Revue de presse ADCET N°202 du 06 Février 2023

Mobilité

À Marseille, le paiement sans contact va servir comme titre de transport

madeinmarseille.net - La rédaction

Publié le 30 jjanvier 2023

D’ici quelques mois, tous les usagers des transports en commun de la Métropole pourront se passer d’acheter un ticket pour monter dans un bus, un tramway ou un métro, en validant directement leur billet avec leur carte bancaire ou leur smartphone.

La Métropole a voté la mise en place du dispositif d’Open Payment dans les transports en commun à Marseille et sur tout son territoire. L’objectif est de faciliter l’utilisation des transports en commun, notamment pour les usagers occasionnels et les touristes.

L’Open Payment offrira la possibilité d’utiliser sa carte bancaire comme titre de transport. Déjà présent dans de nombreuses villes en France et à l’étranger, le dispositif va être déployé cette année dans toute la métropole. Avec ce système, plus besoin d’acheter son ticket sur une borne ou à un guichet avant de prendre le tramway, le métro, le bus ou une navette maritime.

Une offre complémentaire

Cette opération, estimée à 6 millions d’euros, permettra de remplacer progressivement les boitiers de validation des tickets dans les bus et tramway, et d’adapter les portiques du métro. « L’ensemble du nouveau matériel billettique déjà installé dans les autres réseaux est compatible avec l’Open Payment » précise la Métropole. Notamment le réseau des lignes de bus d’Aix-en-Provence équipé depuis 2020, et le réseau Salon Étang Côte Bleue depuis 2022.

L’Open Payment viendra compléter les autres possibilités existantes comme la carte de transport sans contact, le billet de transport sans contact et le ticket QRcode dématérialisé sur téléphone. « En fonction du réseau et de la ligne de transport prise, une facturation à la journée sera réalisée et prélevée directement sur le compte de l’usager simplifiant l’usage des transports en commun » détaille la Métropole.

Lire la suite : https://madeinmarseille.net/130008-paiement-sans-contact-titre-de-transport/

•••

[Urbanisme] Une « centrale de mobilité » à l’étude dans le quartier des Fabriques

gomet.net - Margot Geay

Publié le 4 février 2023

Euromediterranée planche sur le futur des mobilités urbaines. Depuis un an, l’aménageur public a rassemblé toutes les collectivités – la Ville de Marseille, la Métropole Aix-Marseille, la Région Sud et l’État – pour imaginer une ville plus durable au sein du « Laboratoire Collectif d’Innovation Urbaine ». Lors de sessions de travail collectives, l’idée d’une « centrale de mobilité » a émergé dans le quartier des Fabriques(15ème).Ce projet doit accompagner la mise en place progressive de la Zone à faibles émissions (ZFE-m) lancée le 1er septembre 2022 à Marseille qui couvre la totalité du périmètre de Euromediterranée.

Le 19 janvier, lors des premières rencontres des collectivités avec des entreprises volontaires à La Coque (2ème), les objectifs de la centrale de mobilité ont été réaffirmés. Le projet innovant doit permettre de « rationaliser l’usage de la voiture et donc de favoriser le report modal vers des modes de transport collectifs, partagés et actifs, et surtout à la synergie entre tous les modes de transports. »Autour de la table, les acteurs publics et privés ont proposé un premier panel de services tels que les vélos en libre-service courte et longue durée, le covoiturage, l’autopartage, ou encore le gardiennage de vélos.

Un modèle économique à trouver pour la centrale de mobilité

Cette expérimentation est financée par Bouygues, également opérateur privé du quartier des Fabriquesavec sa filiale Linkcity. L’entreprise a imaginé une première version de la centrale à petite échelle. Dans un premier temps, ce service proposerait des véhicules partagés pour les artisans (makers) travaillant dans l’entrepôt ICI Marseille. « Si elle s’avère concluante, ce point de départ pourra être passé à l’échelle, dans une perspective d’arrivée des premiers résidents de l’opération des Fabriques dans les mois à venir », explique Laure-Agnès Caradec, la présidente de Euromediterranée.

Lire la suite : https://gomet.net/une-centrale-de-mobilite-dans-le-quartier-des-fabriques-euromediterranee/

•••

22 réseaux de transports urbains accessibles depuis SNCF Connect

tourmag.com - Jean DA LUZ

Publié le 1 février 2023

SNCF Connect renforce son offre de transports urbains à travers la France

SNCF Connect enrichit sa gamme de services en permettant aux voyageurs d'acheter et de valider directement les titres et abonnements de 22 réseaux de transports urbains couvrant plus de 500 communes en France. Ils pourront également dématérialiser, dès demain, les titres de transport pour circuler en Ile-de-France, sur tous les téléphones Android compatibles et utiliser leur Crédit Mobilité ou leur Forfait Mobilités Durables via 4 cartes de paiement différentes pour payer leurs déplacements domicile-travail.

SNCF Connect renforce son offre de transports urbains à travers la France, afin de faciliter les déplacements des voyageurs et de favoriser l’accès à des transports plus verts de bout-en-bout.

Alors que SNCF Connect permet déjà de planifier ses trajets de courtes et longues distances, du 1er au dernier kilomètre en intégrant l’information voyageurs, il est maintenant possible d’acheter et de valider directement dans l’application les titres de 22 réseaux de transports urbains, couvrant plus de 500 communes en France autour de ces agglomérations :

Lire la suite : https://www.tourmag.com/22-reseaux-de-transports-urbains-accessibles-depuis-SNCF-Connect_a117289.html

•••

Cette offre méconnue dont vous pouvez bénéficier avec votre carte Navigo

geo.fr - Robin Servais

Publié le 30 janvier 2023

Une offre d’Île-de-France Mobilités permet aux abonnés Navigo de profiter de deux trajets quotidiens en covoiturage gratuits. Bon à savoir à la veille d’une nouvelle journée de grève à la RATP et à la SNCF.

Ce mardi, pour la deuxième fois en moins de deux semaines, il sera particulièrement compliqué de se déplacer en Île-de-France en raison d’une nouvelle journée de grève contre le projet de réforme des retraites. La plupart des lignes de métro ne fonctionneront que partiellement, et uniquement aux heures de pointe. Il faudra compter sur un train sur deux aux heures de pointe sur les lignes de RER A et B. Ce ne sera même qu’un train sur dix sur les trois autres lignes de RER et sur la plupart des lignes de Transilien. Une offre extrêmement réduite qui impactera de nombreux Franciliens. Mais faute de transport sur les rails, il est possible de se tourner vers une offre de covoiturage d’Île-de-France Mobilités, dont cet internaute fait la démonstration dans une courte vidéo partagée sur son compte Instagram.

Comme le montre Eleka dans sa vidéo, l’offre d’Îl-de-France Mobilités propose aux abonnés Navigo de bénéficier de deux trajets de covoiturage offerts quotidiennement. Le vidéaste se rend ensuite sur son application BlaBlaCar Daily, avant de sélectionner l’icône "Pass Navigo". Comme le précise Eleka, il faut ensuite simplement rentrer plusieurs informations professionnelles, avant de pouvoir bénéficier de l’offre. À noter qu’outre BlaBlaCar, Île-de-France Mobilités est également partenaire avec Karos et Klaxit.

Jusqu’à 150 € par mois pour les conducteurs

Lire la suite : https://www.geo.fr/voyage/cette-offre-meconnue-dont-vous-pouvez-beneficier-avec-votre-carte-navigo-213379

•••

11 milliards d’euros investis dans les startups de la mobilité en 2022 : l’Europe reste attractive

maddyness.com - Rozenn Gourvennec

Publié le 30 janvier 2023

Via ID, fonds d’investissement et accélérateur de startups des nouvelles mobilités, et Dealroom.co, principal fournisseur de données sur les startups, présentent aujourd’hui leur étude sur l’écosystème des startups européennes de la mobilité. Un écosystème qui s’est révélé résistant et innovant en 2022.

Avec un montant total investi cumulé de 11 milliards d’euros, l’écosystème européen de la mobilité a bien résisté aux conditions économiques difficiles de l’année 2022. C’est ce qui ressort de ce rapport bi-annuel qui dresse une étude quantitative, sectorielle et géographique des startups de la mobilité en Europe. Réalisée auprès de plus de 16.000 startups et plus de 5.000 cycles de financements, cette enquête révèle que l’Europe est devenue un vivier pour ces entreprises.

« Si le niveau d’investissement européen affiche une baisse de 3 milliards d’euros par rapport à 2021, celle-ci est beaucoup moins forte que celle de l’écosystème américain, analyse Vincent Cabanel, Dealflow & Startup Acceleration Manager chez Via ID. Cette diminution s’explique principalement par un nombre moins important de méga levées (aux montants supérieurs à 100 millions d’euros), dont l’objectif est souvent une introduction en bourse. Or, dans le contexte macroéconomique actuel, les introductions en bourse sont complètement gelées. Les investisseurs se montrent logiquement plus prudents.».

La part des investissements mondiaux de capital-risque dans les startups européennes de la mobilité est passée de 16 à 25 % en 2022. L’Europe est également la zone qui attire le plus de financements en early-stage, avec plus de 34 % du financement mondial.

La mobilité électrique atteint sa maturité

Lire la suite : https://www.maddyness.com/2023/01/30/startups-mobilite-europe/

•••

Un parking sous l’eau pour des milliers de vélos à Amsterdam

journaldugeek.com - Olivier

Publié le 30 janvier 2023

Amsterdam a ouvert il y a peu un nouveau parking à vélos dont le design rétro-futuriste est au moins aussi étonnant que son emplacement : l'infrastructure a en effet été installée… sous l'eau.

On ne plaisante pas avec les vélos aux Pays-Bas. Le pays est en effet en pointe dans ce domaine : si les voitures demeurent indispensables, les vélos sont le mode de transport privilégié dans les villes. Et pour faciliter l’usage des deux roues, il faut construire des infrastructures permettant de les accueillir, comme des parkings. Les abords de la Centraal Station, à Amsterdam, sont remplies de vélos plus ou moins abandonnés à leur sort en attendant que leurs propriétaires viennent les récupérer.

Plus de 10.000 vélos pourront se garer à l’abri des regards indiscrets

200.000 voyageurs transitent chaque jour dans la station centrale, la moitié en vélo. Il faut bien les garer quelque part… Pour répondre à ce besoin, les autorités de la ville ont lancé la construction d’une nouvelle structure placée tout simplement sous l’eau, en l’occurrence en face de la station. Le chantier a duré quatre ans et nécessité un investissement de 60 millions d’euros. Il a fallu drainer des tonnes d’eau pour installer les fondations du parking.

Les lieux rappellent un peu le film 2001, l’Odyssée de l’espace avec ces colonnes et ces hublots. On accède au parking via un tapis roulant depuis l’extérieur. Le parking est gratuit durant les premières 24 heures, puis il faut payer 1,35 € chaque jour supplémentaire. De quoi pousser les propriétaires de vélo à faire l’effort de le récupérer plutôt que de laisser le véhicule végéter sur place.

Le parking surveillé 24 heures sur 24 peut accueillir 6.300 vélos, et 700 supplémentaires pour les systèmes de flotte en libre partage. La capacité va grimper à 11.000 lorsque le second garage ouvrira le mois prochain.

Lire la suite : https://www.journaldugeek.com/2023/01/30/un-parking-sous-leau-pour-des-milliers-de-velos-a-amsterdam/

Paiement électronique

Euro numérique : la BCE propose la création d'une « app » de paiement

lesechos.fr - Marion Heilmann

Publié le 30 janvier 2023

Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a évoqué la possibilité de développer une application qui permettrait d'utiliser l'euro numérique comme on paie en cash. Un projet qui pourrait entrer en concurrence avec EPI, l'initiative de paiement défendue par les banques européennes.

La dernière option envisagée par la Banque centrale européenne (BCE) pour mettre en place l'euro numérique pourrait entrer directement en concurrence avec le projet paneuropéen de paiement EPI (pour « European Payment Initiative »). Et les banques ne cachent pas leur mécontentement.

La semaine dernière, Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE , a en effet évoqué devant la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen la possibilité de créer une application permettant de payer en euro numérique comme on paie en cash.

« L'Eurosystème envisage une nouvelle application euro numérique, qui ne comprendrait que les fonctionnalités de paiement de base », a-t-il expliqué. Elle permettrait ainsi aux usagers européens de payer en euro numérique.

Pour un usage équivalent à celui du cash

Dans un objectif d'inclusion financière, cette monnaie de banque centrale numérique mise à disposition des particuliers serait accessible, via les banques commerciales, que l'utilisateur soit client ou non d'une banque.

La BCE envisage une application basique qui soit utilisable soit pour payer, soit pour échanger de l'argent avec quelqu'un, comme on le ferait avec des billets de banque. Le compte en euro numérique de l'utilisateur serait séparé de son compte classique de dépôt et limité en termes de montant. Il serait cependant toujours géré au quotidien par les banques commerciales.

Lire la suite : https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/euro-numerique-la-bce-propose-la-creation-dune-app-de-paiement-1901911

•••

Des cartes de crédit pour relier le Web3 au Web2

cointribune.com - Luc Jose Adjinacou 

Publié le 31 Janvier 2023

La finance décentralisée (DeFi) s’est beaucoup généralisée ces dernières années. À mesure que la généralisation s’opère, on remarque que cette technologie peut être reliée aux outils financiers traditionnels. Parallèlement, ces derniers pourraient connecter le Web3 et le Web2. Découvrez comment cela est possible.

Le PDG de Revelator parle des deux versions du Web

Il existe un grand fossé entre les deux versions du Web, le Web2 et le Web3. Certains développeurs, cherchant à combler ce fossé, pensent qu’il faudrait utiliser les outils de la TradFi. Bruno Guez, le PDG de Revelator, fait partie de ceux qui soutiennent cette théorie. Il a récemment expliqué que les cartes de crédit peuvent servir de passerelles entre le Web2 et le Web3. Cela permettrait d’ailleurs au Web3 de gagner de nouveaux utilisateurs.

Le haut cadre de l’industrie musicale a indiqué que son entreprise utilise désormais les outils de la startup Stripe. Revelator s’est associé à cette dernière pour proposer des cartes de crédit à destination des fans de musique. Les fans utiliseront ces cartes pour acquérir en toute transparence des objets de collection numériques.

Bruno Guez a expliqué : « La majorité du monde développé utilise des cartes de crédit pour les achats quotidiens. Si nous voulons faire passer de nouveaux utilisateurs au Web3, nous devons fournir à ces utilisateurs de Web2 une méthode de paiement familière et sûre ».

Les outils TradFi, pour permettre au Web3 de relever ses défis !

Le responsable a fait valoir que les outils financiers pourraient atténuer les obstacles qui empêchent une large adoption du Web3. Parmi ces derniers, il a cité le manque d’éducation concernant la gestion de l’argent de manière décentralisée. « Si nous facilitons la rampe d’accès et l’accès aux actifs Web3, nous pouvons lentement les éduquer sur le pouvoir de la décentralisation et tout ce que cela implique », a-t-il affirmé.

Lire la suite : https://www.cointribune.com/des-cartes-de-credit-pour-relier-le-web3-au-web2/

•••

Algérie. Paiement par internet : Hausse de 62% des transactions en 2022

inter-ligne.com

Publié le 31 janvier 2023

Le montant des paiements par internet en Algérie a enregistré en 2022 une croissance de l'ordre de 62,40% sur un an, porté par la diversification des services et activités permettant ce type de paiement, mais aussi l'augmentation substantielle du nombre de web-marchands.

Ce montant a atteint 18,15 milliards de dinars durant l’exercice écoulé, contre 11,17 milliards de dinars en 2021, selon le dernier rapport du groupement d’intérêt économique « GIE Monétique ».

D’après les chiffres de l’organisme, qui englobent l’activité monétique réalisée par les cartes interbancaires (CIB) et celles d’Algérie poste « Edahabia », le montant des transactions par internet ont plus que triplé en 2022, par rapport à 2020 où il se situait à près de 5,42 milliards de dinars.

Cette augmentation résulte d’une hausse du nombre total des transactions effectuées par des porteurs de cartes CIB et « Edahabia », qui a atteint 9.048.125 transactions au 31 décembre 2022, alors qu’il s’établissait à 7.821.346 opérations au terme de l’année d’avant, soit une évolution de 15,69%.

A fin 2022, le nombre global des transactions, depuis le lancement du paiement sur internet en 2016, est de 21.958.103, selon GIE Monétique.

Les activités qui ont connu en 2022 la croissance la plus conséquente en terme de paiement par internet sont celles des assurances avec une évolution de 181,54% en glissement annuel avec un total de 23.571 opérations contre seulement 8.372 transactions en 2021, suivi par le secteur des transports avec une croissance de 170,89% durant cette même période, avec un total de 195.490 paiements en ligne l’année dernière, contre 72.164 l’année d’avant.

Lancement du paiement en ligne pour les activités de sport et loisirs

Lire la suite : https://inter-lignes.com/paiement-par-internet-hausse-de-62-des-transactions-en-2022/

Cybersécurité

SFR remporte le contrat pour protéger les collectivités locales contre les cyberattaques

usine-digitale.fr - Louis de Briant

Publié le 30 Janvier 2023 

L'opérateur télécom SFR assurera dès ce janvier la protection des collectivités publiques contre les cyberattaques, grâce au contrat signé avec l’Union des groupements d’achats publics pour une valeur estimée de 170 millions d’euros.

L’entreprise devra installer et maintenir pour les 22 000 clients de l’Ugap les logiciels de Palo Alto Networks, Check Point Security, Stormshield, Fortinet, F5 ou encore Vectra.

SFR Business prend le relais du spécialiste de la cybersécurité Nomios. Pour les trois prochaines années, dès ce mois-ci, toutes les collectivités publiques, administrations et hôpitaux qui souhaitent se protéger des cyberattaques sans passer par un appel d’offres seront redirigés vers l’opérateur par l’Ugap, l’Union des groupements d’achats publics. SFR retrouve ainsi la place qui était la sienne de 2016 à 2019. Selon les informations des Echos, son concurrent Orange Cyberdéfense n’était pas candidat.

L’entreprise devra installer et maintenir pour les 22 000 clients de l’Ugap les logiciels de Palo Alto Networks, Check Point Security, Stormshield, Fortinet, F5 ou encore Vectra. "Les bénéficiaires peuvent choisir des solutions de cybersécurité avec l’ensemble de ces éditeurs ou opter pour un complément de services avec Palo Alto s’ils en sont déjà équipés", écrit SFR dans son communiqué de presse. Audits et conseils continueront toutefois d’être assurés par la société Advens.

Les collectivités territoriales ciblées par les cyberattaquants

L'un des avantages dont il bénéficie serait sa rapidité d'intervention partout sur le territoire. L'opérateur aurait notamment bénéficié du "maillage" de son réseau, qui "assure aux clients de l’UGAP un accompagnement de proximité, personnalisé et certifié", vante le communiqué de presse. Les revenus de l’entreprise liés au cyber auraient progressé de 20% en 2022, selon elle.

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/sfr-remporte-le-contrat-pour-proteger-les-collectivites-locales-des-cyberattaques.N2094726

•••

Cybersécurité : la course aux armements quantiques a commencé

silicon.fr - Neil Thacker

Publié le 31 janvier 2023

Les entreprises se doivent de prendre conscience des évolutions technologiques, afin d’être en mesure de pouvoir protéger l’intégralité de leurs données de manière viable et durable.

Récemment, le US National Institute of Standards and Technology (NIST) a annoncé les quatre finalistes des algorithmes de chiffrement résistants aux quantiques, afin de contrer l’évolution des cybermenaces basée sur l’informatique quantique qui présentent un risque pour les normes actuelles de chiffrement.

Dans un monde où la technologie dépasse parfois l’entendement, il est important d’intégrer ces outils révolutionnaires, ainsi que de se former, pour apprendre à les utiliser.

Les ordinateurs quantiques ont des capacités de déchiffrement sans équivalent. Ces machines sont à l’heure actuelle placés dans des laboratoires et des centres de recherche, mais ils pourraient être disponibles au grand public dans les années à venir. Or, si ces outils tombent entre de mauvaises mains, les cybercriminels disposeraient d’une arme sans égale.

Un outil dangereux mais une opportunité de sécurité novatrice

Ces technologies constituent d’ores et déjà une menace. En effet, de nombreux cybercriminels soutenus par certains Etats, déjà à l’origine de la majorité des cyberattaques grâce à des fonds conséquents, les convoitent et agissent en conséquence. Des hackers ont en effet adopté la stratégie « hack now, crack later » (« pirater maintenant et déchiffrer plus tard »), qui consiste à voler des données qu’ils ne peuvent déchiffrer que plus tardivement, en attendant que les ordinateurs quantiques soit accessibles.

Lire la suite : https://www.silicon.fr/avis-expert/cybersecurite-la-course-aux-armements-quantiques-a-commence

Intelligence artificielle

Quand un juge utilise ChatGPT pour rendre son verdict dans une affaire

INSOLITE « Le but n’est cependant pas de remplacer les juges », a souligné le juge colombien qui a consulté l’intelligence artificielle avant de statuer.

C’est une première qui a fait sensation. En Colombie, un juge a annoncé avoir utilisé le chatbot d’intelligence artificielle ChatGPT pour statuer sur une affaire concernant un enfant autiste, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. « Cela ouvre des perspectives immenses, aujourd’hui ça peut être ChatGPT, mais dans trois mois ça pourrait être n’importe quelle alternative pour faciliter la rédaction de textes juridiques sur laquelle le juge peut s’appuyer », a déclaré le juge Juan Manuel Padilla, sur une radio locale. « Le but n’est cependant pas de remplacer les juges », a-t-il souligné.

Dans une décision du 30 janvier, il a statué sur la demande d’une mère qui souhaitait que son fils autiste soit exempté du paiement des rendez-vous médicaux, des traitements et du transport vers des centres hospitaliers, la famille ne disposant pas des ressources financières nécessaires pour les payer. Juan Manuel Padilla a tranché en faveur de l’enfant et indiqué dans son jugement avoir interrogé le chatbot ChatGPT pour rendre sa décision.

« Améliorer les temps de réponse dans le secteur judiciaire »

« Le mineur autiste est-il dispensé de payer des frais de modération pour ses thérapies ? », a demandé le juge, selon la transcription de sa décision. Et l’application a répondu : « Oui, c’est exact. Selon la loi en vigueur en Colombie, les mineurs ayant reçu un diagnostic d’autisme sont exemptés du paiement de frais de modération pour leurs thérapies ». « Les juges ne sont pas des imbéciles, ce n’est pas parce que nous posons des questions à l’application que nous cessons d’être des juges, des êtres pensants », a commenté Juan Manuel Padilla.

Lire la suite : https://www.20minutes.fr/high-tech/4021832-20230203-quand-juge-utilise-chatgpt-rendre-verdict-affaire

•••

Reconnaître ChatGPT sera essentiel (mais pas de tout repos)

lactualite.com - Maxime Johnson

Publié le 28 janvier 2023

Des outils de détection, comme Copyleaks, Originality.AI et celui de la montréalaise Draft & Goal, sont capables de dire si un texte a été écrit par l’intelligence artificielle ChatGPT. 

La petite note affichée sur le site d’un marchand de chaussures me fait sourciller, et pas seulement à cause de la faute d’orthographe : « Comparé (sic) à d’autres méthodes d’expédition, les expéditions par voie terrestre se font plus près de la terre. » Cette définition semble ridicule tellement elle est terre à terre. Aurait-elle été écrite par une intelligence artificielle ?

Cette question, nous risquons de nous la poser de plus en plus souvent au cours des prochaines années, avec l’arrivée des IA génératrices de textes. Si cette description louche de l’expédition terrestre est sans conséquence, d’autres usages de cette technologie pourraient s’avérer problématiques. Les enseignants se demandent par exemple comment détecter les travaux rédigés par ChatGPT, une IA à l’efficacité impressionnante lancée par OpenAI en novembre dernier. Et ce type d’outils capables de générer du texte à volonté pourraient notamment être utilisés pour écrire de fausses nouvelles, produire des pourriels et même créer de faux documents pour faire dérailler une enquête policière. 

Plusieurs outils de détection, dont Copyleaks, Originality.AI, Writer, GPTZero et Crossplag, sont donc apparus au cours des dernières semaines pour permettre de distinguer le vrai du faux — c’est-à-dire un texte écrit par un humain de celui généré en une fraction de seconde par une machine. L’entreprise montréalaise Draft & Goal a elle aussi lancé ce mois-ci un outil en ligne gratuit et facile à utiliser, qui fonctionne pour l’instant pour les textes en anglais, et bientôt pour ceux en français également.

Comment reconnaître les traces de l’IA

Lire aussi : ChatGPT, PaLM, LaMDA: l’IA a encore du chemin à faire

Lire la suite : https://lactualite.com/techno/reconnaitre-chatgpt-sera-essentiel-mais-pas-de-tout-repos/

•••

ChatGPT : OpenAI lance un outil pour détecter du texte généré par IA

blogdumoderateur.com - Estelle Raffin

Publié le 1 février 2023

C’est officiel ! OpenAI déploie un outil gratuit nommé AI Text Classifier qui permet de vérifier si un texte a été généré par une intelligence artificielle. II suffit de copier-coller son texte dans l’outil et celui-ci détermine le degré de probabilité que ce texte soit généré par une IA : très improbable (very unlikely), improbable (unlikely), incertain (unclear if it is), possible (possibly) ou probable (likely AI-generated). L’interface est disponible seulement en anglais pour le moment.

Depuis son lancement en décembre, le générateur de texte ChatGPT étonne par ses performances mais inquiète également, notamment dans le domaine universitaire : « Comment savoir si une dissertation d’un élève n’a pas été réalisée par ChatGPT ? ». En déployant ce nouvel outil, OpenAI offre une première réponse aux professionnels concernés, même si la firme américaine devra continuer à travailler dans ce domaine pour offrir une détection encore plus précise.

Les résultats peuvent aider à déterminer si un document a été généré par l’IA, mais ne doivent pas être la seule preuve. Le modèle est entraîné sur des textes écrits par des humains à partir d’une variété de sources, qui ne sont pas nécessairement représentatives de tous les types de textes écrits par des humains, précise OpenAI.

Pour rappel, OpenAI est la société américaine qui a conçu ChatGPT mais aussi DALL-E, le générateur d’images par intelligence artificielle.

En savoir plus sur ChatGPT

Le générateur de texte par intelligence artificielle d'OpenAI

Mais l’outil dispose encore de certaines limites…

OpenAI reste transparent sur les limites actuelles de l’outil :

Lire la suite : https://www.blogdumoderateur.com/openai-lance-outil-detecter-texte-chatgpt/

•••

Thierry Breton veut que la législation sur l'IA réponde aux préoccupations suscitées par ChatGPT 

lesnumeriques.com - Romain Challand

Publié le 03 février 2023

Préparant l'arrivée de son Artificial Intelligence Act, le commissaire européen Thierry Breton a évoqué ChatGPT, l'agent conversationnel d'OpenAI. Il indique que le futur texte européen devrait répondre aux inquiétudes des citoyens à ce sujet.

La réglementation à venir sur l'intelligence artificielle (IA) aura pour objectif de "répondre aux inquiétudes concernant les risques que pose ChatGPT", le programme informatique développée par OpenAI, et de "faire en sorte que les Européens puissent avoir confiance dans cette technologie". Voici ce qu'a déclaré à Reuters le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, qui milite pour le prochain grand texte européen règlementant l'intelligence artificielle, l'IA Act.

"Comme le montre ChatGPT, les solutions d'IA peuvent offrir de grandes opportunités aux entreprises et aux citoyens, mais peuvent également présenter des risques. C'est pourquoi nous avons besoin d'un cadre réglementaire solide pour garantir une IA fiable basée sur des données de haute qualité", a-t-il déclaré à nos confrères. Récemment, ChatGPT s'est illustré pour ses prouesses, mais aussi en raison de l'utilisation malveillante qui peut en être faite, allant d’une banale utilisation pour tricher à des examens ou plagier des œuvres, en passant par le développement de méthodes de désinformation ou la génération de code malveillant. Des cas de figure qui inquiètent forcément experts et législateurs.

Un Artificial Intelligence Act qui tarde à venir

Lire la suite : https://www.lesnumeriques.com/pro/thierry-breton-veut-que-la-legislation-sur-l-ia-reponde-aux-preoccupations-suscitees-par-chatgpt-n206097.html

•••

Intelligence artificielle : le gouvernement désigne un coordinateur pour piloter la stratégie française

Par Maxence Fabrion

Publié le 29 Janvier 2023

BRÈVE // Guillaume Avrin a été choisi par les ministres Sylvie Retailleau (Enseignement supérieur) et Jean-Noël Barrot (Transition numérique) pour diriger la stratégie française en matière d'intelligence artificielle. Le gouvernement a déjà consacré 3,7 milliards d'euros à cette thématique.

Depuis 2018 et l’annonce d’un plan pour faire de la France un leader mondial de l’intelligence artificielle, le gouvernement affiche ses ambitions dans le secteur. Pour atteindre les objectifs de l’exécutif dans ce champ technologique, Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications, ont désigné Guillaume Avrin au poste de coordinateur national pour l’intelligence artificielle.

Dans ce cadre, il sera chargé d’assurer la coordination interministérielle de la stratégie nationale en intelligence artificielle. Pour celle-ci, le gouvernement avait consacré une enveloppe de 1,5 milliard d’euros entre 2018 et 2022, avant de mettre en œuvre en novembre 2021 un nouveau plan national de 2,2 milliards d’euros, qui s’inscrit dans le cadre du plan France 2030. Cette deuxième phase est principalement dédiée à la formation et au développement de technologies de rupture.

Lire la suite: https://www.lesnumeriques.com/pro/intelligence-artificielle-le-gouvernement-designe-un-coordinateur-pour-piloter-la-strategie-francaise-n205361.html

•••

Microsoft investit massivement dans l’IA pour les soins de santé

forbes.fr

Publié le 29 janvier 2023

Au début du mois, la société Paige, spécialisée dans l’intelligence artificielle (IA) dans le domaine de la santé, a annoncé un nouveau partenariat avec le célèbre géant technologique Microsoft.

Paige se décrit comme une entreprise à la pointe de la technologie et des soins de santé, en particulier dans le domaine du diagnostic et de la pathologie du cancer. L’entreprise explique sa mission : « Dirigés par une équipe d’experts dans les domaines des sciences de la vie, de l’oncologie, de la pathologie, de la technologie, de l’apprentissage automatique et des soins de santé… nous nous efforçons de transformer le diagnostic du cancer. Nous permettons non seulement de fournir des informations supplémentaires à partir de lames numériques pour aider les pathologistes à effectuer leur travail de diagnostic de manière efficace et en toute confiance, mais aussi d’aller au-delà en extrayant des lames virtuelles des informations inédites qui ne peuvent pas être vues à l’œil nu. Ces signatures tissulaires uniques ont le potentiel d’aider à guider les décisions de traitement et de permettre le développement de nouveaux biomarqueurs à partir des tissus pour les sociétés de diagnostic, pharmaceutiques et des sciences de la vie ».

L’entreprise offre une variété de solutions. Sur le plan clinique, les outils d’IA de Paige permettent des diagnostics avancés en laboratoire grâce à la pathologie computationnelle, qui peut être exploitée pour identifier des modèles tissulaires complexes. Sur le plan pharmaceutique, les outils de l’entreprise offrent de nouvelles façons d’identifier et d’analyser les biomarqueurs tissulaires, ce qui fait progresser les capacités de diagnostic et de prédiction.

Compte tenu de son nouveau partenariat avec Microsoft, l’objectif sera d’utiliser les ressources incroyablement solides de ce dernier dans le domaine des soins de santé et de la technologie pour valoriser davantage les outils de Paige. Andy Moye, PDG de Paige, explique : « Avec Microsoft, nous avons vraiment trouvé un partenaire qui partage notre vision de la transformation des soins de santé.

Lire la suite : https://www.forbes.fr/technologie/adr-microsoft-investit-massivement-dans-lia-pour-les-soins-de-sante/

Blockchain

Pourquoi Paris est devenu un hub pour les talents et le développement de l’industrie de la blockchain

finyear.com

Publié le 01 février 2023

La blockchain et toutes les nouvelles technologies de l’information et de l’innovation progressent à grande vitesse notamment le metaverse et le web3 qui se développent de manière exponentielle. En effet, des études montrent que la France est l'un des pays qui attirent le plus de talents dans le secteur de la blockchain. D’autres études viennent démontrer un nouveau record établi par les French Tech startups avec 13,5 milliards d'euros mobilisés l'année dernière, soit une augmentation totale de 17 %.

Selon une étude menée sur le développement des organismes et talents dans l'industrie globale de la blockchain réalisée par LinkedIn et OKX, la France est l'un des trois principaux pays au monde qui recrute dans cette industrie. Elle attire de nombreux talents de part un écosystème en croissance exponentielle et d’un appui actif du gouvernement français.

L'année dernière, Crypto.com avait annoncé son expansion en France. Binance a approfondi ses relations avec le territoire français à travers un discours de son CEO Changpeng Zhao (CZ), dans lequel il référencie Paris comme capitale européenne financière des actifs numériques. Lors de son discours d’introduction à un événement organisé par Binance au Palais des Congrès, le ministre Jean-Noël Barrot a souligné l’importance du rôle joué par le gouvernement français sur la future régulation MiCA. C’est pour ces raisons, que Binance prévoit de faire de Paris son hub européen, en embauchant des centaines de talents Français et ainsi collaborer au développement du Web3 et de la blockchain.

Dans le passé, la France avait déjà ouvertement déclaré son soutien envers la blockchain et les monnaies numériques. Depuis 2016, c'est l'un des pays précurseurs dans l'adoption de la blockchain en Europe ainsi que dans le monde entier. Les dernières décisions de la France, telles que son appel à des exigences d'identification et à une réglementation renforcée des actifs numériques, démontrent que le pays tient à se distinguer des autres grandes juridictions en se montrant plus agile que ses pays voisins comme l'Allemagne, le Royaume-Uni ou encore l'Italie.

Lire la suite : https://www.finyear.com/Pourquoi-Paris-est-devenu-un-hub-pour-les-talents-et-le-developpement-de-l-industrie-de-la-blockchain_a48916.html

•••

Le Brésil veut utiliser la blockchain pour plus de transparence entre le gouvernement et les citoyens

fr.businessam.be - Remy Vande Wiele

Publié le Dimanche 29 janvier 2023 à 10:00 • Il y a 5j

C’est à Sao Paulo, la plus grande ville du Brésil et d’Amérique du Sud, que le projet va commencer.

Pourquoi est-ce important ?

Avec le temps, de plus en plus d'institutions dans le monde entier se mettent à utiliser la blockchain. La ville de Sao Paolo a inclus cette technologie dans sa loi sur les données et la transparence municipales récemment adoptée, en la considérant comme un outil capable d'aider l'État.

L’actualité : Bitcoin.com rapporte que la ville brésilienne de Sao Paulo a introduit le concept de blockchain dans sa loi municipale sur l’accès aux données et à la transparence.

Dans la législation, la blockchain est définie comme « un grand livre immuable qui permet d’enregistrer des transactions et de suivre des actifs en utilisant un réseau informatique ». Bien qu’elle soit citée comme un outil utile, la loi ne définit pas de quelle manière elle peut être exploitée pour rendre l’accès aux données et, de ce fait, renforcer la transparence.

Une utilisation controversée

L’enjeu : Certains experts pensent que l’inclusion de cette technologie dans la loi n’est qu’accidentelle, car le document n’indique aucune méthode de mise en œuvre.

- « Les institutions reconnaissent que la blockchain est bénéfique pour l’économie, cependant, il n’y a pas de commande spécifique disant comment la technologie sera utilisée dans un calendrier, et cela apporte un énorme risque de s’égarer dans une lacune de la loi. » a déclaré Marcelo Castro, avocat de Machado Meyer, au quotidien brésilien O’Globo.

Lire la suite : https://fr.businessam.be/blockchain-loi-bresil-transparence/

•••

Les NFT révolutionneront la Blockchain d’après le PDG d’Aptos Labs

cointribune.com - Gilles Cedric YAKAM

Publié le  29 Janvier 2023

Mohammad Shaikh est le co-fondateur d’Aptos, une Blockchain de niveau 1. D’après lui, les NFT seront utilisés comme moyen de paiement à l’avenir. En effet, il pense également qu’ils deviendront des actifs de premier ordre grâce à des partenariats avec de grandes marques.

Les NFT plus que de simples objets de collection ?

Plusieurs collections de NFT se sont vendues à plusieurs dizaines à millions de dollars. Pourtant, la plupart des gens continuent de les voir comme de simples objets de collection. Participant à une émission Coindesk, le PDG d’Aptos a déclaré : « La façon dont nous pensons aux NFT repousse les limites de ce que nous avons vu dans les blockchains de la génération précédente. » Dans le passé, « vous ne pouviez pas vraiment les prendre [NFTs] à travers différents protocoles [and] plates-formes. »

Tout d’abord, rappelons que la cryptomonnaie native d’Aptos est l’une des plus performantes de ce début d’année. En effet du 1er janvier à ce jour, il a connu une hausse de 350 % jusqu’à atteindre son prix le plus élevé à 16,46 $ en ce début de weekend.

Par ailleurs, les NFT représentent des actifs qui permettent à leurs détenteurs de prouver qu’ils possèdent effectivement un article numérique. En effet, certaines plateformes permettent déjà de déplacer des NFT d’un jeu à un autre. Ainsi, on peut les utiliser comme accessoires, armes ou personnages de jeu. Shaikh pense qu’on pourrait repousser les limites et utiliser les NFT comme moyens de paiement. « Vous pouvez désormais échanger de la valeur économique, vous pouvez vous connecter avec des créateurs. Vous pouvez être habilité à le faire d’une manière qu’aucune entité ne contrôle.», a déclaré Shaikh.

Aptos, une Blockchain futuriste

Lire la suite : https://www.cointribune.com/les-nft-revolutionneront-la-blockchain-dapres-le-pdg-daptos-labs/

CNIL

Sanctions et mesures correctrices : la CNIL présente le bilan 2022 de son action répressive

cnil.fr - Communiqué

Publié le 31 janvier 2023

La CNIL présente le bilan annuel de son action répressive. Les tendances de 2021 sont confirmées en 2022, tant par le nombre de mesures adoptées (21 sanctions et 147 mises en demeure) que par le montant cumulé des amendes, qui dépasse à nouveau les 100 millions d’euros. L’année 2022 aura également été marquée par une réforme importante des procédures correctrices.

En ce début d’année, la CNIL a souhaité mettre en avant les actions menées dans le cadre de ses pouvoirs répressifs au cours de l’année 2022.

21 sanctions visant des thématiques et des secteurs d’activité variés

En 2022, 21 sanctions ont été prononcées par la CNILpour un montant de 101 277 900 euros. 13 d’entre elles ont été rendues publiques. Ces sanctions comportent 19 amendes (dont 7 avec injonctions sous astreinte) et 2 décisions de liquidation d’astreinte (c’est-à-dire le paiement d’une somme en raison du non-respect d’un ordre donné par la CNIL dans sa décision de sanction).

17 sanctions ont été prononcées par la formation restreinte de la CNIL, l’organe de la CNIL en charge de prononcer les sanctions, et 4 par son président seul, dans le cadre de la procédure de sanction simplifiée mise en place en 2022. Cette nouvelle procédure a notamment été créée pour traiter les dossiers ne présentant pas de difficulté particulière, et permettre ainsi à la CNIL de mieux agir face aux plaintes de plus en plus nombreuses reçues depuis l’entrée en application du RGPD.

Les décisions de sanction ont concerné des secteurs d’activité, des thématiques et des acteurs très divers. Parmi les manquements les plus fréquents figurent le défaut d’information des personnes, le non-respect de leurs droits et le défaut de coopération avec la CNIL. Sur ces 21 sanctions, un tiers comporte également un manquement en lien avec la sécurité des données personnelles. Enfin, 4 sanctions concernent une mauvaise gestion des cookies et autres traceurs et 3 contiennent des manquements en lien avec la prospection commerciale.

La CNIL a également adopté 3 décisions en coopération avec ses homologues européens, dans le cadre du guichet unique prévu par le RGPD. En parallèle, elle a examiné 18 projets de décision d’homologues européens relatifs à des traitements qui concernent notamment des français. La CNIL a par ailleurs activement participé à 5 procédures engagées au niveau du CEPD pour régler des litiges avec certains homologues sur des projets de décision, notamment concernant le groupe META.

IMAGE : https://www.cnil.fr/sites/default/files/thumbnails/image/sanctions_2022.png

147 mises en demeure et de nombreuses mises en conformité

Lire la suite : https://www.cnil.fr/fr/sanctions-et-mesures-correctrices-la-cnil-presente-le-bilan-2022-de-son-action-repressive

RGPD

L’Europe veut être informée par les CNIL des enquêtes liées au RGPD

siecledigital.fr - Zacharie Tazrout

Publié le 2 février 2023

Les régulateurs européens seront sommés de transmettre leurs informations sur les enquêtes autour de la protection des données personnelles.

Par Zacharie Tazrout - @Zach_Tzt
Publié le 2 février 2023 à 14h16 - Mis à jour le 2 février 2023

Suite à une demande réalisée par l'Irish Council for Civil Liberties (ICCL), une association irlandaise qui lutte pour la conservation des droits fondamentaux, les régulateurs européens de la protection des données devront collaborer avec la Commission européenne. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) et ses homologues européens transmettront régulièrement des informations relatives aux enquêtes en cours autour du Règlement général sur la protection des données (RGPD).

La CNIL irlandaise accusée d'être inactive et de ne pas faire respecter le RGPD

Durant l'année 2022, l'ICCL accusait la Data Protection Commission (DCP), l'autorité irlandaise sur la protection des données personnelles, d'être inactive sur certains agissements d'entreprises en Irlande. Le pays est connu pour abriter les succursales européennes des géants technologiques américains qui viennent s'implanter sur le territoire irlandais afin de bénéficier du faible taux d'imposition sur les sociétés. Si ce taux était de 12,5 %, il est passé à 15 % à la fin de l'année 2021 suite à la signature d'un accord avec l'OCDE.

En mars 2022, l'ICCL a même porté plainte contre la DCP. La raison invoquée était «son incapacité à protéger les personnes contre la plus grande violation de données jamais enregistrée ». L'organisation non gouvernementale faisait référence à la méthode conçue par Google pour le ciblage personnalisé des publicités en ligne, le Real-Time-Bidding (RTB).

Lire la suite : https://siecledigital.fr/2023/02/02/leurope-veut-etre-informee-par-les-cnil-des-enquetes-liees-au-rgpd/

Cloud

Docaposte recrute le DSI de la Cnam pour présider sa société de « cloud souverain »

ticsante.com -

Publié le 30 janvier 2023

PARIS (TICsanté) - L'actuel directeur des systèmes d'information (DSI) de la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam), Alain Issarni, rejoindra la société de "cloud souverain" menée par Docaposte, Numspot, en tant que président à compter du 1er février, a annoncé la filiale de La Poste par communiqué le 23 janvier.

Docaposte avait annoncé en octobre 2022 être chef d'une file d'un partenariat avec Dassault Systèmes, Bouygues Telecom et la Banque des Territoires pour lancer une société de cloud souverain "destinée prioritairement aux acteurs économiques et institutionnels français qui ne trouvent pas actuellement de solutions répondant à leurs besoins", dont ceux de la santé.

DSI de la Cnam depuis 2015, Alain Issarni était précédemment DSI de la direction générale des finances publiques (DGFIP).

Ancien élève de l'Ecole polytechnique et de l'Ecole nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (Ensae/Supaero), ingénieur général de l'armement, il est titulaire d'un Master of Sciences in Aeronautics and Astronautics de l'université de Stanford (Californie).

Il a débuté sa carrière dans l'aéronautique en 1992, au sein de la délégation générale pour l'armement (DGA, désormais direction générale de l'armement), avant de rejoindre en 2002 la direction générale des impôts (DGI, devenue DGFIP). Il devient en 2006 sous-directeur informatique de la DGI puis sous-directeur des études et développements à la DGFIP en 2008, et enfin DSI de la DGFIP en 2012, avant de rejoindre la Cnam en 2015.

Lire la suite : https://www.ticsante.com/story?ID=6556

Internet des objets

134 millions de tentatives en 2 mois pour pirater des appareils IoT

fr.techtribune.net - Violette Laurent

Publié le 30 janvier 2023

Les chercheurs mettent en garde contre un pic de tentatives d’exploitation militarisant une faille critique d’exécution de code à distance dans Realtek Jungle SDK depuis le début du mois d’août 2022.Selon l’unité 42 de Palo Alto Networks, la campagne en cours aurait enregistré 134 millions de tentatives d’exploitation en décembre 2022, 97 % des attaques ayant eu lieu au cours des quatre derniers mois.

Près de 50 % des attaques provenaient des États-Unis (48,3 %), suivis du Vietnam (17,8 %), de la Russie (14,6 %), des Pays-Bas (7,4 %), de la France (6,4 %), de l’Allemagne (2,3 %0 et Luxembourg (1,6%).

De plus, 95 % des attaques tirant parti de la faille de sécurité émanant de la Russie ont ciblé des organisations en Australie.

“De nombreuses attaques que nous avons observées ont tenté de diffuser des logiciels malveillants pour infecter des appareils IoT vulnérables”, ont déclaré les chercheurs de l’unité 42. m’a dit dans un rapport, ajoutant que “des groupes de menaces utilisent cette vulnérabilité pour mener des attaques à grande échelle sur des appareils intelligents dans le monde entier”.

De plus, 95 % des attaques tirant parti de la faille de sécurité émanant de la Russie ont ciblé des organisations en Australie.

“De nombreuses attaques que nous avons observées ont tenté de diffuser des logiciels malveillants pour infecter des appareils IoT vulnérables”, ont déclaré les chercheurs de l’unité 42. m’a dit dans un rapport, ajoutant que “des groupes de menaces utilisent cette vulnérabilité pour mener des attaques à grande échelle sur des appareils intelligents dans le monde entier”.

Lire la suite : https://fr.techtribune.net/securite/134-millions-de-tentatives-en-2-mois-pour-pirater-des-appareils-iot/576923/

5G

5G Steel : les premiers cas d’usage très haut débit pour décarboner l’industrie de l’acier et travailler en mobilité sur un site industriel

newsroom.orange.com - Communiqué

Télécharger le kit presse

Innovation Réseaux Services aux entreprises

• Lancé par ArcelorMittal en novembre 2021, 5G Steel, le plus grand réseau 4G/5G en environnement industriel, est maintenant opérationnel ;

• Les premiers cas d’usage industriels nécessitant du très haut débit mobile démarrent, de la gestion du recyclage de l’acier jusqu’aux fonctionnalités d’opérateur connecté ;

• 5G Steel est construit avec les expertises d’Orange Business Services, opérateur intégrateur, et les technologies d’Ericsson, partenaire réseau privé ;

ArcelorMittal France annonce le démarrage opérationnel de 5G Steel, le plus grand réseau 4G/5G en environnement industriel, avec Orange Business Services et Ericsson. Cette initiative, soutenue par le gouvernement français dans le cadre du plan France Relance, permet aujourd’hui de mettre en œuvre les premiers cas d’usage industriels sur le site ArcelorMittal de Dunkerque.
Parmi ces cas d’usage industriels utilisant 5G Steel :

L’opérateur connecté : la mobilité des hommes et des processus permise par 5G Steel transforme les façons de travailler en environnement industriel. Par exemple au train continu à chaud, les opérations de relevé, de saisie et de partage de données peuvent se faire plus rapidement et de façon plus intuitive à l’aide de tablettes : inspections réalisées lors des opérations de maintenance, audits sécurité, procédures de consignation / déconsignation…

Lire la suite : https://newsroom.orange.com/5g-steel-les-premiers-cas-dusage-tres-haut-debit-pour-decarboner-lindustrie-de-lacier-et-travailler-en-mobilite-sur-un-site-industriel/?lang=fr

Thales

Climat : pour "changer le monde", devenez ingénieur !, plaide le patron de Thales

linfodurable.fr - AFP

Publié le 29 Janvier 2023

Face à l'impact du réchauffement climatique et aux tentations de certains diplômés de "bifurquer" au nom de "la protection de la planète", le patron de Thales Patrice Caine a pris dimanche la défense des ingénieurs, en appelant à suivre une telle formation pour "changer le monde".

"Si vous voulez changer le monde, devenez ingénieurs: voilà ce que nous devrions dire à nos enfants. Ces formations et ces métiers constituent notre seul véritable levier pour faire advenir, à l'échelle pertinente, de nouvelles manières de produire, d'habiter, de consommer", estime M. Caine dans le Journal du Dimanche.

Lui-même ingénieur de formation, il était déjà intervenu dans le débat public début 2022 pour demander avec une trentaine d'autres patrons de "sauver les maths" et renforcer les sciences en formation initiale.

Dans ce pays d'ingénieurs qu'est la France, mais qui a subi une "profonde vague de désindustrialisation", il se montre inquiet de "l'extraordinaire perte d'influence des experts techniques dans la prise de décision politique en matière d'énergie".

"A court terme, nous allons devoir rapidement développer les énergies renouvelables, les nouvelles générations de pompes à chaleur, des nouvelles technologies de batteries, concevoir des bâtiments à énergie passive, de nouvelles modalités de transport bas carbone, qui va s'en charger, si ce ne sont pas les ingénieurs?" s'interroge-t-il.

Lire la suite : https://www.linfodurable.fr/climat-pour-changer-le-monde-devenez-ingenieur-plaide-le-patron-de-thales-36631

Metavers

REPORTAGE. « Montrer l’impossible » : l’Académie du métavers a ouvert ses portes à Marseille

ouest-france.fr - Antoine Lannuzel

Publié le 01 février 2023

Lancée par l’école du numérique Simplon et le groupe Meta, cette formation gratuite répond aux nouveaux besoins des entreprises d’avoir des spécialistes des mondes virtuels 3D. Le tout, en permettant à des passionnés de tech de retrouver le chemin de l’emploi.

C’est un grand cloître crépi de jaune, au milieu de six hectares de végétation méditerranéenne. Pas exactement l’idée que vous vous faites des quartiers nord de Marseille (Bouches-du-Rhône) ? Nous y sommes pourtant. Dans ce lieu reconverti en pôle d’innovation, on prépare le prochain chapitre de l’histoire d’internet : le web3, après le big bang des années 1990 (web1) et l’essor des réseaux sociaux dans les années 2010 (web2).

« L’Académie du métavers »

Bienvenue au Cloître, dans le 13e arrondissement de la cité phocéenne, où l’on trouve un restaurant, des associations, des entreprises… Et plus précisément « chez Simplon », une école gratuite installée dans 30 villes françaises, qui utilise le numérique comme levier d’accès à l’emploi. Dans ses locaux marseillais et niçois, Simplon a inauguré en décembre une nouvelle formation : l’Académie du métavers. Lancée avec Meta (maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp) en partenariat avec la Région Sud et Pôle Emploi, elle dispense un cursus de 20 mois consacré aux technologies immersives, ces univers 3D interactifs et interconnectés, accessibles via des casques. Une révolution annoncée pour le jeu vidéo, les réseaux sociaux et l’e-commerce, mais aussi la formation, la logistique, la santé…

Lire aussi : La France doit-elle vraiment investir dans le métavers ?

Lire la suite : https://www.ouest-france.fr/high-tech/facebook/a-marseille-l-academie-du-metavers-forme-au-web-du-futur-et-reconnecte-a-l-emploi-7800a2fa-a177-11ed-b727-95140ec04a42


© 2024 ADCET
Image