Revue de presse ADCET n° 82 du 6 juillet 2020

Mobilité

Le nouveau marché du titre mobilités, le ticket resto du transport

journaldunet.com - Jamal El Hassani

Publié le 1 juillet 2020

Des entreprises comme Edenred et Sodexo préparent des cartes prépayées et applis qui permettront aux entreprises de financer 400 euros par an de transports vertueux, comme le permet la loi mobilités.

Après le ticket restaurant, place au titre mobilités. Ce nouveau moyen de paiement en entreprise devrait commencer à apparaître à la rentrée de septembre, après la parution d'un décret prévu cet été, et qui doit apporter quelques précisions réglementaires. Issu de la loi mobilités, le titre mobilités apporte une traduction concrète au forfait mobilités durables, un dispositif facultatif permettant à l'employeur de financer à hauteur de 400 euros par an et sans cotisation des transports considérés comme vertueux, en plus du remboursement partiel de l'abonnement aux transports en commun.

Le titre mobilité permettra notamment de payer des services de covoiturage, d'autopartage (lorsque les véhicules sont à faibles émissions), ainsi que des services de location de vélos, trottinettes et scooters mécaniques ou électriques. Mais aussi de financer l'achat d'un vélo et d'accessoires cyclistes ou encore de recharger son véhicule électrique dans une station. La moitié du forfait pourra également servir à payer des frais de carburant. Le passage à un titre mobilité permettrait de faciliter l'utilisation du forfait mobilité, en accordant à l'avance un crédit aux employés, relié à un compte et à une plateforme numérique permettant aux entreprises de conserver une traçabilité de ces dépenses. Elle éviterait aussi aux salariés d'avancer les montants et de remplir des notes de frais pour se faire rembourser.

Les acteurs du ticket resto s'engouffrent

Lire la suite : https://www.journaldunet.com/economie/transport/1492547-titre-mobilite/

•••

Région Occitanie : L’Eco-chèque mobilité élargi et augmenté

petiterepublique.com

Publié le 3 juillet 2020

Eco-chèque mobilité : à compter de ce 1er juillet, la Région renforce son soutien aux mobilités douces et durables.

Les vélos traditionnels également.

 Réunis sous la présidence de Carole Delga, vendredi 26 juin en visioconférence, les élus de la Commission permanente ont validé la proposition de la présidente d’augmenter et d’élargir l’éco-chèque mobilité « vélo ». Depuis son adoption en décembre 2018, le plan de la Région Occitanie en faveur des mobilités douces n’a cessé d’être renforcé. Ainsi depuis sa mise en place, l’éco-chèque mobilité a déjà permis l’achat de près de 3.700 vélos à assistance électrique (VAE) et plus de 730 véhicules électriques. A partir d’aujourd’hui, cette aide est augmentée et élargie aux vélos traditionnels pour les trajets domicile-travail des salariés.

Devenir la première région d’Europe à énergie positive.

Afin de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, dans la perspective de devenir la première région d’Europe à énergie positive, la Région Occitanie se mobilise pour favoriser le développement des mobilités douces. Aujourd’hui, elle augmente son aide à l’achat d’un vélo à assistance électrique, passant ainsi de 100 à 200 €, et met en place un nouveau dispositif : « Eco-chèque mobilité – Bonus Forfait Mobilité Durable ». Un salarié pourra désormais percevoir une aide allant jusqu’à 400 € pour l’achat d’un vélo électrique et jusqu’à 240 € pour un vélo classique.

« La crise du COVID a mis en évidence, si cela était encore nécessaire, l’urgence d’agir pour notre environnement. Dès 2016, j’ai engagé la Région Occitanie dans une démarche de réduction des consommations d’énergie, et donc de réductions des émissions de gaz à effet de serre, et de production d’énergie renouvelable. Les mobilités douces et durables sont un important levier de cette stratégie. Le déploiement des transports en commun, des véhicules électriques et des vélos, est un gage de notre transition vers des modes de transport plus respectueux de l’environnement et donc, pour moi, une priorité. Pour cela, il est de notre responsabilité de faciliter cette transition, en permettant au plus grand nombre de se tourner vers ces mobilités douces. C’est l’ambition de notre éco-chèque mobilité « vélo », désormais renforcé pour que la question financière ne soit plus un frein au désir de changement de nos concitoyens », a notamment souligné la présidente de Région Carole Delga.

Modalités et conditions d’éligibilité.

Lire la suite : https://www.petiterepublique.com/2020/07/03/region-occitanie-leco-cheque-mobilite-elargi-et-augmente/

•••

Uber permettra bientôt aux habitants de la Californie de réserver des trajets en minibus accessibles avec un accord de transport en commun

repha.fr - Paul Laurent

Publié le 28 juin 2020

Cet article a été initialement publié par Sarah Wray sur Les villes aujourd’hui, la principale plate-forme d’actualités sur la mobilité urbaine et l’innovation, atteignant un public international de dirigeants de villes. Pour les dernières mises à jour, suivez Cities Today sur Twitter, Facebook, LinkedIn, Instagram, et Youtubeou inscrivez-vous à Cities Today News.

Le logiciel d’Uber alimentera les services de transport public à la demande grâce à un nouvel accord en Californie avec la Transportation Authority of Marin (TAM) et l’agence de bus Marin Transit.

Bien qu’Uber affiche déjà des données sur les transports publics dans son application et ait permis des achats de billets dans certains endroits, cette décision représente sa première association de logiciels en tant que service (SaaS) avec une agence de transports publics.

Shin-pei Tsay, directeur des politiques, des villes et des transports chez Uber, a déclaré Les villes aujourd’hui: «Nous recherchons toujours des moyens de compléter les agences de transport en commun et les villes grâce à notre technologie.

Lire la suite : https://repha.fr/uber-permettra-bientot-aux-habitants-de-la-californie-de-reserver-des-trajets-en-minibus-accessibles-avec-un-accord-de-transport-en-commun/

•••

Le versement mobilité remplace officiellement le versement transport

Deux décrets d’application de la loi d’orientation des mobilités (LOM) sont parus ce matin au Journal officiel. Ils concernent notamment le versement mobilité (ex-versement transport), les plans de mobilité (ex-plans de déplacements urbains). Il s’agit pour l’essentiel de décrets de « toilettage », c’est-à-dire destinés à adapter le vocabulaire réglementaire à une nouvelle loi. Mais pas seulement.

Versement mobilité
Adieu VT, bonjour VM ! Comme le prévoyait la LOM, ces décrets font définitivement disparaître des textes législatifs et réglementaires le terme de versement transport, pour le remplacer par l’expression « versement destiné au financement des services de mobilité », plus communément appelé versement mobilité ou VM. 
Outre le remplacement formel d’un terme par l’autre dans les textes, l’aspect le plus important du premier décret est de redéfinir les dépenses qui ouvrent droit au VM (article D2333-86 du Code général des collectivités territoriales). Jusqu’à présent, le versement transport pouvait être utilisé pour les dépenses relatives : aux transports publics urbains ou non urbains et autres services de transport public, totalement ou partiellement inclus dans le ressort d’une autorité organisatrice ; aux « opérations visant à améliorer l'intermodalité entre les transports en commun et le vélo » ; et à « toute action relevant des compétences des autorités organisatrices de la mobilité ».

Lire la suite : https://www.maire-info.com/mobilite-durable/le-versement-mobilite-remplace-officiellement-versement-transport-article-24360

•••

Oise : Moovit l’application de mobilité urbaine n°1 dans le monde lancée à Beauvais et dans le département

lobservateurdebeauvais.fr - Jimmy Hautecloche -

Publié le 2 juillet 2020

Moovit, l’application de mobilité urbaine la plus populaire au monde avec ses 800 millions d’utilisateurs, vient d’annoncer son lancement dans l’Oise, l’application couvre désormais l’ensemble des 4 arrondissements que compose l’Oise : Beauvais, Clermont, Compiègne et Senlis. 

Elle référence les différents mode de transport en ville

Moovit, est une filiale d’Intel, son application de mobilité urbaine est la plus populaire au mondedisponible sur iOS, Android et Web, aide les utilisateurs à se déplacer en milieu urbain en utilisant n’importe quel mode de transport : la marche, les transports en commun, les vélos et trottinettes en libre-service ou disponibles en bornes, les VTC ou les voitures en autopartage

« Faciliter la mobilité de l’Oise vers et depuis l’Ile-de-France

Les données de transport propres à l’Oise ont été fusionnées avec celle de l’agglomération parisienne facilitant alors la mobilité au sein du département mais également vers et depuis l’Île-de-France. 

« 3 Oisiens sur 10 travaillent hors de leur département » 

« 3 Oisiens sur 10 travaillent hors de leur département et près de 100 000 rejoignent chaque jour l’Île-de-France. Notre objectif premier est de faciliter les trajets de millions de voyageurs et grâce à cette nouvelle couverture dans l’Oise, de répondre aux besoins de clarté et de facilité de transports de milliers d’Oisiens chaque jour. » explique Yovav Meydad, Directeur de la Croissance et du Marketing chez Moovit,

Six milliards de points de données GPS par jour

Lire la suite : https://www.lobservateurdebeauvais.fr/2020/07/02/oise-moovit-lapplication-de-mobilite-urbaine-n1-dans-le-monde-lancee-a-beauvais-et-dans-le-departement/

•••

Ille-et-Vilaine : on pourra payer son billet par carte bancaire sur le réseau BreizhGo

actu.fr

Publié le 3 Juillet 2020

A partir du lundi 6 juillet, il sera possible de payer son billet par carte bancaire sur plusieurs lignes du réseau BreizhGo en Ille-et-Vilaine.

Dès le lundi 6 juillet, les usagers de BreizhGo, le réseau de transport de la région Bretagne, pourront payer directement leur titre de transport par carte bancaire auprès du conducteur.

La Région et illevia, régie régionale des transports, ont décidé de déployer ce nouveau service à bord des cars « après une expérimentation favorablement accueillie par les usagers durant le premier trimestre 2019 ». 

L’usager pourra alors choisir d’insérer sa carte ou de payer sans contact.

Lire la suite : https://actu.fr/societe/ille-et-vilaine-on-pourra-payer-son-billet-par-carte-bancaire-sur-le-reseau-breizhgo_34713768.html

 

Décentralisation

Emmanuel Macron veut une « conférence des territoires » cet été pour doper la décentralisation

courrierdesmaires.fr - Aurélien Hélias

Dans un entretien accordé à la presse quotidienne régionale, le chef de l’Etat confirme un mouvement de décentralisation amorcé après le remaniement gouvernemental imminent, mais semble exclure de vastes transferts de compétences. Une « conférence des territoires » cet été devrait jeter les bases de cette réforme en faveur de davantage d’expérimentations et de différenciation locales. Quant au potentiel report des élections régionales et départementales, la réponse est sibylline…

Quelques heures avant un remaniement entamé par le remplacement du Premier ministre Edouard Philippe, démissionnaire ce vendredi matin, par Jean CastexEmmanuel Macron a donné à la presse quotidienne régionale un entretien, mêlant pistes d’actions pour les deux dernières années de son mandat à l’Elysée et déclarations d’intention. Et quoi de mieux que la « PQR » pour évoquer en quoi sa formule lancée lors de sa dernière allocution télévisée le 14 juin – « tout ne peut être décidé si souvent à Paris »- allait prendre forme. 

Le locataire de l’Elysée se dit « favorable à ce qu’on ait plus de différenciations, parce que je pense que cela correspond à la fois à la demande des collectivités territoriales et au besoin des territoires. Avec la différenciation, je suis prêt à faciliter les expérimentations », indique-t-il. Se faisant, Emmanuel Macron confirme la remise en marche du projet de loi « 3D » pour Décentralisation, différenciation, déconcentration, mis entre parenthèses lors de la crise sanitaire. Un premier texte, préalable, aurait même déjà été transmis par l’exécutif au Conseil d’Etat selon Acteurs publics, dans le but de faciliter les expérimentations et que celles-ci ne se soldent pas soit par leur abandon total, soit par leur généralisation à tout le territoire. Une alternative stricte qui freine le développement de ces expérimentations par les collectivités dans la conduite des politiques publiques locales.

Lire la suite : http://www.courrierdesmaires.fr/89214/emmanuel-macron-veut-une-conference-des-territoires-cet-ete-pour-doper-les-experimentations-locales/?utm_source=alerte-actu-cdm&utm_medium=email&utm_campaign=alerte-actu-03-07-2020&email=Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

RGPD

La Stib enfreint le RGPD en collectant les données de ses voyageurs

lesoir.be

Publié le 2 juillet 2020

C’est ce qu’a conclu la justice lors du procès qui opposait la Stib à un voyageur qui avait refusé de valider son abonnement lors de son trajet.

Lorsque Kaddour Sellika se fait contrôler sur le réseau de la Stib, il est sanctionné d’une amende de 10 euros. Il n’a pas validé son abonnement lors de son trajet. Mais il refuse de payer l’amende. La RTBF rapporte les faits.

Les rappels d’huissiers se multipliant, le montant de l’amende dépasse bientôt 100 euros. Mais Kaddour Sellika conteste toujours l’amende. C’est au motif que la Stib recueille les données personnelles des voyageurs lorsqu’ils valident leurs abonnements.

Avant de comparaitre devant le juge de paix de Forest, Kaddour Sellika apprend que la Stib renonce à son action et à l’amende. Mais Kaddour Sellika tient à plaider, même sans avocat.

Verdict du procès

Coup de théâtre, Kaddour Sellika a obtenu gain de cause. Le juge a estimé que la Stib enfreint le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), en collectant des données personnelles lorsque les voyageurs valident leur abonnement sur leur trajet.

Lire la suite : https://www.lesoir.be/310985/article/2020-07-02/la-stib-enfreint-le-rgpd-en-collectant-les-donnees-de-ses-voyageurs

•••

Le Conseil d’Etat interdit l’usage de caméras thermiques dans les écoles de Lisses

lagazettedescommunes.com - Léna Jabre

Publié le 29 juin 2020

Contrairement aux caméras thermiques disposées à l'entrée de bâtiments administratifs dont l'usage n'était pas obligatoire, les caméras thermiques à l'entrée des écoles ont été jugées illégales par le juge des référés du conseil d'Etat, qui a ordonné à la commune de mettre fin à leur usage.

C’est une affaire qui était d’abord passée, fin mai, devant le juge des référés du tribunal administratif de Versailles : le maire de la commune de Lisses (Essonne), dans le cadre du déconfinement lié à la crise sanitaire, a installé une caméra fixe thermographique à l’entrée d’un bâtiment administratif qui regroupe les services communaux de la direction de la sécurité informatique, des ressources humaines, de la comptabilité et des sports, ainsi que les bureaux des services techniques. La commune a aussi acquis des caméras thermiques portables confiées à des agents municipaux, utilisées dans les bâtiments scolaires et périscolaires, lors de l’accueil des enfants, pour vérifier leur température et celle des personnels les encadrant.

Saisi par la Ligue des droits de l’Homme, le juge des référés avait donné raison, dans une ordonnance du 22 mai, à la commune de Lisses (Essonne) qui les avait installées, en jugeant leur utilisation conforme au RGPD.

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/685990/le-conseil-detat-interdit-lusage-de-cameras-thermiques-dans-les-ecoles-de-lisses/#utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=2020-06-29-quotidien&email=Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.&xtor=EPR-2

A lire aussi : L’utilisation de caméras thermiques à l’entrée des bâtiments publics jugée conforme au RGPD

 

Blockchain

Le Conseil européen de l’innovation soutient 6 projets blockchain

cryptonaute.fr - Stanislas Pogorzelski

Publié le 3 juillet 2020

Le Conseil européen de l’innovation a attribué 5 millions d’euros à 6 entreprises qui développent des solutions blockchain avec un fort impact pour les défis de société.

Le Conseil européen de l’innovation (EIC) a sélectionné 6 projets, sur un total de plus de 170 candidatures provenant de 43 pays, qui exploitent la technologie blockchain dans le domaine de l’innovation sociale.

Le programme EIC on Blockchains for Social Good visait initialement a soutenir 5 projets blockchain open source prometteurs mais le Conseil a finalement choisi 6 projets car 2 candidatures ont terminé ex-aequo, et le jury a recommandé de financer les deux initiatives en divisant le 5ème prix.

Je félicite chaleureusement tous les gagnants. Les solutions proposées montrent comment la blockchain peut créer un changement social positif en soutenant le commerce équitable, en augmentant la transparence dans les processus de production et le commerce électronique et en contribuant à l’inclusion financière en explorant les structures économiques décentralisées. J’espère que ce prix pourra aider à mettre à l’échelle ces idées exceptionnelles et inspirer de nombreux autres innovateurs,” a commenté Maria Gabriel, commissaire chargée de la recherche, de la culture, de l’éducation et de la jeunesse.

Parmi les lauréats, on compte le projet WordProof développé par l’entreprise néerlandaise WordProof B.V. et qui permet, grâce à horodatage, de rendre des informations vérifiables avec l’utilisation d’un plugin de navigateur.

Lire la suite : https://cryptonaute.fr/le-conseil-europeen-de-linnovation-soutient-6-projets-blockchain/

•••

Vote blockchain à Moscou : le système a résisté à une attaque

cryptoast.fr - Marine Debelloi

Publié le 30 juin 2020

Les habitants de Moscou s’expriment par les urnes depuis le 25 juin, et ils peuvent voter grâce à une application blockchain. Selon les responsables, une attaque a cependant eu lieu dans la journée de samedi, mais la plateforme de vote a résisté.

Moscou expérimente avec le vote blockchain

Comme nous vous l’expliquions en début de mois, la ville de Moscou et celle de Nijni Novgorod avaient été les premières à expérimenter le vote blockchain, grâce à une application. Moscou s’est appuyé sur les avantages de la blockchain : d’une part sa grande sécurité, et de l’autre sa transparence. S’il s’avère efficace, ce système pourrait être élargi à d’autres villes et d’autres scrutins. 1 million de Russes ont au final choisi cette méthode de vote, qui vient de connaître un baptême du feu mouvementé, selon une information officielle.

La plateforme a résisté à une attaque

Selon le responsable des « projets intelligents » du gouvernement de Moscou, la plateforme de vote a subi une tentative d’attaque lors de son troisième jour d’utilisation, le 27 juin : « Il y a eu une tentative d’attaque du système de vote en ligne sur les amendements à la Constitution de la Fédération de Russie, par le biais du service d’observation, [mais] le système n’a pas échoué. »

Lire la suite : https://cryptoast.fr/vote-blockchain-moscou-attaque/

 

5G

Ondes 5G et santé: que dit la science des craintes des maires écolos

huffingtonpost.fr - Grégory Rozières

Publié le 3 juillet 2020

Que sait-on des risques et problèmes sanitaires que pourrait provoquer la 5G ? Le HuffPost a posé la question à des chercheurs.

SCIENCE - Une vague verte a déferlé sur plusieurs grandes villes lors du second tour des élections municipales, dimanche 28 juin. Alors que les maires vont être officiellement élus dans les conseils municipaux à partir de ce vendredi 3 juillet, les édiles écologistes ont évoqué ces derniers jours sur les ondes médiatiques leurs programmes et leurs priorités, à la fois locales et nationales.

Le climat et la biodiversité font évidemment partie des objectifs principaux. Un autre dossier a également commencé à essaimer ces derniers jours: celui de la 5G. Cette technologie, devant à terme supplanter la 4G, permettra d’atteindre des vitesses de débit bien supérieures pour les smartphones et objets connectés. Mais de nombreux maires EELV se sont opposés à ce déploiement, allant jusqu’à demander un moratoire contre des expérimentations locales.

L’argument principal souvent mis en avant concerne le poids environnemental. Il apparaît effectivement logique de s’interroger sur l’impact, bénéfique ou négatif, de cette nouvelle technologie sur nos émissions de gaz à effet de serre, par exemple. Mais les premières utilisations commerciales ne devant pas avoir lieu avant l’année prochaine, le tout de manière progressive, pourquoi vouloir tout stopper en urgence?

Ici, certains édiles ont invoqué un autre argument, qui ne peut être synonyme que d’urgence: la santé. Pierre Hurmic, le maire EELV de Bordeaux, a estimé que “la 5G mérite un vrai débat, il faut indiquer quels sont les dangers, il y a des dangers de la 5G”. Il faudra “voir si cette technologie n’est pas une technologie de confort avec des risques sanitaires”, dit de son côté Emmanuel Denis, maire EELV de Tours. Pour Anne Vignot, élue à Besançon, “La 5G pose des problèmes de santé publique”.

La 5G change deux choses face à la 4G

Lire la suite : https://www.huffingtonpost.fr/entry/ondes-5g-et-sante-que-dit-la-science-des-craintes-des-maires-ecolo_fr_5efe1310c5b612083c58d89b


© 2024 ADCET
Image