Revue de presse ADCET n° 61 du 10 février 2020

Revue de presse ADCET n° 61 du 10 février 2020

• Transports publics

Grèves : le service minimum dans les transports publics revient au Parlement

leschos.fr - Denis Fainsilber

Publié le 3 février 2020

Suite à la grève record de décembre-janvier, qui a montré les limites des textes existants, le Sénat doit examiner une proposition de loi visant à réquisitionner des personnels grévistes, afin d'assurer si besoin un service minimum.

En Ile-de-France, les sept semaines de conflit social ont été particulièrement dures à vivre aux heures de pointe, comme ici à la station Châtelet. (Nicolas TAVERNIER/REA)

Faut-il réquisitionner des salariés grévistes en cas de conflit social très suivi, pour assurer un réel service minimum dans les transports publics ? Tel est le point central de la proposition de loi émanant de Bruno Retailleau (LR) qui sera examinée par le Sénat ce mardi en séance publique.

Le sénateur vendéen n'avait pas encore mesuré les conséquences de la très longue grève à la SNCF et la RATP, entamée le 5 décembre dernier, qu'il avait déjà évoqué dès la fin novembre le dépôt d'une proposition de loi créant le « droit aux transports publics garanti », en invoquant la « valeur constitutionnelle du principe de continuité des services publics ».

Lire la suite : https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/greves-le-service-minimum-dans-les-transports-publics-revient-au-parlement-1168610

•••

Des bus hybrides et un réseau périurbain plus étendu dans l'agglo de Dreux

lechorepublicain.fr - Yves Le Calvez

Publié le 05 février 2020

Le dernier conseil communautaire du mandat s’est déroulé, lundi soir, au Théâtre. Avec un point majeur à l’ordre du jour : la nouvelle délégation de service public des transports urbains et périurbains.

À compter du 1er janvier prochain, l’Agglo du pays de Dreux sera totalement autonome en matière de transport collectif, qu’il s’agisse du transport scolaire ou des lignes commerciales. Il aura donc fallu négocier pendant un an pour mettre en place un nouveau service… dont le budget va tout de même s’élever à plus de 9 millions d’euros par an. « Le réseau urbain sera renforcé avec des lignes structurantes et cadencées à 15 minutes aux heures de pointes », explique Jacques Lemare, vice-président, chargé des transports. 

De l’hybride et de l’électrique

Lire la suite : https://www.lechorepublicain.fr/dreux-28100/actualites/des-bus-hybrides-et-un-reseau-periurbain-plus-etendu-dans-l-agglo-de-dreux_13737659/#refresh

•••

Toulouse. Plus besoin de ticket, vous pourrez prendre le métro ou le bus avec la carte bancaire

actu.fr -David Saint-Sernin

Publié le 5 Février 2020

Prendre le métro ou le bus sans son ticket, cela va être bientôt possible à Toulouse puisque Tisséo va tester un dispositif de paiement par carte bancaire. Les explications.

C’est une innovation qui pourrait bientôt changer quelques habitudes pour les usagers des transports en commun à Toulouse. 

Tisséo va en effet bientôt expérimenter l’utilisation de la carte bancaire comme titre de transport.

Sans contact, avec sa carte bancaire

En clair, il ne sera plus nécessaire de disposer d’un ticket de transport pour voyager sur le réseau Tisséo.  Et vous pourrez valider votre voyage avec votre seule carte bancaire (Visa ou MasterCard, quel que soit sa banque), ceci sans contact. L’opération se fera via un valideur spécifique.

Plus besoin donc de faire la queue au distributeur automatique de tickets sur le quai, dans les stations de métro ou de devoir demander, en dernière minute, au conducteur de bus, un ticket. 

Expérimentation en 2021

Lire la suite : https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-plus-besoin-ticket-vous-pourrez-prendre-metro-le-bus-la-carte-bancaire_31255092.html

• Fiscalité

Fiscalité économique : le bras de fer entre le Medef et les élus locaux

lagazettedescommunes.com - Isabelle Raynaud Romain-Gaspar

Publié le 31 janvier 2020

Conséquence d’un long travail de lobbying, les organisations patronales devraient obtenir une première baisse de la fiscalité économique lors de la présentation du « pacte productif » en mars 2020. Mais le gain devrait être limité puisque les associations d’élus locaux refusent que le gouvernement touche à leurs ressources.

« Nous n’avions pas demandé la baisse de l’impôt sur les sociétés , car elle profite majoritairement aux grandes entreprises. Nous sommes beaucoup plus sensibles à la baisse des impôts de production, antiéconomiques. » Pour le président délégué du Medef (Mouvement des entreprises de France), Patrick Martin, si l’annonce par le président de la République d’une diminution progressive de l’impôt sur les sociétés à un taux de 25 % est une bonne chose, la véritable bataille fiscale est ailleurs, dans la baisse de la fiscalité économique qui « plombe les entreprises les moins rentables », pour reprendre les termes de Geoffroy Roux de Bézieux, le numéro 1 de l’organisation patronale.

Le grand flou

Lire la suite (réservé aux abonnés) : https://www.lagazettedescommunes.com/660337/le-bras-de-fer-entre-le-medef-et-les-elus-locaux/#utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=2020-01-31-quotidien&email=Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.&xtor=EPR-2

• 5G

5G : le chantage américain à l'Europe

lexpansion.lexpress.fr - Bogdan Bodnar

Publié le 03/02/2020

Les représentants de l'administration américaine mettent la pression sur les Européens pour qu'ils interdisent à Huawei de se déployer sur le Vieux Continent.

Pour les Etats-Unis, le vrai virus chinois se transmet par les antennes de Huawei. Au moment où plusieurs pays européens s'apprêtent à attribuer les licences 5G aux entreprises capables de construire la nouvelle génération de réseau, Washington mène une dernière campagne agressive pour discréditer le champion chinois dans les ambassades du monde entier. Après un passage par l'Allemagne et une visite au Royaume-Uni, le 22 janvier dernier, c'est à Paris que se trouvent les représentants de l'administration américaine. Mèche en l'air, cheveux poivre et sel et costume sur mesure, Robert L. Strayer, responsable de la cybersécurité des technologies de communication au département d'Etat, débarque avec un message clair : "Ouvrir son réseau à Huawei, c'est offrir toutes ses données, publiques comme confidentielles, au gouvernement de Pékin." 

Lire la suite (réservé aux abonnés) : https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/5g-le-chantage-americain-a-l-europe_2116585.html

• Blockchain

Comment la blockchain pourrait sauver le suffrage... et la démocratie

zdnet.fr - Danny Palmer

Publié le 05 février 2020

Technologie. Alors que certifier l'authenticité des résultats électoraux s'avère toujours aussi compliqué, de plus en plus de gouvernements ont testé des systèmes de vote basés sur la blockchain. Pour un résultat encore mitigé.

A mesure que la technologie pénètre dans tous les aspects de notre vie, l'intérêt pour l'utilisation du vote électronique lors des élections s'est accru, ses partisans arguant qu'un tel dispositif pourrait rendre les votes plus sûrs et plus rapides à compter. Cela ne va toutefois pas sans problème. Des chercheurs en sécurité ont découvert un certain nombre de vulnérabilités dans les machines à voter électroniques utilisées dans l'ensemble des Etats-Unis, tandis que l'idée du vote mobile basé sur des applications s'accompagne d'inquiétudes quant à la vérification des électeurs et des craintes de fraude électorale.

Conséquence : l'idée du recours à la blockchain pour authentifier les résultats électoraux fait aujourd'hui son chemin dans de nombreux pays. Pour les partisans de cette option, recourir à la blockchain - une technologie décentralisée de registre distribué qui enregistre les transactions de manière à ce qu'elles ne puissent pas être modifiées sans l'accord de toutes les parties - permet de rendre beaucoup plus difficile la falisification des votes électroniques.

Lire la suite : https://www.zdnet.fr/actualites/comment-la-blockchain-pourrait-sauver-le-suffrage-et-la-democratie-39898573.htm

•••

EDF lance son cloud en ciblant blockchain et calcul haute performance

journaldunet.com - Antoine Crochet-Damais

Publié le 6 février 2020

Le géant de l'électricité va revendre de la ressource de calcul et de stockage aux côtés d'une blockchain as a service. Le tout bénéficiera de son savoir-faire en IT et performance énergétique.

EDF lève le voile sur une offre de cloud computing. L'activité est portée par Exaion, une toute nouvelle filiale active depuis le 4 décembre 2019. Le projet a été lancé par deux salariés du géant français de l'électricité avec l'aide d'EDF Pulse Croissance, l'incubateur et fonds d'investissement d'EDF. Exaion compte passer en phase de commercialisation d'ici la fin du premier trimestre. "Pour l'heure, nous finalisons les preuves de concept en lien avec des partenaires et des clients potentiels", précise Fatih Balyeli, co-fondateur et directeur général d'Exaion.

Avec cette nouvelle corde à son arc, EDF entend notamment revendre ses ressources informatiques inutilisées. "Nous n'avons pas toujours recours à toutes nos capacités informatiques. D'où l'idée de les mutualiser avec d'autres", reconnait Christophe Salomon, DSI d'EDF et président du conseil d'administration d'Exaion. Une manière également de mieux les rentabiliser. Au total, Exaion pourra distribuer jusqu'à 1 pétaflop de force de calcul, et 8,5 pétaoctets d'espace de stockage.

Lire la suite : https://www.journaldunet.com/solutions/cloud-computing/1488707-edf-lance-un-supercalculateur-en-mode-cloud-a-economie-d-energie/

• Internet des objets

Shadow IoT : une menace grandissante pour les entreprises selon Infoblox

objetconnecté.com - Bastien L.

Publié le 4 février 2020

Le Shadow IoT désigne l’utilisation d’objets connectés en entreprise sans l’aval du département informatique. Selon une étude menée par Infoblox, ce phénomène représente une menace croissante pour les entreprises…

Selon Brad Bell, CIO d’Infoblox, on dénombre aujourd’hui plus de 25 milliards d’objets connectés à l’échelle mondiale. Et ce nombre ne cesse d’augmenter de manière exponentielle.

Or, si les appareils IoT permettent de collecter de nombreuses données exploitables pour les entreprises, ils peuvent aussi représenter une véritable menace de cybersécurité à travers le  » Shadow IoT « 

Le concept de  » Shadow IoT  » est directement dérivé de celui de  » Shadow IT « . Ainsi,les appareils Shadow IoT sont les appareils IoT ou capteurs utilisés au sein d’une entreprise sans que le département informatique en soit au courant.

Il peut s’agir d’un PC portable, d’un smartphone, d’une tablette, d’un bracelet connecté, d’une enceinte intelligente ou de n’importe quel autre appareil connecté à internet utilisé sans l’accord explicite du département informatique.

Pour évaluer le niveau de risque que représente le Shadow IoT pour les réseaux d’entreprises, le spécialiste des services réseaux Cloud, Infoblox, a mené l’enquête auprès de 2650 professionnels de l’informatique aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas et aux Émirats arabes unis.

Le Shadow IoT concerne 80% des entreprises

Lire la suite : https://www.objetconnecte.com/shadow-iot-menace

• Identité électronique

Comment La Poste diversifie ses services pour compenser la chute de la distribution du courrier

lechorepublicain.fr

Publié le 8 février 2020

Du courrier aux services financiers, de l’urbain au rural et des particuliers aux entreprises, La Poste doit diversifier ses services pour mieux résister aux révolutions digitales et écologiques qui emportent les anciennes valeurs sur leur chemin. 

L’ère du courrier et des lettres timbrées est déjà remplacée par celle d’e-mail. Le guichet de la banque postale fait face à une concurrence farouche de la banque numérique. Dans cet environnement qui bouge en continu, La Poste ne cesse de réfléchir et doit s’adapter pour continuer à offrir de nouveaux services, de nouvelles prestations et de nouvelles façons de garder le contact avec le client.

Des prestations proposées aux collectivités territoriales, à Pôle emploi et aux particuliers

Le groupe La Poste, y compris en Eure-et-Loir, a développé une réelle politique de diversification de ces débouchés pour renforcer sa présence sur les territoires. Outre la distribution du courrier qui se modernise, bien qu’elle soit en forte baisse, et qui accompagne les facteurs dans l’utilisation des véhicules et des vélos électriques, La Poste se bat aux côtés des grandes banques pour offrir les mêmes services au guichet et en ligne. 

Lire la suite : https://www.lechorepublicain.fr/chartres-28000/actualites/comment-la-poste-diversifie-ses-services-pour-compenser-la-chute-de-la-distribution-du-courrier_13740319/

• Smart City

Comment le numérique peut rendre les villes plus résilientes

hellofuture.orange.com

Publié le 27 janvier 2020

À l’heure où de nombreuses régions du monde subissent les conséquences du dérèglement climatique, les villes, qui concentrent plus de la moitié de la population, sont sous pression : elles doivent non seulement devenir plus intelligentes mais aussi plus “résilientes”.

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les villes concentrent plus de 50 % de la population. En Europe, ce chiffre atteint même 77 %. En outre, 140 métropoles concentrent 44 % du PIB européen. La plupart des villes sont confrontées à d’importants défis liés à l’environnement, au trafic, à la pollution ou à l’insécurité.

Les villes, où se concentrent les ressources et les compétences, sont aussi les meilleurs laboratoires des solutions intelligentes de demain. La technologie devient un phénomène central de ces métropoles : le nombre d’appareils connectés dans le monde ne cesse de croître à un rythme exponentiel, passant de 15 à 75 milliards entre 2015 et 2025 selon Statista.

En la matière, les experts sont unanimes : rendre une ville réellement intelligente, ce n’est pas juste installer des capteurs et des logiciels, c’est utiliser la technologie et la donnée au service d’une meilleure qualité de vie, au moment où le changement climatique impose de nouveaux défis.

Lire la suite : https://hellofuture.orange.com/fr/comment-le-numerique-peut-rendre-les-villes-plus-resilientes/

• L’évènement

FIC 2020

Le Forum International de la Cybersécurité vient de fermer ses portes.

Visionner sur YouTube la page « Cyber News TV » FIC 2020 Keynotes, avec notamment l’intervention du Général Mac Wagtin Adouard, Fondateur du FIC.

Le FIC TALK dresse le bilan en matière de cybercriminalité mais également en matière d’événements sociétaux et parfois accidentels en relation avec la sécurité de l’information. Des experts reconnus en la matière, adhérents du CLUSIF mais aussi invités pour l’occasion au sein d’un comité de programme particulièrement pointu, ont sélectionné tous les faits de l’année écoulée qui ont marqué l’actualité et qui auront des répercussions en 2020.

Ce panorama sera donc l’occasion de revenir sur des sujets d’actualité très médiatisés ou restés dans l’ombre, qui présentent tous, pour le CLUSIF, un intérêt vis-à-vis de la problématique de la sécurité de l’information du futur.

A visionner sur : https://www.youtube.com/watch?v=Azu6qfXZcOc&list=PLsaypbHfNQulpAp4zWuxS1OSkoUTpQMW0&t=0s


© 2024 ADCET
Image