Revue de presse ADCET n° 68 du 30 mars 2020

• Spécial Coronavirus

COVID-19 : un service Nomad coivoiturage maintenu et gratuit

normandie.fr - Communiqué

Publié le 26 mars 2020

En cette période de crise sanitaire majeure, la Région Normandie maintient le service Nomad Covoiturage pour permettre à ceux qui ont absolument besoin de se déplacer de le faire et offre, depuis mardi 24 mars, la gratuité aux personnes assurant des missions essentielles au fonctionnement de la Nation, personnels soignants en premier lieu.

NOMAD COVOITURAGE, QU'EST-CE QUE C'EST ? 

NOMAD Covoiturage, c’est une solution de transport mise en place par la Région Normandie et développée par Karos qui permet de covoiturer simplement pour les trajets du quotidien.

Lire la suite : https://www.normandie.fr/covid-19-un-service-nomad-covoiturage-maintenu-et-gratuit

•••

Coronavirus Covid 19 : Laurent Wauquiez annonce la gratuité sur le réseau TER pour les personnels de l'urgence sanitaire

france3-regions.francetvinfo.fr - C.Conxicoeur/B. Bourgeot/JC. Adde

Publié le 23 mars 2020

Lundi 23 mars, le Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a annoncé la gratuité du transport TER (trains et autocars) pour les personnels qui concourrent à l'urgence: soignants, personnels techniques et administratifs. Il lance aussi un appel aux entreprises de la région.

Sont concernés les soignants, mais aussi tous ceux qui "participent à l'urgence sanitaire" comme les personnels techniques des hôpitaux : électriciens , techniciens de maintenance, etc. "tous ceux qui prennent soin de nous", commente le patron de la Région, l'autorité organisatrice des transports.

« Nous avons demandé deux choses à la SNCF (chargé de l'exploitation du réseau régional) : un service minimum pour permettre à caux qui vont travailler de pouvoir prendre le train vers les principales agglomérations. Ensuite, nous avons demandé la gratuité pour les soignants, pour leur faciliter la vie. »

Lire la suite : https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/coronavirus-covid-19-laurent-wauquiez-annonce-gratuite-reseau-ter-personnels-urgence-sanitaire-1804918.html

•••

COVID-19 : la Région Normandie prend des mesures économiques d'urgence et adapte ses dispositifs à la crise sanitaire

Depuis le siège de la Région à Caen, Hervé Morin a réuni ce jour la Commission permanente de la Région Normandie, par visio conférence comme l'autorise la loi du 24 mars 2020. La Commission permanente a décidé, à l'unanimité, qu'au titre de l'élargissement de ses délégations, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, est désormais en mesure de prendre toutes les décisions urgentes qui s'imposent, dans ce contexte de crise sanitaire conséquente à la pandémie du virus COVID-19, dans le cadre juridique et les limites de l'état d'urgence sanitaire déclaré par le Parlement.

Ainsi, la Région Normandie adopte, dans le cadre de ses compétences, des mesures conservatoires et d'urgence économique et sociale, pour conserver le tissu économique social et solidaire garant de la viabilité de son territoire.

Ces mesures concernent l'économie, la jeunesse, le sport, la culture et la formation professionnelle.

Hervé Morin s'est d'ores et déjà engagé auprès des entreprises titulaires de marchés publics régionaux pour ne pas appliquer de pénalités de retard en lien avec cette situation exceptionnelle. Les travaux entrepris sur les chantiers actuels peuvent ainsi ne pas être suspendus.

Un effort régional considérable pour aider les entreprises normandes

Les mesures suivantes sont mises en place pour soutenir les entreprises :

- Un moratoire systématique et automatique jusqu'à octobre 2020, des échéances de remboursements comprises entre le 1er avril et le 30 septembre 2020 de l'ensemble des prêts régionaux accordés actuellement aux entreprises quel que soit le dispositif de soutien (ARME, Impulsion, DEFI, anciens dispositifs ex-BN ou ex HN...). L'ensemble de ces échéances comprises dans cette période sont donc reportées et chaque tableau d'amortissement sera prolongé à due concurrence du report.

Ce report de charges touche à ce jour 598 entreprises et représente 11,2 millions d'euros d'échéances cumulées sur six mois d'exercice.

Lire la suite : https://www.normandie.fr/commission-permanente-du-25-mars-mesures-economiques-durgence

•••

Coronavirus : Collecte de données de santé, géolocalisation… A quoi le pistage numérique pourrait-il ressembler ?

20minutes.fr - Marie de Fournas

Publié le 26 mars 2020

SURVEILLANCE Déjà adoptée par plusieurs pays d’Asie et d’Europe, la collecte de données personnelles pour lutter contre la propagation du Covid-19 pourrait être appliquée en France d’ici peu… Mais sous quelle forme ?

  • - Le gouvernement se penche sur la mise en place d’un traçage numérique des citoyens français, qui pourrait potentiellement utiliser des données de localisation et de santé.
  • - En cette période de pandémie mondiale, les exceptions prévues par la RGPD pourraient permettre cette collecte illégale en temps « normal ».
  • - Plusieurs pays européens et d’Asie ont enclenché ce pistage numérique sous diverses formes, alors que la France n’a pas encore choisi son option.

Les données personnelles des Français exploitées en toute légalité ? Depuis un peu plus de 24 heures, un nouveau comité de douze chercheurs et médecins a été installé par l’Elysée. En plus de conseiller le gouvernement sur les traitements et les tests contre le coronavirus, il doit donner son avis sur « l’opportunité de la mise en place d’une stratégie numérique d’identification des personnes ayant été au contact de personnes infectées ».

Contacté par 20 Minutes, le secrétariat d’Etat chargé du Numérique a répondu qu’il n’était pas en mesure pour l’heure de donner plus de précisions sur les contours de ce « backtracking », comme le nomme l’Elysée. Cependant, la France n’étant pas la première à se pencher sur la nécessité du traçage numérique, un rapide coup d’œil sur ce qui se fait dans certains pays permet de nous donner une petite idée.

Les règles de protection allégées

Lire la suite : https://www.20minutes.fr/high-tech/2747947-20200326-coronavirus-collecte-donnees-sante-geolocalisation-quoi-pistage-numerique-pourrait-ressembler

•••

Confinement - Les agents de la Ville mobilisés pour assurer le service public

rouen.fr - Communiqué

Publié le 25 mars 2020

Les mesures de confinement imposées dans la lutte contre le Covid-19 ralentissent fortement l'activité des services au public notamment, pour autant, bon nombre d'agents municipaux sont à l'oeuvre et assurent leurs missions comme d'habitude, ou presque.

Quand on pense aux services publics en première ligne face au Coronavirus, ce sont les personnels soignants qui viennent en tête, puis les policiers, sapeurs-pompiers, agents de transports en commun ou encore ripeurs. Les agents municipaux sont eux aussi de ceux-là. Mission par mission, la Ville de Rouen est sur le pont.

Garde d'enfants

Pour continuer de proposer aux personnels soignants un service de garde d'enfants, une trentaine d'agents municipaux - en plus des enseignants - est en rotation pour accueillir, nourrir les petits et entretenir les locaux de 6 écoles et 1 centre de loisirs, et ce 7 jours sur 7. Ils sont accompagnés par des animateurs : en relais, à raison de 12 par jour, ils assurent l'accueil en dehors du temps scolaire. Au sein de la seule crèche municipale ouverte - Terre des enfants - 12 personnes veillent au bien-être des tout-petits présents, du cuisinier aux infirmières puéricultrices en passant par les agents d'entretien.

Personnes âgées et fragiles

Lire la suite : https://rouen.fr/evenement/2020/03/confinement-agents-ville-mobilises-pour-assurer-service-public

•••

Covid-19 : Orange, Deutsche Telekom et six autres opérateurs télécoms vont pister leurs clients

usine-digitale.fr - Alice Vitard

Publié le 26 mars 2020

A la demande de la Commission européenne, Orange, Deutsche Telekom et six autres opérateurs télécoms acceptent de fournir les données mobiles liées au positionnement géographique de leurs clients pour aider les gouvernements à lutter contre la pandémie de Covid-19. Le gendarme européen de la vie privée estime que le RGPD sera respecté, à condition que cette mesure repose sur des garanties fermes.

Huit opérateurs télécoms ont répondu à l'appel de la Commission européenne le 25 mars 2020, dont l'opérateur historique français, Orange. Les sept autres sont Deutsche Telekom, Vodafone, Telefonica, Telecom Italia, Telenor, Telia et A1 Telekom Austria. Selon Reuters, ils ont accepté de fournir aux gouvernements européens les données mobiles liées au positionnement géographique de leurs clients pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Les informations récoltées vont permettre de savoir où les personnes contaminées sont allées, voire de déduire quelles interactions sociales elles ont eu, ce afin de repérer les populations susceptibles d'avoir été exposées au virus et de mieux comprendre sa propagation. Ces mesures de strict suivi des mouvements de la population ont été rapidement implémentées dans les pays ayant le plus de succès dans l'endiguement de la maladie, comme Singapour ou Taïwan.

Des données agrégées et anonyminsée

"Le but c'est de savoir", explique le PDG d'Orange Stéphane Richard, interrogé sur Europe 1 le 26 mars 2020.

Lire la suite : https://www.usine-digitale.fr/article/covid-19-orange-deutsche-telekom-et-six-autres-operateurs-telecoms-vont-pister-leurs-clients.N946121

 

• RGPD

Le RGPD complique la distribution des masques, réagit le Président région Grand Est

larevuedudigital.com 

Publié le 25 mars 2020

Le Président de la région Grand Est, durement touchée par le Covid-19, pointe du doigt le RGPD comme compliquant la distribution des masques aux professionnels de santé. La CPAM et la Région Grand Est en arrivaient à un blocage dans leurs échanges le 25 mars, se désole-t-il.

Le règlement européen sur la protection des données peut compliquer inutilement la lutte actuelle contre le Coronavirus. C’est le sentiment de Jean Rottner, Président de la région Grand Est, et médecin urgentiste de profession.

Il manifeste son énervement à l’heure où il est urgent de réagir à la dégradation de la situation dans les services hospitaliers à Mulhouse, Colmar et Strasbourg. Il déclare que le RGPD (Règlement général sur la protection des données) empêche la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) de communiquer la liste des professionnels de santé à l’Union régionale des professions de santé qui est chargée de répartir les masques de protection contre le Coronavirus dans le Grand Est.

« J’ai un devoir de protection en tant qu’élu. Ce devoir de protection se heurte à des choses toutes simples. Nous avons commandé 5 millions de masques qui ne vont pas tarder à arriver. Pour faire leur répartition nous passons par l’union régionale des professions de santé qui a besoin d’une liste des professionnels de santé » décrit le Président de région.

« Aujourd’hui la CPAM nous refuse cette liste à cause du RGPD. Voila la situation dans notre pays. Nous sommes à 1100 morts. Nous doublons les morts tous les 3 jours en France et à cause de la RGPD on est en incapacité de distribuer de manière efficace les masques aux professionnels de santé qui sont au front, en médecine libérale, SOS médecins, dans les Ehpads. C’est pour moi juste un scandale » conclut-il.

Source : https://www.larevuedudigital.com/le-rgpd-complique-la-distribution-des-masques-de-protection-aux-professionnels-de-sante/

•••

Coronavirus : la Cnil recule sur le pistage des internautes pour apaiser les publicitaires

lesnumeriques.com - Corentin Bechade

Publié le 27 mars 2020

Dans un contexte économique délicat dû à l'épidémie du coronavirus, la Cnil vient de laisser quelques semaines de répit au monde de la pub pour continuer à pister les internautes. Une décision en désaccord avec le RGPD.

L'épidémie de coronavirus qui a mis la France en pause angoisse les publicitaires. La plupart des commerces étant fermés, les professionnels du secteur voient leurs recettes publicitaires fondre comme neige au soleil, que ce soit dans l'affichage traditionnel ou sur le web.

Face à cette situation, les entreprises ont tiré la sonnette d'alarme et dans un article du journal Le Monde, Frédéric Olivennes, directeur de l'Interactive Adverstising Bureau, a appelé à la tenue d'un « moratoire » concernant « certaines règles, qui doivent être mises en place par la Cnil sur la protection de la vie privée ».

Un "sujet majeur" qui attendra

Lire la suite : https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/coronavirus-la-cnil-recule-sur-le-pistage-des-internautes-pour-apaiser-les-publicitaires-n148945.html

 

• Mobilité

« La Mobilité du futur dans nos villes » : chercheurs et urbanistes imaginent les transports de l’avenir

lemonde.fr - Alain Constant

Publié le 28 mars 2020

Trains autonomes, hélicoptères électriques… Les idées ne manquent pas pour envisager nos déplacements de demain, comme l’illustre le documentaire de Christian Vogel.

Des taxis volants. Mais aussi des trains autonomes ultrarapides avec batteries sur le toit, des voitures sans chauffeur, des navettes fluviales high-tech, de petits bus autonomes ou même des drones à deux ou trois passagers… Pour se déplacer dans les prochaines décennies, fluidifier un trafic devenu cauchemardesque dans les grandes agglomérations et réduire drastiquement le rejet de CO2 dans l’atmosphère, les idées ne manquent pas.

L’intérêt de ce documentaire est de donner la parole à des personnalités qui expérimentent dès à présent des solutions pour les transports de demain. Chercheurs en informatique, urbanistes, experts en mobilité, toutes et tous proposent des solutions. Et ce qui ressemblait encore à de la science-fiction prend soudain forme sous nos yeux : technologies de pointe, maquettes grandeur nature, tests plus ou moins concluants en milieu urbain, le futur est déjà là.

« Nous n’irons plus au boulot par la route, mais par les airs ! », affirme un chercheur en informatique allemand, en pointe sur le développement d’hélicoptères électriques et fervent partisan de taxis aériens. La voiture autonome ? « Même si un véhicule sans chauffeur manquera toujours du fameux septième sens en cas d’imprévu, la machine est parfois un meilleur régulateur que l’humain. La simple présence de quelques voitures autonomes sur les routes permettrait de fluidifier l’ensemble du trafic, de le lisser, en quelque sorte », avance un autre chercheur.

Repenser l’infrastructure des villes

Lire la suite : https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/03/28/la-mobilite-du-futur-dans-nos-villes-chercheurs-et-urbanistes-imaginent-les-transports-de-l-avenir_6034787_3246.html

 

• Services publics

Les services publics locaux : à l’avenir, tous sous-traités ? (2/4)

lagazettedescommunes.com - Cédric Néau

Publié le 26 mars 2020

Une enquête exclusive d’Infopro Digital études pour « La ­Gazette » et ­Webhelp montre l’attachement des Français, des élus et des agents territoriaux aux services publics locaux, même s’ils s’attendent à de grandes évolutions qualitatives et quantitatives.

Aux yeux des ­Français, qui y sont pourtant attachés et en sont globalement satisfaits, les services publics risquent de l’être de moins en moins. Selon une enquête exclusive d’Infopro Digital études pour « La ­Gazette » et ­Webhelp, 61 % d’entre eux estiment que les services publics vont diminuer dans les années à venir. Parallèlement, la moitié des ­Français interrogés (52 %) pense que leurs prix vont augmenter.

Lire la suite (suivie de plusieurs diagrammes) : https://www.lagazettedescommunes.com/666333/les-services-publics-locaux%E2%80%89-a-lavenir-tous-sous-traites%E2%80%89-24/

 

• Blockchain

La Chine va déployer un réseau blockchain dans 100 villes

cryptonaute.fr - Stanislas Pgorzelski

Publié le 23 mars 2020

En avril, le gouvernement chinois et plusieurs grandes banques et entreprises de technologies lanceront conjointement un réseau permettant de créer et héberger des applications blockchain.

Baptisée Blockchain-based Service Network (BSN), le réseau ambitionne de réduire de 80% les coûts des activités basées sur la blockchain, rapporte Spectrum, un média édité par l’Institut des ingénieurs en électricité et électronique.

En plus d’offrir la possibilité de créer des applications à bas prix (- de 300$), le BNS aidera aussi les entreprises à concevoir et gérer leurs propres plateformes blockchain, notamment grâce à des frameworks pré-conçus.

Lire la suite : https://cryptonaute.fr/chine-reseau-blockchain-100-villes/

 

• Cybersécurité

Comment repérer une fausse information (fake news, hoax, intox...) ?

lesnumeriques.com - Renaud Labracherie

Publié le 24 mars 2020

Dans les périodes troubles, alors que nous sommes noyés sous l'information, il faut rester vigilant face aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux ou par SMS. Voici quelques règles à suivre pour identifier canulars et fakes news.

Un message qui a rapidement circulé (de nombreuses personnes de mon entourage m'ont fait suivre cette information) en créant un phénomène de panique dont on se passerait volontiers en ce moment. Pire, en demandant de prévenir immédiatement vos proches, ce type d'alerte peut également créer des saturations des réseaux et des canaux d'information.

Alors, faut-il avoir peur de la vidéo "Dance of the Dad" ? En cherchant un peu sur Internet, et notamment dans les colonnes des quotidiens nationaux qui disposent d'équipes dédiées à la vérification des informations, il est facile d'apprendre que ce malware n'existe pas et qu'aucune radio n'a relayé cet avertissement.

Quelques règles à suivre pour débusquer la fausse information

Lire la suite : https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/comment-reperer-une-fausse-information-fake-news-hoax-intox-n148699.0

•••

Cybersécurité : la course sans fin pour contrer les menaces

Les pirates ont leurs marketplaces, leurs prestataires, leurs réseaux d'ordinateurs aux impressionnantes capacités de calcul, leurs outils d'intelligence artificielle… Et ils mettent à profit la moindre faille pour prospérer.

La crise de coronavirus attise la malveillance sur Internet : faux sites de vente de masques chirurgicaux, prolifération de pages liées au coronavirus dont 50 % ont des chances d'être malveillantes, selon Check Point Software Technologies… Les pirates du monde entier s'engouffrent dans la brèche du Covid-19 pour accélérer la propagation de leurs propres infections. Cette réactivité démontre la puissance du côté obscur des réseaux.

Logiciels malveillants, numéros de cartes bancaires, données personnelles complètes, accès frauduleux à des systèmes d'information, failles zero-day, prestations de « pirate as a service »… la boîte à outils du pirate est disponible dans le dark Web, cet Internet de tous les trafics. Pour se faire une idée de l'importance de cette communauté malveillante, « nous installons des 'honeypots', des machines faites pour attirer les pirates. En une semaine, nous enregistrons jusqu'à 125 000 attaques par PC ! » confie le hacker éthique Gaël Musquet.

Des objets connectés non sécurisés

Lire la suite : https://www.lesechos.fr/thema/cybersecurite-pme/cybersecurite-la-course-sans-fin-pour-contrer-les-menaces-1189065

 


© 2024 ADCET
Image