Revue de presse ADCET n° 66 du 16 mars 2020

• Mobilité

Municipales : près de 2 Français sur 3 ont des attentes sur les nouvelles mobilités urbaines

ladepeche.fr - Philippe Rioux

Publié le 10 mars 2020

Trottinettes, rues encombrées, partage de la rue entre cyclistes et piétons, etc. La mobilité urbaine  figure parmi les sujets phares qui animent les débats de la campagne des municipales. À cette occasion Cosmo Connected, start-up spécialisée dans les produits de sécurité connectée pour toutes les formes de mobilités, dévoile les grandes attentes des Français vis-à-vis de leurs futurs élus sur ce sujet via une enquête YouGov.

La mobilité, un enjeu majeur des élections municipales

Selon ce sondage, 58% des Français attendent un avis clair des candidats aux élections municipales sur le sujet des nouvelles mobilités urbaines (encadrement des trottinettes, voies de circulation réservées, réglementation…). 

71% des Français pensent que leur ville n’est pas adaptée à l’usage des trottinettes électriques.

Les attentes des Français en matière de sécurité

Lire la suite : https://www.ladepeche.fr/2020/03/10/municipales-pres-de-2-francais-sur-3-attendent-une-position-claire-des-candidats-sur-les-nouvelles-mobilites-urbaines,8787762.php

•••

Opinion | La mobilité urbaine, le défi de la ville de demain

lesechos.fr - Coralie Caron-Telders (manager France d'Unu)

Publié le 12 mars 2020

L’urbanisation de nos sociétés et l’amenuisement de l’espace urbain disponible ont fait émerger des problématiques de mobilité urbaine, écrit Coralie Caron-Telders. Derrière ce terme se trouve une multitude d’acteurs et de défis. La transition des villes vers des solutions de mobilité durable ne pourra se faire qu’à la condition d’en appréhender chacun des enjeux.

L’essor et l’attractivité des grands centres urbains ont accru les flux de mouvement et la densité de la population dans ces zones. Les villes sont de plus en plus congestionnées, les transports saturés et se déplacer en heure de pointe peut s’apparenter à un véritable parcours du combattant. Améliorer et transformer la mobilité au sein des villes pour qu’elles restent attractives et assurer le confort et qualité de vie à ses habitants est donc primordial.

Afin de répondre de façon durable à ces problématiques, il est nécessaire pour les pouvoirs publics de soutenir les nouvelles solutions de mobilité (autopartage, covoiturage, etc.) afin de les intégrer durablement dans le paysage urbain, dans le but de faciliter leur adoption et leur utilisation par les citadins.

Bien conscients des enjeux et attentes inhérents, mais également du potentiel de croissance dans ce domaine, de nombreux acteurs se sont positionnés sur le secteur de la mobilité urbaine. C’est dans ce contexte qu’est apparu le terme de  «MaaS» («mobility as a service»), qui est devenu la pierre angulaire des transports urbains. Celui-ci vise à offrir sur une même plate-forme, le moyen de trouver l’itinéraire le plus rapide, le véhicule le plus adapté et de payer son trajet ou encore valider son titre de transport. En proposant une solution complète, le MaaS entend fluidifier, simplifier et améliorer l’expérience utilisateur afin de la rendre plus intuitive et efficiente. Mesurer, analyser, prédire et optimiser en temps réel la mobilité grâce à de nouveaux outils numériques, voilà donc un des enjeux majeurs. Mais pas seulement.

Relever le défi écologique et technologique

Lire la suite : https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/opinion-la-mobilite-urbaine-le-defi-de-la-ville-de-demain-1184470

 

• RGPD

Quelle est la stratégie de contrôle de la CNIL pour 2020 ?

actualitesdudroit.fr - Lionel Costes

Publié le 12 mars 2020

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) va axer son action de contrôle sur trois thématiques prioritaires : les données de santé, la géolocalisation pour les services de proximité ainsi que les cookies et autres traceurs.

On retiendra plus précisément que parmi les procédures formelles de contrôle conduites par la CNIL, plus d’une cinquantaine sera menée dans le cadre de trois thématiques retenues comme priorités pour 2020 :

La sécurité des données de santé

L’actualité récente en matière de santé (télémédecine, objets de santé connectés, violations de données personnelles au sein d’établissements publics…) démontre l’attention qui doit être portée à la sécurité des traitements de santé.

Les données de santé sont des données sensibles, qui font l’objet d’une protection spécifique par les textes (RGPD, loi Informatique et Libertés, Code de la santé publique, etc.) afin de garantir le respect de la vie privée des personnes.

La CNIL souhaite, grâce à cette thématique prioritaire, s’intéresser plus particulièrement aux mesures de sécurité mises en œuvre par les professionnels de santé ou pour leur compte.

Mobilités et services de proximité, les nouveaux usages des données de géolocalisation

De nombreuses solutions se développent avec pour objectif affiché de faciliter la vie quotidienne : recommandation des modes de transport adaptés selon un trajet défini, optimisation des parcours de déplacement... Ces solutions font le plus souvent appel à des données de géolocalisation, et soulèvent potentiellement des risques d'atteinte à la vie privée. Les contrôles porteront ainsi notamment sur la proportionnalité des données collectées dans ce cadre, les durées de conservation définies, l’information délivrée aux personnes et les mesures de sécurité mises en œuvre.

Lire la suite : https://www.actualitesdudroit.fr/browse/affaires/immateriel/26359/quelle-est-la-strategie-de-controle-de-la-cnil-pour-2020

•••

RGPD : une plateforme d’audit pour l’évaluation et mise en conformité

lundi 9 mars 2020

Afin que les entreprises puissent aisément répondre aux exigences du RGPD, l’éditeur Iron Mountain propose une plateforme d’audit sécurisée en ligne, avec un rapport d’audit, un registre des activités de traitement et un plan de remédiation.

Lire la suite : https://www.toolinux.com/?RGPD-une-plateforme-d-audit-pour-l-evaluation-et-mise-en-conformite

•••

RGPD: 60 % des communes ne sont pas en conformité

lefigaro.fr - Xavier Pennec

Publié le 12 mars 2020

Le règlement général sur la protection des données (RGPD) oblige, depuis 2018, les collectivités à désigner un délégué à la protection des données.

À la veille des municipales, la question de la protection des données personnelles est peu débattue. « Or 60 % des communes n’ont toujours pas désigné de délégué à la protection des données (DPD) », comme l’impose le RGPD entré en vigueur en mai 2018, soulignait Marie-Laure Denis, présidente de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), lors du dernier congrès de l’Association des maires de France (AMF). Les communes éprouvent les plus grandes difficultés à se conformer au règlement européen « Au moment de son entrée en vigueur, nous avons alerté les maires sur la prise de conscience des habitants qui étaient désormais susceptibles de leur demander des comptes sur le sujet des données personnelles. Tous n’ont pas pris, alors, la mesure de ce changement », reconnaît-on à l’AMF. Ce nouveau délégué, au centre du nouveau dispositif, a pour mission d’informer et de conseiller la collectivité sur la conformité au RGPD et il est l’interlocuteur de la Cnil.

Le sujet est sensible.

Lire la suite (article réservé aux abonnés) : https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/rgpd-60-des-communes-ne-sont-pas-en-conformite-20200312

• Blockchain

La Blockchain en entreprise

Podcast

Nicolas Gaudillière (CTO Capgemini Invent et alumni Supélec) et Jean-Baptiste Meriem (Blockchain Lead France) définissent la Blockchain et échangent au sujet de sa place en entreprise, de l'état du marché, de la maturité actuelle des entreprises ainsi que du rôle des cabinets de conseil dans les projets Blockchain.

Ce podcast est un résumé d'une conférence donnée aux étudiants des formations Mastère Spécialisé® MSI et SIO de CentraleSupélec.

Ecouter sur : https://soundcloud.com/user-27325838/la-blockchain-en-entreprise

• Identité numérique

L’Assemblée nationale lance une consultation sur l'identité numérique

nextimpact.com -

Publié le 10 mars 2020

La mission d'information commune sur l'identité numérique, créée le 30 octobre 2019, entend « formuler des recommandations » sur ce sujet, « en prenant en compte les questions d'éthique, de confiance, de sécurité, d'inclusion des citoyens et de protection de leurs droits ».

Associée avec la commission des Lois et la commission des Affaires économiques, elle vient de lancer une consultation en ligne ouverte à partir du 9 mars et jusqu’au 19 avril 2020 sur le site de l’Assemblée nationale

« À partir de l’été 2021, la France devra se conformer au droit européen et doter ses ressortissants d’une carte nationale d’identité électronique » rappelle-t-elle. 

Lire la suite : https://www.nextinpact.com/brief/l-assemblee-nationale-lance-une-consultation-sur-l-identite-numerique-11552.htm

Relire l’interview du 18 octbre 209 du directeur de l’ANTS: « Jérôme Letier (ANTS) : « il y a des contrevérités qui circulent sur Alicem »

•••

Identité numérique : trois députés consultent les Français en ligne jusqu'au 19 avril

maire-info.com - Ludovic Galtier

Publié le 12 mars 2020

Jusqu’au 19 avril, la mission d’information parlementaire sur l’identité numérique, composée des députés Marietta Karamanli (Sarthe, socialistes et apparentés), Christine Hennion (Hauts-de-Seine, La République en marche) et Jean-Michel Mis (Loire, La République en marche), lance une consultation en ligne sur le sujet. Son objectif : recueillir l’avis des citoyens notamment sur « les enjeux éthiques » de l’identité numérique, sa protection et ses usages, « à l’ère de la dématérialisation des démarches administratives et la multiplication des services en ligne » (lire Maire info du 21 novembre 2019).
Mais aussi au moment où la France construit son identité numérique régalienne. Celle-ci doit être opérationnelle « à partir de l’été 2021 », conformément au règlement européen eIDAS du 23 juillet 2014, dont l’ambition est de « créer un socle commun pour les interactions électroniques entre les citoyens, les entreprises et les autorités publiques ».

Le niveau de sécurité de France Connect « n’est pas suffisant »
Depuis 2016, la France s’est bien dotée d’un premier dispositif d’identité numérique (France Connect), « qui permet aux internautes de s'authentifier sur un service en ligne par l'intermédiaire d'un compte existant sur un service public » (impôts, demande de logement…). Problème : il ne répond pas au standard européen de sécurité le plus élevé et ne peut donc pas être utilisé pour « certains usages ».

Lire la suite : https://www.maire-info.com/numerique/identite-numerique-trois-deputes-consultent-les-franais-en-ligne-jusquau-19-avril-article-23984

• Cybersécurité

Quand la RATP is watching you

Infoprotection.fr - Ségolène Kahn

Publié le 11 mars 2020

Une note de l’IPR révèle que la Régie autonome des transports parisiens se livre à des expérimentations de reconnaissance faciale sur son parc de caméras de vidéosurveillance. Elle souhaiterait même faire de la station Châtelet-Les Halles un « laboratoire d’intelligence artificielle ».

L’agence d’urbanisme d’Île-de-France explique que la RATP est souvent sollicitée par des industriels pour « perfectionner la technicité des algorithmes ». Pour aller plus loin encore, la régie parisienne ambitionne de transformer la station Châtelet-Les Halles en « laboratoire d’intelligence artificielle ».

Lire la suite : https://www.infoprotection.fr/?p=19676&IdTis=XTC-A2S4-MM38BL-DD-9G36ZU-AWIM

•••

Coronavirus : télétravail et cybersécurité font-ils bon ménage ?

latribune.fr - Anaïs Cherif 

Publié le 13 mars 2020

Afin de lutter contre la propagation du coronavirus, le travail à distance devrait largement se développer dans les semaines à venir en France. En cas de mauvaise préparation, la sécurité des entreprises est susceptible d'en pâtir. Conseils et bonnes pratiques pour limiter les risques.

Alors que l'épidémie du coronavirus se poursuit en France, le télétravail devrait massivement se pratiquer dans les prochaines semaines afin de lutter contre la propagation du virus. C'est l'une des annonces d'Emmanuel Macron au cours de son allocution télévisée jeudi soir consacrée à la crise du coronavirus. Le président de la République a ainsi demandé aux entreprises de « permettre à leurs employés de travailler à distance » et d’ « intensifier » la pratique du télétravail. Un changement d'organisation qui n'est pas sans risque pour la cybersécurité des entreprises.

« Si le télétravail est anticipé, il peut être complètement sécurisé, rassure Gérôme Billois, expert cybersécurité au sein du cabinet d'études Wavestone. Mais avec l'épidémie qui est en cours, le risque n°1 est l'ouverture soudaine et très large du télétravail, sans que l'entreprise n'ait pris le temps de déployer des mesures minimum de cybersécurité. »

Et donc de créer des failles pour le plus grand bonheur des cybercriminels. « Les pirates continuent d'être attirés par les mêmes données qu'habituellement - des données personnelles ou des données bancaires, par exemple. En période de télétravail massif, il peut être plus simple pour eux de pénétrer numériquement l'entreprise », poursuit l'expert.

Déport d'écran et VPN pour compenser les failles du matériel personnel

Lire la suite : https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/coronavirus-teletravail-et-cybersecurite-font-ils-bon-menage-842060.html

• Intelligence artificielle

Inauguration de la Maison de l’Intelligence Artificielle à Sophia Antipolis

yesicannes.com.fr - Tamel

Publié le 15 mars 2020

Inaugurée à Sophia Antipolis, la première Maison de l’Intelligence Artificielle des Alpes-Maritimes place le département au coeur de la révolution numérique.

La Maison de l’Intelligence Artificielle de Sophia Antipolis a été inaugurée le 10 mars 2020 à Sophia Antipolis, une première en France et en Europe! Dans le cadre de la stratégie nationale pour l’Intelligence Artificielle (IA), annoncée par le Président de la République lors de la journée “AI for Humanity” le 29 mars 2018, un ambitieux programme national dédié à la recherche a été lancé le 28 novembre 2018 par la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et le Secrétaire d’état chargé du numérique.

Stratégie nationale sur le numérique

En parallèle à la mise en place de cette stratégie nationale sur le numérique, le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes, la CCI, la CASA et UCA ont lancé, le 18 novembre dernier, l’OTESIA, le premier Observatoire des Impacts Technologiques Économiques et Sociétaux de l’Intelligence Artificielle en France et en Europe. La création de la Maison de l’IA a pour ambition de porter une Intelligence Artificielle responsable et éthique pour contribuer au développement du territoire où l’Humain tiendra une place prépondérante.

Lire la suite : http://yesicannes.com/fr/inauguration-maison-intelligence-artificielle-sophia-antipolis-64623


© 2024 ADCET
Image