Revue de presse ADCET n° 122 du 17 mai 2021

Mobilité

Comment l’épidémie bouleverse la mobilité

lemonde.fr - Olivier Razemon

Publié le 10 mai 2021

Avec la crise sanitaire, les transports collectifs ont perdu de leur attrait au bénéfice de la voiture individuelle, mais surtout du vélo et de la marche.

Les avions sillonnent moins le ciel, les TGV filent moins souvent à travers les campagnes, trouver une place assise dans le métro est moins difficile. Le constat est sans appel. Depuis le début de l’épidémie, la cote d’amour des transports collectifs a pâli. Cette tendance mondiale provoque, tous secteurs confondus, l’inquiétude des transporteurs, de leurs salariés et de leurs sous-traitants.

L’aéroport de Roissy a perdu, en 2020, 70 % de son trafic. Et « 75 % des TGV ont circulé remplis en moyenne à 45 % », admettait, en janvier, Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs, la filiale qui exploite les trains. La fréquentation des transports urbains évolue au gré des restrictions, remontant parfois à 80 % de la normale, mais sans jamais retrouver le niveau de février 2020.

Les très grandes villes sont davantage touchées. Ainsi, en Ile-de-France, pendant le confinement d’avril 2021, la fréquentation moyenne des principales lignes du réseau Transilien ne dépassait pas les 45 % de la normale, tandis qu’elle atteignait les 55 % à Rennes. La correction est d’autant plus sévère que l’usage des transports publics avait enregistré, dans les années 2010, une progression régulière et continue.

Lire aussi  Les maires et l’Etat, une relation à rude épreuve

Peur de la contamination

Mais où sont passés les voyageurs ? Une première explication, souvent entendue, tient à la peur de la contamination. Plutôt que de se retrouver serré à côté d’un passager qui tousse, l’usager préfère monter dans sa voiture, enfourcher son vélo, marcher, voire s’épargner un déplacement.

Pourtant, « les transports ne sont pas un lieu de contamination majeur », affirme Thierry Mallet, qui préside Transdev et l’Union des transports publics (UTP), l’organisation professionnelle du secteur, en présentant une batterie d’études effectuées aux Etats-Unis, en Allemagne ou au Royaume-Uni.

Mais, parallèlement, les villes se sont vidées de leurs usagers occasionnels. Les congrès, conférences, réunions se tiennent désormais à distance, et les touristes préfèrent arpenter les sentiers en pleine nature que déambuler dans des villes sans agrément.

Facture salée

Lire la suite :https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/10/comment-l-epidemie-bouleverse-la-mobilite_6079738_3224.html

•••

Lorient : la mobilité sous le signe de l’hydrogène

lenergeek.com - La rédaction

Publié le 10 mai 2021

L’agglomération de Lorient investit dans l’hydrogène pour verdir sa flotte de transports en commun. La ville se prépare à déployer des bus qui rouleront à l’hydrogène. Mais elle compte aussi faire l’acquisition d’un bateau-bus à hydrogène. A terme, l’agglomération bretonne espère produire localement de l’hydrogène vert grâce aux énergies renouvelables.

Lors de la dernière campagne municipale, l’hydrogène s’était invité dans les débats à Lorient. Alors candidat, Fabrice Loher défendait l’intérêt de l’hydrogène pour développer des transports en commun verts. Devenu maire, il a effectivement fait de l’hydrogène une priorité pour l’agglomération de Lorient. Et comme promis, les transports en commun sont en passe de connaître une petite révolution.

Lorient se déplacera à l’hydrogène, sur terre comme sur mer

L’hydrogène a de beaux jours devant lui à Lorient. L’agglomération a validé l’acquisition d’une nouvelle flotte de bus. Leur particularité ? Ces nouveaux modèles seront propulsés grâce à l’hydrogène. Le premier spécimen est déjà arrivé. Il trône fièrement sur le parvis de l’hôtel de ville de Lorient. D’ici 2025, ce sont 12 bus à hydrogène qui vont être déployés dans la ville pour remplacer les modèles actuels. Ces modèles nouvelle génération afficheront une autonomie de 450 km par plein d’hydrogène.

Et le transport terrien n’est pas le seul à être concerné par la transition énergétique. L’agglomération de Lorient compte aussi investir dans l’hydrogène pour ses navettes TransRades, des bateaux-bus qui font partie du maillage des transports en commun de la ville. A l’heure actuelle, la ville ne compte qu’une seule navette maritime, le Ar Vag Tredan. Il est en panne depuis plusieurs mois à cause d’une panne. L’agglomération compte le re-motoriser avec une pile à hydrogène. En parallèle, la ville a déjà voté en faveur de l’achat d’une seconde navette. Ce nouveau bateau à hydrogène rentrera en activité à l’horizon 2023. La ville a déjà évoqué la possibilité d’acquérir un second bateau à hydrogène dans un second temps.

Lorient : neutralité carbone pour 2050

Lire la suite : https://lenergeek.com/2021/05/10/lorient-la-mobilite-sous-le-signe-de-lhydrogene/

Europe

Conférence sur l'avenir de l'Europe : les élus locaux invités à organiser des « consultations citoyennes »

maire-info.com - Ludovic Galtier

Publié le 10 mai 2021

Emmanuel Macron et les dirigeants européens ont lancé, hier à Strasbourg (Bas-Rhin), la Conférence sur l'avenir de l'Europe, une vaste consultation citoyenne censée « renforcer la légitimité démocratique » de l'Union européenne.

Une version européenne du grand débat national et de la Convention citoyenne pour le climat ? Emmanuel Macron et les dirigeants de l’Union européenne (David Sassoli, président du Parlement européen, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne) ont donné, hier à Strasbourg (Bas-Rhin), le coup d’envoi de la Conférence sur l’avenir de l’Europe afin, entre autres, de « renforcer sa légitimité démocratique ». Cette vaste consultation citoyenne doit donner aux citoyens des 27 États membres la possibilité d’exprimer, via la plateforme en ligne baptisée « L’avenir est entre vos mains » , ce qu’ils attendent précisément de l’UE. 
En France, des « consultations citoyennes », organisées en région au mois de septembre, ainsi qu’une « consultation spécifique à destination des jeunes Français »  complèteront le dispositif. Leurs conclusions en matière de transitions énergétique et numérique, des frontières, de la santé seront rendues au moment où la France exercera la présidence tournante de l’UE (1er janvier - 30 juin 2022). Un calendrier qui tombe à point nommé pour le très européen Emmanuel Macron, à l’initiative de cette consultation, dans la perspective de la présidentielle 2022. Hier, le président français a d'ailleurs rappelé son attachement à l'Europe et défendu le « modèle européen »  face à la pandémie de covid-19, alors que l'UE a été vivement critiquée pour sa gestion de la crise sanitaire. 

Un conseiller aux affaires européennes dans chaque conseil municipal ?

Lire la suite : https://www.maire-info.com/europe/conference-sur-avenir-europe-les-elus-locaux-invites-organiser-consultations-citoyennes--article-25310

Carte d’identité

La nouvelle carte d'identité arrive dans le Pas-de-Calais : découvrez ce qui change

actu.fr - Florian Brassart

Publié le 12 mai 2021

D'ici le lundi 17 mai 2021, la nouvelle carte d'identité, plus petite et plus moderne, débarque dans le Pas-de-Calais. On vous explique ce qui va changer.

Il va y avoir du changement dans votre portefeuille. Mais ici, on ne parle pas d’argent. A partir du lundi 17 mai 2021, la nouvelle carte d’identité débarque dans le Pas-de-CalaisPlus petite, plus pratique et plus moderne, elle comporte des innovations et des sécurités renforcées. On vous explique tout. 

À lire aussi :

Une carte plus petite et plus moderne

Sa taille correspond à celle d’une carte bancaire et est réalisée en polycarbonate avec des inscriptions laser. Elle comporte également des éléments en relief pour les personnes mal voyantes leur permettant de distinguer deux cartes de même format.

Il est aussi possible d’indiquer deux adresses au verso pour les enfants en résidence alternée chez leurs parents. Elle est produite par l’imprimerie nationale déjà en charge de la production des passeports français. 

Afin de lutter contre la fraude à l’identité, la nouvelle carte dispose d’un fond sécurisé avec des symboles visibles à la loupe qui se prolongent sur les bords transparents de la carte. D’un dispositif holographique de nouvelle génération qui change de couleur et permet de protéger la photographie du titulaire. 

Lire la suite : https://actu.fr/societe/la-nouvelle-carte-d-identite-arrive-dans-le-pas-de-calais-decouvrez-ce-qui-change_41772566.html

•••

Nouveau format pour les cartes d'identité

rouen.fr

Publié le 12 mai 2021

Depuis le 29 mars 2021, trois départements pilotes (Oise, Seine-Maritime et La Réunion) proposent les nouvelles cartes nationales d'identité. Lorsque vous faites une demande de titre en mairie, c'est la nouvelle version de la carte qui vous est délivrée.

Ce déploiement vient en application du règlement européen du 26 juin 2019, relatif au renforcement de la sécurité des cartes nationales d'identité des citoyens de l'Union Européenne. Il s'agit de réduire les fraudes documentaires notamment.

Les nouvelles cartes, valables 10 ans, seront généralisées dans toute la France à compter du 2 août prochain. Les anciennes cartes devront toutes être changées avant 2031. Conçue au format carte bleu, plus résistante et sécurisée, les nouvelles cartes sont biométriques, comme le passeport, pour un passage aux frontières facilité au sein de l'Union Européenne.

Lire la suite : https://rouen.fr/evenement/2021/05/nouveau-format-pour-cartes-didentite

Cybersécurité

Nouveau monde. Thales met au point une protection contre la cybercriminalité quantique du futur

xiaomiactu.com

Publié le 8 mai 2021

Le groupe français, spécialisé dans la cybersécurité pour les systèmes stratégiques, a développé une solution de chiffrement post-quantique.

L’avènement de l’informatique quantique menace la sécurité de tous nos systèmes informatiques. En effet, la sécurité actuelle repose sur du chiffrement qui pourra être facilement violé, grâce à la puissance de calcul des ordinateurs quantiques. Une menace qui concerne tous les secteurs, de la banque à la Défense en passant par notre vie quotidienne. Contre cela, Thales annonce avoir mis au point, avec Senetas, une solution de chiffrement résistante au quantique, une première mondiale.

Pierre-Yves Jolivet, vice-président cyberdéfense de Thales : La sécurité informatique repose sur la résolution de problèmes mathématiques complexes. Il faudrait des milliards d’années avec un ordinateur classique, fonctionnant à l’aide de 0 et de 1, pour déchiffrer ces clés de chiffrement. Mais les ordinateurs quantiques, eux, fonctionnent à l’aide de qubits, c’est-à-dire des particules quantiques pouvant prendre de multiples positions, et ils peuvent résoudre ce type de problèmes en à peine quelques heures ou quelques minutes. On ne sait pas encore quand apparaîtra un ordinateur quantique fonctionnel capable de déchiffrer les clés de chiffrement. En revanche, on connaît déjà les mathématiques qui seront utilisées. Donc, nous travaillons sur ces nouveaux problèmes mathématiques et sur de nouveaux algorithmes que nous implémentons dans des boitiers de chiffrement et dans des solutions software qui combinent à la fois des algorithmes classiques et des algorithmes qui résisteront aux ordinateurs quantiques de demain. Nos systèmes doivent être capables de faire face à la cybermenace dans la durée.

Lire la suite : http://xiaomiactu.com/2021/05/08/nouveau-monde-thales-met-au-point-une-protection-contre-la-cybercriminalite-quantique-du-futur/

•••

Biden signe un décret pour renforcer la cybersécurité du gouvernement américain

zdnet.fr - Chris Duckett

Publié le 14 mai 2021

Sécurité : En vertu d'un décret présidentiel, le gouvernement américain passera à des architectures "as-a-service" zero-trust, avec double authentification obligatoire, détection et réponse des points d'accès, tenue de journaux, ainsi qu'un conseil d'examen de la cybersécurité.

e président des Etats-Unis, Joe Biden, a signé mercredi un décret visant à renforcer la cybersécurité du gouvernement fédéral.

Le décret fait référence à des incidents récents, notamment l'attaque par ransomware contre Colonial Pipeline, les vulnérabilités Exchange qui ont conduit le FBI à intervenir sur des serveurs américains et l'attaque SolarWinds.

Le décret stipule que le gouvernement fédéral doit montrer l'exemple.
180 jours pour agir

« Des améliorations progressives ne nous donneront pas la sécurité dont nous avons besoin ; au contraire, le gouvernement fédéral doit procéder à des changements audacieux et à des investissements importants afin de défendre les institutions vitales qui sous-tendent le mode de vie américain », indique le décret. « Le gouvernement fédéral doit mettre à profit toute l'étendue de ses autorités et de ses ressources pour protéger et sécuriser ses systèmes informatiques, qu'ils soient basés sur le cloud, sur site ou hybrides. »

« La portée de la protection doit inclure les systèmes qui traitent les données (technologie de l'information) et ceux qui font fonctionner les machines vitales qui assurent notre sécurité (technologie opérationnelle). »

L'ordonnance donne 180 jours aux agences fédérales pour mettre en œuvre l'authentification multifactorielle et le chiffrement des données au repos et en transit « dans la mesure maximale » possible, en vertu des lois fédérales sur les documents. Les agences qui ne pourront pas respecter ce délai devront fournir une explication écrite.
« Le gouvernement fédéral doit montrer la voie »

Lire la suite : https://www.zdnet.fr/actualites/biden-signe-un-decret-pour-renforcer-la-cybersecurite-du-gouvernement-americain-39922705.htm

•••

La reine d’Angleterre recrute un expert en cybersécurité payé jusqu’à 70 000 € par an

ouest-france.fr - Léo Roussel

Publié le 14 mai 2021

Pour assurer la cybersécurité de la famille royale, la reine Elizabeth II recherche un expert de la protection informatique. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 26 mai…

Si travailler au service de Sa Majesté la reine d’Angleterre vous fait rêver, une récente offre d’emploi publiée par la Royal Household, qui gère les différents services autour de la famille royale britannique, pourrait vous intéresser.

La reine Elizabeth II cherche à embaucher un ingénieur en cybersécurité, rapporte le journal britannique The Daily Mail . Sa mission : protéger la famille royale d’éventuels piratages informatiques et autres attaques numériques.

Améliorer la sécurité informatique

L’expert devra travailler 37 heures 30 par semaine et aura pour tâche, entre autres, d’« identifier les menaces potentielles » pour la sécurité numérique de la royauté et de ses services, mais aussi de « piloter les réactions à apporter » à celles-ci, est-il expliqué dans l’offre d’emploi.

Un poste placé sous la direction du responsable de la sécurité des systèmes d’information avec lequel le nouvel employé devra travailler, « pour créer une culture d’amélioration continue de la sécurité ».

L’élite de la cybersécurité

La personne retenue pour le poste devra avoir une expérience déjà importante dans le domaine. Elle doit être titulaire d’un diplôme universitaire ou équivalent dans le domaine de l’informatique, et il lui faudra pouvoir démontrer une expertise significative dans ce qui se fait de mieux en cybersécurité.

Par ailleurs, le royal employeur préférera des candidats ayant les certifications suivantes : Certified Information Security Manager (CISM) ou Certified Information Systems Security Professional (CISSP)… Oui, en Angleterre, on ne plaisante pas avec la sécurité de la famille royale.

Jusqu’à 70 000 € par an

Lire la suite : https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2021-05-14/la-reine-dangleterre-recrute-un-expert-en-cybersecurite-paye-jusqua-70-000-euro-par-an-70a0036e-f80f-4a11-8a02-8a7169664770

Blockchain

Samsung mise sur les crypto-monnaies et la blockchain dans la dernière mise à jour de ses téléphones Galaxy

netcost-security.fr - Lucas

Publié le 14 mai 2021

Samsung met à jour son application pour gérer nos crypto-monnaies, Samsung Blockchain Wallet, le rendant compatible avec les portefeuilles matériels tels que le Ledger Nano.

Samsung est l’un des plus grands fabricants de smartphones au monde qui se soucie le plus de innover tant dans ses produits que dans ses logiciels. En se concentrant sur ce dernier point, le constructeur coréen vient de réaffirmer sa parier sur les crypto-monnaies et la blockchain dans la dernière mise à jour de sa gamme de terminaux Samsung Galaxy.

Samsung parie sur les crypto-monnaies en mettant à jour son application pour les gérer, Samsung Blockchain Wallet

Samsung souhaite que vous gériez vos crypto-monnaies depuis son application

Le géant coréen a publié un communiqué de presse nous informant de quoi de neuf dans la dernière mise à jour de votre application pour gérer les crypto-monnaies, Portefeuille Samsung Blockchain.

Avez-vous un smartphone Samsung? Votre application Internet est mise à jour: voici l’actualité

Pour stocker les crypto-monnaies les plus couramment utilisées aujourd’hui, telles que Bitcoin ou Ethereum. Nous avons deux types de portefeuilles, logiciels et matériels. Ces derniers sont des gadgets qui ont un stockage crypté avec une série de contrôles afin que nous puissions enregistrer et transférer nos crypto-monnaies.

Eh bien, désormais, le portefeuille logiciel de la marque coréenne, Samsung Blockchain Wallet, est compatible avec les portefeuilles matériels les plus populaires tels que Le Ledge Nano X et le Ledger Nano S. Cela signifie que nous pouvons transférer des crypto-monnaies entre un terminal Samsung compatible (la plupart des modèles actuels le sont) et l’un de ces portefeuilles matériels via la connectivité Bluetooth ou via un câble USB.

Lire la suite : https://www.netcost-security.fr/mobilite/15996/samsung-mise-sur-les-crypto-monnaies-et-la-blockchain-dans-la-derniere-mise-a-jour-de-ses-telephones-galaxy/

5G

La 5G a déjà été lancée dans 64 pays dans le monde

01net.com - Amélie Charnay

Publié le 11 mai 2021

Le déploiement du nouveau standard de téléphonie mobile continue de progresser à une vitesse soutenue. Et la seconde étape de la 5G se prépare.

436 opérateurs déploient la 5G dans 133 pays dans le monde. Sur ce total, 163 opérateurs ont déjà lancé un service commercial dans 64 pays, qu’il soit mobile ou qu’il s’agisse de FWA (Fixed Wireless Access), c’est-à-dire d’un accès fixe reposant sur le réseau mobile.

Comme on peut le voir dans la carte ci-dessous, les régions qui restent à l'écart de ce déploiement sont l'Afrique, la Russie, l'Inde, l'Amérique centrale ou encore l'Indonésie et la Turquie.

Ces chiffres émanent du GSA (Global mobile Suppliers Association), une association représentant les entreprises du marché de la téléphonie mobile.

La 5G standalone en test

Lire la suite : https://www.01net.com/actualites/la-5g-a-deja-ete-lancee-dans-64-pays-dans-le-monde-2042559.html

Intelligence artificielle

Des caméras en centre-ville

lanouvellerepublique.fr

Publié le 15 mai 2021

À la fin de l’année, une dizaine de caméras dotées d’intelligence artificielle seront installées aux places et autour du local des services techniques de Ligueil (Indre-et-Loire). Ce projet dirigé par François-Xavier Kistner (5e adjoint en charge de la communication et de la sécurité) a débuté il y a un an environ.

La municipalité a fait une analyse de la situation basée sur le diagnostic sécurité demandé par la mairie auprès de la préfecture, sur celui de la Cnil qui vise à protéger les données personnelles, ainsi que du rapport annuel de la gendarmerie en partenariat avec Samuel Berton, brigadier-chef de la police municipale. Cette phase a révélé une augmentation du taux de criminalité de 20 à 25 % sur les deux dernières années.

Cent à 120 délits ont été recensés l’année passée, dont environ 80 vols et 15 à 20 dégradations de biens publics. Il y a eu également des faits de violences physiques ou verbales entre voisins, par exemple, des incivilités ainsi que des délits liés aux trafics de drogues et d’armes.

Suite à ce constat, la municipalité s’est donnée deux objectifs : maintenir la sécurité des habitants en centre-ville et dissuader quiconque de commettre un délit. Néanmoins, la mairie tient à assurer que la vie privée des habitants sera préservée. En effet, il est interdit de filmer l’intérieur des bâtiments privés ainsi que leurs accès. « Un cache sera ajouté à la caméra au cas où le champ de vision couvrirait un accès chez un particulier », assure le policier.

Des personnes habilitées pour visionner les images

Pour ce qui est du visionnage, il se fera uniquement dans le cadre d’une enquête. Seules trois ou quatre personnes seront habilitées par la préfecture à voir les enregistrements, à savoir : le brigadier-chef Samuel Berton, le maire Michel Guignaudeau, sa première adjointe Marie-Laure Durand et, peut-être, l’adjoint à la sécurité François-Xavier Kistner.

Les enregistrements seront stockés sur un serveur, dans un local sécurisé avec un accès par code, dans lequel se trouvera également un moniteur pour le visionnage qui devra être fait en présence de deux personnes habilitées.

RGPD

En Europe, plus de 30 M€ d'amendes liées au RGPD au premier trimestre 2021

cio-online.com 

Publié le 11 Mai 2021

Selon une étude réalisée par le site d'information Finbold, les pays européens ont infligé plus de 30 millions d'euros d'amendes pour violation du RGPD au premier trimestre 2021. Les deux pays où les montants collectés sont les plus élevés sont l'Espagne et l'Allemagne.

Selon une enquête réalisée par le site d'information financière Finbold, les régulateurs européens chargés de faire respecter le règlement européen sur la protection des données (RGPD) ont collecté plus de 30 millions d'euros d'amendes durant le premier trimestre 2021. Les montants les plus élevés ont été observés en Espagne, avec 15,7 millions d'euros d'amendes pour 34 cas traités par les autorités de régulation. L'Allemagne est le second pays en termes de montants collectés, avec 10,7 millions d'euros pour seulement trois cas. À eux deux, ces pays représentent plus de 78% des amendes en termes de montants. La France se situe quant à elle en milieu de classement, avec 245 000 € d'amendes pour trois cas publiquement recensés.

Selon les auteurs du rapport, ces montants significatifs traduisent la montée en puissance des capacités des régulateurs européens pour faire respecter la réglementation, entrée en vigueur en mai 2018. Sur l'ensemble de l'année 2020, la France a d'ailleurs atteint le haut du classement en termes de montants, avec 138,3 millions d'euros d'amendes, tandis que l'Espagne était le pays ayant traité le plus grand nombre de cas (76 sur l'année complète). Les amendes les plus élevées s'observent dans les cas où les violations se répètent. Toutefois, en 2020 les régulateurs ont également réduit les montants des amendes dans certains secteurs fortement touchés par la crise sanitaire, comme le groupe de transport aérien British Airways.

Lire : https://www.cio-online.com/actualites/lire-en-europe-plus-de-30-meteuro-d-amendes-liees-au-rgpd-au-premier-trimestre-2021-13173.html


© 2024 ADCET
Image