Revue de Presse ADCET n° 32 - Lundi 10 juin 2019


Revue de Presse ADCET n° 32 - Lundi 10 juin 2019



SECURITE

Sécurité : pourquoi la facture est si salée

lagazettedescommunes.com - Alexandra Caccivio Hervé Jouanneau Mathilde Elie • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu experts finances, Actu experts prévention sécurité, France
Publié le 03 juin /2019

Conséquence de la menace terroriste, les financements alloués par les villes à la lutte contre l’insécurité ont beaucoup augmenté. Une dépense croissante qui illustre l’affirmation du rôle des maires dans un secteur habituellement régalien.

Si la loi de finances permet à chaque citoyen de connaître, à l’Euro près, le coût d’un policier national ou d’un gendarme, il n’en est rien pour les dépenses de sécurité des collectivités territoriales. Certes, les budgets municipaux sont accessibles à tous et font apparaître une répartition budgétaire, qu’il appartient à chacun d’éplucher et de comptabiliser. Bon courage aux aventuriers de la finance locale ! Mais en dehors de rares enquêtes parcellaires, l’engagement financier des collectivités dans le champ de la sécurité ne fait l’objet d’aucune évaluation globale. Et pourtant, alors que la menace terroriste bouleverse les pratiques professionnelles, la place des villes dans cette politique historiquement dévolue à l’Etat n’a jamais été aussi affirmée. Et encouragée.

Dans une enquête inédite, « La Gazette » met en lumière les moyens financiers considérables que les collectivités y consacrent.Parmi les dépenses les plus visibles : la vidéosurveillance et la police municipale mais aussi, depuis 2015 et l’émergence de la menace terroriste, les frais de sécurisation et le recours à la sécurité privée. Tour d’horizon.

La vidéoprotection : un système onéreux mais toujours prisé

A Baziège (3 300 hab.), en Haute-Garonne, 150 000 euros pour 7 caméras ; au Creusot (21 900 hab.), en Saône-et-Loire, 220 000 euros pour 13 caméras ; à Capavenir Vosges (9 000 hab.), dans les Vosges, 580 000 euros pour 45 caméras…
Dix ans après le lancement du plan national d’équipement lancé par Michèle Alliot-Marie, les élus continuent de mettre la main au portefeuille. Plus de 6 000 communes sont aujourd’hui équipées. Selon le « Panorama de la police municipale » publié en septembre 2018 par l’association Villes de France, qui réunit les villes moyennes de 15 000 à 100 000 habitants, les investissements communaux liés à la vidéoprotection s’établissent en moyenne annuelle à 175 000 euros. Soit « environ deux tiers des dépenses d’équipement consacrés à la sécurité ».

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/624044/securite-pourquoi-la-facture-est-si-salee/#utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=2019-06-03-quotidien&email=Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.&xtor=EPR-2


TRANSPORTS

La Région dévoile son nouveau plan de transport 2020


normandinamik.cci.fr - Jacques-Olivier Gasly
Publié le  07 juin 2019

l’occasion de la réunion de clôture des états généraux de la mobilité qui a réuni plus de cent personnes au centre des congrès de Caen, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, et Jean-Baptiste Gastinne, Vice-président de la Région Normandie en charge des transports, ont officiellement présenté, ce lundi 3 juin 2019, le plan de transport 2020 ainsi que la nouvelle identité du réseau de transport régional : « NO_MA_D ».
« Dès 2016, la Région a entrepris de lancer un grand chantier de désenclavement de la Normandie. Dans ce contexte, elle a lancé, avec les Etats-Généraux de la Mobilité, une grande concertation auprès des Normands afin de préparer la mise en œuvre du nouveau système des mobilités en Normandie. La Région mettra ainsi en place en 2020 une offre de transport globale au plus près des préoccupations des Normands mais aussi des visiteurs » a déclaré Hervé Morin, Président de la Région Normandie.

Le plan de transport ferroviaire 2020 : Simplicité, lisibilité et qualité

Le nouveau schéma de transport normand distinguera 4 segments, correspondant à 4 types de services :

• Krono+ pour les services opérés avec les nouveaux trains Omneo Premium, qui offrent le niveau de confort le plus élevé sur des liaisons express entre les grandes agglomérations,
• Krono pour des liaisons interurbaines,
• Citi pour la desserte des territoires urbains et périurbains
• Proxi pour la desserte fine de tous les territoires. Ces principes s’appliqueront aussi pour les lignes routières de la Région.
Les exemples ci-dessous illustrent sans exhaustivité, pour chaque département, quelques évolutions significatives du nouveau schéma de transport qui sera mis en œuvre en 2020.

Lire la suite : https://www.normandinamik.cci.fr/la-region-devoile-son-nouveau-plan-de-transport-2020/
•••
Transports du quotidien : inciter les conducteurs à covoiturer en les payant, est-ce que ça marche ?

Lci.fr - Mathieu Jublin
Publié le 4 juin 2019

ALTERNATIVE - Comment diminuer l'usage de la voiture dans les zones où les transports publics sont moins rentables ? Plusieurs territoires expérimentent actuellement des subventions pour le covoiturage domicile-travail, une pratique balbutiante qui devrait bénéficier d'un cadre légal avec la nouvelle loi d'orientation des mobilités.

Transformer sa voiture en bus de cinq places, c'est désormais connu et ça s'appelle... du covoiturage. Mais transformer sa voiture en bus du quotidien, pour effectuer un aller-retour entre le domicile et le travail, c'est moins répandu... et un peu plus difficile à organiser. Dans les zones peu denses, où les transports publics ne sont pas rentables, c'est pourtant un moyen privilégié pour diminuer le trafic automobile. Plusieurs territoires tentent d'ailleurs de développer ce nouveau type de covoiturage à l'aide de subventions, et devraient prochainement bénéficier d'un cadre légal avec la loi d'orientation de mobilités (LOM), en discussion à l'Assemblée.

Lire la suite : https://www.lci.fr/planete/transports-du-quotidien-inciter-les-conducteurs-a-covoiturer-en-les-payant-est-ce-que-ca-marche-2123065.html
...
J’ybus, le futur réseau de bus urbain de Rumilly a été dévoilé

francebleu.fr -
Publié le 4 juin 2019

Pour inciter ses habitants à lâcher la voiture, Rumilly (Haute-Savoie) a choisi de créer un réseau de bus urbain. Baptisé J’ybus, il proposera trois lignes passant toutes par la gare. Sa mise en service est prévue pour le 14 septembre et il sera gratuit le premier mois.
C’est assez rare pour être signalé, un nouveau réseau de bus urbain va voir le jour en Haute-Savoie. Rumilly, 16 000 habitants, a décidé de se lancer dans l’aventure. "Pour répondre aux évolutions de la ville et offrir une alternative à la voiture individuelle", expliquent les élus de la communauté de communes Rumilly Terre de Savoie. Baptisé J’ybus, il sera mis en service le 14 septembre prochain.

Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/transports/j-ybus-le-futur-reseau-de-bus-urbain-de-rumilly-a-ete-devoile-1559657533
•••
Un RER à la lyonnaise : maintenant ou jamais ?

lyoncapitale.fr - Léa Meyer
Publié le 5 juin 2019

Lyon va-t-il avoir un jour son Réseau Express Métropolitain ? Le groupe UDI Métropole insiste sur la nécessité d’une concertation rapide pour mener à bien ce projet sans attendre les élections.

Si la métropole de Lyon veut son RER, elle va devoir se lancer avant les élections. En effet, Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique en charge des Transports a annoncé débloquer 2,6 milliards d’Euros pour permettre l’application du plan mobilité dans les régions de Bordeaux, Toulouse, Marseille, Strasbourg et également en agglomération lyonnaise. Pour l’ancienne présidente de la RATP, devenue ministre des Transports, l’objectif à court terme est d’aider à la création "d’un RER à la lyonnaise". Ainsi, avant fin 2019, elle attend un schéma national des RER métropolitains qui passera obligatoirement par un consensus entre la région et la métropole pour mener à bien ce projet.
L’UDI veut apporter son "expertise"

Depuis mars 2018, le groupe UDI Métropole défend cette idée d’un Réseau Express Métropolitain devenue un objectif affiché à défendre lors de campagne des élections locales de 2020. Avec l’annonce d’Elisabeth Borne, ce calendrier est désormais bousculé et l’UDI a rappelé les détails de son projet lors d’une conférence de presse mardi 4 juin.

Le REM repose sur un plan ambitieux comprenant "la transformation de 35 gares SNCF de l’agglomération en pôle multimodal", selon l’UDI, mais aussi la nécessité de "désengorger le nœud ferroviaire lyonnais". Pour cela, il faudra obtenir l’accord de la SNCF pour élargir de 2 à 4 voies l’axe Lyon Grenay au sud de l’aéroport de Saint-Exupéry. Le groupe UDI propose également une étude concernant le doublement du tunnel de 24 km reliant St Irénée à Fourvière.

Lire la suite : https://www.lyoncapitale.fr/actualite/un-rer-a-la-lyonnaise-maintenant-ou-jamais/
•••
L’ONU met en avant les mérites du vélo, un moyen de transport abordable et écologique

aps.dz
Publié le 5 juin 2019

NEW YORK (Nations unies) - Le vélo est non seulement un moyen de transport simple, abordable et écologique mais il est également un outil de développement, ont indiqué les Nations Unies dans un message commémorant la Journée mondiale du vélo.

"Le vélo favorise aussi la consommation et la production durables et a un impact positif sur le climat. De plus, il améliore l'accès à l'éducation, aux soins de santé et au sport. Et la synergie entre le vélo et le cycliste suscite une prise de conscience plus intime et immédiate de l'environnement local", selon le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Même si les avantages d'investir dans les piétons et les cyclistes peuvent "sauver des vies, contribuer à la protection de l'environnement et contribuer à la réduction de la pauvreté", les besoins des personnes qui marchent à pied et font du vélo restent négligés, souligne le PNUE dans son dernier rapport intitulé "Partageons la route".

"Le prix payé pour la mobilité est trop élevé, en particulier parce qu’il existe des solutions fiables, peu coûteuses et réalisables", selon la même source qui ajoute que "personne ne devrait mourir en marchant ou en faisant du vélo pour se rendre au travail ou à l’école".

Lire la suite : http://www.aps.dz/sante-science-technologie/90263-l-onu-met-en-avant-les-merites-du-velo-un-moyen-de-transport-abordable-et-ecologique
•••
Succès pour la navette électrique au coeur de Colmar

lalsace.fr - Nicolas Roquejauffre
Publié le 05 juin 2019

Mise en service fin avril, la nouvelle navette électrique et gratuite circule dans l’hyper-centre de Colmar. Selon la mairie, sa fréquentation quotidienne est estimée à quelque 300 passagers.

Destinée à la fois aux Colmariens et aux touristes, la navette tourne dans l'hyper centre. Elle fonctionne selon le système du « stop-and-go » : hormis neuf points d’arrêt fixes, sur les axes routiers les plus fréquentés, l’usager peut monter et descendre quand il le souhaite grâce à un simple signe adressé au conducteur.

Ce minibus (moins de 6 mètres de long) contient 8 places assises, 10 places debout et une réservée à une personne à mobilité réduite.

Lire la suite : https://www.lalsace.fr/actualite/2019/06/05/carte-succes-pour-la-navette-electrique-au-coeur-de-colmar
•••
Loire : les réseaux de transports TIL et STAS vont se connecter pour faciliter les déplacements

francebleu.fr - Octavie Couchard
Publié le 5 juin 2019

A partir de la rentrée prochaine, un seul abonnement permettra d'utiliser les réseaux de la STAS et les bus du Département, les TIL. Deux nouvelles lignes vont également être aménagées pour faciliter le déplacement des usagers. L'objectif : faire diminuer le nombre de véhicules sur les routes.
Pour faciliter la vie à tous les usagers des transports en commun, le Département de la Loire, Saint-Étienne Métropole et la Région Auvergne-Rhône-Alpes ont travaillés avec la STAS pour réunir les réseaux. Dès septembre prochain, les itinéraires de la STAS et des TIL (les transports interurbains de la Loire), seront complémentaires.

Cette connexion entre les réseaux va d'abord permettre aux ligériens de faire des économies : il y aura un seul abonnement pour utiliser aussi bien les bus TIL que les transports de la STAS. Pour l'instant, les usagers doivent payer un abonnement à la STAS et un autre abonnement au Département. « La ligne la plus importante du TIL, c’est Montbrison-Saint-Étienne. On vient de s’apercevoir que ceux qui l’utilisent quotidiennement pour des raisons professionnelles, 40% des abonnées utilisent la STAS, et donc prennent les deux abonnements. A partir du 1er septembre, ils auront une carte unique », détaille Alain Laurendon, vice-président du Département de la Loire en charge du transport. La carte unique STAS + TIL sera au prix de 58 euros, soit une économie de 35 % pour les usagers.

Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/transports/loire-les-reseaux-de-transports-til-et-stas-vont-se-connecter-pour-faciliter-les-deplacements-1559760127
•••
Dans le métro de Rennes, des malvoyants testent une appli

ouest-france.fr - Laurent Le Goff
Publié le 6 juin 2019

Une entreprise du Havre a développé une application pour aider les malvoyants à s’orienter. Quelques-uns l’ont testée dans le métro de Rennes, smartphone à l’oreille.

“« Je m’intéresse beaucoup aux nouvelles technologies liées au handicap, celle-ci me paraît bien, mais il faudrait l’adapter pour les malentendants »”, explique Sadich, très concentré sur son smartphone, dans le brouhaha du métro République, nœud des transports urbains en centre-ville.

“« J’ai vécu à Paris et par comparaison le métro de Rennes avec une seule ligne, c’est assez simple”, témoigne Marie-Agnès. “En revanche, cette application serait très utile pour trouver, par exemple, le bon arrêt de bus à République. »”
Pour se déplacer en ville, elle prend ses marques à l’avance, elle demande aux gens. “« On se débrouille, l’autre jour je suis allée jusqu’à l’aéroport chercher une amie. »” Alors, cette appli baptisée Rigth Hear, à télécharger sur son smartphone, ça l’intéresse.
Un test olfactif abandonné

Lire la suite : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/dans-le-metro-de-rennes-des-malvoyants-testent-une-appli-6385436

MOBILITE

CANADA
Investissement majeur: 3 M$ pour un projet de recherche et développement en mobilité

umontreal.ca - Salle de presse
Publié le 3 juin 2019

Netlift et Prompt-InnovR dévoilent un investissement de 3 M$ pour un projet de recherche et développement en mobilité durable, en collaboration avec l’IVADO, Polytechnique Montréal et l’UdeM.

Améliorer et concevoir des algorithmes à la fine pointe de la technologie, incluant l’intelligence artificielle, l’optimisation et la science des données, font partie des objectifs de ce projet d’envergure. À terme, il vise à répondre aux problématiques associées au parc automobile urbain actuel, source importante de congestion routière et d’émissions de gaz à effet de serre (GES). Netlift et Prompt-InnovR ont contribué à hauteur de 1,5 M$ chacun afin de permettre la réalisation de cet ambitieux projet de recherche.

Celui-ci est le fruit d’un effort collectif de Polytechnique Montréal, de l’Université de Montréal et de l’Institut de valorisation des données (IVADO) pour mettre à contribution un bassin de chercheurs et d’étudiants issus des meilleurs centres mondiaux de recherche en intelligence artificielle et en optimisation, tels que la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur la science des données pour la prise de décision en temps réel de Polytechnique Montréal et le Centre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d'entreprise, la logistique et le transport (CIRRELT) de l’UdeM.

Les connaissances qui auront été acquises et les méthodes de pointe qui auront été conçues à l’issue de ces trois années de recherche feront de Netlift une application encore plus performante et indispensable pour réduire la congestion urbaine et les émissions de GES. Netlift confirmera ainsi sa position de chef de file en mobilité urbaine sur la scène internationale.

«Un projet de recherche de cette ampleur sur la mobilité n’a jamais été vu au Québec et Netlift est extrêmement fier d’en être l’instigateur, a déclaré Marc-Antoine Ducas, président de Netlift. Nous sommes convaincus que ce projet permettra de réduire la surutilisation de la voiture solo, un enjeu social et environnemental majeur partout dans le monde.»

Lire la suite : https://nouvelles.umontreal.ca/article/2019/06/03/investissement-majeur-3-m-pour-un-projet-de-recherche-et-developpement-en-mobilite/
•••
Mobilité : « les enjeux sont énormes »

letelegramme.fr -
Publié le 5 juin 2019

C’est l’instance de concertation entre élus, opérateurs et usagers concernant les bus et les trains du secteur. Le comité de lignes Émeraude - Penthièvre, qui s’est réuni lundi 3 juin, à Dinan, a de nombreux chantiers devant lui.

Lundi 3 juin, en fin d’après-midi, le comité de lignes Émeraude Penthièvre s’est réuni dans la grande salle du conseil de Dinan Agglomération. Cette instance est conçue pour permettre l’échange entre les usagers, qui étaient fort peu nombreux, la Région, la SNCF et des transporteurs routiers.
En introduction, Arnaud Lécuyer, président de Dinan Agglomération, a évoqué le succès du réseau gratuit Dinamo avec 1 200 passagers par jour et rappelé « que les enjeux de la mobilité sur le territoire sont énormes ». À se demander si la gratuité n’est pas à envisager pour remplir les TER à la gare de Dinan…

Bus : un réseau à mille contrats

Lire la suite : https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/dinan/mobilite-les-enjeux-sont-enormes-05-06-2019-12303417.php
•••
Movin'On 2019 : Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand, à Montréal pour « imaginer la mobilité urbaine de demain »

Lamontagne.fr - Sandrine Thomas, envoyé spécial à Montreal
Publié le : 5 juin 2019

Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et président de Clermont Auvergne Métropole, a passé deux jours dans les allées de Movin’On, à Montréal.

Qu’est-ce qu’un événement mondial comme Movin’On peut-il apporter à des élus locaux ?
Les questions autour de la mobilité, que vous soyez à Clermont, Montréal ou Hambourg, sont les mêmes dans toutes les villes du monde. Aujourd’hui, 70% de la population mondiale vit dans des villes. Cette réflexion autour des mobilités est globale.

J’étais du Bibendum Challenge en Chine il y a quatre ans ; les deux dernières éditions de Movin’On, je n’étais pas présent mais des élus de Clermont et de la métropole de Clermont étaient là.

Notre présence est indispensable pour plusieurs raisons : avant tout dans la relation particulière qui lie Michelin à sa ville à travers des partenariats publics-privés ; ensuite, c’est un moment propice pour travailler la relation du réseau des villes Michelin ; enfin, c’est un écosystème autour de la mobilité durable unique au monde.

Avez-vous trouvé des idées d’inspiration pour votre ville et sa métropole ?

Depuis, édition après édition, cet événement est devenu le rendez-vous incontournable des acteurs de la mobilité durable en élargissant considérablement son audience à des entreprises du Digital et des TIC, des Universités, des Plateformes de mobilité, des start-up, des Villes, des Organisations internationales, etc. Avec des objectifs communs de développer une mobilité plus sûre, plus propre et connectée…

Au niveau local, Movin’On nous pousse à nous interroger sur les liaisons domicile/travail, sur l’intermodalité, la nécessité de développer les aires de co-voiturages, l’usage du vélo, sur les solutions de transports à la demande… Nous rencontrons mercredi des élus de Montréal pour réfléchir ensemble à un bon usage/code de conduite autour des trottinettes qui envahissent nos rues…

Bref, à réfléchir à la ville de demain, car ce sont les mobilités intelligentes qui feront nos villes demain.

Lire la suite : https://www.lamontagne.fr/paris-75000/actualites/movin-on-2019-olivier-bianchi-maire-de-clermont-ferrand-a-montreal-pour-imaginer-la-mobilite-urbaine-de-demain_13577060/
•••
Toujours plus de mobilité grâce au smartphone

lesechos.fr - Econocom
Publié le 6 juin 2019

Les Français sont de plus en plus nombreux à posséder un smartphone et à s’en servir pour faciliter leurs déplacements. Le mobile a ainsi permis la création de nouvelles mobilités et est devenu un véritable allié dans le choix de son mode de transport au quotidien.

Lorsque l’on recherche les applications gratuites les plus téléchargées sur iTunes France (Apple), Waze se classe en cinquième position. Celle-ci permet, notamment, aux automobilistes de connaître en temps réel l’état du trafic et l’itinéraire le plus court pour éviter les bouchons. Google Maps, qui offre les mêmes possibilités, se classe treizième. C’est la première facette de notre mobilité que le smartphone a changée, grâce à la géolocalisation : possédé par 75% des Français, selon le Baromètre du numérique 2018, il facilite les déplacements via les transports « classiques », comme la voiture. Comme les transports en commun, avec plusieurs villes françaises qui offrent désormais le moyen de régler son titre grâce à son mobile, via un ticket dématérialisé (Rouen ou Saint-Etienne, en autres, et bientôt Paris).
On citera aussi les applis qui permettent de trouver plus facilement une place de stationnement mais, ce que le smartphone a surtout permis, c’est d’élargir le champ des possibles en matière de mobilité. Certains services ont émergé qui n’auraient pu voir le jour sans lui. Les services de véhicules de transport avec chauffeur (VTC), en premier lieu, dont le succès repose en grande partie -tarifs mis à part- sur l’ergonomie de l’application, qui permet de commander un véhicule en quelques secondes. Apparu il y a seulement cinq ans en France, Uber y compte environ 20 000 chauffeurs…

Lire la suite : https://www.lesechos.fr/partenaires/econocom/toujours-plus-de-mobilite-grace-au-smartphone-1025941
•••
SUISSE
Mobilité: les voitures autonomes privées créeront davantage d'embouteillages

lenouvelliste.ch - ATS
Publié lé 7 juin 2019

Les voitures autonomes ne feront pas diminuer le trafic. C'est même tout le contraire, selon une étude de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Elles engendreront même davantage d'embouteillages.

Les voitures autonomes privées ne feront que générer davantage de trafic dans les villes. C'est ce qu'indique une étude de l'EPFZ financée par l'Office fédéral des routes, dont les résultats vont à l'encontre des pronostics habituellement entendus.

Jusqu'ici, on partait du principe que de telles "offres de transport en partie automatisées", notamment des flottes de taxis autonomes, seraient de nature à faire reculer le nombre de véhicules en ville jusqu'à 90%. Diverses études internationales vont dans ce sens, a indiqué vendredi l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

Les conclusions de la nouvelle étude de l'Institut de planification du trafic et des systèmes de transport de l'EPFZ vont à l'encontre de cet optimisme. "La possession de véhicules privés ne se réduira que si les voitures autonomes ne peuvent pas être acquises par des privés", selon le professeur Kay Axhausen, auteur de cette recherche.

Son équipe a simulé l'évolution du trafic en ville de Zurich sur vingt ans avec l'introduction de taxis automatisés et de voitures autonomes privées. Elle a interrogé 359 personnes dans le canton sur leur comportement potentiel en terme de mobilité, puis extrapolé les résultats à un total de 150'000 personnes, ce qui correspond environ à 10% des utilisateurs de transports zurichois.

Trop attrayante

Lire la suite : https://www.lenouvelliste.ch/articles/lifestyle/techno-et-sciences/mobilite-les-voitures-autonomes-privees-creeront-davantage-d-embouteillages-846052
•••
Swiftly lève 10 millions de dollars pour rendre les transports en commun plus fiables et efficaces

frenchweb.fr - Maxence Fabrion
Publié le 7 juin 2019

Face au réchauffement climatique, les citoyens sont appelés à emprunter les transports en commun pour se déplacer dans les villes du monde entier. Mais encore faut-il que ces moyens de transport soient efficaces pour convaincre un maximum de personnes de les emprunter… Améliorer l’efficacité des transports en commun, c’est justement l’objectif de la start-up américaine Swiftly, qui aide les villes à comprendre les points noirs dans leurs transports en commun via les quantités colossales de données qu’il génèrent, parfois difficiles à structurer pour leur donner du sens.
Cette dernière vient de boucler un tour de table de 10 millions de dollars en série A pour accélérer son développement. L’opération a été menée par Via ID, l’accélérateur de jeunes pousses dans les nouvelles mobilités (Heetch, Drivy, Trusk…) qui est un investisseur historique de la société basée à San Francisco. Aster Capital et Renewal Funs ont également participé à cette levée de fonds.  

Plus de 50 réseaux de transports en commun accompagnés

Lire la suite : https://www.frenchweb.fr/swiftly-leve-10-millions-de-dollars-pour-rendre-les-transports-en-commun-plus-fiables-et-efficaces/362026
•••
L’ONU met l’accent sur l’impact positif du vélo sur le climat

fr.espres.com - Khadia Kettou
Publié le 8 Juin 2019

Un cerveau plus performant, moins de diabète, amélioré l’équilibre du corps, une plus grande vitalité sexuelle, voici quelques bienfaits du vélo sur notre santé. Dans ce sens, l’ONU a souligné que le vélo est non seulement un moyen de transport simple, adorable, écologique et bien pour la santé, mais il est aussi un outil de développement.

«Le vélo favorise aussi la consommation et la production durables et a un impact positif sur le climat. De plus, il améliore l’accès à l’éducation, aux soins de santé et au sport. Et la synergie entre le vélo et le cycliste suscite une prise de conscience plus intime et immédiate de l’environnement local», selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).
Dans son dernier rapport intitulé «Partageons la route», le PNUE a souligné que même si les avantages d’investir dans les piétons et les cyclistes peuvent « sauver des vies, contribuer à la protection de l’environnement et contribuer à la réduction de la pauvreté, les besoins des personnes qui marchent à pied et font du vélo restent négligés ».

Le rapport poursuit que « le prix à payer pour la mobilité est trop élevé, en particulier parce qu’il existe des solutions fiables, peu coûteuses et réalisables, ajoutant que «personne ne devrait mourir en marchant ou en faisant du vélo, pour se rendre au travail ou à l’école».
Dans ce fait, le PNUE  appelle à donner la priorité aux besoins des piétons et des cyclistes, un élément essentiel pour trouver des solutions aux problèmes de mobilité, pour aider les villes à rompre le lien entre croissance démographique et augmentation des émissions et pour améliorer la qualité de l’air et la sécurité routière.

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), «des infrastructures sûres pour la marche à pied et le vélo constituent également un moyen d’accroître l’équité en matière de santé pour les citadins les plus démunis, en fournissant des moyens de transport tout en réduisant les risques de cardiopathie, d’accident vasculaire cérébral, de certains cancers, de diabète et même de mort».
Lire la suite : https://fr.hespress.com/76569-lonu-met-laccent-sur-limpact-positif-du-velo-sur-le-climat.html


CARTE TRANSPORT

Istanbul
La carte de transport désormais utilisable dans les magasins Migros

Lepetitjournal Istanbul
Publié le 03 juin 2019

C’est l’aboutissement d’une coopération démarrée le 10 janvier dernier entre la chaîne de supermarché Migros Ticaret A.Ş et la municipalité d’Istanbul : depuis ce week-end, il est possible d’utiliser sa carte de transport pour faire ses achats, dans l’ensemble des magasins que possèdent la compagnie à Istanbul (Migros, Kipa, M-Jet, 5M, et Macrocenter).

Plafonnées à 300 TL et n’occasionnant pas de frais supplémentaires, les dépenses effectuées permettent en outre de cumuler « des points » utilisables dans différents points de vente.

Indépendant de Migros Suisse depuis 1974, Migros Ticaret A.Ş compte environ 1 1150 magasins en Turquie.

Lire la suite : https://lepetitjournal.com/istanbul/la-carte-de-transport-desormais-utilisable-dans-les-magasins-migros-258673


© 2024 ADCET
Image