Revue de presse ADCET n° 126 du 14 juin 2021

 

Mobilité

10 ans du challenge de la mobilité en Nouvelle-Aquitaine

aquitaineonline.com - Philippe C Admin

Publié lé 07 juin 2021

L’objectif du Challenge de la Mobilité est d’encourager les alternatives à l’utilisation individuelle de la voiture en valorisant le recours au vélo, au covoiturage, aux transports en commun, au télétravail, à la marche...

A partir du 7 juin et pour toute la semaine à venir, les entreprises, administrations et association de la Nouvelle-aquitaine sont invitées à mobiliser leurs salariés et leurs agents pour participer au 10ème anniversaire du Challenge de la Mobilité organisé par l’ADEME et le Club de la Mobilité.

La règle du jeu est simple : éviter de prendre sa voiture en mode individuel pour aller au travail, et utiliser tout mode alternatif de déplacement (marche, transports en commun, vélo, trottinette, rollers, covoiturage ou encore cheval : tout est permis !).

Les trajets domicile-travail : un enjeu de taille pour la mobilité durable

Alors que l’usage individuel de la voiture reste un comportement largement observé dans les trajets domicile-travail, le 10e anniversaire du Challenge de la mobilité est l’occasion de 4 grands rappels 

  1. 1. Les transports, en général, représentent à eux seuls 30% des émissions nationales de gaz à effet de serre, plus de 30% des consommations énergétiques et plus de 50% des émissions de NOx

Lire la suite : http://www.aquitaineonline.com/actualites-en-aquitaine/sud-ouest/9349-10-ans-du-challenge-de-la-mobilite-en-nouvelle-aquitaine.html

•••

Strasbourg facilite la mobilité électrique

constructioncayola.com - Par la Rédaction

Publié le 11 juin 2021

Le top départ du départ du déploiement de bornes de recharge électrique dans le cadre d’un partenariat innovant, vient d’être donné par l’Eurométropole de Strasbourg. Cet événement concrétise l’engagement résolu de l’Eurométropole en faveur d’une mobilité plus durable qui répond aux enjeux du climat et de la qualité de l’air.

A la suite du lancement en novembre 2019 de l’appel à initiatives privées (AIP) par l’Eurométropole de Strasbourg, ENGIE Solutions et son partenaire strasbourgeois Freshmile, leader français de la recharge pour véhicule électrique, concrétisent le déploiement des premières bornes de charge pour véhicules électriques sur la voirie publique des 33 communes de l’Eurométropole.

Cette première phase de déploiement qui devrait être finalisée pour l’été 2022 concerne 90 bornes de voiries de 22 à 150 kW, soit 180 points de charge, qui seront mise en service au fur et à mesure de leur installation. Ces bornes seront exploitées par Freshmile et ENGIE Solutions. Les conducteurs de VE pourront utiliser le pass Freshmile et l’application Freshmile pour trouver les bornes, consulter leur disponibilité en temps réel et recharger leur véhicule. Les bornes seront bien sûr accessibles aux autres opérateurs de mobilité grâce aux accords d’interopérabilité conclus par Freshmile.

Un maillage dense de bornes localisées en fonction des usages

En pleine expansion, les véhicules électriques et hybrides rechargeables n’ont pas souffert de la crise sanitaire, avec une croissance de 180 % sur l’année 2020*. Outre une indépendance énergétique accrue, favoriser le développement de la mobilité électrique assure une décorrélation des fluctuations du prix des carburants traditionnels. Les moteurs électriques sont également plus efficaces que les moteurs à combustion interne : quand un moteur à essence ou diesel transforme environ 70 % de l’énergie utilisée en chaleur indésirable, un moteur électrique transforme 95 % de l’énergie consommée en énergie cinétique. ENGIE fournira l’intégralité de l’énergie qui ravitaillera usagers du territoire. D’un point de vue technique, c’est l’opérateur de recharge Freshmile qui assurera la maintenance des points de charges, la facturation et la gestion des pass. De plus tout le fonctionnement utilisateur est optimisé via une application développée par l’acteur alsacien pour une utilisation simple et intuitive offrant ainsi un service accessible 24h/24 et 7j/7.

Lire la suite : https://www.constructioncayola.com/environnement/article/2021/06/11/134874/strasbourg-facilite-mobilite-electrique

•••

Leclerc s’engage pour la mobilité et propose un nouveau service de location de voiture

ladn.eu - Léa Boulay

Publié le 07 Juin 2021

Accompagné par l'agence BETC, E.Leclerc poursuit son engagement pour que la mobilité, essentielle au quotidien, reste accessible à tous.

Une solution de mobilité économique et flexible

En France, la voiture reste indispensable. Sans elle, le travail ou les loisirs peuvent être compromis. Mais en avoir une coûte très cher pour plus de six Français sur dix. Fort de ce constat, E.Leclerc a décidé de proposer une solution de mobilité économique et flexible : louer une voiture à partir de quatre euros par jour, sans engagement de durée.

Devoir rester au bord de la route, faute de moyens : c’est absurde. C’est ce que BETCsouhaite mettre en scène à travers le portrait d’auto-stoppeurs hauts en couleur que personne ne prend, dans un nouveau film réalisé par Wilfrid Brimo et sur l’air intemporel de Pierre Bachelet, Coup de tête.

La campagne est déployée en TV, presse, digital et magasin depuis le 6 juin 2021.

Lire la suite : https://www.ladn.eu/adn-business/news-business/actualites-annonceurs/leclerc-betc-mobilite-pour-tous-voiture-location/

•••

« Préparons-nous au déploiement de la mobilité électrique »

lemondedelenergie.com - Par la rédaction

Publié le 07 juin 2021

Tribune de la SBA Smart buildings alliance for smart cities

Selon l’association nationale pour le développement de la mobilité électrique AVERE-France, le pays comptait, le 1er mai 2021, près de 452 000 points de charges électriques. On est extrêmement loin de l’ambition de 7 millions de bornes fixée par le gouvernement pour 2030. La situation devra donc évoluer très rapidement pour atteindre cet objectif.

« Aujourd’hui, nous ne sommes pas prêts à absorber le déploiement de la mobilité électrique qui est en cours d’accélération, déplore Emmanuel François, Président de la SBA. La Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) a ainsi prévu pour les entreprises, l’État et les collectivités une obligation de renouvellement de 10 % de leur flotte de véhicules thermiques en électriques pour 2022, 20 % pour 2024, 35 % pour 2027 et même 50 % pour 2030. La transition devra se faire vite, très vite. »

Le numérique pour faire converger mobilité et bâtiment

Aujourd’hui, 90 % de la recharge des véhicules électriques s’effectue à domicile ou au travail. Il est donc logique que la mobilité s’intègre à l’infrastructure des bâtiments. Dans ces conditions, il conviendra de piloter intelligemment les recharges des véhicules électriques pour ne pas risquer de surcharger le réseau électrique du bâtiment.

Imaginez : 50 véhicules électriques nécessitent une installation d’une puissance de 70 kW. Avec un pilotage numérique, une installation de 30 kW suffit pour supporter les recharges, avec un coût d’abonnement 7 fois inférieur !

Lire la suite : https://www.lemondedelenergie.com/deploiement-mobilite-electrique/2021/06/07/

•••

La RATP se lance dans la bataille des applis de mobilité

lefigaro.fr -Jean-Yves Guérin

Publié le 10 juin 2021

Les groupes de transport veulent proposer ce service avec lequel le voyageur achète ses billets sur un seul site.

3 millions de clients ont téléchargé l’appli RATP qui sera rebaptisée Bonjour RATP le 15 juin. 396323512/Postmodern Studio - stock.adobe.com

Le compte à rebours est en marche. Le 15 juin, l’appli RATP sera rebaptisée Bonjour RATP. Un changement de nom qui marque une nouvelle étape pour ce compagnon des voyageurs téléchargé trois millions de fois. «Nous ne proposons plus seulement une plateforme de transports en commun mais un outil qui permet de combiner les modes de transport les plus efficaces pour faire un trajet en Île-de-France», explique Delphine Nathan, directrice marketing de la RATP.

À LIRE AUSSI : Le navigateur français Mappy racheté par la RATP

En clair, en un clic, l’usager verra s’il vaut mieux prendre une trottinette, le métro, le vélo ou un VTC pour se rendre à bon port. Et il pourra payer sa course ou son billet directement sur l’appli. Pour cela, la RATP a passé un partenariat avec Velib’ pour les vélos, Marcel pour les VTC et Tier pour les trottinettes. La réservation d’une patinette Tier sur Bonjour RATP sera possible à partir de septembre.

«Notre objectif est de bâtir le plus gros assistant personnel de mobilité en Île-de-France», affirme Hiba Fares,

Lire la suite (réservé aux abonnés) : https://www.lefigaro.fr/societes/la-ratp-se-lance-dans-la-bataille-des-applis-de-mobilite-20210610

•••

Et, si nos nouveaux comportements changeaient durablement la ville et les transports urbains ?

lesechos.fr -

Publié le 8 juin 2021

Transports publics, mobilités, infrastructures… Réunis à Movin'On pour plancher sur les conséquences de la pandémie sur nos modes de déplacement, acteurs privés et publics souhaitent une collaboration plus étroite pour une révolution durable des transports urbains et des infrastructures.

« Nous sommes au début d'une révolution de la mobilité. C'est aujourd'hui une responsabilité commune des villes et des organismes publics et privés de mettre en place les conditions pour que cette révolution déploie tout son potentiel », estime Sirma Boshnakova, PDG d'Allianz Partners. Elle cite comme facteurs de changements les réglementations limitant l'empreinte carbone, les nouveaux comportements des consommateurs moins attirés par la propriété privée des véhicules et l'accélération des technologies numériques chez les constructeurs de voitures.

La pandémie s'est aussi invitée dans ce contexte. Elle a bouleversé nos motifs et nos modes de déplacement. « La hausse du télétravail et la crainte du Covid ont réduit l'usage des transports publics au profit de la marche, du vélo ou du roller. Cependant, déjà, nous constatons une remontée des modes de déplacement plus rapides, publics ou privés, et du covoiturage », explique Dale Bracewell, directeur de la planification des transports de la Ville de Vancouver. Mais les réactions face à la pandémie en termes de mobilité n'ont pas été les mêmes partout sur la planète. « Dans les pays du Sud, par opposition au pays du Nord, il n'y a pas eu d'augmentation de la marche ou de la bicyclette mais un report de l'usage du transport public officiel vers un marché plus informel », relève Nancy Vandycke, directrice du programme, mobilité durable pour tous (SuM4All), de la Banque mondiale.

Un accès inégal à la mobilité zéro émission

Lire la suite : https://www.lesechos.fr/thema/ecomobilites-2021/et-si-nos-nouveaux-comportements-changeaient-durablement-la-ville-et-les-transports-urbains-1321577

Identité numérique

Créer son "identité numérique" en bureau de poste

relationclientmag.fr - Stéphane Marius

Publié le 7 juin 2021

La Poste, via sa filiale Docaposte, permet la création d'une "identité numérique", voie d'accès à 900 services en ligne au travers du dispositif FranceConnect (déclaration fiscale, renouvellement de pièce d'identité...).

À compter du 7 juin, La Poste propose la création de son "identité numérique" dans l'un de ses bureaux. Cette initiative renforce l'accessibilité de ce service avec l'accompagnement d'un chargé de clientèle et vient en complément du parcours en ligne déjà existant. L'"identité numérique" simplifie les démarches en ligne et protège contre les risques d'usurpation d'identité. Elle permet d'accéder à environ 900 services en ligne via FranceConnect avec un seul identifiant et mot de passe via l'application mobile (renouveler une pièce d'identité, déclarer et payer ses impôts, accéder à son compte retraite, suivre ses remboursements d'Assurance Maladie). Prochainement, elle facilitera l'accès à certains services de La Poste, comme le retrait de colis en bureau de poste, la réexpédition de son courrier en ligne ou la réception d'une lettre recommandée électronique.

Lire la suite : https://www.relationclientmag.fr/Thematique/techno-ux-1256/solutions-2160/Breves/Creer-son-identite-numerique-bureau-poste-361284.htm

•••

Ce que l'on sait sur le projet européen de portefeuille numérique

lexpansion.lexpress.fr - M.R. avec AFP

Publié le 07 juin 2021

L'outil permettra de stocker sa carte d'identité, son permis de conduire ou encore ses diplômes de manière sécurisée.

Accéder en quelques clics sur son téléphone portable à des services sécurisés dans toute l'Europe, éliminer les tracasseries administratives tout en s'affranchissant des grandes plateformes privées... Cela pourrait devenir réalité l'an prochain grâce à un projet présenté jeudi à Bruxelles. 

Ce portefeuille numérique stockerait notamment les informations de paiement et les mots de passe et permettrait aux citoyens des 27 pays de se connecter aux sites web des gouvernements locaux, de payer les factures de services publics ou encore de louer une voiture plus facilement en utilisant une seule identité reconnue, avait précisé en début de semaine dernière le Financial Times.  

"C'est en quelque sorte un dossier sécurisé où vous pouvez stocker votre carte d'identité, votre permis de conduire, vos diplômes" et bien d'autres documents utiles pour des démarches en ligne, a expliqué la vice-présidente de la Commission européenne, Margrethe Vestager. 

Lire la suite : https://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/ce-que-l-on-sait-sur-le-projet-europeen-de-portefeuille-numerique_2152352.html

•••

Apple part à l'assaut de Zoom et Teams et dévoile un portefeuille d'identité numérique

usine-digitale.fr - Léna Corrot

Publié le 08 juin 2021

A l'occasion de sa conférence WWDC, Apple a présenté son système d'exploitation iOS 15. Désormais, son application d'appel vidéo FaceTime est accessible sur les appareils Android et Windows et permet de partager son écran ou diffuser de la musique ou un film avec les participants. Apple vient ainsi concurrencer des applications comme Zoom et Teams, qui ont été fortement plébiscitées ces derniers mois. La firme à la pomme ne s'arrête pas là et présente sa version de son portefeuille d'identité numérique qui permettra de stocker sa carte d'identité et son permis de conduire dans certains Etats.

Apple a dévoilé plusieurs nouveautés lundi 7 juin 2021 à l'occasion de sa conférence WWDC et de la présentation d'iOS 15. Un système d'exploitation qui sera compatible avec tous les appareils sortis depuis 2015. Comme à son habitude, Apple veut rassurer sur la sécurité. Allant en ce sens, l'entreprise annonce que la partie audio des demandes Siri est par défaut entièrement traitée sur l'iPhone.

Une fonction de protection de la confidentialité de Mail est également présentée. Elle empêche les expéditeurs de déterminer si un mail a été ouvert et permet de masquer l'adresse IP empêchant ainsi d'identifier la position géographique. Mais les principales annonces sont celles relatives à son application d'appel vidéo FaceTime ainsi que celles concernant le portefeuille numérique Wallet.

Facetime accessible sur Android et Windows

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/apple-part-a-l-assaut-de-zoom-et-teams-et-devoile-un-portefeuille-d-identite-numerique.N1100789

Cybersécurité

Cyberattaques : le Sénat préconise d’interdire le paiement par les assurances des rançongiciels

publicsenat.fr - Public Sénat

Publié le 10 juin 2021

La délégation aux entreprises du Sénat présentait, ce jeudi, une vingtaine de propositions afin de prévenir les cyberattaques visant les TPE et PME françaises. Près de la moitié d’entre elles a été visée l’année dernière.

« Les TPE et PME sont un peu « le trou dans la raquette », constate le sénateur PS, Rémi Cardon coauteur d’un rapport d’information sur la cybersécurité des entreprises, que la délégation aux entreprises de la Haute assemblée présentait ce matin.

En effet, à l’inverse des « d’opérateurs d’importance vitale » et des « opérateurs de services essentiels », les petites entreprises ne sont pas tenues d’appliquer des règles de sécurité fixées par l’ANSSI (agence nationale de la sécurité des systèmes d’information). Tant et si bien qu’elles deviennent la cible privilégiée des hackers. En 2020, 43 % des PME françaises ont constaté un incident de cybercriminalité en 2020 pour un préjudice allant de plusieurs milliers d’euros à plusieurs millions d’euros en fonction de la taille des entreprises.

Lors du premier confinement, les attaques par phishing ont augmenté de 667 %

« Au niveau mondial, la cybercriminalité pourrait coûter aux entreprises 6 000 milliards de dollars par an à partir de 2021, contre 3 000 milliards en 2015 », relève le rapport.

Lire la suite : https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/cyberattaques-le-senat-preconise-d-interdire-le-paiement-par-les-assurances

•••

Cybercriminalité. Huit cyber-réservistes aident la police dans l’ouest

ouest-france.fr - Pascal Simon

Publié le 12 juin 2021

La police judiciaire construit un réseau des référents cybermenaces (RCM) depuis 2018. Ces civils, sélectionnés pour leurs connaissances du terrain, sont montés en puissance en 2020.

Ils ne sont pas officiers de police judiciaire, ils ne portent pas d’arme et ne sont d’ailleurs pas policiers tout court. Mais leurs compétences professionnelles et leur connaissance du territoire régional en font de précieux relais et même des interfaces utiles entre la police et les victimes de cybercriminalité : ce sont les réservistes des référents cybermenaces (RCM). En Bretagne historique (Ille-et-Vilaine, Morbihan, Côtes-d’Armor, Finistère et Loire-Atlantique), ils sont huit.

Avec la multiplication des attaques informatiques contre des entreprises de toutes tailles, des collectivités ou services publiques, leur rôle a été conforté.

Le fléau des attaques cyber n’est pas nouveau, mais a été démultiplié en 2020 à la faveur du confinement et du télétravail.

« Au niveau national, 8 000 fonctionnaires policiers et enquêteurs ont été formés et sensibilisés à la cybercriminalité », rappelle Amaury Le Neel, commissaire chef des divisions opérationnelles à la direction zonale de la police judiciaire ouest. Mais pour être le plus réactif possible, un maillage de « correspondants locaux » s’avère précieux.

Le réseau des référents cybermenaces de la police nationale a été lancé à titre expérimental en 2018 par la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité (SDLC) de la direction centrale de la police judiciaire. Rennes, Strasbourg et Bordeaux ont expérimenté ce dispositif, avant qu’il ne soit étendu ailleurs en France. Outre des commissaires et policiers, le réseau RCM compte donc au total en France une cinquantaine de réservistes.

Lire la suite : https://www.ouest-france.fr/societe/police/cybercriminalite-huit-cyber-reservistes-aident-la-police-dans-l-ouest-a126e280-cad6-11eb-970e-1ac8a79f7b68

•••

Cybersécurité : comment se prémunir contre les nouvelles formes d’attaques informatiques ?

lagazettedescommunes.com - Par la rédaction dans Dossiers d'actualité

Publié le 08 juin 2021

Avec les confinements et la généralisation du télétravail, les collectivités territoriales sont devenues des cibles de choix pour les pirates informatiques. Petites ou grandes, elles sont nombreuses à avoir vu leur système d’information bloqué, ou des données volées, avec promesse de restitution contre rançon sonnante et trébuchante. Comment se protéger ? Avec quels outils, et quels acteurs ? Découvrez les réponses apportées lors des 4èmes assises de la dématérialisation.

Annecy, Anger, Aix-Marseille… la liste des collectivités territoriales victimes de cyber attaques ne cesse de s’allonger, ces derniers mois. Mais quel est l’état des lieux de la menace ? En quoi les collectivités sont-elles des victimes toutes désignées, quels types d’attaque subissent-elles, générant quels risques pour elles-mêmes, les usagers, ou les infrastructures qu’elles opèrent ? Le télétravail ouvre-t-il la porte aux pirates ? Comment se prémunir contre les attaques ?

C’est à ces questions, et d’autres encore qu’ont répondu Cyril Bras, Vice-président de l’Institut National pour la Cybersécurité et la résilience des territoires et responsable de la sécurité des services d’information de Grenoble Alpes Métropole ; Eric Freyssinet, Chef du Pôle national de lutte contre les cybermenaces pour la gendarmerie nationale (DGGN) ; Delphine Rider, Responsable de la sécurité des services d’information au SDIS 77 et Laurent Verdier, Chargé de mission sensibilisation – risque cyber cybermalveillance.gouv.fr , lors des 4èmes assises de la dématérialisation, le 27 mai.

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/749396/cybersecurite-comment-se-premunir-contre-les-nouvelles-formes-dattaques-informatiques/

•••

Cybersécurité : ce que l'on sait sur la fuite de huit milliards de mots de passe

lexpansion.lexpress.fr - Par lexpress.fr

Publié le 10 juin 2021

Selon le spécialiste de la cybersécurité CyberNews, plus de huit milliards de mots de passe auraient été collectés ces dernières années et partagés sur un forum de hackers.

C'est une gigantesque fuite de mots de passe. La plus grosse fuite de l'histoire. Selon le spécialiste de la cybersécurité CyberNews, plus de huit milliards de mots de passe auraient été collectés ces dernières années et partagés sur un forum fréquenté par des hackers.

Un utilisateur a publié un fichier texte de 100 gigaoctets contenant, selon lui, 82 milliards d'entrées. Après analyse, CyberNews a dénombré 8 459 060 239 mots de passe uniques, de 6 à 20 caractères, sans les espaces. 

Un fichier baptisé "RockYou2021"

Cette nouvelle fuite a été baptisée "RockYou2021", une référence à RockYou, une base de données contenant 32 millions de mots de passe publiée en 2009. "RockYou2021", un fichier .txt est une compilation de plusieurs fuites de données, y compris COMB (Compilation of Many Breaches), une précédente compilation découverte en février dernier contenant 3,2 milliards d'identifiants, issus de services, réseaux ou messageries comme Gmail, Hotmail ou LinkedIn.

Lire la suite : https://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/cybersecurite-ce-que-l-on-sait-sur-la-fuite-de-huit-milliards-de-mots-de-passe_2152575.html

Intelligence artificielle

Wu Dao: La Chine envisage de multiplier l'intelligence artificielle par dix

20minutes.fr - Jennifer Mertens pour 20 Minutes

Publié le 12 juin 2021

L’intelligence artificielle Wu Dao intègrera dix fois plus de paramètres que la plus puissante IA américaine.

Lors d’un événement dédié à l’intelligence artificielle, la Chine a affirmé avoir mis au point l’IA la plus puissante à ce jour. Développée au sein de l’académie de Beijing, l’IA Wu Dao embarque plus de 1,7 millier de milliards de paramètres, dix fois plus que le modèle américain GPT-3, développée dans la Silicon Valley. Tous ces paramètres sont en quelque sorte des neurones qui interagissent entre eux pour analyser, comprendre et réagir au monde qui l’entoure.

Si la puissance de calcul de Wu Dao est effectivement impressionnante et si l’IA est capable de nombreuses choses – elle peut chanter, dessiner, mais aussi discuter ou écrire des poèmes –, ses paramètres ne font pas tout. Pour qu’une IA soit efficace, il faut qu’elle dispose d’un corpus important puisque c’est grâce à l’étude de ce dernier qu’elle pourra apprendre, évoluer et s’adapter aux problèmes et situations. La diversité des données de ce corpus aura également une incidence sur son apprentissage.

Effet d’annonce ou réelle avancée ?

On ne sait malheureusement pas grand-chose au sujet du corpus sur lequel se base l’IA pour fonctionner, mais la Chine se congratule tout de même d’avoir mis au point une intelligence artificielle qui supplante celle créée par Elon Musk et Pether Thiel qui, en plus de disposer d’un nombre inférieur de paramètres, est en quelque sorte biaisée par le fait qu’elle a été enrichie et développée à partir de corpus anglais. La Chine affirme également avoir construit la plus grande base de données de corpus au monde pour alimenter son IA.

Lire la suite : https://www.20minutes.fr/high-tech/3056227-20210607-la-chine-developpe-une-ia-pour-concurrencer-les-etats-unis

5G

5G : plus de 25 000 sites autorisés et 57 % techniquement opérationnels

generation-nt.com - Jérôme G.

Publié le 06 Juin 2021

L'Agence nationale des fréquences publie son observatoire sur le déploiement des réseaux mobiles avec la 5G et la 4G au 1er juin 2021.

L'Agence nationale des fréquences (ANFR) a mis en ligne son observatoire mensuel des déploiements des réseaux mobiles.

Au 1er juin et tous opérateurs confondus, 25 105 sites 5G ont été autorisés par l'ANFR en métropole (+3,5 % sur le mois mai), dont 14 284 sont déclarés techniquement opérationnels. Ce sont des sites allumés, sans être nécessairement ouverts commercialement. C'est l'Arcep qui détaille les sites ouverts commercialement.

Pour fournir un service 5G, 16 683 sites ont été autorisés dans la bande 700 MHz (Free Mobile) dont 9 584 sont techniquement opérationnels, 8 376 sites dans la bande 2,1 GHz (Bouygues Telecom, Orange et SFR) avec 3 846 sites déclarés techniquement opérationnels.

Dans la bande 3,5 GHz (bande cœur 5G), ce sont 8 550 sites autorisés (Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR) dont 3 973 techniquement opérationnels. Certains sites autorisés sont mutualisés.

Graphique

https://img.generation-nt.com/0001674290.jpg

Lire la suite : https://www.generation-nt.com/5g-deploiement-anfr-sites-operationnels-actualite-1988903.html

 

Internet des Objets

Sécurité des objets connectés : attaquer pour mieux se défendre

theconversation.com

Publié le 6 juin 2021

En 2015, deux chercheurs ont trouvé une vulnérabilité qui permettait de prendre le contrôle à distance d’une Jeep Cherokee, y compris son système de direction et de freinage. Cette découverte avait entraîné un retrait du marché de 1,4 million de véhicules.

En 2020, NCC Group a réalisé une analyse de sécurité approfondie sur onze modèles de sonnette sans fil, produits par des géants du numérique tels que Ring (filiale d’Amazon), Vivint et Remo. Ils ont montré que diverses vulnérabilités permettaient de s’insérer dans le réseau de votre maison ou de vous espionner. Cette enquête a donné lieu à un dépôt de plainte contre Amazon pour « protections insuffisantes » contre le piratage.

Le marché des appareils connectés n’a cessé de croître ces dernières années. À l’hôpital par exemple, des thermomètres connectés surveillent la température des réfrigérateurs pour que les médicaments soient conservés dans des conditions convenables. Au quotidien, ampoules et balances connectées arrivent dans les logements, montres connectées à nos poignets, et aides aux manœuvres de stationnement dans nos véhicules.

Ces objets connectés constituent ensemble ce qu’on appelle l’« internet des objets » (soit « Internet of Things » ou « IoT », en anglais). Ils sont devenus une véritable aire de jeu pour les attaquants. Au moins 20 % des organisations ont subi une attaque en lien avec des dispositifs IoT entre 2015 et 2018 dans le monde. Par conséquent, sécuriser ces appareils, de plus en plus fréquents dans nos vies, est un enjeu primordial. Face à ces menaces, les entreprises et la recherche sont forcées d’adopter une stratégie basée sur l’attaque.

Quand l’attaque est la meilleure des défenses

Lire la suite : https://theconversation.com/securite-des-objets-connectes-attaquer-pour-mieux-se-defendre-160426

•••

IoT : comment a-t-il été utilisé pour répondre aux perturbations liées au covid ?

objectconnecte.com - Keyunie R

Publié le 08 juin 2021

L’IoT a contribué à réduire la propagation potentielle du COVID-19. En effet, les appareils intelligents ont permis aux propriétaires de bâtiments un niveau de perspicacité jamais atteint auparavant.

Les bâtiments se sont vidés en raison des restrictions face au COVID-19, à savoir le confinement et la distanciation sociale. Ce n’est que récemment que les employés ont réintégré les bureaux, les lieux de vente et les restaurants. Toutefois, des règles strictes sont toujours appliquées pour éviter la transmission de la pandémie. 

Découvrez comment l’IoT a permis de faire face aux conséquences de l’épidémie 

IoT : la solution parfaite pour les propriétaires à l’ère du COVID

Pendant la pandémie, il semble irréaliste de s’attendre à ce que les propriétaires puissent contrôler leurs bâtiments selon leurs besoins. Cependant, grâce à une programmation avancée axée sur les données, ces derniers ont la possibilité de prévoir et de prendre des mesures anticipées.

En effet, en exploitant l’intelligence offerte par l’IoT et les systèmes d’analyse, ils peuvent contrôler le flux dans un bâtiment. En outre, ils sont en mesure d’identifier les goulots d’étranglement qui peuvent se produire dans des espaces confinés où le risque d’infection s’avère plus élevé.

Pour maintenir l’hygiène, les gestionnaires de bâtiments doivent diriger les équipes de nettoyage vers les zones où les occupants passent fréquemment. Grâce aux systèmes de surveillance, ces espaces deviennent plus sûrs. En plus, l’utilisation des bureaux, des salles de réunion et des autres services publics peut être suivie.

IoT : un élément clé pour la maintenance prédictive

Lire la suite : https://www.objetconnecte.com/iot-covid/

•••

L’Europe s’inquiète des possibles abus antitrust des GAFAs dans les secteurs de l’IoT et de la domotique

phoneaddict.fr - Frederic L.

Publié le 09 Juin 2021

La Commission Européenne ne desserre pas son étreinte sur les GAFA.  Un nouveau rapport préliminaire de la Commission pointe les dérives possibles des géants de l’électronique (dont Apple, Google et Amazon) dans les secteurs de l’IoT (Internet des objets) et de la domotique. « Lorsque nous avons lancé cette enquête sectorielle, nous craignions qu’il y ait un risque d’émergence de « gardiens » dans ce secteur », déclare ainsi la vice-présidente de la Commission, Margrethe Vestager. « Nous étions inquiets qu’ils (les GAFA, Ndlr) puissent utiliser leur pouvoir afin de nuire à la concurrence, au détriment des consommateurs et du développement des entreprises. »

Le rapport note que de nombreuses sociétés dans ces secteurs partagent les mêmes doutes. Le rapport ne dit pas in extenso qu’Apple ou Google se sont rendus coupables d’abus anti-trust, mais que des petites sociétés concurrentes s’alarment de possibles dérapages : « Un grand nombre de sociétés interrogées, dans tous les segments de consommation IoT, soulignent que le principal obstacle au développement de nouveaux produits et de services est le manque de capacité à rivaliser avec Google, Amazon et Apple ». La Commission note tout de même qu’Amazon et Google sont ici les principaux sujets d’inquiétude, Apple n’étant ciblé que dans une « moindre mesure ».

Lire la suite : https://iphoneaddict.fr/post/news-321955-leurope-sinquiete-possibles-abus-antitrust-gafas-secteurs-liot-domotique

Big Data

Mâcon - Que nous dévoile le " big data " sur le centre-ville de Mâcon ?

lavoixdelain.fr - Par la Voix de l’Ain

Publié le 12 juin 2021

Une entreprise a mesuré la fréquentation piétonne à partir des données de géolocalisation des applications mobiles.

Plus de 180 zones centrales de villes entre 20 000 et 100 000 habitants ont été ainsi radiographiées (hormis les villes touristiques et à forte saisonnalité).

Dans le classement résulté, la ville de Mâcon se positionne à la douzième place avec 1,39 million de passages, devancée seulement par Villefranche-sur-Saône (première place avec 2,5 millions de passages), Chambéry, Pau, Arras, Valenciennes, Colmar, Chartres, Lens, Vannes, Roanne et Valence. Pour obtenir ce classement, ont été utilisées des données GPS à partir de 10 millions de téléphones mobiles qui ont des applications qui collectent non-stop les informations de géolocalisation de l'utilisateur de l'appareil. La précision de cette localisation est de 5 à 10 mètres. Un comptage manuel a été réalisé pour vérifier les chiffres des algorithmes.

" Nous avons recensé les 30 villes moyennes qui ont mieux résisté à la crise sanitaire selon les statistiques liées à la fréquentation des centres-villes. Ce sont elles qui ont réussi le mieux à garder le nombre de visiteurs. Dans le cas de Mâcon, il s'agit de 80 % de la fréquentation existante dans les mois d'avant la crise. Nous avons interrogé les maires et identifié cinq mesures qui pourraient expliquer ces bons résultats : le fait d'avoir un manager de centre-ville, l'existence d'une association des commerçants active, l'investissement dans le patrimoine, dans l'habitat et dans les différents types de mobilité " a dévoilé Laura Tabuteau, responsable secteur public chez My Traffic, entreprise française spécialisée dans la collecte et l'analyse des données issues de la géolocalisation.

Lire la suite : https://www.lavoixdelain.fr/actualite-44652-macon-que-nous-devoile-le-big-data-sur-le-centre-ville-de-macon

•••

Amazon investit $3 milliards dans des Data Centers en Espagne

lebigdata.fr - Nirina

Publié le 09 juin 2021

Pour le développement de sa 7e région AWS en Espagne, Amazon entrevoit un investissement de 2,5 milliards d’euros soit 3,04 milliards de dollars. Un fonds qui sera utilisé dans la construction de nouveaux Data Centers à Aragon, une région du nord-est espagnole. La société annonce l’ouverture des infrastructures mi-2022.

La construction des data centers AWS en Espagne enclenchée

Ça y est. Le compte à rebours est déclenché pour l’unité de service de cloud computing d’Amazon. L’entreprise vient de se prononcer sur un de ses sites internet. L’inauguration des nouveaux data centers en Espagne aura bien lieu avant 2023. Aussi, une somme de 3 milliards de dollars a été prévue en guise de financement.

Comment seront répartis ces 3 milliards de dollars ?

Lire la suite : https://www.lebigdata.fr/amazon-data-centers-espagne


© 2024 ADCET
Image