Revue de presse ADCET n° 84 du 20 juillet 2020

Mobilité

Le gouvernement limite son aide financière à une vingtaine de réseaux de transport

lagazettedescommunes.com - Nathalie Arensonas

Publié le 13 juillet 2020

Le gouvernement ne volera pas au secours de tous les réseaux de transports urbains qui ont subi un total de quatre milliards de pertes pendant la crise sanitaire. Seuls ceux gérés par un syndicat mixte pourraient toucher une compensation financière. Une mesure « injustifiable », fustigent les associations d’élus qui menacent de mettre bus, trams et métros à l’arrêt. En Ile-de-France, Valérie Pécresse a cessé de payer la RATP et la SNCF.

Les métros, les RER et les Transilien sont de nouveau opérationnels à 100%, les bus ont repris goût aux embouteillages et les tramways filent sur leur voie réservée. En Ile-de-France comme dans les autres territoires français, les transports publics désertés pendant la crise du Covid-19 ont retrouvé leur vitesse de croisière. Avec toutefois moins de voyageurs, puisque deux mois après le déconfinement, le niveau de fréquentation des réseaux urbains de province atteint en moyenne 50%, un peu plus dans la région capitale.

Et selon une enquête réalisée en juin 2020 par l’institut d’études MV2, 17% des personnes interrogées n’envisageraient pas de reprendre les transports collectifs à court ou moyen terme. La peur d’être contaminés, le télétravail, la baisse du prix du carburant et l’envolée de la pratique du vélo expliquent cette défiance.

Avec le chômage partiel, pas de versement mobilité

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/688458/le-gouvernement-limite-son-aide-financiere-a-une-vingtaine-de-reseaux-de-transport/

•••

Marie-Pierre Gramaglia : « Nous travaillons sur une ligne maritime entre Nice et Cap d’Ail »

monaco-tribune.com - Romain Boisaubert

Publié le 14 juillet 2020

La Ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme s’est exprimée pour Monaco Tribune sur la situation actuelle et les différents projets à l’étude concernant la question de l’évolution de moyens de transports à Monaco.

Alors que les pistes cyclables fleurissent un peu partout au sein de la Principauté, Marie-Pierre Gramaglia a fait le point sur les moyens de déplacements à Monaco. Entre réduction de l’utilisation de la voiture, multiplication de l’usage du vélo et projets de ligne maritime et de funiculaire, la Ministre a dévoilé les grandes lignes de la politique mise en place par le Gouvernement.

Avec la crise du Covid-19, le sujet des transports à Monaco est-il plus que jamais au cœur des actions gouvernementales ?

La mobilité et les déplacements sont depuis longtemps au cœur des actions du Gouvernement. Qu’il s’agisse des flux entrants et sortants de la Principauté ou de la circulation intra-muros et ce indépendamment de la crise liée au Covid-19. Notre politique encourage les transports publics et la mobilité douce.

Comment la Principauté se réinvente face à cette crise à ce niveau ?

Lire la suite : https://www.monaco-tribune.com/2020/07/marie-pierre-gramaglia-nous-travaillons-sur-une-ligne-maritime-entre-nice-et-cap-dail/

•••

Chartres Métropole affiche un résultat global de 13 millions d’euros en 2019

lechorepublicain.fr - Simon Dechet

Publié le 17 juillet 2020

Les nouveaux élus de l’Agglomération Chartres Métropole se sont plongés, jeudi 16 juillet 2020, dans les lignes budgétaires de la collectivité. Le compte administratif 2019 de Chartres Métropole a été approuvé.

Franck Masselus, reconduit comme vice-président de Chartres Métropole en charge des finances et de la prospective, a présenté le compte administratif 2019, lors du Conseil communautaire, ce jeudi 16 juillet 2020. Ce compte retrace l’ensemble des dépenses effectives et des recettes encaissées durant l’année écoulée.

Organisation

Depuis deux ans, Chartres Métropole compte 66 communes. La collectivité s’appuie sur onze budgets. Le budget principal, qui concentre plus de 50 % de l’exécution 2019, se distingue des dix autres budgets annexes : déchets, eau potable, assainissement des eaux usées, transports urbains, aérodrome, complexe aquatique et patinoire, complexe culturel et sportif, restauration collective, aménagement des zones d’activités économiques et archéologie.

Résultats et investissement

Lire la suite : https://www.lechorepublicain.fr/chartres-28000/actualites/chartres-metropole-affiche-un-resultat-global-de-13-millions-deuros-en-2019_13813046/

 

Services publics

Fonction publique : le large champ d’intervention d’Amélie de Montchalin

lagazettedescommunes.com - Claire Boulland

Publié le 17 juillet 2020

Le voile est enfin levé sur les larges responsabilités de celle qui veut faire de son ministère de la Transformation et de la Fonction publique une "grande maison des services publics", (totalement?) affranchie de la tutelle de Bercy.

L’intitulé de son ministère – « Transformation et fonction publique » – laissait planer le mystère sur les intentions du gouvernement en la matière. On en sait désormais plus sur ce que recouvre cette « grande maison des services publics », comme Amélie de Montchalin le qualifiait lors de la passation de pouvoirs, avec la parution, vendredi 17 juillet, de son décret d’attributions.

Premier constat : ces dernières diffèrent peu de celles de Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics de mai 2017 à juillet 2020, et aujourd’hui ministre de l’Intérieur.
La nouvelle locataire du 101 rue de Grenelle aura la charge de préparer et de mettre en œuvre, « avec les ministres intéressés”, » la politique du gouvernement »en matière de modernisation de l’action publique et de fonction publique ».

Elle a, comme Gérald Darmanin à l’époque, l’autorité sur la direction interministérielle du numérique (Dinum), sur la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) et, avec le Premier ministre, sur la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP).

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/688932/fonction-publique-le-large-champ-dintervention-damelie-de-montchalin/

•••

Quels sont les « lieux publics clos » où le masque sera obligatoire dès la semaine prochaine ?

ouest-france.fr -Julie-Solveig Saint-Germes

Publié le 16 juillet 2020

Le décret rendant obligatoire le port du masque dans tous les établissements recevant du public, clos, entrera « en vigueur la semaine prochaine », a annoncé le Premier ministre Jean Castex jeudi 16 juillet au Sénat. Quels seront les lieux concernés par cette mesure ? On fait le point.

C’était une des annonces phares d’Emmanuel Macron lors de son entretien télévisé du 14 juillet dernier. Interrogé sur l’épidémie de coronavirus qui montre des signes de reprise ici et là en France, le chef de l’État a indiqué rendre le port du masque obligatoire dans les “lieux publics clos” dès le 1er août prochain.

Une annonce qui avait réjoui ceux qui plaidaient pour cette mesure, tout en irritant ceux qui réclamaient son application sans délai et y compris sur les lieux de travail.

Décret en « vigueur la semaine prochaine »

C’est ainsi que ce jeudi 16 juillet, Jean Castex est revenu sur les propos du président à l’occasion de sa déclaration de politique générale devant les sénateurs.

« Nous envisagions une entrée en vigueur de ces dispositions le 1er août […] J’ai compris que cette échéance apparaissait tardive. Le décret entrera donc en vigueur la semaine prochaine », a ainsi indiqué le Premier ministre.

Lire la suite : https://www.ouest-france.fr/sante/masques-de-protection/quels-sont-les-lieux-publics-clos-ou-le-masque-sera-obligatoire-des-la-semaine-prochaine-6908901

 

Blockchain

Singapour et JPMorgan testent une plateforme de paiement blockchain

frcryptonews.com - Tim Alper

Publié le 14 Juillet 2020

La banque centrale de Singapour déclare que son prototype de réseau de paiements transfrontaliers blockchain est maintenant prêt à être commercialisé.

L'Autorité monétaire de Singapour (MAS) a commencé à tester sa nouvelle solution avec JPMorgan et la holding publique singapourienne Temasek à la fin de l'année dernière.

Et il semble que les tests aient été couronnés de succès. Selon Reuters, la MAS se dit maintenant "prête" à commercialiser le "réseau de paiements multidevises".

Le média cite MAS et Temasek comme ayant déclaré, « Un réseau international de règlement, conçu sur le modèle du prototype de réseau de paiement, pourrait permettre des transactions plus rapides et moins coûteuses que les canaux de paiement transfrontaliers traditionnels. Les organisations semblent vouloir accélérer l'adoption de leur nouvelle plateforme en rendant publiques "certaines des spécifications techniques du prototype de réseau ».

Le MAS a déjà évoqué les multiples utilisations possibles de sa nouvelle solution, qui pourrait servir à accélérer les opérations de change, les "paiements transfrontaliers en devises multiples" et les opérations sur titres libellés en devises.

Lire la suite : https://fr.cryptonews.com/news/singapore-jpmorgan-to-rollout-blockchain-powered-payments-pl-7021.htm

 

Cybersécurité

1,6 Md€ de pertes liées aux cyberattaques en 2019

lemondeinformatique.fr - Aurélie Chandeze

Publié le 07 Juillet 2020

Le coût médian des incidents de cybersécurité a nettement grimpé en 2019 en passant sur un an de 9 000 € à 51 200 € par entreprise d'après un dernier rapport d'Hiscox.

Les efforts réalisés par les organisations en matière de cybersécurité semblent porter leurs fruits. En effet, selon le rapport 2020 de l'assureur Hiscox sur la gestion des cyber risques, le nombre d'entreprises victimes de cyber incidents a bien diminué, passant de 61% dans l'édition 2019 (et même 67% en France) à 39% cette année (34% en France). L'étude relève également que les dépenses en matière de sécurité ont progressé de 39%, confirmant une meilleure prise en compte des cyber risques à l'échelle globale.

Les grandes entreprises (plus de 1000 salariés) restent davantage visées par les cyberattaques, 51% d'entre elles ayant déclaré au moins un cyber-incident dans l'édition 2020. Ce sont également les grandes organisations qui signalent le plus grand nombre d'incidents (nombre médian de 100) et de failles (80).

Un coût moyen de 35 000 € par cyber-incident en France

Lire la suite : https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-1-6-mdeteuro-de-pertes-liees-aux-cyberattaques-en-2019-79665.html

 

RGPD

L’UE interdit le transfert de données Europe – USA, panique pour 5000 entreprises

lebigdata.fr - Bastien L

Publié le 17 juillet 2020

La Cour de justice de l’Union européenne vient de mettre un terme à l’accord Privacy Shield, autorisant le transfert de données entre l’Europe et les États-Unis depuis 2015. Une décision qui plonge des milliers d’entreprises dans l’incertitude…

Jusqu’à présent, l’accord Privacy Shield autorisait le transfert de données entre l’Union européenne et les États-Unis. C’est un pacte d’une importance majeure, puisque plus de 5000 entreprises reposent entièrement sur le transfert d’informations entre les deux régions.

Malheureusement pour ces dernières, la Cour de justice de l’Union européenne vient de mettre un terme à cet accord. Pour cause, l’institution estime que le Privacy Shield ne protège pas suffisamment les données des citoyens européens des renseignements américains.

Les accords permettant le transfert de données entre l’Europe et d’autres pays ont quant à eux été préservés. Pour cause, des protections similaires à celles mises en place dans l’UE par le RGPD y sont déployées. Ce n’est pas le cas aux États-Unis.

Des milliers d’entreprises vont donc devoir trouver de nouveaux moyens pour transférer leurs données outre-Atlantique, comme l’explique Caitlin Fennessy, directrice de la recherche à l’International Association of Privacy Profesionals.

•••

Reconnaissance faciale : Clearview AI attaqué devant la Cnil pour violation du RGPD

usine-digitale.fr  - Alice Vitard

Publié le 16 juillet 2020

La start-up française Jumbo Privacy, spécialisée dans la protection des données, a mis en demeure Clearview AI devant la Cnil. Elle demande l'ouverture d'une enquête sur les pratiques controversées de cette entreprise américaine spécialisée dans la reconnaissance faciale.

Jumbo Privacy, spécialisé dans la protection des données personnelles, a déposé le 15 juillet une réclamation devant la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) contre Clearview AI. La start-up française reproche à cette entreprise américaine spécialisée dans la reconnaissance faciale de violer de nombreuses dispositions du Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Quatre Mois De Démarches Fastidieuses

A l'origine de cette démarche, Zoé Vilain, directrice stratégie, protection des données personnelles et présidente Europe de Jumbo Privacy, explique à L'Usine Digitale avoir « mandaté Jumbo Privacy pour faire une demande d'accès et de suppression de données personnelles auprès de Clearview AI ».

L'objectif de cette démarche était de savoir si l'entreprise avait des données la concernant et "est-ce qu'elles avaient été partagées", poursuit-elle. En effet, cette société a mis au point une sorte de moteur de recherche pour identifier les auteurs d'infractions. Son fonctionnement est très simple : il suffit de prendre une personne en photo, de téléverser l'image puis de consulter toutes les images correspondantes. L'outil de recherche repose sur l'existence d'une base de données regroupant plusieurs milliards de photos aspirées depuis Facebook, Venmo et YouTube principalement.

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/reconnaissance-faciale-clearview-ai-attaque-devant-la-cnil-pour-violation-du-rgpd.N986224

•••

L’UE interdit le transfert de données Europe – USA, panique pour 5000 entreprises

lebigdata.fr - Bastien L

Publié le 17 juillet 2020

La Cour de justice de l’Union européenne vient de mettre un terme à l’accord Privacy Shield, autorisant le transfert de données entre l’Europe et les États-Unis depuis 2015. Une décision qui plonge des milliers d’entreprises dans l’incertitude…

Jusqu’à présent, l’accord Privacy Shield autorisait le transfert de données entre l’Union européenne et les États-Unis. C’est un pacte d’une importance majeure, puisque plus de 5000 entreprises reposent entièrement sur le transfert d’informations entre les deux régions.

Malheureusement pour ces dernières, la Cour de justice de l’Union européenne vient de mettre un terme à cet accord. Pour cause, l’institution estime que le Privacy Shield ne protège pas suffisamment les données des citoyens européens des renseignements américains.

Les accords permettant le transfert de données entre l’Europe et d’autres pays ont quant à eux été préservés. Pour cause, des protections similaires à celles mises en place dans l’UE par le RGPD y sont déployées. Ce n’est pas le cas aux États-Unis.

Des milliers d’entreprises vont donc devoir trouver de nouveaux moyens pour transférer leurs données outre-Atlantique, comme l’explique Caitlin Fennessy, directrice de la recherche à l’International Association of Privacy Profesionals.


© 2024 ADCET
Image