Revue de presse ADCET N° 52 - Lundi 2 décembre 2019

Revue de presse ADCET N° 52 - Lundi 2 décembre 2019

• Mobilités

Le gouvernement français veut tripler la part du covoiturage en 5 ans

5minutes.rtl.lu - RTL|
Publié le 30 novembre 2019

"Aujourd'hui, nous nous engageons avec une ambition: 3 millions de « covoitureurs » du quotidien d'ici cinq ans".

La ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne a annoncé jeudi qu'elle voulait faire tripler la part du covoiturage domicile-travail en cinq ans, en multipliant les initiatives pour faire reculer « l’autosolisme ». "Aujourd'hui, nous nous engageons avec une ambition: 3 millions de « covoitureurs » du quotidien d'ici cinq ans", a relevé Mme Borne, rappelant qu'"ils sont déjà un million chaque matin pour aller travailler".

"Nous voulons donc tripler la part modale, pour la porter à 9% des trajets domicile-travail", a-t-elle ajouté lors du lancement d'une "mobilisation pour le covoiturage au quotidien".

Quand bien même il "peut paraître ambitieux", "je sais que cet objectif est réalisable", a-t-elle ajouté. "Nous avons tout à y gagner, collectivement d'abord, pour le climat et la qualité de l'air."

"Trois millions d'actifs qui vont au travail en covoiturage, très concrètement, c'est un million de voitures en moins sur les routes", a-t-elle argumenté. Il y a du potentiel, 70% des déplacements domicile-travail se faisant en voiture, et le plus souvent avec une seule personne à bord.

"Le covoiturage diminue le trafic et les embouteillages, c'est donc moins de pollution atmosphérique pour les métropoles", a poursuivi Mme Borne.

Lire la suite : https://5minutes.rtl.lu/actu/frontieres/a/1438913.html

• Fiscalité locale

La fiscalité locale, de plus en plus remise en question par la majorité ?

maire-info.com - Franck Lemark
Publié le 25 novembre 2019

C’est une impression que Philippe Laurent, secrétaire général de l’AMF et fin connaisseur des finances locales, dit ressentir depuis plusieurs mois : « Ce que veut l’État, au fond, c’est la suppression de la fiscalité locale ». Y a-t-il réellement une telle volonté au gouvernement et dans la majorité ? Après la taxe professionnelle, puis la taxe d’habitation, le gouvernement va-t-il s’attaquer à la taxe foncière et aux impôts économiques – pour aller vers la suppression des impôts locaux, ne laissant aux collectivités comme seules recettes que de la dotation décidée par le Parlement ou des parts d’impôts nationaux ? Maire info a interrogé, à l’occasion du congrès, plusieurs responsables de la majorité, et leurs réponses ont de quoi inquiéter les élus locaux attachés à « l’autonomie fiscale » des collectivités. 

Une « fausse liberté » ?
Une petite phrase prononcée par le président de la République, pendant son discours du mardi 19 novembre devant les maires, a particulièrement retenu l’attention : « Nous avons un fétichisme français, l’autonomie fiscale. Les grands pays décentralisés autour de nous sont beaucoup plus décentralisés que nous, or ils n’ont pas d’autonomie fiscale. Ils ont une Chambre, qui, chaque année en effet, discute des ressources fiscales qui sont affectées aux collectivités, chaque niveau avec des règles claires. Peut-être faut-il en arriver à cela et j’y suis favorable. »

Lire la suite : https://www.maire-info.com/fiscalite-locale/la-fiscalite-locale-plus-en-plus-remise-en-question-par-la-majorite--article-23627

 

• Services publics

Quelles mesures pour renforcer la sécurité informatique des pouvoirs publics ?

Parce qu’ils sont au cœur des enjeux stratégiques et décisionnels des démocraties, les pouvoirs publics constituent une cible privilégiée des cyberattaques. Face à ces risques, quels sont les moyens dont disposent les institutions publiques ? Un rapport du Sénat fait un état des lieux.

Phishingspam, scans automatiques… ces termes connus du grand public désignent des actes de malveillance auxquelles tout usager informatique peut être un jour confronté. Mais les conséquences de ces pratiques malveillantes peuvent être de bien plus large portée lorsqu'elles sont employées contre des sites institutionnels insuffisamment protégés.

Avec la généralisation de l’usage de l’outil informatique et la multiplication des échanges que permet internet, les institutions publiques sont particulièrement exposées à des risques d’intrusion. Le rapport du Sénat sur la sécurité informatique des pouvoirs publics distingue quatre catégories de malveillances :

  • l’espionnage informatique (vol de données informatiques) ;
  • la cybercriminalité (demandes de rançons…) ;
  • la déstabilisation par l’intrusion de fausses données ;
  • le sabotage informatique (paralysie de l’activité, blocage de serveurs informatiques…).

Les moyens mis en œuvre pour la sécurité informatique

Lire la suite : https://www.vie-publique.fr/en-bref/272026-comment-renforcer-la-securite-informatique-des-pouvoirs-publics

• Billeterie

Écosse : bientôt une billetterie unique pour prendre tous les transports publics

Une interopérabilité entre 16 opérateurs de bus, de trains de métros. Point noir : Édimbourg n'est pas concerné pour le moment.

siecledigital.fr - Benjamin Terrasson
Publié le 28 novembre 2019

Ce que l’Écosse s’apprête à faire, nous en rêvons tous. C’est un peu comme si la carte Navigo de la RATP, à Paris, fonctionnait pour prendre un TGV ou un car Macron en direction de Lyon. Une fois arrivé à Lyon la carte Navigo parisienne pourrait servir dans les transports lyonnais du Sytral, comme la carte locale, TCL. La simplification absolue de la billetterie des transports en commun sur un territoire donné.

L’Écosse s’apprête à mettre à bien un tel projet d’interopérabilité entre les 16 opérateurs de bus, de trains, et de métros répartis sur tout son territoire. Une seule carte à puce pourra servir pour voyager sur les services des 16 compagnies différentes. Parmi celle-ci, l’opérateur ferroviaire ScotRail, le service de bus Stagecoach Scotland ou le métro de Glasgow, SPT.

Lire la suite : https://siecledigital.fr/2019/11/28/ecosse-bientot-une-billetterie-unique-pour-prendre-tous-les-transports-publics/

• Cybersécurité

Campus cybersécurité : les pistes de réflexion se précisent

lemondeinformatique.fr - Nicolas Certes
publié le 28 Novembre 2019

Deux semaines avant de publier son rapport sur la création d'un campus cybersécurité, Michel Van Den Berghe et ses équipes ont organisé des ateliers de réflexions sur les défis auxquels devra répondre la future organisation. En plus de faire naître des projets communs entre professionnels de la cybersécurité, chercheurs, organismes de formation et clients finaux, le campus devra également avoir à coeur de protéger les données sensibles qui y circuleront.

L’échéance approche. Missionné par le Premier ministre l’été dernier, Michel Van Den Berghe, directeur général d’Orange Cyberdéfense, doit rendre son rapport sur la création d’un campus cybersécurité la semaine du 16 décembre prochain. Ce 28 novembre, une matinée d’ateliers d’échanges sur les missions de ce futur campus a été organisée au Liberté Living-Lab, dans le deuxième arrondissement de Paris, en présence du directeur général de l’Anssi, Guillaume Poupard, et du secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O.

Lire la suite : https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-campus-cybersecurite-les-pistes-de-reflexion-se-precisent-77224.html

• Cybersécurité

Limoges, pionnière de la cybersécurité en matière de santé

lepopulaire.fr - Stéphanie Barrat
Publié le 29 novembre 2019

Le master Cryptis dédié à la cryptographie et sécurité de l'information fête ses 33 ans. Un anniversaire qui a été l'occasion pour l'équipe pédagogique et de recherche Cryptis de Limoges et son partenaire SILPC, spécialiste des systèmes d'information santé d'annoncer un futur centre de ressources de cybersécurité en santé.

En novembre dernier, un piratage informatique a fortement perturbé les services du Centre hospitalier Charles-Nicolle de Rouen. Une cyberattaque qui a contraint l'hôpital à couper les ordinateurs pendant près de 24 heures.

Si les pirates ne réussissent pas toujours à pénétrer dans les systèmes informatiques, de nombreux établissements de santé sont concernés par la menace. Le CHU de Limoges aurait à subir plus d'une centaine d'attaques par jour.

Pour que les systèmes soient toujours plus fiables, l'équipe Cryptis de l'Université de Limoges et le spécialiste des systèmes d'information de santé SILPC (*)  (Santé & Informatique Limousin Poitou-Charentes) se sont associés. Ce mardi 26 novembre, ils ont annoncé le lancement d'une association de préfiguration d'un centre de ressources de cybersécurité en santé. « Les statuts ne sont pas encore déposés, mais l'idée était à l'occasion de l'anniversaire du master Cryptis, de lancer le mouvement et de regrouper de nombreux acteurs autour du projet », assure Damien Sauveron, de Cryptis.

Lire la suite : https://www.lepopulaire.fr/limoges-87000/actualites/limoges-pionniere-de-la-cybersecurite-en-matiere-de-sante_13694015/

•••

Edenred, spécialiste des tickets restaurant, infecté par des logiciels malveillants

larevuedudigital.com - Christophe Auffray
Publié le 23 novembre 2019

Edenred, spécialiste des titres restaurants, a annoncé faire l’objet d’une infection par des logiciels malveillants. L’entreprise ne précise pas si les données de ses clients ont été exposées.

Plus tôt dans la semaine, c’est une filiale d’AccorHotels qui alertait les autorités suite à la fuite sur Internet de données personnelles de ses clients. Le 21 novembre, c’est le fournisseur de titres restaurants, Edenred, qui a annoncé être la cible d’une attaque informatique.

Dans un communiqué du 21 novembre, l’entreprise précise « être l’objet d’une infection par des logiciels malveillants ». Elle ajoute que cette diffusion de malware s’est traduite par l’infection de ses systèmes d’information.

Edenred victime d’un ransomware ?

Lire la suite : https://www.larevuedudigital.com/edenred-ticket-restaurant-infecte-par-des-logiciels-malveillants/

•••

28 - 30 janvier 2020 Lille - FIC 2020 : replacer l’humain au cœur de la cybersécurité

globalsecuritymag.fr - Marc Jacob
Publié en novembre 2019

Et si l’utilisateur souvent qualifié de « maillon faible », était plutôt l’une des réponses aux défis posés par la cybersécurité ? La 12è édition du Forum International de la Cybersécurité, organisée conjointement par la Gendarmerie nationale et CEIS (Compagnie européenne d’intelligence stratégique), avec le soutien de la Région Hauts-de-France, replace l’Humain au cœur de la cybersécurité.

« Plus que jamais profilé par des algorithmes, l’humain n’est plus tout à fait le maître et tend à devenir sujet, au risque de finir esclave. Nous avons trop souvent cherché à répondre à la question « comment ? » en laissant aux technologies le soin d’y répondre ; nous avons négligé la question « pourquoi ? » en exigeant des finalités conformes à notre conception de l’humain. La cybersécurité a besoin de juristes, de sociologues, de philosophes, d’historiens, etc. pour garantir une sécurité de tous au service de la liberté de chacun. Il est temps de replacer l’humain au cœur du discours et de l’action » déclare le Général Marc Watin-Augouard, fondateur du Forum International de la Cybersécurité.

Liberté ou sécurité : vers une vision européenne commune

Lire la suite : https://www.globalsecuritymag.fr/FIC-2020-replacer-l-humain-au,20191128,93271.html

RGPD

RGPD : la CNIL propose un site pour signaler les abus lors des élections municipales

numerama.com - Julien Lausson

La CNIL inscrit cette plateforme dans un plan d'action plus large pour faire respecter le RGPD pendant le scrutin.

C’est le dimanche 15 mars 2020 qu’aura lieu le premier tour des élections municipales, puis, le cas échéant, le 22 mars pour le second tour. Évidemment, toutes les personnes candidates vont vouloir attirer l’attention du corps électoral pendant la campagne. Or, cela pourrait donner lieu à quelques dérives, notamment en ce qui concerne l’accès et l’emploi de données personnelles.

C’est pour cette raison que la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), garante du respect des libertés et de l’équilibre des traitements automatisés de données, pour qu’ils ne nuisent pas aux individus, a annoncé le 27 novembre un plan d’action pour s’assurer que le cadre du Règlement général sur la protection des données (RGPD) est bien respecté par tout le monde.

En effet, des données à caractère sensible peuvent en effet être en jeu à cette occasion : c’est le cas en particulier de l’opinion politique. Un cadre spécifique les entoure, qui interdit toute collecte préalable sans consentement écrit, clair et explicite, et, pour des cas précis, validés par la CNIL, si l’intérêt public est avéré. Par ailleurs, d’autres données personnelles sur l’identité de l’individu peuvent être concernées.

Plateforme de signalement

Lire la suite : https://www.numerama.com/politique/576486-rgpd-la-cnil-propose-un-site-pour-signaler-les-abus-lors-des-elections-municipales.html

• Smart cities

engie retenu pour co-créer le premier « territoire intelligent » de France à angers

electroniques.biz - Jacques marouani
Publié le lundi, 25 novembre 2019

Les installations de capteurs et les rénovations devraient permettre d’atteindre 66% d’économies d’énergie sur l’éclairage public dès 2025, une diminution de 20% de la consommation énergétique des bâtiments de la ville, une circulation fluidifiée et facilitée ainsi que 30% de réduction de consommation d’eau pour l’arrosage public.sur l’ensemble du territoire de la métroplôle d'Angers.

Dès janvier 2020, les équipes d’Engie Solutions, Suez, La Poste et le groupe VYV élaboreront des solutions innovantes en étroite concertation avec la collectivité, ses partenaires, les entreprises locales et les citoyens. L’objectif est de s’appuyer sur la technologie numérique pour accélérer la transition écologique du territoire et en améliorer son attractivité, optimiser l’organisation des services publics et assurer une gestion plus efficiente des ressources, et enfin faciliter et améliorer la vie quotidienne des habitants.

La complémentarité des expertises du groupement Engie, les installations de capteurs et les rénovations devraient permettre d’atteindre 66% d’économies d’énergie sur l’éclairage public dès 2025, une diminution de 20% de la consommation énergétique des bâtiments de la ville, une circulation fluidifiée et facilitée ainsi que 30% de réduction de consommation d’eau pour l’arrosage public.

Angers Loire Métropole, chef de file de la transition numérique et de l’électronique du futur

Lire la suite : http://www.electroniques.biz/component/k2/item/66309-smart-cities-engie-retenu-pour-co-creer-le-premier-territoire-intelligent-de-france-a-angers


© 2024 ADCET
Image