Revue de presse ADCET n° 91 du 28 Octobre 2020

Politique

École, associations, services publics... Les annonces de Macron sur les séparatismes

lexpress.fr - Ludovic Marin

Publié le 02 octobre 2020

Emmanuel Macron a prononcé un discours pour présenter sa stratégie de lutte contre le séparatisme, le 2 octobre 2020 aux Mureaux, à l'extérieur de Paris.

Le contrôle des associations va être renforcé et l'instruction scolaire à domicile sera "strictement limitée", a notamment annoncé ce vendredi Emmanuel Macron.

Le sujet est sensible, et son discours était particulièrement attendu. Dans un discours de plus d'une heure, Emmanuel Macron a présenté ce vendredi lors d'un déplacement aux Mureaux, dans les Yvelines, sa stratégie de lutte contre les séparatismes. Ce plan d'action vise principalement celui de l'islamisme radical, un dossier sur lequel il est taxé d'inaction par la droite et l'extrême droite. 

"Le problème, ce n'est pas la laïcité" a insisté le président en préambule de son discours. "La laïcité, c'est la neutralité de l'Etat, et en aucun cas l'effacement des religions dans la société." Emmanuel Macron a nommé sa cible : "Nous devons nous attaquer au séparatisme islamiste" qui "se traduit souvent par la constitution d'une contre-société".

Première grande annonce du chef de l'État : l'instruction scolaire à domicile sera, à partir de la rentrée 2021, "strictement limitée, notamment aux impératifs de santé". L'instruction deviendra donc obligatoire au sein de l'école dès l'âge de 3 ans. "C'est une nécessité. J'ai pris une décision sans doute l'une des plus radicales depuis les lois de 1882 et celles assurant la mixité scolaire entre garçons et filles en 1969", a-t-il déclaré.

Lire la suite : https://www.lexpress.fr/actualite/politique/ecole-associations-services-publics-les-annonces-de-macron-sur-les-separatismes_2135588.html

 

Mobilité

Michel Chapuis, au Puy-en-Velay : « la mobilité est une affaire d’équilibre »

leveil.fr

Publié le 30 septembre 2020

Thème fort de la dernière campagne des municipales et plus que jamais d’actualité, la mobilité est un enjeu fort pour la ville du Puy-en-Velay. Le maire Michel Chapuis dresse un état des lieux et évoque « un équilibre nécessaire entre voitures, piétons et vélos ».

Une ville a différents usages. "Il faut trouver un équilibre entre les automobilistes, les piétons, les cyclistes, les habitants et ceux qui viennent travailler au Puy." Sur le volet de la mobilité au Puy-en-Velay, Michel Chapuis se veut pragmatique. Tour d’horizon des décisions et réflexions…

Le stationnement en ville

Au Puy comme dans la majorité des villes françaises, la place consacrée au stationnement des voitures est en diminution. Ce sera le cas par exemple lors de l’aménagement à venir de la place du Marché couvert. « Notre politique de stationnement n’a pas été tarifaire, insiste Michel Chapuis. Elle a été menée avec des parkings relais installés en périphérie et des navettes gratuites pour désengorger le centre-ville, améliorer le turn-over. Ces parkings à l’instar du pôle intermodal ou d’Estroulhas fonctionnent très bien. Il reste beaucoup de pédagogie encore faire. »

Le bilan de la piétonnisation

« J’ai un retour positif de ce qui a été mis en place ces derniers mois. Le samedi, avec le marché, c’était une chose très attendue et sécurisant pour tout le monde. La formule de la piétonnisation entre 12 et 14 heures a aussi été plébiscitée pour aider les restaurants et permettre aux clients de déjeuner en terrasse et tranquillement. » Cette formule ne devrait pour l’instant pas s’étendre davantage. « Il s’agit à chaque fois d’un équilibre à trouver entre tous les usagers. »

Lire la suite : https://www.leveil.fr/puy-en-velay-43000/actualites/michel-chapuis-au-puy-en-velay-la-mobilite-est-une-affaire-dequilibre_13844260/

•••

Drones, taxis volants : l'aérodrome de Pontoise se mue en centre de test pour engins du futur

rtl.fr - Arnaud Tousch  - édité par Marie Zafimehy

Publié le 30 septembre 2020

INFO RTL - Aéroport de Paris, la RATP et la région Île-de-France lancent mercredi 30 septembre un appel à projet international pour que les constructeurs, équipementiers et motoristes de ces aéronefs futuristes s'installent dans le Val d’Oise et puissent tester leurs drones et autres engins volants en conditions réelles sur l’aérodrome.

Les riverains devront s'y habituer : ils verront en 2021 des prototypes de taxis volants voler sur l'aérodrome de Pontoise (Val d'Oise). Le lieu va être aménagé dès le début de l'année prochaine pour accueillir ce qu’on appelle des appareils à décollage vertical. Comprendre : des drones, le plus souvent électriques, avec ou sans pilotes qui peuvent transporter quelques personnes ou des marchandises sur de courtes distances en milieu urbain et dense. À cette fin, un "vertiport", une base de décollage et d'atterrissage, sera construite très prochainement.

La Région Ile-de-France et Aéroport de Paris (ADP) misent beaucoup sur cette nouvelle mobilité urbaine et veulent que la plateforme aéroportuaire serve de base d'essai pour les entreprises mondiales qui souhaitent se lancer sur le marché. Un constructeur allemand, Volocopter, a d'ores et déjà répondu positivement à ADP et va présenter dès mercredi après-midi son tout dernier prototype : un bi-place à moteur électrique qui ressemble à un drone géant et qui transporte des passagers. L'entreprise allemande prévoit par ailleurs d'installer une partie de ses bureaux à Pontoise et continuer ses tests grandeur nature. Le constructeur fera voler son Volocity d'ici juin 2021 sur la plateforme.

Le but de cet appel à projet international est de rassembler constructeurs, motoristes et équipementier en un même endroit pour faciliter les futures homologations et créer une nouvelle réglementation directement en France. En effet, ces engins futuristes ne sont pas encore homologués par les autorités françaises et tout reste à faire concernant les règles applicables en vol.

Des premières lignes d'ici 2024 ?

Lire la suite : https://www.rtl.fr/actu/sciences-tech/drones-taxis-volants-a-pontoise-l-aerodrome-va-devenir-un-centre-de-test-pour-engins-du-futur-7800862519

 

RGPD

Données à caractère personnel : nouvel exemple coupable de l'ignorance du RGPD

les-infostrateges.com - Ddier Frochot

Publié le 1 octobre 2020

Le 22 septembre, la formation contentieuse de la Cnil a rendu publics deux rappels à l'ordre concernant un détournement de finalité de données personnelles.

Les faits et le contentieux

En août 2019, une députée de la Manche a adressé à tous les lycéens ayant obtenu leur baccalauréat une lettre de félicitations pour leur succès. À la suite d'une plainte, la Cnil a établi  que les données ayant permis cet envoi étaient issues du fichier "OCEAN", normalement dédié à la gestion des examens et concours scolaires.
En conséquence, en vertu du principe de finalité limitée du fichier, les données de celui-ci ne pouvaient être strictement utilisées que dans les cas prévus par l'arrêté du 22 avril 2013 du Ministère de l'Éducation nationale. Le rectorat de l'académie de Normandie avait donc failli en dépassant les limites d'utilisation de ces données et en les mettant à la disposition de la députée.
La Cnil a donc constaté un manquement à l'article 5 du RGPD qui dispose que les données personnelles doivent être « traitées de manière licite ».

C'est pourquoi la formation restreinte de la Cnil (formation contentieuse) a prononcé un double rappel à l'ordre :

  • À l'encontre du rectorat de l'académie de Normandie ;
  • À l'encontre de la députée.

Elle a également choisi de rendre publiques ces délibérations.

Des négligences coupables

Il est significatif que des autorités publiques comme une académie soient aussi peu au fait des rigueurs de la réglementation sur la protection des données personnelles, au point de diffuser les données d'élèves qui pour beaucoup étaient de surcroît mineurs, sur la simple demande de l'équipe d'une députée, pas vraiment au fait des lois, alors même que "Nul n'est censé ignorer la loi".

Pour aller plus loin : Lire l'article du 22 septembre sur le site de la Cnil.
Afin que nul n'en ignore, la Cnil renvoie en fin d'article à une page présentant La chaîne répressive de la Cnil, qui permet de se faire une idée des moyens de contrôle, d'investigation et de sanctions de la Cnil.

Lire la suite : https://www.les-infostrateges.com/actu/donnees-a-caractere-personnel-nouvel-exemple-coupable-de-lignorance-du-rgpd

•••

Cookies : la CNIL livre les bonnes recettes

cio-online.com - Bertrand Lemaire

Publié le 02 Octobre 2020

Décalée pour cause de crise sanitaire, la publication des lignes directrices et des recommandations de la CNIL sur les cookies est effective.

Depuis plus de deux ans, le RGPD (Règlement Général européen sur la Protection des Données personnelles) s'applique à toute l'Europe et aux données des citoyens européens. Mais, parmi les sujets qui faisaient encore débat, les cookies étaient au premier rang. Faute d'une ligne directrice claire pour interpréter le RGPD, il y avait une sorte de flou laissant une certaine marge à l'interprétation. Le chantier mené par la CNIL pour clarifier les choses en tenant compte du contexte juridique français vient enfin d'aboutir après un report dû à la crise sanitaire.

L'autorité administrative indépendante a ainsi publié deux documents : d'une part les « Lignes directrices cookies et autres traceurs » (Délibération n°2020-091 du 17 septembre 2020), d'autre part une « Recommandation cookies et autres traceurs » (Délibération n°2020-092 du 17 septembre 2020). Rappelons que seul le RGPD et la loi française ont une réelle valeur obligatoire. Les indications de la CNIL relèvent de la doctrine et précisent, suite à la large concertation menée au cours des deux dernières années, simplement la manière dont l'autorité administrative indépendante va interpréter les textes dans ses contrôles. La CNIL indique laisser six mois aux sites web pour se mettre en conformité.

Lire la suite : https://www.cio-online.com/actualites/lire-cookies-la-cnil-livre-les-bonnes-recettes-12589.html

 

Informatique quantique

Tout comprendre à Advantage, un calculateur quantique de 5 000 qubits pour les entreprises

usinenouvelle.com - Gautier Virol

Publié le 01 octobre 2020

La société canadienne D-Wave a annoncé avoir créé "le premier ordinateur quantique pour les entreprises". Accessible en cloud à partir du 8 octobre, il compte 5 000 qubits. Un chiffre supérieur à celui des machines les plus développées d’IBM (65 qubits), Google (54 qubits) et Honeywell (6 qubits)... mais pas forcément comparable.

Le calcul quantique, une techno encore loin du marché ? Pas si sûr. La société canadienne D-Wave a annoncé l’arrivée d’Advantage : "le premier ordinateur quantique pour les entreprises", assure-t-elle dans un communiqué. Accessible à partir du 8 octobre sur la plateforme cloud Lead, ce système compte… 5 000 qubits. Bien au-delà des machines les plus développées d’IBM (65 qubits), Google (54 qubits) ou Honeywell (6 qubits).

Plus encore : chacun de ces bits communique avec 15 autres simultanément. Avec cette connectivité, la machine pourrait résoudre, d’après l’entreprise, des calculs contenant un million de variables. "Cette caractéristique apporte un réel gain de performances, analyse Christophe Jurczak, directeur général du fonds d’investissement spécialisé Quantonation. Elle permet de gagner en parallélisme : de faire davantage de calculs simultanés."

Une approche analogique, pas numérique

Une performance mathématique déjà exploitée par plusieurs entreprises : la start-up californienne Menten AI utilise Advantage pour concevoir de nouvelles protéines et Accenture pour optimiser des transactions bancaires. Même Volkswagen y a fait appel pour… créer une application de planification d’atelier de peinture.

Pour autant, le système de D-Wave est difficilement comparable à ceux d’IBM ou Google. Bien qu’il exploite comme eux des qubits supraconducteurs, Advantage se base sur l’approche dite de recuit quantique. Cette méthode permet de résoudre certains problèmes mathématiques complexes, comme des arbres de décision, de manière quasiment autonome : en convergeant vers un état d’énergie minimum, le processeur trouve la solution optimale au problème qui lui est donné.

Lire la suite : https://www.usinenouvelle.com/editorial/fonctionnement-applications-tout-comprendre-d-advantage-le-calculateur-quantique-aux-5-000-qubits.N1011564

 

Biométrie

Amazon veut mettre votre identité numérique au creux de votre main

Mathieu Fouquet | 29/09/2020 à 12:00

Après Google One et Apple One, voici Amazon One. S’agit-il d’un espace de stockage dans le nuage ou d’une offre de services Amazon combinés ? Rien d’aussi banal : la société américaine a dévoilé à la place un système de reconnaissance biométrique qui s’appuie… sur la paume de votre main.

Cette annonce n’était pas totalement imprévisible, puisque ce système d’identification avait déjà fait l'objet d’un brevet il y a quelques mois (lire : Brevet : Amazon veut lire dans la paume des mains). Son fonctionnement est une sorte de curieux mélange entre Touch ID et Face ID : une fois numérisée, la paume de la main peut être lue à distance par des lecteurs (infrarouges ?) en quelques secondes, et autoriser des paiements ou ouvrir des portiques, par exemple.

ID d'Amazon

 

Sur le papier, la logique d’Amazon fonctionne. S’il est assez facile de paumer son téléphone ou ses clés, il est plus rare d’égarer sa main (bien que l’on puisse imaginer des scénarios d’horreur à la Minority Report…). Convaincre ses clients sera cependant un défi de taille pour la firme américaine, qui devra montrer patte blanche en matière de vie privée et mettre la main à la pâte pour réussir à étendre Amazon One au delà des deux seules boutiques Amazon Go actuellement supportées à Seattle.

Selon CNN Business, Amazon aurait l’intention de proposer son système d’identification palmaire dans d’autres boutiques Amazon Go dans les mois à venir (à San Francisco, New York et Chicago), ainsi que d’autres enseignes à l’avenir (même concurrentes, bien qu’on ne pariera pas sur les Apple Store) et peut-être même des bureaux ou des stades. Pour ce qui est du reste du monde, nul doute que la NFC a encore de beaux jours devant elle.

Lire la suite : https://www.igen.fr/ailleurs/2020/09/amazon-veut-mettre-votre-identite-numerique-au-creux-de-votre-main-117833

•••

Lille : « Demain, vous allez signer avec votre voix », une start-up se lance dans la biométrie vocale

20minutes.fr - Gilles Durand

Publié le 30 septembre 2020

HIGH TECH La start-up Whispeak lève 560 000 euros de fonds pour développer une solution sécurisée de reconnaissance du locuteur par la voix

  • Avec la crise du Covid-19, les interactions à distance risquent donc de devenir la norme pour quelque temps.
  • La start-up Whispeak lève 560.000 euros de fonds pour développer une solution sécurisée de reconnaissance du locuteur par la voix.

Avoir voix au chapitre. C’est un peu le leitmotiv de la toute jeune start-up lilloise Whispeak, spécialisée dans la biométrie vocale, laquelle vient de réaliser sa première levée de fonds de 560.000 euros. Son ambition : proposer une solution d’authentification par la voix, rapide et, surtout, en toute sécurité.

« Comme l’empreinte digitale ou la reconnaissance faciale, la voix fait partie de la personne. Demain, vous allez signer avec votre voix ! », explique Jean-François Kleinfinger, président de Whispeak. Cette voix possède un millier de caractéristiques qui la rend unique. « Avec l’appui de l’intelligence artificielle, on peut très vite et très facilement reconnaître ces caractéristiques et identifier une fausse voix », insiste-t-il.

Le marché du vocal estimé à 26 milliards d’euros d’ici à 2025

Avec la crise du Covid-19, les interactions à distance risque donc de devenir la norme pour quelque temps et la voix peut apparaître comme un vecteur privilégié d’échange avec les machines. « Aujourd’hui, il y a des micros partout et la voix, contrairement au visage, est insensible au masque », précise Jean-François Kleinfinger.

Lire la suite : https://www.20minutes.fr/lille/2873875-20200930-lille-demain-allez-signer-voix-start-up-lance-biometrie-vocale

Finances

La Banque postale dresse un bilan inquiétant des conséquences de l'épidémie sur les finances locales

maire-info.com - Franck Lemarc

Publié le 29 septembre 2020

La Banque postale a publié en fin de semaine dernière sa note de conjoncture sur les finances locales en 2020, qui met en lumière le très brutal impact de la crise épidémique sur les collectivités territoriales. Baisse des recettes de fonctionnement, baisse des recettes fiscales, et une diminution jugée « historique » de l’épargne brute… Il faudra, écrivent les auteurs du rapport, toute « la résilience et l’imagination des collectivités locales » pour faire face à cette situation.
Le fait que le covid-19 coûtera cher aux collectivités est connu depuis le mois de mars : les associations d’élus ont lancé l’alerte depuis le début de l’épidémie, et l’État y a répondu, en partie, via la troisième loi de finances rectificative. Les prévisions de la Banque postale (tous les chiffres présentés ici sont « une anticipation » sur l’ensemble de l’année 2020) confirment en partie les craintes des associations d’élus. Elles sont cependant à prendre avec précaution, d’une part parce qu’il s’agit d’anticipations, justement, d’autre part parce que les modes de calculs retenus par la Banque postale ne sont pas forcément les mêmes que ceux des associations. 

« Fragilisation »
La Banque postale rappelle le contexte économique plus que tendu dans lequel se trouve le pays : selon ses calculs, le PIB va s’effondrer de 8,7 % en 2020 (du jamais vu hors période de guerre, note la Banque postale), tandis que le déficit public va exploser, à 11, 6 % du PIB. 
Dans ce contexte, les collectivités (toutes catégories confondues) ont été frappées par plusieurs phénomènes cumulés : une diminution des recettes de fonctionnement qui atteindrait 2 % en 2020 (dont -10,4 % pour les seules recettes des services) ; une hausse des dépenses de fonctionnement de 1,4 %. Avec en conséquence une diminution de l’épargne nette de plus de 30 % ! Celle-ci passerait de 23 milliards d’euros fin 2019 à 15,8 milliards d’euros fin 2020. En parallèle, les dépenses d’investissement des collectivités diminueraient de près de 6 % cette année. Les collectivités, fort heureusement, ont abordé la crise avec « des marges de manœuvre retrouvées » et des « fondamentaux sains ». Mais la crise est venue tout bouleverser, et, écrivent les auteurs du rapport, « l’année 2020, qui devait être une année de consolidation, sera une année de fragilisation ». 
La Banque postale relève que la diminution des recettes des collectivités vient, en grande partie, d’une évolution à la baisse de la fiscalité locale directement liée à l’épidémie : les DMTO, le produit du versement transport, la taxe de séjour, les forfaits de post-stationnement, la TVA, sont autant de recettes qui ont été impactées par l’épidémie, et que la hausse relative de la fiscalité des ménages et des entreprises n’a pu compenser. 
La diminution des investissements, que ce soit pendant le confinement ou après, est marquée. La Banque postale estime par exemple que les appels d’offres publiés dans les travaux publics ont chuté de 63 % pendant le confinement par rapport à l’année précédente ; mais encore de 46 % entre le 26 juillet et le 31 août. Ces chiffres doivent toutefois être pris avec précaution – ce sont ceux des fédérations professionnelles du bâtiment et des travaux publics. Un note de conjoncture de l’Insee, cet été, parlait, de façon plus nuancée, d’une diminution de l’activité du secteur BTP-TP de 12 % en juin. 

Communes : hausse des charges et des dépenses d’intervention

Lire la suite : https://www.maire-info.com/coronavirus/la-banque-postale-dresse-un-bilan-inquietant-consequences-epidemie-sur-les-finances-locales-article-24548

 

Cybersécurité

Rançongiciels : les collectivités et la santé de plus en plus visés

lalsace.fr -

Publié le 1 octobre 2020

Ces attaques sont en nette recrudescence ces derniers mois, et visent de plus en plus les collectivités et le secteur de la santé. Les chantages à la webcam se sont également multipliés pendant le confinement.

Les tentatives de chantage numérique sont en nette recrudescence ces derniers mois. C'est ce que confirme l'Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information), à l'occasion du lancement du Mois européen de la cybersécurité. Deux grandes menaces ont le vent en poupe : les rançongiciels, qui ciblent désormais aussi bien les collectivités, les hôpitaux ou les particuliers que les entreprises, et le chantage à la webcam.

Cela fait déjà quelques années que les attaques par rançongiciels défraient la chronique. On se souvient des ravages provoqués durant l'été 2017 par WannaCry et NotPetya, qui avaient paralysé des milliers d'entreprises à travers le monde. D'exceptionnelles, ces attaques sont aujourd'hui devenues courantes: le site Cybermalveillance.gouv.fr a reçu plus 1100 signalements de victimes de rançongiciels depuis le début de l'année. Et les entreprises sont loin d'être les seuls victimes: plus d'un quart des demandes d'assistance émanaient de particuliers confrontés au verrouillage de leurs données. 

Les collectivités de plus en plus touchées par les rançongiciels

Sur la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, lancée en octobre 2017 pour aider et orienter les victimes, les rançongiciels sont devenues la première cause de recherche d’assistance pour les collectivités. Une tendance confirmée par l'Anssi, le "cyber-pompier" de l'Etat: « Entre janvier et septembre 2020, l’industrie, les collectivités territoriales et la santé ont été les secteurs d’activité les plus affectés par les attaques par rançongiciels traitées par l’Agence», relève François Deruty, sous-directeur opérations de l’Anssi.

Plus de 30% des conseils territoriaux et des villes ont été touchés par des rançongiciels, selon une étude du Club de la sécurité et de l'information français [étude en PDF]. Il s'agit désormais de la principale cause d'incident affectant ces derniers.

Les rançongiciels sont des programmes malveillants chiffrant les données pour les rendre inaccessibles: le déverrouillage n'est possible qu'avec une clé que les pirates ne communiquent qu'après versement d'une rançon. Plusieurs entreprises (MMA, MisterFly, le groupe de BTP Rabot Dutilleul, récemment l'armateur français CMA CGM) ont été victimes ces derniers mois de ce type de chantage, qui vient de coûter pour la première fois la vie à une personne: une patiente allemande, qui n'a pu être soignée à temps à l'hôpital de Düsseldorf en raison d'une attaque au rançongiciel. 

Une épidémie de chantage à la webcam pendant le confinement ? 

Lire la suite : https://www.lalsace.fr/faits-divers-justice/2020/10/01/rancongiciels-les-collectivites-et-la-sante-de-plus-en-plus-vises

•••

L’Union européenne inflige ses premières sanctions à la suite de cyberattaques (par le Général Marc Watin-Augouard, Fondateur du FIC)

observatoire-Fic.com

Publié le 29 septembre 2020

Le 30 juillet 2020, un peu plus d’un an après leur publication, le Conseil de l’UE vient de mettre en application la décision cadre et le règlement en date du 17 mai 2019 permettant d’infliger des mesures restrictives visant les personnes physiques ou morales, entités ou organismes qui sont responsables de cyberattaques ou de tentatives de cyberattaques. Ces mesures concernent six personnes physiques et trois personnes morales.

Les textes mis en application

Le 19 juin 2017, le Conseil européen a adopté les conclusions relatives à un cadre pour une réponse diplomatique conjointe face aux actes de cybermalveillance. La « boîte à outils cyberdiplomatique » répond à la nécessité de protéger l’Union, ses États membres et leurs citoyens à l’égard des acteurs étatiques et non étatiques qui mènent des cyberattaques. Elle concourt à la prévention des conflits, à la coopération et à la stabilité dans le cyberespace en précisant les mesures pouvant être décidées dans le cadre de la PESC, y compris les mesures restrictives, pour prévenir les actes de cybermalveillance et y répondre.

Lors du sommet numérique de Tallinn (29 septembre 2017), Jean-Claude Juncker, alors président de la Commission européenne, a déclaré que « Les cyberattaques ne connaissent pas de frontières, pourtant, nos capacités de réaction varient fortement d’un pays à l’autre, ce qui crée des failles et des vulnérabilités qui favorisent les cyberattaques. L’UE doit se doter de structures plus robustes et plus efficaces pour améliorer sa cyber-résilience et réagir aux cyberattaques ». Il ajoutait « Nous ne voulons pas être le maillon faible de la lutte contre cette menace mondiale »

Les 19 et 20 octobre 2017, toujours à Tallinn, le Conseil européen a demandé une approche commune de la cybersécurité au sein de l’UE qui s’est traduite par le Cybersecurity Act, approuvé par le Parlement européen, le 12 mars 2019 (voir Veille juridique du CREOGN – mai 2019)

Le 17 mai 2019, le Conseil de l’Union européenne a pris une décision cadre et un règlement qui s’inscrivent dans la logique de la « boite à outil cyberdiplomatique ».

Lire la suite : https://observatoire-fic.com/lunion-europeenne-inflige-ses-premieres-sanctions-a-la-suite-de-cyberattaques-par-le-general-watin-augouard/

•••

La mairie de Montdidier contrainte de changer son parc informatique après un double piratage

courrier-picard.fr - Aude Collina

Publié le 29 septembre 2020

Les seuls postes, qui n’ont pas été changés, ne sont pas utilisés.

Une rançon. La municipalité était invitée à payer une rançon si elle voulait retrouver le plein usage de son logiciel interne.

Bien sûr, elle n’a pas accédé à la demande. Mais il a fallu faire intervenir, la semaine du 21 au 27 septembre, un consultant informatique, un dépanneur et changer des postes informatiques.

« Nous n’avions plus accès aux écrans », précise la maire, Catherine Quignon. Interrogée par le conseiller municipal, Tony Lheureux, en public lundi 28 septembre à la salle des fêtes, elle a développé le sujet.

Une quinzaine d’ordinateurs à remplacer

La plupart de la quinzaine d’ordinateurs ont été changés, pour un coût unitaire de 1 000 euros environ et, ceux qui ne l’ont pas été, ne sont pas utilisés pour le moment.

« Avec le RGPD (ndlr : le Règlement général sur la protection des données), il y a une sauvegarde automatique des informations sensibles. Elles ne sont pas piratables a indiqué l’édile. Le serveur a été désinfecté et récupéré. »

Le logiciel avait été hacké une première fois. L’expert informatique était venu, avait indiqué que le matériel était trop vétuste (certaines versions du système d’exploitation dataient de 2007) et qu’un nouveau parc était nécessaire. La Ville a ensuite fait face à un second piratage, avant l’intervention des « secours ».

Lire la suite : https://www.courrier-picard.fr/id129626/article/2020-09-29/la-mairie-de-montdidier-contrainte-de-changer-son-parc-informatique-apres-un

 

Blockchain

Visa désormais membre du consortium blockchain Hyperledger

cryptonaute.fr - Christophe Auffray

Publié le 30 septembre 2020

Dans l’univers de la blockchain privée, Hyperledger fait toujours le plein de membres. En septembre, le consortium compte 8 organisations de plus, parmi lesquelles le géant des paiements Visa. Le nombre de fournisseurs certifiés progresse lui aussi.

Le nombre de multinationales rejoignant le consortium blockchain Hyperledger ne cesse de croître. Quelques mois plus tôt, par exemple, c’est Walmart qui annonçait son adhésion à l’organisation. Le distributeur dispose d’ailleurs désormais au Canada d’une application blockchain pour la gestion de la facturation.

Mais le secteur de la grande distribution n’est pas le seul à s’intéresser aux usages de la blockchain permissionnée – comme aux crypto-actifs. Géant mondial des paiements, Visa est désormais lui aussi membre du consortium Hyperledger.

Des soutiens de poids dans la finance pour Hyperledger

En tout, ce dernier accueillait début septembre 8 nouveaux membres, parmi lesquels Chainstack, SIMBA Chain, SIX Digital Exchange. Précisons que SIX est d’ailleurs un acteur majeur du monde bancaire et boursier.

« SIX Digital Exchange est à la pointe de la construction d’une infrastructure de marché numérique de nouvelle génération pour soutenir l’évolution des marchés financiers en s’appuyant sur la blockchain d’entreprise et les actifs numériques » souligne son directeur, Tim Grant.

Mais pour soutenir son adoption par les entreprises, Hyperledger a aussi besoin de partenaires intégrateurs. L’organisation se félicite dans ce domaine de compter sept fournisseurs certifiés de plus.

Creativehill, DeepDive Technology Group, NEC, SAP, SwissCom, Tech Mahindra et Tencent disposent en effet désormais du statut de Hyperledger Certified Service Providers (HCSPs). La société de services indienne Tech Mahindra dévoilait d’ailleurs récemment ses ambitions dans le domaine de la blockchain.

L’adoption de la blockchain d’entreprise « s’accélère »

Lire la suite : https://cryptonaute.fr/visa-desormais-membre-du-consortium-blockchain-hyperledger/

•••

L’UE lancera un « bac à sable » réglementaire Blockchain d’ici 2022

monlivret.fr

Publié le 27 septembre 2020

En bref La Commission européenne a adopté un nouveau paquet de financement numérique pour apporter une plus grande clarté aux entreprises liées à la cryptographie. La commission et le partenariat européen Blockchain lanceront un bac à sable réglementaire axé sur la blockchain d’ici 2022. Le projet vise à aider les régulateurs, les entreprises et les experts technologiques à tester des solutions blockchain innovantes.

La Commission européenne s’associera à l’European Blockchain Partnership (EBP) pour lancer un nouveau sandbox réglementaire axé sur les crypto-monnaies et la blockchain d’ici 2022, selon une annonce publiée aujourd’hui.

La commission est la branche exécutive de l’Union européenne et l’initiative fait partie de son paquet de financement numérique récemment adopté qui vise à fournir une plus grande clarté aux entreprises de crypto-monnaie.

« En rendant les règles plus sûres et plus respectueuses du numérique pour les consommateurs, la Commission vise à stimuler l’innovation responsable dans le secteur financier de l’UE, en particulier pour les start-up numériques hautement innovantes, tout en atténuant les risques potentiels liés à la protection des investisseurs, au blanchiment d’argent et à la cybercriminalité. », a déclaré la commission.

Lire la suite : https://www.mon-livret.fr/actualite/crypto/lue-lancera-un-bac-a-sable-reglementaire-blockchain-dici-2022/

 


© 2024 ADCET
Image