâches simples en un nombre indéfini de microtâches secondaires qui ne prennent que quelques secondes et ne rapportent que quelques centimes”, mais qu’une machine ne peut pas faire, rappelle le magazine américain de la tech. Les “turkeurs” en “accomplissent des milliers et gagnent ainsi un salaire modeste mais sûr”. Jeff Bezos, le patron d’Amazon, parlait d’“intelligence artificielle artificielle”.

Le “Turc mécanique d’Amazon” empruntait son nom à un fameux “automate joueur d’échecs” qu’un humain manipulait pour tromper son monde. En un effet “désopilant” mais “inévitable” de l’innovation, juge TechCrunch, les microtravailleurs d’Amazon se révèlent plus automates que prévu. Les chercheurs de l’EPFL leur ont demandé d’écrire des résumés d’articles médicaux puis les ont passés au crible de différents détecteurs d’IA et d’autres méthodes repérant des copier-coller. Selon leurs résultats (qui n’ont pas encore été validés par des pairs), “33 % à 46 %” d’entre eux ont “utilisé des LLM [large language model, ‘grand modèle de langage’] pour accomplir leur tâche”.

Lire la suite : https://www.courrierinternational.com/article/emploi-les-petites-mains-d-amazon-utilisent-l-ia-pour-des-taches-censement-reservees-aux-humains

ATOS

Eviden sélectionné par GMV pour accompagner le centre de contrôle de satellites de l’opérateur Hisdesat

atos.net - Communiqué

Publié le 15 juin 2023

La solution SkyMon d’Eviden assurera la surveillance des satellites du gouvernement espagnol

Paris, France et Madrid, Espagne – Le 15 juin 2023

Eviden, la ligne d'activités d'Atos leader dans le digital, le cloud, le big data et la sécurité, annonce aujourd'hui que GMV, principal fournisseur de centres de contrôle de satellites, a sélectionné la solution SkyMon d'Eviden pour le nouveau centre mis en place par l'opérateur de satellites du gouvernement espagnol, Hisdesat. SkyMon assurera la surveillance des satellites de nouvelle génération du programme « Spainsat NG ». Il s'agit des satellites les plus avancés d'Europe dans les domaines de la défense et des communications sécurisées.

Particulièrement intuitive, la solution SkyMon d'Eviden contrôlera en permanence le spectre numérique à bord des satellites et au sol, ce qui permettra de détecter la moindre variation du trafic et de prendre immédiatement les mesures correctives nécessaires via un seul et même système.

La solution sera dotée d'un processeur numérique (« Digital Transparent Processor » ou DTP), une nouvelle technologie utilisée dans les satellites à très haut débit de nouvelle génération [1]. Le DTP garantit des capacités de canalisation hautement dynamique et de routage transparent pour les applications de télécommunications spatiales avancées, qui nécessitent un système de surveillance extrêmement performant en temps réel.

En intégrant la charge utile de nouvelle génération avec le DTP, le programme « Spainsat NG » permettra d'augmenter les capacités des satellites et d'optimiser l'utilisation des ressources avec efficacité et flexibilité. Dans le cadre de cette approche, la solution interagit en permanence avec les satellites et les utilise comme sites de télésurveillance. Avec son architecture de microservices de pointe basée sur le cloud, SkyMon facilite la mise en œuvre de telles capacités tout en garantissant robustesse et évolutivité.

« La solution SkyMon d'Eviden a fait ses preuves sur le marché. Nous nous réjouissons de collaborer avec GMV afin de leur apporter notre expertise et nos technologies, et de soutenir les satellites du gouvernement espagnol », a déclaré Bruno Milard, Vice-Président et Directeur de l’entité ‘Électronique de Défense et Aéronautique’, Eviden, Groupe Atos.

Lire la suite : https://atos.net/fr/2023/communiques-de-presse_2023_06_15/eviden-selectionne-par-gmv-pour-accompagner-le-centre-de-controle-de-satellites-de-loperateur-hisdesat

THALES

THALES propose d’acquérir l’australien tesserent, renforçant son leadership mondial dans la cybersécurité

thalesgroup.com - Communiqué

Publié le 13 juin 2023

 Tesserent est l’un des principaux acteurs de la cybersécurité en Australie et en Nouvelle-Zélande, avec un chiffre d’affaires en 2022 d’environ 110 millions d’euros (185 millions de dollars australiens) pour 500 collaborateurs répartis sur neuf sites. Acteur de premier plan du conseil en cybersécurité auprès du secteur de la défense et des administrations, Tesserent offre une gamme complète de solutions et de services destinés aux moyennes et grandes entreprises.

  • Cette acquisition permettra à Thales d’accélérer son développement dans la cybersécurité et renforcer son implantation en Australie et en Nouvelle-Zélande. Avec un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros dans la cybersécurité en 2022, Thales est déjà un leader mondial dans ce domaine.
  • Le rapprochement entre Tesserent et Thales permettra de fournir des services avancés répondant aux besoins de cybersécurité en Australie et en Nouvelle-Zélande, notamment dans le secteur de la Défense et pour les administrations. Bénéficiant d’une forte proximité avec ses clients, le nouvel ensemble répondra aux besoins les plus complexes, en offrant des capacités supérieures en termes de services et de solutions d’anticipation des menaces cyber, de détection et de réponses aux cyber attaques.
  • Unanimement recommandée par le Conseil d’administration de Tesserent, cette acquisition sera soumise à l’approbation des actionnaires de Tesserent et à d’autres conditions usuelles pour ce type d’opération.

Le rapprochement entre Thales et Tesserent va donner naissance à un acteur de premier plan dans les services cyber afin de répondre aux besoins importants des marchés de la cybersécurité en Australie et en Nouvelle-Zélande, des marchés bénéficiant d’une croissance attendue à deux chiffres d’ici 2026.

Tesserent continuera à être connu sous son nom propre et son identité visuelle sera complétée de la signature « Cyber Solutions by Thales ». Il deviendra la principale offre de cybersécurité de Thales en Australie et en Nouvelle-Zélande. La nouvelle entité accélérera la croissance des activités cyber pour les clients de Thales dans ces deux pays, en s'appuyant sur les capacités d’investissement, le savoir-faire et l’ancrage mondial de Thales.

En tant que leader mondial en cybersécurité, Thales intervient à tous les niveaux de la chaîne de valeur, en offrant des solutions allant de l’évaluation des risques jusqu’à la protection des infrastructures critiques, et s’appuyant sur des capacités complètes de détection et de réponse aux menaces. Son offre s’articule autour de trois grandes familles de produits et de services dédiés à la cybersécurité, qui ont généré 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2022 :

Lire la suite : https://www.thalesgroup.com/fr/monde/securite/press_release/thales-propose-dacquerir-laustralien-tesserent-renforcant-son-0

Metavers

La ville de Tampere, en Finlande, prend les premières mesures pour devenir une ville leader du métavers centré sur l’humain

ecramobile.fr - Par Business Wire

publié le 14 juin 2023

TAMPERE, Finlande--(BUSINESS WIRE)--La ville de Tampere, pionnière du métavers et leader de l’innovation pour les villes intelligentes, a été mise à l'honneur lors de l’exposition et la conférence Tampere Smart City en Finlande. Le métavers, qui combine de manière transparente les mondes numérique et physique, crée un environnement numérique dynamique qui améliore la vie des citadins. Cet environnement favorise et promeut une expérience quotidienne sans tracas pour les citoyens et fournit une plateforme favorable à la prospérité des entreprises.

Grâce à son approche avant-gardiste, Tampere prépare le terrain pour l’avenir de la vie urbaine.

-Nous encourageons les entreprises à tester leurs solutions à Tampere. La ville joue le rôle de plateforme d’essai et de partenaire ouvert pour les entreprises et la recherche. Notre objectif, grâce à des solutions intelligentes, est d’améliorer le bien-être des citoyens, de leur offrir une expérience urbaine positive et de créer des conditions favorables à leur vie quotidienne, déclare Teppo Rantanen, directeur exécutif chargé de la croissance, de l’innovation et de la compétitivité à la ville de Tampere.

Le développement du métavers de Tampere est le résultat de collaborations avec des entreprises de renom. Les partenariats avec VTT et des géants mondiaux de la technologie tels que Microsoft et Nokia ont permis à Tampere d’exploiter le potentiel du métavers pour révolutionner la planification urbaine et créer des solutions intelligentes qui améliorent le bien-être de ses habitants.

Lire la suite : https://www.ecranmobile.fr/La-ville-de-Tampere-en-Finlande-prend-les-premieres-mesures-pour-devenir-une-ville-leader-du-metavers-centre-sur-l_a74426.html


© 2024 ADCET
Image