Revue de presse ADCET n° 88 du 14 Septembre 2020

Mobilité

Coronavirus : Valérie Pécresse annonce un accord sur le financement des transports en Ile-de-France

francetvinfo.fr - avec AFP

Publié le 9 septembre 2020

Il doit compenser les pertes de recettes liées à la pandémie de Covid-19. Elles sont estimées à 2,6 milliards d'euros.

"On a frôlé la catastrophe, donc c'est un immense soulagement." La présidente d'Ile-de-France Mobilités (IDFM) Valérie Pécresse a annoncé, mardi 8 septembre, être parvenue à un accord avec le gouvernement pour compenser les pertes de recettes liées au Covid-19. Celles-ci sont estimées à 2,6 milliards d'euros cette année.

"C'est un moment historique. Le plan de sauvetage des transports a été signé entre IDFM et l'Etat", a annoncé Valérie Pécresse, rappelant que les négociations avaient été âpres avec l'exécutif. "On a signé un accord de compensation intégrale des pertes de recettes", a insisté l'élue.

Les voyageurs ne seront pas appelés à payer le prix de la crise Covid. Valérie Pécresse, présidente d'Ile-de-France Mobilités à l'AFP

« Nous ne freineront aucun des nombreux projets d'investissement que nous avons dans les transports. (...) Nous ne baisserons pas non plus l'offre de transport », a également souligné Valérie Pécresse.

Avance remboursable de 1,4 milliard d'euros

Lire la suite : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-valerie-pecresse-annonce-un-accord-sur-le-financement-des-transports-en-ile-de-france_4099551.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20200909-[lestitres-colgauche/titre2]

•••

Dans la métropole rouennaise, la gratuité des transports en commun pour la première fois à l’épreuve

paris-normandie.fr - Olivier Cassiau

Publié le 6 septembre 2020

À chaud. Le réseau de transports en commun de la métropole rouennaise est désormais gratuit chaque samedi. Une expérimentation déjà tentée dans d’autres villes.

«Ah bon, c’est gratuit ? » Habituée du métro, cette retraitée n’a même pas remarqué que sa carte senior 20 voyages n’a pas été débitée. À sa décharge, dans la rame de métro au départ de Boulingrin, l’information ne saute pas aux yeux. Hier, trois grands réseaux de transport en commun, Montpellier, Strasbourg et...Rouen sont passés en mode gratuit le week-end pour la ville occitane, le samedi pour les deux autres. « C’est une expérimentation d’un an », confirme à bord du métro le président de la Métropole et maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol. « C’est une décision bonne pour le climat, la santé et le commerce, glisse l’élu, et nous devons mesurer l’impact de la mesure avant d’en tirer les enseignements. Ce genre de mesure a obligatoirement un coût (NDLR : deux millions d’euros par an) et il y a un équilibre à trouver. » L’élu ne promet rien, mais ne s’interdit rien. Une adaptation de l’offre le samedi si le succès est au rendez-vous, une extension sur l’ensemble du week-end, une gratuité étendue... « Aujourd’hui, on teste, concrètement et rapidement. »

UNE NOUVELLE CLIENTÈLE

À Amiens, cela fait un peu plus d’un an que le réseau, doté à la même date de nouveaux bus électriques, est gratuit le samedi. « On a une fréquentation beaucoup plus importante le samedi, des personnes qui se rendent dans le centre-ville », assure François Boll, directeur de la mobilité à Amiens Métropole, « c’est intéressant, car nous touchons une nouvelle clientèle, des personnes qui ne prenaient jamais le bus avant ». Comme à Rouen, il s’agit de redynamiser le centre-ville, faciliter l’accès aux commerces le samedi. Et de créer un appel d’air un jour où le nombre de passagers est deux fois moins important qu’un jour de semaine.

Lire la suite (réservée aux abonnés) : https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/dans-la-metropole-rouennaise-la-gratuite-des-transports-en-commun-pour-la-premiere-fois-a-l-epreuve-CF17210705

•••

Nantes expérimente sa première vélorue

busetcar.com - Olivier Constant

Publié le 9 septembre 2020

Double-sens pour les vélos. C’est au cœur de l’été 2020 qu’ont été mis en place les aménagements de la première vélorue de Nantes. Il ne s’agit, à ce stade, que d’une expérimentation qui se poursuivra jusqu’au 15 novembre. Après quoi, un bilan sera dressé. Il prendra en compte des contributions spontanées des citoyens et d’un groupe citoyen évaluateur. D’une longueur de 1.300 mètres, la rue d’Allonville est donc devenue provisoirement une vélorue. Le principe de ce nouvel itinéraire cyclable est d’inverser les rôles en donnant la priorité aux vélos. Les cyclistes ont donc la liberté de rouler au milieu de la route sans que les voitures ne puissent les dépasser, puisqu’il y a désormais un double sens de circulation pour les vélos et un sens unique pour les voitures. Autorisées à circuler pour une desserte locale, les voitures peuvent donc continuer à stationner également. 

Circulation apaisée. La création de cette vélorue s’inscrit en prolongement d’une rencontre avec les citoyens intervenue courant 2019. Ces derniers souhaitaient que la circulation s’apaise. Surtout, il existait un problème d’étroitesse des bandes cyclables compte tenu de l’augmentation du trafic des vélos. Comme l’explique Sébastien Le Guevellou, responsable des Services techniques au pôle Nantes Loire de la métropole, «le sens unique mis en place rue d’Allonville va permettre de diviser le trafic automobile par deux. Auparavant, jusqu’à 4.600 voitures par jour circulaient dans cette rue dans les deux sens». En marge de cet aménagement, le kilométrage des zones 30 a été doublé depuis le 31 août, pour dépasser les 600 km.

Lire la suite : http://www.busetcar.com/nantes-experimente-sa-premiere-velorue/

 

RGPD

La Cnil publie un guide de bonnes pratiques pour les assistants vocaux

usine-digitale.fr - Alice Vitard

Publié le 8 septembre 2020

La Cnil vient de publier un guide sur les assistants vocaux. L'objectif est d'éclairer les débats juridiques posés par cette technologie mais également de rappeler les principes juridiques applicables. Considérée comme le traitement d'une donnée personnelle, l'utilisation de la voix doit en effet respecter toutes les règles issues du RGPD. 

a Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) publie son livre blanc sur les assistants vocaux, à destination des professionnels et des particuliers. Cette technologie soulève de nombreuses problématiques juridiques en matière de protection de la vie privée. Car la voix est considérée comme une donnée personnelle et à ce titre son utilisation est strictement encadrée par le Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Les assistants vocaux peu utilisés

A l'été 2019, 16 à 20 millions de Français utilisaient un assistant vocal sur leur smartphone et 1,7 million via une enceinte connectée. Dans le monde, le cabinet de conseil Roland Berger estime à 3 milliards le nombre d’assistants vocaux, tout support confondu, et estime  leur nombre à 8 milliards en 2023. "Ces chiffres pourraient encore augmenter grâce à l’intégration toujours accrue de ces assistants dans des objets du quotidien, à commencer par la voiture connectée", note la Cnil.

Mais, en réalité, les assistants vocaux sont peu utilisés. D’après le Baromètre du Laboratoire d'innovation numérique de la Cnil, en 2019, seuls 33% des internautes français ont utilisé un assistant vocal sur les 12 derniers mois. Le premier usage concerne "la demande de la météo" (78%), suivi de la recherche d'information (73%) puis de l'écoute musicale via une plateforme gratuite (65%).

Ce faible engouement est dû à deux principaux facteurs : le sentiment d'inutilité de ce dispositif mais également des craintes quant à la protection des données personnelles. En d'autres termes, les concepteurs, développeurs et intégrateurs ont tout intérêt à conduire une politique stricte sur la protection de la vie privée. Espérant les aider, la Cnil rappelle que la mise en conformité se déroule en 4 étapes : définir le traitement, son responsable et sa base légale, choisir les données collectées et les durées de conservation, informer les personnes et garantir leurs droits, et enfin protéger et sécuriser.

L’utilisation d'une application bancaire via un assistant vocal

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/la-cnil-publie-un-guide-de-bonnes-pratiques-pour-les-assistants-vocaux.N1001364

•••

RGPD : les Français désabusés

cio-online.com - Laurent Mavallet

Publié le 11 Septembre 2020

Selon une étude internationale réalisée pour OpenText, les Français sont les plus désabusés sur les usages faits de leurs données personnelles.

Plus de deux ans après la mise en application du RGPD, la situation est encore largement perfectible. Même les consommateurs n'ont pas adoptés les meilleurs réflexes concernant leurs propres données comme le révèle une étude réalisée pour OpenText. Et c'est notamment le cas des Français. Ainsi, 86 % des Français n'ont aucune idée du nombre d'entreprises qui utilisent, stockent ou accèdent à leurs données personnelles contre 73 % des Allemands, 80 % des Britanniques, 79 % des Espagnols. De plus, 38 % des Français n'ont aucune connaissance de la législation destinée à protéger leurs données, contre 24 % des consommateurs allemands, 16 % des Britanniques et 28 % des Espagnols.

Si 33 % des Français ne font pas confiance aux entreprises pour préserver la sécurité ou la confidentialité de leurs données personnelles, le chiffre est bien supérieur dans les autres pays : 47 % des Allemands, 45 % des Britanniques, 39 % des Espagnols. Il est vrai que 42 % des Français ne se sont jamais posé la question, contre 34 % des Allemands et des Britanniques, et 33 % des Espagnols. Et si une entreprise garantissant la confidentialité de ses données personnelles était un peu plus cher qu'une entreprise moins vertueuse, 17 % des Français seraient prêt à payer plus cher leurs achats contre 41 % des Allemands, 49 % des Britanniques et 36 % des Espagnols.

A propos de l'étude

OpenText a fait interroger anonymement 12 000 consommateurs en Allemagne, en Australie, au Canada, en Espagne, en France, au Royaume-Uni et à Singapour (dont 2000 en France) via Google Surveys sur la protection de la confidentialité des données pendant la crise du coronavirus.

Suite de l’article : https://www.cio-online.com/actualites/lire-rgpd-les-francais-desabuses-12529.html

 

Internet des Objets

La crise sanitaire devrait accélérer la montée en puissance de l’Internet des objets

latribune.fr - Sandrine Macé et Violette Bouveret

Publié le 10 septembre 2020

ANALYSE. Les données collectées par les capteurs pourraient installer une société axée sur la prévention. La Corée du Sud, citée en exemple pour sa gestion de la pandémie, montre aujourd’hui la voie. Par Sandrine Macé, ESCP Business School et Violette Bouveret, ESCP Business School (*).

Premier grand foyer épidémique hors de Chine, la Corée du Sud déplorait fin août au moins 321 morts de la COVID-19 depuis le début de l'épidémie bien loin des dizaines de milliers de victimes comptabilisés dans nos hôpitaux. Même si l'épidémie connaît actuellement une reprise, la continuité de l'activité économique a été assurée pendant toute la crise. Rien d'étonnant donc à ce que ce pays ait été brandi comme modèle.

Schéma du « smart quarantine information system » coréen. cdc.go.kr

Le secret de cette redoutable efficacité ? Une approche préventive doublée d'un exploit technologique : un dispositif reposant sur une plate-forme (smart quarantine information system) associée à des systèmes connectés et alimentée par les données de santé des citoyens collectés via une application mobile dédiée. Mais le vrai succès est à attribuer à l'adhésion partagée des pouvoirs publics, des entreprises et du peuple coréen à une approche préventive.

Adhésion grandement facilitée par le traumatisme de la précédente épidémie à coronavirus, celle de MERS, qui avait frappé le pays en 2015. La crise actuelle a donc constitué un accélérateur du passage d'une société curative - subissant et réagissant a posteriori à des événements dont les dommages peuvent être au mieux atténués - vers une société préventive - qui s'organise pour éviter d'être prise au dépourvu. Ce qui, dans le cas coréen, indique que nous aurions tout à gagner à mettre en place une approche proactive.

Produire des bénéfices

Lire la suite : https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/la-crise-sanitaire-devrait-accelerer-la-montee-en-puissance-de-l-internet-des-objets-856702.html

 

Big Data

Surveillance de masse : l’UE veut interdire à Facebook le transfert de vos données aux Etats-Unis

lebigdata.fr - Bastien L.

Publié le 10 septembre 2020

Suite à la fin de l’accord Privacy Shield, l’Union européenne veut interdire à Facebook de transférer les données des utilisateurs européens vers les États-Unis. Les autorités de protection de données estiment que les services de renseignements américains risquent d’utiliser ces informations à des fins de surveillance…

En juillet 2020, la Cour de justice de l’Union européenne mettait un terme à l’accord Privacy Shield. Cet accord entre les États-Unis et l’Union européenne autorisait jusqu’alors les entreprises à transférer des données entre les deux régions.

Cependant, l’UE estime que les données des Européens n’étaient pas suffisamment protégées des agences de renseignement américaines. Elle a donc décidé de rompre cette entente, interdisant purement et simplement le transfert de données de l’autre côté de l’Atlantique.

Moins de deux mois plus tard, Facebook est dans le collimateur des autorités de protection de données. Le régulateur irlandais vient d’ouvrir une enquête sur le transfert des données des utilisateurs européens du réseau social vers les États-Unis.

Rappelons en effet que le siège européen de Facebook se trouve en Irlande, et le pays est donc en charge de surveiller les pratiques du géant américain. Si le RGPD n’est pas respecté, la firme de Mark Zuckerberg peut écoper d’une lourde amende allant jusqu’à 4% de son chiffre d’affaires mondial.

Des milliers d’entreprises sont impactées par la suppression du Privacy Shield, mais Facebook est particulièrement surveillé par les régulateurs. Pour cause, par le passé, l’entreprise américaine a fait l’objet de nombreux scandales liés à la protection des données. On se souvient notamment de l’affaire Cambridge Analytica, ou encore du partage de données avec de nombreuses entreprises tierces.

Lire la suite : https://www.lebigdata.fr/ue-facebook-transfert-donnees

 

Biométrie

L’avenir du paiement biométrique passe-t-il uniquement par le mobile ?

maddyness.com avec Visa

Publié le 7 septembre 2020

Alors que deux tiers des Français·es privilégient encore le paiement par carte, le paiement biométrique, aujourd’hui étroitement lié au paiement mobile, se développe et devrait bénéficier du lancement en France à l’automne des premières cartes de paiement biométriques.

Les cartes de paiement seront-elles l’avenir du paiement biométrique ? En France, cela pourrait bien être le cas. À l’automne, une première banque tricolore proposera une carte Visa biométrique. Un petit pas pour les utilisateurs mais un grand pas pour cette technologie qui a peiné ces dernières années à se démocratiser.

Pourtant, le paiement biométrique – qui consiste à utiliser les caractéristiques physiques ou biologiques de l’utilisateur pour valider le paiement – est loin d’être inconnu des Français·es. Une étude réalisée l’année dernière par l’institut de recherche Fabrizio Ward pour Visa auprès d’un millier de détenteur·rice·s de carte de paiement a montré que près de la moitié de ces dernier·e·s étaient familier·e·s des technologies de paiement biométrique.

Quatre techniques cristallisent l’attention des consommateur·rice·s : la reconnaissance via l’empreinte digitale, dont 98% des participant·e·s à l’étude avaient entendu parler ; la reconnaissance faciale (95%) ; la reconnaissance vocale (94%) ; et enfin la reconnaissance de l’iris (91%). Même la biométrie comportementale était connue de plus de la moitié des répondant·e·s (51%), tandis que la reconnaissance vasculaire, dernière du classement, était loin d’être ignorée avec 48% de participant·e·s qui en avaient déjà entendu parler.

“L’effet wahou” du paiement biométrique

Lire la suite : https://www.maddyness.com/2020/09/07/lavenir-du-paiement-biometrique-passe-t-il-uniquement-par-le-mobile/

 

Cybersécurité

Rançongiciels : face à l’ampleur de la menace, l’anssi et le ministère de la justice publient un guide pour sensibiliser les entreprises et les collectivités

ssi.gouv.fr - Communiqué

Publié le 4 septembre 2020

Les attaques par rançongiciels connaissent une augmentation sans précédent. Depuis le début de l’année, l’ANSSI a traité 104 attaques par rançongiciels. Face à ce constat l’ANSSI, en partenariat avec la Direction des Affaires criminelles et des grâces (DACG) du ministère de la Justice, publie le guide de sensibilisation Attaques par rançongiciels, tous concernés - Comment les anticiper et réagir en cas d’incident ?. Le Groupe M6, le CHU de Rouen et Fleury Michon, tous trois victimes d’un rançongiciel en 2019, livrent un témoignage éclairant dans ce guide à destination des entreprises et des collectivités.

Les attaques par rançongiciels augmentent en nombre, en fréquence et en sophistication. Depuis le 1er janvier 2020, l’ANSSI a traité 104 attaques par rançongiciels. Leurs conséquences sont de plus en plus dévastatrices, sur la continuité d’activité, voire la survie de l’organisation victime.

« Les acteurs privés comme publics sont encore trop peu conscients du risque et de leur propre vulnérabilité » constate Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI.

« Il est urgent pour les entreprises et les collectivités de mettre en œuvre des mesures pour prévenir les attaques par rançongiciels et d’apprendre à bien réagir lorsqu’il est trop tard » explique François Deruty, sous-directeur Opérations de l’ANSSI.

Télécharger le guide : https://www.ssi.gouv.fr/uploads/2020/09/anssi-guide-attaques_par_rancongiciels_tous_concernes-v1.0.pdf

Lire la suite : https://www.ssi.gouv.fr/actualite/rancongiciels-face-a-lampleur-de-la-menace-lanssi-et-le-ministere-de-la-justice-publient-un-guide-pour-sensibiliser-les-entreprises-et-les-collectivites/

•••

Vague de cyberattaques en France visant magistrats et institutions de l’Etat

infodsi.com

Publié le 7 septembre 2020

Plusieurs magistrats et avocats chargés de dossiers sensibles ainsi que certains services du Ministère de l’Intérieur ont été ces derniers jours la cible de cyberattaques, s’appuyant sur la technique dite de « spear phishing » ciblant les messageries professionnelles.

Une enquête a été ouverte pour « atteintes contre des systèmes de traitement automatisé des données contenant des données à caractère personnel mis en œuvre par l’Etat ».

Loïc Guézo, Directeur Stratégie Cybersécurité au sein de Proofpoint, commente :

« A ce jour, les attaques de spear phishing (également appelées attaques BEC - Business Email Compromise) sont considérées comme le problème le plus coûteux de la cybersécurité. Le FBI a récemment chiffré les pertes à 26,5 milliards de dollars sur trois ans : aucune autre forme de cybercriminalité n'atteint une telle ampleur, même les ransomware. Et ces attaques montent inexorablement en puissance ; il ne serait pas surprenant de voir d’autres hautes institutions visées dans les prochains jours ou prochaines semaines.

Le spear phishing est une forme de cyberattaque beaucoup plus ciblée que le phishing. Le recours à des techniques avancées d’ingénierie sociale rend sa détection particulièrement difficile. Les cybercriminels usurpent généralement l'identité de hauts responsables d'une organisation, en donnant l'impression de provenir de contacts légitimes. Ils tirent parti de la personnalisation, des informations recueillies sur les réseaux sociaux ou des communications entre la victime et des partenaires extérieurs. Ce recours à l'ingénierie sociale plutôt qu'aux failles technologiques permet aux attaquants d'échapper aux contrôles de sécurité standards.

Cibler des magistrats et des hautes institutions n’est pas anodin. Ces acteurs qui incarnent le plus haut de niveau de confiance et représentent des intérêts stratégiques détiennent une grande quantité d'informations personnelles identifiables, qu'elles proviennent de clients, collaborateurs ou même de témoins dans des affaires juridiques. Il peut également s'agir d'informations sur les opérations en cours, de secrets d’affaires, d'informations privées sur les dirigeants de l'entreprise, etc. Ces données exercent un attrait irrésistible sur les cybercriminels du monde entier.

lire la suite : https://infodsi.com/articles/186394/vague-de-cyberattaques-en-france-visant-magistrats-et-institutions-de-letat.html

 


© 2024 ADCET
Image