Revue de presse ADCET N°216 du 15 mai 2023

Mobilité

Webinaire - Les opportunités de financement pour la mobilité urbaine et le transport sous Horizon Europe

horizon-europa.gouv.fr - Communiqué

Publié le 03 mai 2022

Le mardi 3 mai 2022, de 10h à 12h, le PCN EIE, EIT et Synergie des fonds a organisé, conjointement avec le PCN Transport, un webinaire sur les opportunités de financement pour la mobilité urbaine et le transport sous Horizon Europe.

Cette session d’information a proposé une présentation complète des opportunités de financement dans le secteur de la mobilité urbaine et du transport, sous Horizon Europe. 

Le webinaire s'est déroulé selon l'agenda suivant :

Ce webinaire s’adresse ainsi à tous les acteurs de la communauté de recherche et d’innovation, désireux d’en apprendre plus sur ces thématiques. 

Le replay du webinaire ainsi que les présentations se trouvent ci-dessous.

Regarder ce webinaire sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=p6M7P2mxUWQ

Télécharger le document PDF | 2.49 MB - Volet Transport et Mission Villes

Source : https://www.horizon-europe.gouv.fr/webinaire-les-opportunites-de-financement-pour-la-mobilite-urbaine-et-le-transport-sous-horizo

•••

Mobilité : Une voiture électrique à 100 euros par mois, la promesse impossible d’Emmanuel Macron ?

20minutes.fr - Fabrice Pouliquen

Publié le 12 mai 2023

TRANSPORT Le « leasing social » promis par Emmanuel Macron en mars 2022 pourrait être lancé à l’automne. Mais les contours du dispositif restent flous. Parce que complexe à concrétiser ? Une étude publiée ce vendredi tente de résoudre l’équation

Emmanuel Macron fait le tour d'une Renault Zoe électrique lors de sa visite au Mondial de l'automobile de Paris le 15 octobre 2016. — ERIC FEFERBERG / AFP

• Proposer aux ménages les plus modestes la location d’un véhicule électrique à 100 euros par mois, c’était la promesse de campagne d’Emmanuel Macron et elle pourrait voir le jour à l’automne.

• Mais les contours du dispositif restent flous et les obstacles nombreux à commencer par celui de ne pas avoir trop peu de voitures électriques produites en France à bas coût pour faire l’objet d’un leasing social

• L’ONG Transport & Environment et le think-tank Iddri invitent toutefois à ne pas renoncer à cette promesse mais au contraire d’en faire une mesure phare pour décarboner les transports en France. Leur étude, publiée ce vendredi, explique comment.

Une voiture électrique pour 100 euros par mois

Lire la suite : https://www.20minutes.fr/planete/environnement/4036567-20230512-mobilite-voiture-electrique-100-euros-mois-promesse-impossible-emmanuel-macron 

•••

Le Grand Narbonne teste un bus rétrofit sur les lignes urbaines Citibus

legrandnarbonne.com

Publié le 09 mai 2023

Le rétrofit consiste à remplacer le moteur thermique d'un véhicule par un moteur électrique. Engagé dans la transition énergétique, Grand Narbonne poursuit sa réflexion sur l’évolution de son parc de véhicules de transports.

Présentation

Une action qui s’inscrit dans la politique de réduction des gaz à effet de serre et de l’amélioration de la qualité de l’air menée par les élus du Grand Narbonne.

Après le test en 2022 d'un modèle de Citadine électrique, puis de bus électrique, c'est aujourd'hui un bus Mercedes Citaro, dont le moteur thermique a été remplacé par un moteur électrique, qui va effectuer un service sur les lignes A, B et E du réseau de transports urbains.

Ce bus, d’une capacité de 100 voyageurs, bénéficie d’une autonomie d’environ 250 km en exploitation. Elle peut varier selon l’utilisation de la climatisation, la topographie des lignes ou la conduite des chauffeurs. Le temps de charge est de 10 à 12 heures, via le chargeur mobile de 22 kW.

Lire la suite : https://www.legrandnarbonne.com/actualites/actualite/le-grand-narbonne-teste-un-bus-retrofit-sur-les-lignes-urbaines-citibus

•••

Vianova et la RATP s'associent pour analyser les données de trottoir à Paris

vianova.io - Communiqué

Publié le 11 mai 2023

• La plate-forme collaborative de données sur la mobilité leader Vianova s'associe à l'opérateur de transport public français RATP pour explorer les données sur l'utilisation des trottoirs à Paris ;
• Le réseau de bus de Paris est l'un des plus denses au monde, avec des véhicules logistiques, la micromobilité et les taxis qui exercent une pression sur les couloirs de bus et provoquent des embouteillages ;
• Ensemble, les deux organisations ont combiné la connaissance des transports publics avec l'analyse de la mobilité et la science des données pour analyser l'occupation des trottoirs, ce qui pourrait servir la politique et la planification ;
• La branche capital-risque de la RATP, RATP Capital Innovation, investit dans l'amorçage de Vianova. 

Lire la suite : https://press.vianova.io/vianova-and-ratp-teamed-up-to-analyze-data-on-curb-usage-in-paris

•••

Toulouse : le paiement par carte sur le réseau bus de Tisséo arrive

opinion.com - Par Gala Jacquin

Publié le 11 mai 2023

Comme annoncé en juillet 2022, Tisséo est en train d’installer des bornes de paiement par carte sur son réseau bus. Le dispositif sera bientôt fonctionnel.

L’expérimentation semble concluante. Depuis le mois de juillet 2022, la navette aéroport du réseau Tisséo teste le dispositif de paiement sans contact par carte bancaire ou avec un téléphone. Après près d’un an d’observation, le gestionnaire de transports en commun commence à installer les nouvelles bornes de validation dans les bus toulousains.

>> À LIRE AUSSI : Tisséo : le paiement sans contact bientôt disponible sur l'une des lignes du réseau

Mise en service au deuxième semestre 2023

Les utilisateurs du réseau bus ont sûrement dû apercevoir des boîtes de cartons violettes apparaître dans les véhicules depuis quelques semaines. Dessus, on peut y lire : "Tisséo prépare l’arrivée du paiement par carte bancaire à bord".

Lire la suite : https://lopinion.com/articles/actualite/17696_toulouse-paiement-carte-reseau-bus-tisseo-arrive

•••

Les transports du futur : zoom sur les innovations qui façonneront nos déplacements

pratique.fr - Alexandre Jourdain

Publié le 11 mai 2023

Les avancées technologiques modernes contribuent à l’innovation de tous les domaines d’activité. Le secteur du transport n’y fait pas exception et fait actuellement l’objet d’une véritable transformation initiée par le développement de nouvelles technologies. La généralisation de l’intelligence artificielle (IA) a notamment le potentiel de faire émerger de nouveaux modes de transports urbains futuristes, plus performants, voire automatisés, dans les années à venir.

L’industrie du transport figure parmi les secteurs d’activité les plus dynamiques. L’évolution effrénée de la technologie s’y reflète fortement à travers des projets de conception de moyens de transport innovants. Leur but est de révolutionner notre façon de nous déplacer dans la ville de demain. De l’éventualité de véhicules urbains volants à l’imminence des voitures autonomes, se déplacer dans la cité du futur s’annonce une expérience agréable et simplifiée. Zoom sur quelques exemples.

La voiture autonome, le futur du transport urbain ?

Lire la suite : https://www.pratique.fr/actu/les-transports-du-futur-zoom-sur-les-innovations-qui-faconneront-nos-deplacements-8804022.html

Titres d’identité

Thales décroche un contrat pluriannuel pour la nouvelle génération de couvertures électroniques des passeports américains

thalesgroup.com - Communiqué

Publié le 11 mai 2023

  • Ce contrat, qui devrait s’étendre sur une durée de dix ans, permettra aux détenteurs de passeports américains de bénéficier de la toute dernière technologie en matière de couverture électronique (eCover).
  • Leader mondial de la sécurité numérique, Thales a délivré plus de 127 millions de couvertures électroniques aux passeports américains depuis 2005.
  • Thales, premier fournisseur mondial de solutions de passeports électroniques pour plus de 40 programmes nationaux dans le monde, a récemment décroché un nouveau contrat de couverture électronique pour les passeports américains auprès du Government Publishing Office (GPO) des États-Unis, pour une durée allant jusqu'à dix ans.

Depuis 2005, Thales a délivré à GPO plus de 127 millions de couvertures électroniques. Avec ce contrat, Thales coopère de nouveau pour fournir une technologie et des composants sécurisés pour les couvertures de passeports américains. Le GPO fabrique le passeport américain, y compris un grand nombre de ses composants, pour le Département d'État, qui le personnalise ensuite pour les voyageurs, les représentants du gouvernement et les diplomates américains.

Lire la suite : https://www.thalesgroup.com/fr/monde/groupe/press_release/thales-decroche-contrat-pluriannuel-nouvelle-generation-couvertures

Services Publics

Le plan Borne pour les services publics

lagazettedescommunes.com - Laura Fernandez Rodriguez

Publié le 10 mai 2023

En présidant le septième comité interministériel de la transformation publique qui s’est tenu le 9 mai, la Première ministre, Elisabeth Borne, a présenté douze engagements pris par le gouvernement pour rapprocher les services publics des usagers et en réduire la lourdeur administrative.

« Face à des démarches administratives trop lourdes et des services publics perçus comme trop lointains, des difficultés et des inquiétudes persistent. » Tel est le constat formulé par la Première ministre, Elisabeth Borne, qui a présidé mardi 9 mai à Matignon le 7e comité interministériel de la transformation publique (Citp), et a insisté : « Chaque ministère est concerné. Chacun doit être mobilisé. »

Une entrée par moments clés de la vie

Le ministre de la Transformation et de la fonction publiques, Stanislas Guerini, a présenté « dix moments de vie » où le gouvernement s’engage à simplifier les procédures administratives associées, parmi lesquelles cinq devront être améliorées d’ici à la fin de l’année : celles dont les usagers deviennent étudiants, qui rénovent leur logement, qui partent vivre à l’étranger ou qui en reviennent, ou pour ceux qui perdent un proche, afin notamment que d’ici la fin de l’année, le versement des pensions de réversion soit automatisé.

Sur le volet France Renov, « d’ici l’été, 26 000 conseillers France Renov accompagneront les Français dans la préparation de leurs dossiers pour rénover leurs logements ».

Concernant l’accès aux services publics dans les territoires, 2 750 France Services mailleront le territoire d’ici à la fin de l’année, et 95 % des usagers se situeront à moins de 20 minutes de l’un d’entre eux. La Première ministre a aussi cité un élargissement du bouquet de l’offre, en termes de surendettement avec la Banque de France, ou via l’accès aux bourses et au logement étudiant avec le Cnous. De plus, « la qualité de service sera renforcée grâce au doublement du temps de formation des agents ».

Améliorer l’accessibilité

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/867174/le-plan-borne-pour-les-services-publics/

•••

Les services publics vont tester ChatGPT pour répondre aux usagers

EXPÉRIMENTATION « L’IA va forcément transformer les interactions entre les usagers et les administrations », selon le ministère de la Transformation publique

20 Minutes avec agences

Publié le 12/05/23 

Alors que certaines collectivités ont décidé de bannir ChatGPT chez leurs salariés, le ministère de la Transformation publique choisit lui de miser sur l’intelligence artificielle. Répondre plus rapidement et efficacement aux usagers des services publics grâce à l’IA : c’est donc l’objectif du gouvernement qui va lancer à la rentrée de septembre une expérimentation de six mois, a-t-il indiqué jeudi à l’AFP, confirmant une information de BFM Business.

« L’IA va forcément transformer les interactions entre les usagers et les administrations », affirme l’entourage du ministre de la Transformation publique Stanislas Guerini. « L’administration ne doit pas subir, elle doit s’approprier » l’IA et la « transformer pour qu’elle corresponde aux attentes des agents et des usagers », ajoute-t-on de même source.

Des erreurs au départ

D’où cette expérimentation, qui permettra d’entraîner trois modèles d’IA générative (ChatGPT, LLaMA et le français Bloom) à répondre aux questions des usagers, avant une hypothétique généralisation à l’ensemble de l’administration en 2024. « Les modèles de génération de contenu feront forcément des erreurs, il va falloir qu’on les entraîne petit à petit, qu’on les perfectionne, pour avoir une réponse la plus précise possible », explique le ministère.

Chaque réponse sera soumise au contrôle d’un agent de l’administration avant d’être communiquée à l’usager. Pour mener cette expérimentation, le gouvernement espère trouver 200 agents volontaires. L’IA est « une aide » pour les fonctionnaires, « pas un substitut » qui permettrait de tailler dans les effectifs, insiste le gouvernement.

En partenariat avec la Cnil

Lire la suite : https://www.20minutes.fr/high-tech/4036664-20230512-services-publics-vont-tester-chatgpt-repondre-usagers

Cybersécurité

Témoignages de collectivités victimes de cyberattaques

Publié le 18 Nov 2022

Parce que les cyberattaques peuvent provoquer des pertes conséquentes, il est nécessaire de les anticiper en adoptant durablement de bonnes pratiques. Pour compléter la sensibilisation des agents sur les enjeux de la cybersécurité, les témoignages de collectivités mettent en lumière les premières actions menées, et les impacts des attaques qu’elles ont subies.

Témoignage de la ville de Chelles

En janvier 2019, la ville de Chelles était cyberattaquée. 
Retour sur cet incident avec Antoine Trillard, Directeur des Systèmes d’Information de la ville de Chelles.

Publié le 17/04/2023

PDF 304 Ko TÉLÉCHARGER

Témoignage de la ville de Moelou

En 2018, la commune de Kergrist-Moëlou subissait une cyberattaque. Comment cela s’est-il passé ? Comment les élus ont-ils fait face ? Quelles mesures ont été prises à l’issue de cet incident ?
Alain Cupcic, Maire de Kergrist-Moëlou partage son expérience avec nous.

Publié le 02 novembre 2022

TÉLÉCHARGER

Témoignage de la ville de Villepinte

En juin 2021, la ville de Villepinte était touchée de plein fouet par une cyberattaque.
Retour sur cet incident avec Arnaud Hauwelle, Directeur de l’Innovation numérique et des systèmes d’information de la ville de Villepinte.

Publié le 17 avril 2023

TÉLÉCHARGER

Sensibilisation des collectivités

La cybersécurité est l’affaire de tous. Face aux attaques qui sont légion, les collectivités ne font pas exception et sont souvent plus vulnérables. Pour répondre à ces enjeux, Cybermalveillance.gouv.fr a conçu, en partenariat avec l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF), une méthodologie « clé en main » pour sensibiliser l’ensemble des agents aux risques cyber.

TÉLÉCHARGER

•••

Attention aux lacunes dans la normalisation de la cybersécurité pour l'intelligence artificielle

anisa.europe.eu - Communiqué

Publié le 27 avril 2023

L'Agence de l'Union européenne pour la cybersécurité (ENISA) publie une évaluation des normes de cybersécurité de l'IA et émet des recommandations pour soutenir la mise en œuvre des prochaines politiques de l'UE sur l'intelligence artificielle (IA).

IMAGE : https://www.enisa.europa.eu/news/mind-the-gap-in-standardisation-of-cybersecurity-for-artificial-intelligence/@@images/f9f0407c-959f-440f-abbe-b44c2802a3f9.png

Ce rapport donne un aperçu des normes – publiées, en cours d'élaboration et prévues – et une évaluation de leur portée dans le but d'identifier les lacunes potentielles.

Le directeur exécutif de l'Agence de l'UE pour la cybersécurité, Juhan Lepassaar , a déclaré : « Les plateformes de chatbot avancées alimentées par des systèmes d'IA sont actuellement utilisées par les consommateurs et les entreprises. Les questions soulevées par l'IA se résument à notre capacité à évaluer son impact, à le surveiller et à le contrôler, en vue de rendre l'IA cyber-sécurisée et robuste pour qu'elle déploie tout son potentiel. L'utilisation de normes adéquates contribuera à assurer la protection des systèmes d'IA et des données que ces systèmes doivent traiter pour fonctionner. Je suis convaincu que c'est l'approche que nous devons adopter si nous voulons maximiser les avantages pour nous tous de profiter pleinement et en toute sécurité des services des systèmes d'IA. »

Ce rapport se concentre sur les aspects de cybersécurité de l'IA, qui font partie intégrante du cadre juridique européen réglementant l'IA, proposé par la Commission européenne l'année dernière sous le nom de « AI Act ».

Qu'est-ce que l'Intelligence Artificielle ?

Le projet de loi sur l'IA définit un système d'IA comme « un logiciel développé avec une ou plusieurs (…) techniques (…) pour un ensemble donné d'objectifs définis par l'homme, qui génère des résultats tels que du contenu, des prédictions, des recommandations ou des décisions influençant les environnements avec lesquels ils interagissent. En résumé, ces techniques comprennent principalement : l'apprentissage automatique faisant appel à des méthodes telles que l'apprentissage en profondeur, la logique, les approches basées sur les connaissances et les statistiques.

Il est en effet essentiel pour l'attribution des responsabilités juridiques dans un futur cadre d'IA de s'entendre sur ce qui entre dans la définition d'un « système d'IA ».

Lire la suite : https://www.enisa.europa.eu/news/mind-the-gap-in-standardisation-of-cybersecurity-for-artificial-intelligence

•••

Matignon présente ses mesures pour rendre Internet plus sûr en France

siecledigital.fr - Antoine Messina

Publié le 10 mai 2023

Le projet de loi a été adopté par le Conseil des ministres dans la matinée.

Pour réguler davantage Internet en France, Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de la transition numérique des télécommunications, a présenté en Conseil des ministres un projet de loi pour sécuriser et protéger l’espace numérique. Ce dernier met en avant 12 mesures pour garantir la protection des citoyens français en ligne, notamment des mineurs, mais aussi des entreprises et de la démocratie.

L'insécurité que rencontre nos concitoyens sur internet sape leur confiance dans le numérique.

Tous les français sont concernés, en particulier les plus vulnérables.

En vous inscrivant vous acceptez notre politique de protection des données personnelles.

Un Internet plus sûr pour les citoyens français

Comme annoncé mardi, l’une des mesures phares de ce projet de loi est la mise en place d’un « filtre anti-arnaque » pour prévenir les Français lorsqu’ils se rendent sur un site frauduleux. Simple et gratuit, son objectif est de protéger les personnes les plus vulnérables et mettre un terme aux escroqueries par SMS comme celles des comptes CPF ou des colis égarés.

Toujours dans l’idée de protéger les internautes français, Jean-Noël Barrot a dévoilé une peine complémentaire de bannissement des réseaux sociaux prise par un juge dans le cadre de faits de cyberharcèlement. Les condamnés pourront avoir interdiction de se connecter sur les plateformes pour une durée de 6 mois à 1 an en cas de récidive. « Une mesure qui frappera les chefs de meutes là où ça fait mal, en les privant de leur caisse de résonance et en confisquant leur notoriété », confiait le ministre sur le plateau de France 2 ce matin. Il précisait également que ce sont aux réseaux sociaux de « mettre en œuvre les moyens pour éviter la réinscription de ces comptes ».

Pour clôturer le chapitre de la défense des citoyens, il révèle la volonté du gouvernement d’encadrer les nouveaux types de jeux en ligne sur le Web3. De quoi « garantir la protection des mineurs, lutter contre le blanchiment d’argent et permettre à la France de se développer des activités innovantes » dans le secteur.

Renforcer la protection des mineurs en ligne

Lire la suite : https://siecledigital.fr/2023/05/10/matignon-presente-ses-mesures-pour-rendre-internet-plus-sur-en-france/?utm_source=Newsletter+Siecle+Digital&utm_campaign=21bda6573c-RSS_+Quotidienne&utm_medium=email&utm_term=0_3b73bad11a-21bda6573c-259790657

•••

Ne pas payer la rançon aux hackers est plus rentable que céder à leur chantage

La fausse bonne idée

numerama.com - Bogdan Bodnar

Publié le 10 mai 2023

Un rapport sur les coûts d’une cyberattaque dévoile que le paiement de la rançon ne fait que rajouter des dépenses à une restauration déjà onéreuse. La clé de déchiffrement donnée par les hackers criminels ne permet pas de recouvrir tous les fichiers.

La solution la plus facile n’est pas toujours la bonne. L’entreprise de cybersécurité Sophos publie un rapport ce 10 mai sur l’état de la menace ransomware. Après une consultation auprès de 3 000 organismes, entreprises et institutions, les experts en cyber ont pu tirer plusieurs conclusions des retours d’expériences après une cyberattaque.

Concernant le coût d’une attaque, perte de donnée et réparations comprises, « le rapport brise un mythe entretenu par les criminels du ransomware », nous explique John Shier, spécialiste de la cybersécurité chez Sophos. Payer la rançon exigée par les hackers serait moins rentable que de s’opposer aux malfaiteurs et repartir à zéro, indique l’étude. Pire, les organisations qui cèdent aux cybercriminels, perdent plus du double des coûts de restauration. Ainsi, une entreprise qui de facto refuse de payer, dépense autour de 350 000 dollars pour retrouver un état normal, contre 750 000 dollars si la victime verse la rançon et enchaine avec une réparation.

45 % des entreprises qui ont utilisé des sauvegardes ont récupéré leurs fichiers en moins d’une semaine, indique le rapport. // Source : Melvyn Dadure pour Numerama

« Les hackers criminels laissent croire qu’une restauration des données est une tâche facile, ils vendent leur clé de déchiffrement contre la solution ultime pour un retour à la normale rapide », nous indique John Shier. « Dans les faits, les fichiers restent très souvent corrompus et demandent un long travail de réhabilitation. Ensuite, les experts vont chercher les raisons de cette faille et les moyens de s’en protéger à l’avenir. Et tout ce travail peut être retardé si l’entreprise espérait esquiver cette étape en payant la rançon. »

Lire la suite : https://www.numerama.com/cyberguerre/1369390-ne-pas-payer-la-rancon-aux-hackers-est-plus-rentable-que-ceder-a-leur-chantage.html

•••

« Le piratage du pauvre » : des hackers russes piratent des PME en France pour « nuire à l’OTAN »

numerama.com Bogdan Bodnar

Publié le 09 mai 2023

Mais cela semble effrayant pour les néophytes

Plusieurs petites entreprises françaises ont été « défacées » par des hacktivistes russes.

Leur page d’accueil affiche désormais un message contre l’OTAN.

Un groupe d’hacktivistes russes s’est attaqué à plusieurs sites de PME françaises, pour « faire passer un message ». Cinq sociétés ont été touchées le 8 mai 2023 : leur page d’accueil affiche désormais un « Fuck l’OTAN », avec une image du collectif de hacker baptisé Usersec, en signature. Les sites ont subi un défacement, une technique qui existe depuis les premiers pirates. Les malfaiteurs s’attaquent aux accès administrateurs, le plus souvent par une injection SQL – un langage de requête – pour s’en prendre à la page d’accueil et diffuser un message.

Nous avons contacté les victimes qui, pour la majorité, n’avaient pas encore regardé leur site aujourd’hui et n’étaient pas particulièrement touchées. « C’est une surtout, une vitrine, on l’utilise peu » nous a expliqué un gérant. Il semblerait également que ce soit un prestataire qui a été touché en amont, laissant la possibilité aux hackers de s’attaquer aux clients. On ne peut savoir comment les hacktivistes ont défini leur cible. N’importe quelle fuite de données leur aurait potentiellement permis de choisir leur victime.

Une nouvelle technique chez les hacktivistes

Lire la suite : https://www.numerama.com/cyberguerre/1368876-des-hackers-russes-piratent-des-pme-en-france-pour-nuire-a-lotan.html

•••

Le piratage et le vol de numéros de téléphone ont explosé

20min.ch - Christine Talos

Selon le dernier rapport semestriel du Centre national pour la cybersécurité, le nombre de tentatives d’escroquerie sur internet est resté très élevé au 2e semestre 2022.

Les annonces de piratages ont presque doublé au 2e semestre 2022 par rapport au semestre précédent, annonce le Centre national pour la cybersécurité (NCSC) dans son rapport semestriel paru ce jeudi. La faute surtout aux comptes sur les réseaux sociaux, très convoités par les escrocs. «Ceux-ci se servent notamment des comptes piratés pour faire chanter les utilisateurs ou diffuser de la publicité pour des offres d’investissement fictives», explique-t-il.

Le nombre de tentatives d’escroquerie est en outre resté très élevé avec 17’341 incidents signalés, soit un niveau presque identique au 1er semestre. Au total, le NCSC a reçu 34’527 annonces sur toute l’année 2022. Environ 85% proviennent de la population, tandis que les 15% restants émanent d’entreprises, d’associations ou d’autorités.

Les numéros de téléphone usurpés ont explosé

Les annonces de numéros de téléphone usurpés ont eux carrément explosé. Les cybercriminels manipulent le numéro de façon à ce qu’au lieu du vrai numéro, la victime voit s’afficher un autre, susceptible de la mettre en confiance. Alors qu’il en avait enregistré 26 au total en 2021, le NCSC a reçu plus de 781 annonces rien qu’au second semestre 2022, souligne-t-il.

Lire la suite : https://www.20min.ch/fr/story/le-piratage-et-le-vol-de-numeros-de-telephone-ont-explose-299480667316

Blockchain

Syncope nocturne sur ethereum : la blockchain victime d’un mal mystérieux

journalducoin.com - par Hellmouth Banner

Publié le 12 mai 2023

La beacon chain d’Ethereum a soudainement cessé de valider des blocs dans la nuit, aux alentours de minuit, heure française. Si cette interruption n’a pas altéré le fonctionnement fondamental de la chaîne principale, l’événement a cependant pris la communauté de cours et fait souffler un vent d’inquiétude sur le réseau de la seconde capitalisation cryptomonétaire mondiale.

Ethereum, le nœud du problème (ou le problème du nœud)

Levons immédiatement toute ambiguïté : non, Ethereum ne s’est pas « arrêté » et, pour autant qu’on le sache l’architecture critique de la blockchain n’a pas connue de dysfonctionnement majeur.

Le nœud du problème semble s’être resserré entre les époques 200 552 et 200 554 de la beacon chain d’Ethereum, sur ce qu’on nomme la Couche de Consensus, territoire du réseau sur lequel évoluent les opérateurs de nœuds qui valident les transactions.

Pendant quelques dizaines de minutes, le temps c’est comme suspendu sur le réseau Ethereum, les nœuds ne traitant plus les transactions, sans qu’une cause précise ne puisse expliquer cette situation, au moment de la rédaction de ces lignes.

Lire la suite : https://journalducoin.com/ethereum/syncope-nocturne-sur-ethereum-la-blockchain-victime-dun-mal-mysterieux/

•••

Deloitte utilise la blockchain pour élaborer des identifiants numériques réutilisables

fr.cryptonews.com - Corinne R.

Publié le 08 mai 2023

La technologie blockchain sera intégrée au processus de vérification des identifiants numériques des clients du cabinet d’audit Deloitte. Le leader de l’audit et du conseil a annoncé que cette opération a été effectuée en collaboration avec le protocole KILT, une parachain basée sur Polkadot

La blockchain pour faciliter la mise en œuvre des processus KYC

Dans un communiqué, Deloitte a expliqué que les processus standards relatifs à la mise en oeuvre des politiques KYC (Know Your Customer) et KYB (Know Your Business) sont généralement « lents et inefficaces » et présentent de nombreux risques en termes de confidentialité. La plupart des certificats KYC/KYB font l’objet d’un traitement papier, ce qui crée une charge de travail supplémentaire ralentissant le processus. Par ailleurs, la collecte de données et le stockage d'informations personnelles sur plusieurs plateformes et bases de données différentes mettent en danger la confidentialité des données des utilisateurs.

L’intégration de la blockchain permet l’optimisation de ce processus. Les informations d'identification KYB et KYC générées sur la blockchain KILT sont réutilisables et permettent de résoudre ces défis, tout en garantissant contrôle et flexibilité au client. Les informations d'identification sont stockées dans le portefeuille de ce dernier sur son propre appareil, restant sous sa disponibilité à tout moment. Ces informations d'identification pourront être utilisés dans de nombreux domaines, notamment la conformité réglementaire au niveau bancaire et celui de la finance décentralisée (DeFi), la vérification de l'âge pour le commerce électronique, les connexions privées et la collecte de fonds.

Comment les clients pourront-ils utiliser ces identifiants numériques?

https://fr.cryptonews.com/news/deloitte-utilise-la-blockchain-pour-elaborer-des-identifiants-numeriques-reutilisables.htm

•••

BNP Paribas s'associe à une nouvelle blockchain de consortium

usine-digitale.fr - Raphaële Karayan

Publié le 10 mai 2023

Le "réseau Canton" est un nouveau projet de blockchain privée dédiée aux marchés financiers, qui réunit de grandes institutions financières telles que Goldman Sachs et des partenaires technologiques comme Microsoft, Paxos et Digital Asset.

Les blockchains privées ont eu leur heure de gloire dans les entreprises, mais les initiatives se sont taries au profit de cas d'usages développés sur les blockchains publiques. Certaines font néanmoins encore le choix d'une infrastructure fermée. De grandes institutions financières viennent ainsi d'annoncer un nouveau projet de blockchain de consortium, baptisé "réseau Canton", parmi lesquelles BNP Paribas.

La banque s'est associée notamment à Goldman Sachs, Microsoft, CapGemini, Deloitte, Cboe Global Markets, Digital Asset, ASX, Deutsche Börse, Moody’s, Paxos, et SBI Digital Asset Holdings pour lancer une blockchain dédiée aux marchés financiers. Les premiers tests débuteront en juillet. L'objectif est de permettre aux cas d'usage de passer à l'échelle et de garantir une interopérabilité des systèmes, tout en assurant aux différents participants un contrôle sur le dispositif global et une conformité à la réglementation.

Un avenir pour les blockchains privées dans la finance

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/bnp-paribas-s-associe-a-une-nouvelle-blockchain-de-consortium.N2130931

•••

La blockchain et la gestion de l’identité numérique

cointribune.com - Luc Jose A.

Publié le 11 mai 2023

« L’information est le nerf de la guerre », dit l’adage. Ce dicton populaire suggère que celui qui contrôle la circulation de l’information a davantage de chance de remporter la guerre. Sans maîtrise du flux d’informations, tant à son propre sujet qu’au sujet de ses adversaires, une victoire reste donc utopique. C’est particulièrement vrai dans le monde actuel, éminemment porté par la technologie, notamment Internet et ses développements. Les limites de cette dernière ont rendu nécessaire, voire vital, le contrôle de l’accès à ses informations personnelles en ligne. C’est à cela que participe la gestion de l’identité numérique. Un concept qui, comme nous le verrons dans cet article, est aujourd’hui un enjeu stratégique majeur. Pas seulement dans le secteur crypto, mais aussi dans plusieurs autres.

I. Gestion de l’identité numérique à l’aide de la blockchain : de quoi parle-t-on ?

Comprendre la gestion de l’identité numérique dans le secteur crypto suggère un retour sur celle de l’identité numérique tout court. Au bas mot, celle-ci vise une seule chose. Assurer que seules les personnes ayant les qualités requises puissent accéder aux ressources technologiques. Pour y parvenir, la gestion de l’identité numérique s’organise autour d’un ensemble de processus, de politiques et de technologies.

Appliquée aux cryptos, basées sur la blockchain, la gestion de l’identité numérique ambitionne donc de redonner du pouvoir à l’utilisateur. En l’occurrence sur ses données personnelles. Celui-ci sera ainsi, seul garant de l’accès à ces dernières et de leur sécurité. Une capacité qu’en général, les systèmes actuels de gestion des identités numériques ne lui garantissent pas.

En définitive, l’utilité de la gestion de l’identité numérique en matière de cryptos saute aux yeux. Elle rime avec un certain renforcement de la sécurité des données. Un moyen pertinent de prévenir et de limiter, par exemple, la fraude à l’identité, très répandue sur Internet. Mais elle a une importance beaucoup plus large.

II. Gestion de l’identité numérique à l’aide de la blockchain : quelle importance ?

Lire la suite : https://www.cointribune.com/la-blockchain-et-la-gestion-de-lidentite-numerique/

•••

Microsoft, Goldman Sachs, BNP Paribas et d’autres multinationales vont participer au développement d’une nouvelle blockchain

cryptonaute.fr - Axel Jehser

Publié le 10 mai 2023

Plusieurs multinationales se sont réunies pour participer au développement d’une nouvelle blockchain focalisée sur la protection de la vie privée de ses utilisateurs. Une nouvelle initiative dans l’écosystème crypto qui devrait permettre aux institutions financières d’améliorer la gestion des risques et d’offrir des produits financiers plus performants à leur clientèle.

Le géant Digital Asset déploie son propre réseau blockchain

Digital Asset, une société américaine spécialisée dans le développement de technologies orientées sur la blockchain, vient d’annoncer le lancement de son propre réseau blockchain mondial. Son nom ? Canton Network ! Ce nouveau réseau blockchain devrait être lancé d’ici le mois de juillet 2023.

Cette société est déjà connue pour assurer le développement informatique de solutions technologiques pour le compte de quelques-unes des plus grandes entreprises dans le monde. Parmi ses clients, on retrouve notamment des organisations internationales telles que l’entreprise de conseils Accenture, le spécialiste du consulting Deloitte ou encore la société informatique VMware.

Un réseau blockchain financé par des multinationales puissantes :

Lire la suite : https://cryptonaute.fr/multinationales-developpement-reseau-blockchain/

CNIL

Accompagnement renforcé : la CNIL sélectionne 3 entreprises du numérique à fort potentiel

cnil.fr - Communiqué

Publié le 11 mai 2023

La CNIL a sélectionné les entreprises Contentsquare, Hugging Face et Lifen pour bénéficier d’un accompagnement renforcé sur plusieurs mois. Elle leur apportera des réponses juridiques et techniques adaptées à leurs projets afin de les guider vers une complète conformité au RGPD, notamment en matière d’intelligence artificielle.

Une forte demande d’accompagnement

En février dernier, la CNIL a lancé un appel à candidature pour permettre à des entreprises innovantes, engagées dans une évolution rapide de leurs activités et dont le modèle d’affaires repose sur le traitement de données, de bénéficier d’un appui des équipes de la CNIL.

Cette première session de « l’accompagnement renforcé » a connu un fort succès : plus d’une quarantaine d’entreprises ont candidaté, avec des activités très variées (intelligence artificielle (IA) et apprentissage automatique (machine learning), analyse de l’expérience utilisateur (experience analytics), e-santé, biométrie vocale, détecteurs sonores, etc.).

La CNIL a analysé les candidatures reçues sur la base de 5 critères :
la mise en œuvre par l’entreprise de produits, services ou procédés innovants ;

le fort développement économique ;

l’impact des traitements de données personnelles sur les personnes

l’engagement dans la conformité RGPD ; et

l’intérêt des questions juridiques, sociétales ou éthiques soulevées.

Les trois lauréats

La CNIL a retenu, parmi les candidats, 3 entreprises innovantes en fort développement qui pourront bénéficier de ce nouveau dispositif d’accompagnement :

CONTENTSQUARE : cette entreprise française, membre du Next40, met à disposition de ses clients privés et publics une plateforme de service (SaaS) basée sur l’IA qui collecte et analyse les données des utilisateurs lors de leur parcours en ligne (mouvements de souris, clics, etc.), afin d’améliorer l'expérience utilisateur sur les sites web et applications mobiles. Cette solution est utilisée par plus d’un million de sites web.

HUGGING FACE : cette entreprise créée par des français à haute valeur technologique a développé la plateforme communautaire la plus utilisée pour la collaboration sur l’IA et l’apprentissage automatique (machine learning). Cette communauté ouverte est au cœur des discussions sur les questions juridiques nouvelles que pose l’IA.

LIFEN : cette entreprise française simplifie l'accès à la donnée médicale aux acteurs du soin comme les établissements de santé et les praticiens libéraux. Avec une activité centrée sur l’interopérabilité et la structuration automatique du langage, LIFEN ambitionne de développer de nouvelles solutions pour faciliter la conduite d’études, d’évaluations ou de recherches dans le domaine de la santé pour des professionnels de santé.

Un accompagnement au plus proche des besoins des professionnels

lire la suite : https://www.cnil.fr/fr/accompagnement-renforce-la-cnil-selectionne-3-entreprises-du-numerique-fort-potentiel

RGPD

RGPD : voici les 3 moments où vous devez être informés de l'utilisation de vos données personnelles en ligne

clubs.com - Alexandre Boero

Publié le 13 mai 2023

Lors de sa navigation, l'internaute doit être informé à différents moments que le site, le service ou l'application qu'il parcourt peut ponctionner ses données personnelles. Mais tous ne se conforment pas à cette obligation réglementaire.

Dans le joyeux monde des « Internet », le Règlement général de protection des données (RGPD) oblige les entreprises qui utilisent les données personnelles des internautes à leur livrer certaines informations. Quelles sont ces informations et à quel moment devez-vous en prendre connaissance lors de notre navigation ? Clubic vous livre quelques réponses.

À quels moments devez-vous êtes informés sur l'utilisation de données personnelles ?

Le RGPD prévoit trois moments où un site, service ou application doit vous informer sur la collecte de données personnelles.

Lire la suite : https://www.clubic.com/pro/legislation-loi-internet/donnees-personnelles/actualite-469476-rgpd-voici-les-3-moments-ou-vous-devez-etre-informes-de-l-utilisation-de-vos-donnees-personnelles-en-ligne.html

Intelligence artificielle

IA: les services publics vont expérimenter chatgpt pour répondre aux usagers

bfmtv.com - Thomas Leroy

Publié le 10 mai 2023

A partir de septembre prochain, 200 agents de maisons France services s’aideront de plusieurs outils d’intelligence artificielle dont ChatGPT pour répondre aux questions.

"L’idée, c’est de ne pas subir". Quelques mois après le début de la vague ChatGPT, le gouvernement vient d’annoncer que l’agent conversationnel, propulsé à l’intelligence artificielle, sera expérimenté dans les services publics.

En pratique, 200 agents de maisons France services - des guichets de proximité pour accompagner dans les démarches administratives - auront accès à un outil, dès septembre, pour les aider à répondre aux questions des usagers.

A Tech&Co, le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques précise que ChatGPT ne sera pas le seul modèle utilisé. Les agents pourront aussi s’appuyer sur Bloom, un modèle international ainsi que sur LLaMA, le modèle d’IA développé par Meta, la maison-mère de Facebook.

Ne pas remplacer les agents

En pratique, l’agent pourra instruire la question de l’usager pour obtenir des réponses qu’il estimera (ou non) plus claires ou plus complètes. Il devra ensuite évaluer la pertinence de la réponse pour mieux la corriger derrière.

Lire la suite : https://www.bfmtv.com/tech/intelligence-artificielle/ia-les-services-publics-vont-experimenter-chat-gpt-pour-repondre-aux-usagers_AV-202305100621.html

•••

Intelligence artificielle : le Parlement européen veut mieux encadrer ChatGPT

L’Union européenne veut être la première au monde à se doter d’un cadre juridique complet pour limiter les dérives de l’intelligence artificielle (IA), tout en sécurisant l’innovation.

lemonde.fr - avec AFP

Publié le 11 mai 2023

C’est une étape cruciale. Le projet européen de régulation de l’intelligence artificielle a obtenu, jeudi 11 mai, un premier aval des eurodéputés, qui ont réclamé de nouvelles interdictions et une meilleure prise en compte du phénomène ChatGPT. L’Union européenne (UE) veut être la première au monde à se doter d’un cadre juridique complet pour limiter les dérives de l’intelligence artificielle (IA), tout en sécurisant l’innovation.

Bruxelles a proposé il y a deux ans un projet de règlement ambitieux, mais son examen traîne en longueur, retardé ces derniers mois par les controverses sur les dangers des IA génératives capables de créer des textes ou des images. Les Etats membres de l’UE ont seulement défini leur position à la fin de 2022.

Les eurodéputés ont entériné la leur lors d’un vote en commission jeudi matin à Strasbourg qui devra être confirmé en plénière en juin. S’ouvrira ensuite une difficile négociation entre les différentes institutions. « Nous avons reçu plus de 3 000 amendements. Il suffit d’allumer la télé, chaque jour on constate l’importance de ce dossier pour les citoyens », a déclaré Dragos Tudorache, corapporteur du texte. « L’Europe veut une approche éthique, basée sur l’humain », a résumé Brando Benifei, également corapporteur.

Lire la suite : https://www.lemonde.fr/pixels/article/2023/05/11/intelligence-artificielle-le-parlement-europeen-veut-mieux-encadrer-chatgpt_6172915_4408996.html

•••

Intelligence artificielle: Google veut prouver qu'il est toujours à la pointe

france24.com -

Publié le : 10 mai 2023

Mountain View (Etats-Unis) (AFP) – Le chatbot Bard ouvert au grand public, la recherche en ligne rendue plus directe et de nouveaux outils de création automatisée: Google gonfle ses produits à l'intelligence artificielle générative (capable de créer des contenus sur demande, en langage courant), avec un temps de retard sur son rival Microsoft.

"Cela fait sept ans que nous sommes avant tout une entreprise d'intelligence artificielle (IA) et nous sommes à un tournant", a déclaré Sundar Pichai, le patron du groupe californien, devant des milliers de personnes rassemblées dans son amphithéâtre à Mountain View.

Il a mis en avant l'approche "audacieuse et responsable" de son entreprise lors de la présentation annuelle de nouveaux produits.

Au programme, de nouveaux gadgets électroniques, y compris le premier smartphone pliant de sa gamme Pixel, le Pixel Fold, qui s'ouvre en mini-tablette et va être commercialisé à partir de 1.800 dollars.

Mais Google était surtout attendu sur le front de l'IA.

La sortie en novembre de l'interface ChatGPT - conçue par la startup californienne OpenAI, principalement financée par Microsoft - a lancé une course effrénée à l'IA générative, entre enthousiasme exubérant et inquiétudes apocalyptiques.

Lire la suite : https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20230510-intelligence-artificielle-google-ouvre-son-chatbot-bard-%C3%A0-180-pays

5G

5G : quelles sont les villes françaises les mieux couvertes ? Paris et Marseille mal classées

tomsguide.fr - David Douïeb

Publié le 10 mai 2023

Toutes les villes françaises ne sont pas logées à la même enseigne en matière de couverture 5G. Un classement dévoile quelles sont celles qui ont le plus (et le moins) d’antennes actives pour 1000 habitants. Paris, Lyon et Marseille stagnent au milieu du top 50.

10 fois plus rapide que la 5G, la 6G n’arrivera pas avant 2030. En attendant, les opérateurs continuent d’installer des antennes 5G sur le territoire afin de proposer une couverture digne de ce nom aux utilisateurs. Si les grandes villes ont été les premières à être desservies, elles sont loin d’être sur un pied d’égalité en matière de déploiement.

Telle est la conclusion que l’on peut tirer du classement mis au point par Lemon.fr. Le célèbre comparateur a compilé les données de l’ANFR, de l’Arcep et de l’INSEE pour révéler qui sont les bons et les mauvais élèves de la 5G.

Quelles sont les villes les mieux desservies par la 5G ?

En décembre 2022, c’est Clermont-Ferrand qui s’assoit sur la première marche du podium avec son ratio de 1,32 antenne pour 1000 habitants. Suivent ensuite Aix-en-Provence (1,31), Nice (1,26), Nîmes (1,25), Dijon et Saint-Etienne (1,22).

Dans les tréfonds du classement, on retrouve Rouen, bon dernier, avec son ratio de 0,42 antenne pour 1000 habitants. Les autres mauvais élèves sont Amiens (0,50), Dunkerque (0,53), Versailles (0,55), Tours (0,57) ou encore Boulogne-Billancourt (0,64).

Lire la suite : https://www.tomsguide.fr/5g-quelles-sont-les-villes-francaises-les-mieux-couvertes-paris-et-marseille-mal-classees/

Cloud

Données sensibles : bientôt une réglementation pour imposer des co-entreprises aux cloud américains ?

lemondeinformatique.fr - Jacques Cheminat

Publié le 12 Mai 2023

LIRE LE DOSSIER 

Deux actions montrent que les lignes bougent sur la question du cloud et des données sensibles en Europe. L'Enisa planche sur une certification imposant aux fournisseurs étrangers et notamment américain une obligation de s'associer avec des acteurs européens. De son côté, le député Philippe Latombe a déposé un amendement dans la LPM (loi de programmation militaire) qui va dans ce sens.

Sur le traitement des données sensibles dans le cloud, l'Enisa et des députés Français plaident pour l'obligation des fournisseurs de cloud étrangers de s'associer avec des acteurs européens. (Crédit Photo : Timasu/Pixabay)

Hasard du calendrier, mais deux informations se télescopent sur le même sujet : le recours au cloud pour traiter les données sensibles avec le rôle joué par les acteurs étrangers et américains en particulier. D’un côté, l’Enisa, l'agence de cybersécurité de l'Union européenne, est en train d’élaborer un système de labellisation (équivalent à SecNumCloud) visant à mieux protéger les données des gouvernements et entreprises des États membres, selon Reuters.

Une exigence de joint-venture avec un acteur européen

Lire la suite : https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-donnees-sensibles-bientot-une%20-reglementation-pour-imposer-des-co-entreprises-aux-cloud-americains-90422.html

Metavers

Meta - Comprendre le potentiel économique du métavers en France

about.fb.com - Communiqué

Publié le 09 mai 2023

De nouvelles études évaluent les opportunités économiques offertes par le métavers dans le monde.

En France, la contribution économique du métavers pourrait représenter entre 55 et 105 milliards d’euros de produit intérieur brut additionnel d’ici 2035.

Ces études expliquent comment les technologies du métavers comme la réalité augmentée ou la réalité virtuelle sont d’ores et déjà utilisées de façon innovante en France et dans l’Union européenne et ce qu’il convient de faire pour optimiser les opportunités économiques qu’elles offrent.

Même si le métavers n’en est qu’aux prémices de son développement, il est déjà possible de voir son potentiel dans des domaines comme l’éducation, le gaming, le bien-être ou le commerce. Ces opportunités – et celles qui émergeront à mesure que l’adoption de ces technologies se généralisera, permettant l’apparition de nouveaux marchés et de nouveaux modèles économiques, et créant de nouvelles méthodes de travail tout en transformant la formation et le développement – font l’objet d’une série d’études qui évaluent le potentiel économique du métavers à travers le monde, dont la France.

Lire la suite : https://about.fb.com/fr/news/2023/05/comprendre-le-potentiel-economique-du-metavers-en-france/

Thales

Thales fournira un sixième système de gestion de combat à la royal navy pour ses frégates t31

thalesgroup.com - Communiqué

Publié le 09 mai 2023

• Thales fournira un système de gestion de combat supplémentaire à la Royal Navy, pour le nouveau programme de frégates T31

• Premier contrat de ce type pour Thales dans le cadre de la nouvelle ligne d’activité dédiée aux systèmes de navires de surface créée à Crawley, il permettra de générer des emplois en capitalisant sur le succès du transfert de technologie opéré depuis les Pays-Bas

• Les systèmes seront installés sur le site d’intégration de la Royal Navy à Portsmouth.

Thales et le ministère britannique de la Défense (MoD) ont signé un contrat qui permettra à la Royal Navy de disposer d’un sixième système de gestion de mission pour ses frégates Type 31. L’installation sera réalisée dans le cadre du Technology Park de Portsdown, qui accueille le site d’intégration de la marine royale britannique.

Le système de gestion de combat qui sera livré permettra de tester le logiciel avant que les systèmes ne soient mis en service à la mer. Cette procédure sera la garantie d’une livraison effective et sûre auprès de la Royal Navy, avec la possibilité d’intégrer à terre de nouvelles capacités pendant toute la durée du programme. Un « shipset » inclut le système de gestion de combat Tacticos, un système de navigation IBNS (Integrated Bridge and Navigation System) et un système de communication ICS (Integrated Communication System). 

Ce contrat marque une nouvelle étape majeure dans les objectifs de Thales qui souhaite développer son activité dédiée aux systèmes de navires de surface au Royaume-Uni. A la suite de la sélection du Groupe et de la signature en 2019 d’un contrat portant sur la fourniture de systèmes de gestion de combat destinés aux nouvelles frégates T31, Thales a établi en 2021 à Crawley cette nouvelle activité, qui compte aujourd’hui plus de 60 collaborateurs. L’attribution de ce nouveau contrat a conduit à la création et au maintien de 30 emplois.

Lire la suite : https://www.thalesgroup.com/fr/monde/defense/press_release/thales-fournira-sixieme-systeme-gestion-combat-royal-navy-ses-fregates


© 2024 ADCET
Image