Revue de presse ADCET n° 129 du 5 juillet 2021

Mobilité

BRUXELLES : Les villes et les régions prêtes à prendre les rênes d’une révolution de la mobilité durable en Europe

presseagence.fr -la rédaction

Publié le 02 juillet 2021

Pour réussir à transformer le secteur européen des transports et à le rendre plus durable, les villes et les régions de l’Union européenne doivent s’employer davantage à encourager une mobilité à émissions nulles, à promouvoir des modes de transport actifs et partagés, à repenser la mobilité urbaine et à mieux relier les zones rurales.

Ces suggestions sont tirées de l’avis sur la stratégie de mobilité durable et intelligente que le Comité européen des régions (CdR) a adopté et que son rapporteur, Robert van Asten (Pays-Bas/Renew Europe), a présenté en plénière ce mercredi 30 juin.

En 2017, les transports représentaient 27 % des émissions de CO2 de l’Union européenne, et les émissions de ce secteur ont augmenté à la fois en 2018 et en 2019, ce qui signifie que des changements de grande ampleur seront nécessaires si l’Union veut atteindre les objectifs ambitieux qu’elles s’est fixés dans le domaine du climat. Visant à long terme une réduction de 90 % des émissions dans le secteur des transports d’ici à 2050, la stratégie européenne pour la mobilité est l’une des principales initiatives du pacte vert pour l’Europe et vise à jeter les bases à partir desquelles il sera possible de réaliser les objectifs de transformation écologique et numérique du système de transport de l’Union. La stratégie a été proposée par la Commission européenne à la fin de l’année dernière et est assortie d’un plan d’action dans lequel sont répertoriées des mesures concrètes à adopter aux cours des quatre prochaines années. Parmi les grands domaines d’intervention définis par le plan d’action figurent les véhicules à émissions nulles et les infrastructures pour les carburants de substitution, une tarification du carbone plus incitative pour les usagers ou encore des dispositions permettant de rendre la mobilité plus abordable et accessible.

Lire la suite : http://www.presseagence.fr/lettre-economique-politique-paca/2021/07/02/bruxelles-les-villes-et-les-regions-pretes-a-prendre-les-renes-dune-revolution-de-la-mobilite-durable-en-europe/

•••

Île-de-France Mobilités confie à Capgemini la mise en œuvre d’une plateforme « Mobility as a Service » au service des Franciliens

capgemini.com - Communiqué de presse

Publié le 28 juin 2021

Au terme d’une collaboration de 12 mois, Capgemini a livré à Île-de-France Mobilités, l’autorité organisatrice des transports en Île-de-France, la refonte de la plateforme de mobilité d’Île-de-France Mobilités, première étape d’un projet de transformation de l’offre de Mobilité au service des Franciliens vers les mobilités durables et inclusives. Cette nouvelle plateforme accessible depuis l’application Île-de-France Mobilités ou sur iledefrance-mobilites.fr permet à l’utilisateur de déterminer son trajet, de connaître les perturbations, de trouver un itinéraire alternatif, ou encore de bénéficier de nouveaux services en temps réel. Il met également à disposition le chargement du passe Navigo via iPhone.

Dans le cadre d’un contrat de 6 ans, Capgemini s’est démarqué par son approche de bout en bout offrant conseil, intégration et accompagnement sur le portage vers le cloud, mais également par sa connaissance du secteur du transport et par sa vision sur l’évolution à apporter à la plateforme existante. Le concept porté par Capgemini qui a été retenu par Île-de-France Mobilités, plus large que l’approche multi-modale, permet d’avoir à disposition des itinéraires reposant sur plusieurs types de mobilité, de la trottinette à l’auto-partage, et d’acheter le bon titre de transport associé.

« C’est une grande fierté pour les équipes de Capgemini d’accompagner Ile-de-France Mobilités dans la transformation des services de mobilités offerts aux franciliens. La région parisienne constitue une référence mondiale en termes d’organisation des transports. Apporter notre savoir-faire et notre expertise pour moderniser et établir le premier MaaS de cette ampleur est un défi à la hauteur de nos ambitions » explique Guillaume Cordonnier, Directeur de l’activité smart cities et mobilité de Capgemini Invent.

A propos d’Île-de-France Mobilités

Lire la suite : https://www.capgemini.com/fr-fr/news/ile-de-france-mobilites-capgemini-plateforme-mobility-as-a-service/

•••

Le CEA et la RATP collaborent pour améliorer la ponctualité du métro parisien

cea.fr - Communiqué de presse

Publié le 29 juin 2021

Détecter précocement les anomalies pour prévenir les interruptions de service dans le métro parisien grâce à l’intelligence artificielle, c’est possible ! Les outils logiciels conçus par le CEA, dans le cadre d’un partenariat de co-innovation avec les équipes de la RATP, pourront contribuer à automatiser la supervision des équipements, à détecter les anomalies et à identifier des précurseurs des pannes.

La ponctualité des métros parisiens repose sur une gestion du trafic précise et réglée comme du papier à musique. Dans le but permanent d’améliorer sa qualité de service, la RATP collabore avec le CEA-List avec pour objectif d’anticiper les éventuels problèmes d’exploitation et, surtout, de réduire le nombre de fausses alarmes générées par le logiciel utilisé actuellement.

Chaque ligne de métro est équipée de plusieurs milliers d’équipements alimentant la salle de contrôle en données variées, qui sont analysées par le système de supervision pour piloter les lignes. En s’appuyant sur l’expertise métier des mainteneurs de la RATP, les chercheurs en intelligence artificielle et Big Data du CEA-List ont mis au point un prototype d’outils logiciels capables de caractériser l’état du système et de prédire son évolution. Ce qui a permis d’identifier les situations susceptibles d’entraîner des pannes pour permettre aux opérateurs d’intervenir au plus tôt.

Ces outils ont été testés par des mainteneurs RATP via une interface web accessible depuis tout appareil connecté à l’intranet de l’entreprise. Une première évaluation a eu lieu à partir des données rétrospectives fournies par la RATP sur une période de 3 années de fonctionnement : 90% des pannes étiquetées ont été détectées, avec une anticipation de quelques heures.

Cette démonstration confirme la possibilité d’optimiser la maintenance des systèmes de transport, voire prédire les pannes, et offrir aux voyageurs un service en constante amélioration.

Source : https://www.cea.fr/presse/Pages/actualites-communiques/ntic/ratp-cea-ia-pontualite-metro.aspx

•••

Les transports en commun seront gratuits à Lille pour les moins de 18 ans, c'est officiel

actu.fr - Julien Bouteiller

Publié le 29 juin 2021

Lundi 28 juin 2021, le conseil de la MEL a adopté la gratuité des transports pour les métropolitains de moins de 18 ans dès le 1er janvier 2022. Précisions.

C’était annoncé, c’est désormais officiel. Les habitants de la métropole de Lille âgés de moins de 18 ans pourront voyager gratuitement sur le réseau Ilévia à compter du 1 janvier 2022. Les élus de la MEL ont adopté la délibération lundi 28 juin 2021.

Transports gratuits pour les jeunes

Débat récurrent à Lille pour réduire la circulation automobile et favoriser le pouvoir d’achat, la gratuité des transports en commun pour les usagers fait donc un premier pas. Dès le 1 janvier 2022, ce sont près de 300 000 jeunes qui n’auront plus à débourser un centime pour circuler dans les bus, métros et tramways de la métropole lilloise.

« En rendant les transports en commun gratuits pour les mineurs, j’ai souhaité redonner du pouvoir d’achat aux familles. Mais cette mesure vise également à favoriser la mobilité douce en incitant les jeunes générations à adopter l’usage des transports publics », a déclaré le président de la MEL Damien Castelain. « Proche ou éloigné de ses activités quotidiennes, chaque jeune doit pouvoir se déplacer librement et en toute facilité grâce aux moyens de transport en commun qu’il a à sa disposition. »

Cette délibération, dont le coût est estimé à 8,5 millions d’euros hors taxe par an, a fait consensus puisqu’elle a été adoptée à l’unanimité. Pour rappel, la part usager (tickets et abonnements) dans le coût total des transports est environ de 20%. Le reste est financé par l’impôt.

Lire la suite : https://actu.fr/hauts-de-france/lille_59350/les-transports-en-commun-seront-gratuits-a-lille-pour-les-moins-de-18-ans-c-est-officiel_43054192.html

•••

Quelle place pour l'hydrogène dans la mobilité ?

h2-mobile.fr - Philippe Schwoerer

Publié le 29 juin 2021

Dans le cadre de la 5e édition des rendez-vous de l’innovation énergétique, l’Ifpen est revenu sur les différents usages de l'hydrogène dans le secteur de la mobilité. 

« Souvent les émissions sont considérées, pour le transport, uniquement au regard des émissions locales. Principalement on parle de CO2 alors que c’est un phénomène plus global », a introduit Gaëtan Monnier, directeur du centre de résultats Transports pour l’Ifpen. Il a rappelé que la mobilité zéro émission est vue principalement au travers de l’électrification. Sauf qu’aujourd’hui, « on a un vrai problème de stockage de l’énergie électrique qui a ses limites, en raison du volume, du poids, de temps de recharge, et même de coûts dans certaines applications », a-t-il mis au jour. Ce contexte pousse à trouver une alternative à la mobilité électrique à batterie. 

« L’hydrogène est une solution en sous-vecteur énergétique de l’électricité », a-t-il défini, tout en pointant que les différentes conversions vont peser sur le rendement énergétique global : « On va faire 2 ou 3 fois plus de kilomètres en utilisant directement l’énergie électrique qu’avec un véhicule à pile à combustible à hydrogène ».

Gaëtan Monnier a souhaité fournir quelques équivalences : « Un kilo d’hydrogène, c’est l’équivalent en énergie à peu près de 3,5 litres de carburant en moyenne, ou de 6 litres d’éthanol, ou encore de 33 kWh d’électricité. Soit, en gros, la capacité de la nouvelle Dacia Spring ». 

Il a également comparé : « L’hydrogène liquide, c’est 4 fois plus en volume qu’un hydrocarbure ». Faire voler un avion avec de l’hydrogène liquide nécessite donc de trouver des solutions particulières concernant les réservoirs. Une fois tout cela posé, on peut se demander : L’hydrogène pour quels usages dans la mobilité ? « Ceux pour lesquels l’électricité ne peut pas répondre : besoin de forte autonomie ou de rapidité de recharge, les besoins en compacité, de masses contenues pour ce qui vole », a défendu le directeur à l’Ifpen.

Quelles applications pour l'hydrogène dans la mobilité ?

Lire la suite : https://www.h2-mobile.fr/actus/quelle-place-hydrogene-mobilite/

 

Cybersécurité

Souveraineté numérique : Mailinblack, un acteur français clé en matière de cybersécurité

lagazettedescommunes.com  - Auteur partenaire • dans : Contenu partenaire

Ces derniers mois, les annonces gouvernementales se multiplient pour faire de la cybersécurité une priorité nationale. Porte-étendard de cette souveraineté recouvrée, Mailinblack accompagne les collectivités et les établissements de santé dans cette voie.

En février dernier, le Président de la République présentait la stratégie française en matière de cybersécurité, mobilisant un peu plus d’un milliard d’euros, dont 720 millions d’euros de financements publics. Objectif : tripler le chiffre d’affaires de la filière pour atteindre les 25 milliards d’euros à l’horizon 2025, doubler les emplois dans le secteur en passant de 37 000 à 75 000 employés et faire émerger trois licornes françaises en cybersécurité.

En soutien de cette stratégie nationale, le plan France Relance prévoit, lui, de renforcer le niveau de cybersécurité des acteurs publics tout en privilégiant le recours aux solutions made in France via un fonds de 136 millions d’euros piloté par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI). En passant par un appel à projet, ce plan de relance permet aux collectivités de faire financer à hauteur de 70 % (limite de 100K €) leur besoin en cybersécurité. Mailinblack accompagne d’ailleurs les collectivités françaises dans leurs démarches administratives pour toutes celles qui en font la demande directement auprès de l’entreprise de cybersécurité marseillaise.

Plus récemment, le 17 mai, le Gouvernement annonçait sa stratégie nationale pour le cloud. Là encore, la souveraineté est à l’honneur avec la création d’un label « cloud de confiance » à destination des entreprises et des administrations, reposant sur le référentiel SEcNumCloud délivré par l’ANSSI.

La doctrine de l’État en matière de cyberdéfense

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/752839/souverainete-numerique-mailinblack-un-acteur-francais-cle-en-matiere-de-cybersecurite/

Identité numérique

L'Allemand IDnow et la pépite rennaise Ariadnext veulent créer "l'Airbus de l'identité numérique"

usine-digitale.fr - Alice Vitard

Publié le 29 juin 2021

IDnow et Ariadnext se rapprochent à travers une opération de fusion et souhaitent lancer une plateforme européenne de vérification d'identité numérique. L'objectif principal est de peser face aux solutions étrangères et de proposer un outil clé en main pour les acteurs réglementés nécessitant un système de vérification de l'identité en ligne. Une ambition qui s'inscrit dans le contexte de la crise économique et sanitaire très favorable à la digitalisation de certains services.

Le fournisseur allemand de services d'identification annonce ce mardi 29 juin la signature d'un accord pour l'acquisition de la start-up rennaise Ariadnext spécialisée dans l'identité numérique. Le contrat, dont le montant n'a pas été divulgué, doit encore être soumis à l'approbation des autorités réglementaires.

Ariadnext va conserver ses sites à Rennes, Paris, Madrid en Espagne, Bucarest et Iasi en Roumanie, Varsovie en Pologne, ainsi que l’ensemble de ses 125 employés.

Rivaliser avec les solutions étrangères

L'objectif de cette opération est de "fabriquer l'Airbus de l'identité numérique" capable de rivaliser avec les solutions étrangères en particulier américaines, explique Marc Norlain, CEO et cofondateur d'Ariadnext, à L'Usine Digitale. Cette jeune pousse bretonne a déjà conquis 300 clients en Europe parmi lesquels la Société Générale, le Crédit Mutuel, Lydia, Younited Credit, la Française des Jeux, Unibet, SFR et Bouygues Telecom.

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/l-allemand-idnow-et-la-pepite-rennaise-ariadnext-veulent-creer-l-airbus-de-l-identite-numerique.N1115159

Blockchain/NFT

Qu'est-ce qu'un NFT (non-fungible token) ?

boursorama.com - avec pratique.fr

Publié le 03 juillet 2021

Avez-vous déjà vu ou entendu l'acronyme NFT ? Il signifie « non-fungible token ». Et si cela ne vous parle pas davantage, voici quelques informations à ce sujet qui devraient vous éclairer.

Blockchain et token non-fongible

Pour comprendre la définition de « NFT », mieux vaut parler un peu anglais car un « non-fungible token » est en fait une fonctionnalité de la « blockchain » ... En d'autres termes plus clairs, la blockchain est une chaîne de blocs ou encore « une technologie de stockage et de transmission d'informations [qui] offre de hauts standards de transparence et de sécurité car elle fonctionne sans organe central de contrôle ». La blockchain est notamment employée dans le secteur bancaire et s'est « développée pour soutenir des transactions réalisées via les cryptomonnaies/crypto-actifs » même si son emploi n'est pas limité à ces derniers. Un token ou jeton est quant à lui « un actif numérique émis par une blockchain ». Il peut être fongible (comme les Bitcoins), c'est-à-dire qu'il peut être individualisé. Il peut aussi être non-fongible. Dans ce cas, le jeton ne peut pas être individualisé. Chaque actif numérique possède alors ses propres caractéristiques et ne peut être échangé contre un autre actif.

Apparition du concept en 2015

Si les NFT ont récemment fait parler d'eux, ils ne viennent pas de voir le jour. Leur première apparition date de 2015 avec le projet Etheria qui proposait d'acheter une parcelle d'un monde virtuel. Les caractéristiques de ces parcelles étaient stockées sur la blockchain ethereum. Cette dernière était ainsi employée pour : l'enregistrement de la propriété d'objets non réels (virtuels) ; les transferts de propriété entre personnes. En 2017, naissent les projets Cryptopunks et CryptoKitties (studio Dapper Labs). Avec CryptoKitties, on peut collectionner des chatons virtuels. Un chaton correspond à un NFT à savoir un jeton possédant ses propres caractéristiques. Le succès est tel qu'une nouvelle blockchain dédiée au projet doit être développée. Le ERC-721, nouveau standard de token, voit le jour.

Des NFT lucratifs

Lire la suite : https://www.boursorama.com/patrimoine/actualites/qu-est-ce-qu-un-nft-non-fungible-token-5d388d1ea7ff3a75a169e580ed5859d9 

•••

NFT : Tim Berners-Lee a vendu le Web 5,4 millions de dollars

press-citron.net - Arthur Vera

Publié le 01 juillet 2021

L’entièreté des fonds sera reversée à des associations sélectionnées par Tim Berners-Lee et sa femme.

Tim Berners-Lee est connu pour être le principal inventeur du World Wide Web, rien que ça. Il préside également le World Wide Web Consortium (W3C) depuis 1994, et est aussi à l’origine de la création du langage HTML. Le mois dernier, après avoir assisté comme tout le monde à la folie des NFT, Tim Berners-Lee a une idée. Il décide d’authentifier et de mettre en vente le NFT d’un fichier contenant 9500 lignes de code qui représentent la genèse de l’Internet que nous connaissons à ce jour. En plus de ce document passionnant, Tim décide de joindre une lettre rédigée de sa main ainsi qu’une description authentique du protocole HTTP.

Prix de départ : 1000 dollars

Mis aux enchères le 23 juin dernier par Sotheby’s à un prix de départ de 1000 dollars, la vente a pris fin cette semaine avec un prix final de 5,4 millions de dollars. Sur le catalogue de présentation de Sotheby’s, on peut lire : “Ce NFT est historique et singulier, mais, le code du web et son utilisation, ses connaissances, sa puissance, son potentiel resteront ouverts et disponibles pour nous tous pour continuer à innover, créer et initier la prochaine transformation technologique qui s’appuiera sur ce nous voyons aujourd’hui, que nous ne pouvons pas encore imaginer”.

Comme précisé dès le départ, les 5,4 millions de dollars seront reversés à des causes sélectionnées par Tim Berners-Lee et sa femme. De ce fait, Berners-Lee démontre une nouvelle fois que les NFT n’existent pas uniquement pour authentifier et vendre tout et n’importe quoi sur le web. Si l’on peut acheter une maison virtuelle à 400 000 euros, une part de pizza Pizza Hut à 8824 dollars, ou encore le premier tweet de l’histoire à 2,5 millions de dollars, Edward Snowden a notamment utilisé ce processus pour reverser les bénéfices à la Fondation pour la liberté de la presse. Avec cette nouvelle vente et l’entièreté des fonds reversés à des causes importantes, les NFT montrent un autre visage au monde.

Lire : https://www.presse-citron.net/nft-tim-berners-lee-a-vendu-le-web-54-millions-de-dollars/

5G

Rennes, terrain d’expérimentation de la 5G pour la SNCF

ouest-france.fr - Gien Recourt

Publié le 02 juillet 2021

Pour tenter de rendre palpable les usages d’une 5G qui restent encore très théoriques, le secrétaire d’État à la transition numérique Cédric O était en visite en Ille-et-Vilaine le vendredi 2 juillet 2021. Il en a profité pour inaugurer un « Living Labs 5G » au technicentre de la SNCF de la Janais à Chartres-de-Bretagne, près de Rennes. Là où sont rénovées les rames TGV. Ce site va servir de site d’expérimentation de la 5G dans le secteur industriel. « Ici on est au cœur de la raison d’être de la 5G », estime le ministre. « Si on veut réussir à garder nos emplois industriels et même réindustrialiser une France en partie désindustrialisée, ça ne se fera pas sans la 5G » a-t-il expliqué, soulignant que cette technologie sera « un élément essentiel de la compétitivité dans les années à venir » et qu’en termes de souveraineté, les réseaux télécoms « sont aussi, voire plus importants, que les réseaux d’eau et d’électricité ».

Pour autant, les usages industriels restent à découvrir. Des pistes sont évoquées comme la fin du filaire, « la maintenance prédictive » sans que rien de concret ne soit détaillé. 85 % des usages avance le ministre, reste à découvrir. L’essentiel est donc d’avancer. « On est au début d’une nouvelle révolution industrielle. C’est à ces moments que les nations prennent des places. Ou pas. »

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/video-rennes-terrain-dexperimentation-de-la-5g-pour-la-sncf-f329f9f3-224a-385f-86a7-eebeffd9595d

Intelligence artificielle

Atos lance « ThinkAI », une solution complète pour accélérer les applications d’intelligence artificielle haute performance

atos.net - Communiqué de presse

Publié le 28 juin 2021

Atos annonce aujourd’hui le lancement de « ThinkAI », une solution de bout-en-bout sécurisée et évolutive qui permet aux entreprises de concevoir, développer et fournir des applications d’intelligence artificielle (IA) haute performance. ThinkAI s'adresse aux entreprises qui souhaitent passer du calcul haute performance traditionnel (High Performance Computing, HPC) à des simulations plus précises et plus rapides grâce à l’utilisation d’applications d'IA, ainsi qu’aux entreprises qui développent des applications d'IA et ont ainsi besoin de capacités de calcul plus puissantes.

Les applications d'IA haute performance viennent compléter la simulation HPC traditionnelle. Elles sont essentielles pour traiter et analyser efficacement des ensembles de données volumineux et complexes. Par rapport à la simulation HPC traditionnelle, la simulation basée sur l'IA permet aux chercheurs de résoudre des problèmes de manière plus rapide, précise et approfondie, tout en optimisant la rentabilité et le coût total de possession (TCO, Total Cost of Ownership), en réduisant l'empreinte carbone du procédé et en apportant un réel avantage concurrentiel.

Qu’il s’agisse de découvrir de nouveaux médicaments, de développer des villes intelligentes ou de fabriquer des véhicules autonomes, nombre d’applications d’IA sont déjà en cours de développement. Mais certains obstacles subsistent encore en termes de qualité, de sécurité et d'évolutivité des données. Afin de relever ces défis, il est essentiel de faire appel aux conseils d’experts pour définir une feuille de route en matière d’IA, créer et industrialiser des applications d’IA évolutives. ThinkAI est la solution d'IA HPC la plus complète du marché et la seule offre qui combine une expertise de conseil, des solutions matérielles et logicielles, et des capacités d'orchestration et d'intégration. Elle fournit des résultats rapides tout en optimisant les coûts.

« ThinkAI d’Atos est la solution idéale pour les utilisateurs de calcul haute performance qui, tout au long de leur parcours de recherche, peuvent bénéficier des opportunités considérables offertes par l’IA. ThinkAI d’Atos permet aux utilisateurs – qu’ils soient issus du secteur scientifique ou industriel – d’allier efficacement les solutions matérielles et logicielles les plus récentes et les plus performantes afin d’accélérer le développement de solutions critiques basées sur l'IA, mais également d’apporter une véritable valeur ajoutée à leurs travaux de simulation, » déclare Alex Norton, Analyste principal en technologie et responsable de l'analyse des données chez Hyperion.

Lire la suite : https://atos.net/fr/2021/communiques-de-presse_2021_06_28/atos-lance-thinkai-une-solution-complete-pour-accelerer-les-applications-dintelligence-artificielle-haute-performance

•••

NICE : Tourisme éco-responsable et Intelligence Artificielle, deux appels à projets

presseagence.fr - La rédaction

Publié le 28 juin 2021

La Métropole Nice Côte d’Azur mène une politique de développement ambitieuse en faveur de la création d’entreprises et de l’emploi. A ce titre, la Métropole souhaite notamment récompenser, à tra: vers un appel à projet et un appel à manifestation d’intérêt, les entreprises qui favorisent un tourisme éco-responsable et celles qui favorisent l’essor d’un écosystème dédié à l’Intelligence artificielle.

Tourisme éco-responsable

L’appel à manifestation d’intérêt s’adresse aux entrepreneurs des secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et de l’artisanat de bouche qui œuvrent dans le champ du tourisme éco-responsable ou accompagnent les transformations du secteur touristique.
Les projets sélectionnés devront démontrer des actions concrètes afin de mettre en avant un modèle d’activité innovant et responsable tel que l’économie de ressources, l’éco-mobilité et l’efficacité énergétique ; favoriser une expérience responsable du tourisme notamment en matière de gestion des déchets, de lutte contre le gaspillage et d’utilisation limitée du plastique à usage unique ; recourir à des circuits courts et/ou cultiver directement une partie de sa production ou utiliser des produits issus de l’agriculture biologique et/ou locale.
Les dossiers de candidature seront analysés par un comité de sélection réunissant des experts dans les domaines touristique et environnemental issus de différents horizons. Les critères de choix porteront notamment sur l’impact dans ce domaine, mais aussi sur les retombées du projet sur l’économie locale et l’emploi. Chaque remise de trophée donnera lieu à une aide économique d’un montant compris entre 10 000 € et 20 000 €.
L’appel à projet est ouvert, les candidats ont jusqu’au 31 juillet 2021 inclus pour déposer leur dossier. Renseignements sur le portail économique de la Métropole : http://business.nicecotedazur.org/AMITER

Intelligence artificielle

L’appel à projets pour la mise en place de démonstrateurs dans le domaine de l’intelligence artificielle va permettre d’identifier des entreprises porteuses d’initiatives pertinentes et d’expérimenter des projets prometteurs.
Une priorité sera accordée aux projets inscrits dans les filières stratégiques du territoire, en particulier la santé, les éco-industries, la mobilité, les industries culturelles et créatives, et ville intelligente. Outre la pertinence technique et les retombées économiques du projet, l’impact social et environnemental fait partie des critères de choix. Les dossiers de candidature seront analysés par un comité de sélection réunissant des experts en intelligence artificielle internes et externes à la Métropole.
Un soutien financier compris entre 30 000 euros et 60 000 euros sera apporté aux dossiers sélectionnés, en fonction de la complexité du projet et de l’impact économique du démonstrateur sur le territoire, notamment en termes de création d’emplois.
L’appel à projet est ouvert, les candidats ont jusqu’au 30 juillet 2021 inclus pour déposer leur dossier. Renseignements sur le portail économique de la Métropole : http://business.nicecotedazur.org/AAPIA

Lire sur : http://www.presseagence.fr/lettre-economique-politique-paca/2021/06/28/nice-tourisme-eco-responsable-et-intelligence-artificielle-deux-appels-a-projets/

Blockchain

Neuilly-sur-Seine s’essaie au vote électronique par blockchain

numerama.com - Corentin Bechade

Publié le 29 juin 2021

Le vote par blockchain fait beaucoup parler de lui ces derniers temps. Certains y voient une manière sécurisée de moderniser notre façon de voter. La Mairie de Neuilly-sur-Seine fait partie des enthousiastes et vient de lancer une plateforme de vote par blockchain avec de grosses ambitions.

Depuis les élections régionales et départementales du 20 et 27 juin, le vote par Internet est sur toutes les lèvres. Avec une abstention autour de 65 % lors des deux tours du scrutin, beaucoup voient dans cette solution une manière pratique de ré-impliquer la population, notamment jeune et connectée, dans l’exercice démocratique. Se saisissant de l’occasion, la mairie de Neuilly-Sur-Seine a annoncé avoir lancé « pour la première fois en France » une plateforme de vote en ligne utilisant la blockchain et entièrement dédié aux problématiques d’une municipalité.

L’outil n’a pas encore vocation à remplacer le vote papier des scrutins locaux ou nationaux, ici, il est plus question d’utiliser le vote via blockchain pour se prononcer « sur les projets du quotidien (programmes culturels, travaux publics, etc.) ». Bref, choisir un film à diffuser ou un trottoir à aménager plutôt qu’un dirigeant — à la manière des budgets participatifs présents dans de nombreuses villes de France. Le système a été développé en collaboration avec l’association française Electis qui construit un système de vote par blockchain déjà adopté par plusieurs universités dans le monde. Les fondateurs d’Electis avaient d’ailleurs publié une tribune l’année dernière qui appelait à faire du vote électronique « une priorité démocratique ».

Lire la suite : https://www.numerama.com/tech/722804-neuilly-sur-seine-sessaie-au-vote-electronique-par-blockchain.html

RGPD

L'Agence RGPD veut faire de son label "Engagement RGPD" un élément de réassurance pour les organisations

itmanager.com

Publié le 28 juin 2021

Pensé et construit par l’Agence RGPD, entreprise spécialisée dans la mise et le maintien en conformité avec le Règlement Général sur la Protection des Données, et l’organisme APAVE Certification, le label Engagement RGPD vise à renforcer les bonnes pratiques des organisations en matière de protection des données à caractère personnel. 

Premier outil de certification RGPD, ce label a pour objectif de reconnaître et valoriser les efforts des organisations dans le processus de sécurisation des données personnelles et de respect des droits des personnes concernées. L’Agence RGPD et l’APAVE Certification comptent ainsi fournir un indicateur de conformité reconnu partout en France, qui permet d’optimiser le traitement et la conservation des données dans le respect de leur légitimité. 

"Aujourd’hui la plupart des PME et ETI sont accompagnées dans le processus de mise en conformité et maintien du RGPD, mais aucune ne possède d’outil permettant de valoriser leur démarche, explique Michel Rousseau, Président du réseau de franchise Agence RGPD. Nous avons donc créé ce label en partenariat avec l’APAVE afin que chaque entreprise puisse afficher sereinement leur niveau d’application du RGPD au sein de leur structure."

Accordé par APAVE Certification, le Label Engagement RGPD est ainsi l’occasion pour les entreprises publiques ou privées d’optimiser la collecte et le traitement des données. 

Un référentiel complet pour valoriser les bonnes pratiques 
Lire la suite : https://itrmanager.com/articles/190577/lagence-rgpd-veut-faire-de-son-label-engagement-rgpd-un-element-de-reassurance-pour-les-organisations.html


© 2024 ADCET
Image