Revue de presse ADCET n° 24 du 15 avril 2019

Revue de Presse ADCET n° 24 - Lundi 15 avril 2019

VIE DES REGIONS


STRASBOURG EUROMETROPOLE

strasbourg.eu - Communiqué
Publié le 29 mars 2019

Nouveau programme national de renouvellement urbain : la 2ème phase du plus grand projet urbain de l’Eurométropole de Strasbourg prête à démarrer !

Au terme de trois ans de préparation (travaux d’études, concertations avec les habitants et l’ensemble des acteurs), la deuxième phase du projet de renouvellement urbain de l’Eurométropole de Strasbourg est prête à démarrer : c’est ainsi qu’une importante délégation composée d’élus, de représentants de l’Etat, de directeurs techniques de l’Eurométropole de Strasbourg s’est rendue hier jeudi à l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) pour une présentation détaillée des projets de renouvellement : ceux-ci permettront aux 7 quartiers retenus (Hautepierre, Cronenbourg, Elsau, Neuhof-Meinau à Strasbourg ; les Ecrivains à Schiltigheim et Bischheim ; Libermann à Illkirch-Graffenstaden ; Les Hirondelles à Lingolsheim) d’engager leur transition tout à la fois économique, sociale, urbaine et énergétique.

Emmenée par Robert Herrmann, président de l’Eurométropole de Strasbourg, et Mathieu Cahn, vice-président en charge du renouvellement urbain, la délégation était composée des maires des trois communes concernées Roland Ries pour Strasbourg, Danielle Dambach, pour Schiltigheim, et Jean-Louis Hoerlé, pour Bischheim (également président du bailleur Opus 67), de Philippe Bies, président de CUS habitat et Habitation Moderne, et de Syamak Agha Babaei, vice-président de l’Eurométropole délégué à la politique de l’habitat et du logement. La délégation comprenait également, aux côtés du Préfet du Grand Est et du Directeur départemental des Territoires, plusieurs directeurs et responsables techniques de la collectivité.

Ce nouveau programme de renouvellement urbain se situe dans la continuité des transformations majeures engagées depuis 2004 dans plusieurs quartiers prioritaires de l’Eurométropole.

Les enjeux humains, urbains et financiers sont considérables. Le précédent programme a engrangé plus d’1,5 milliard € d’investissements (846 millions € publics, le reste venant du privé), dont 126 millions € de l’ANRU et 390 millions € de l’Eurométropole de Strasbourg. Ce nouveau programme de renouvellement urbain aura une amplitude plus particulière encore : touchant 54.000 personnes (soit 11 % de la population de l’agglomération), il aura pour mission de réhabiliter et de développer, au moyen d’une enveloppe globale chiffrée à 1,3 milliard €, 7 quartiers prioritaires répartis sur 5 communes différentes de l’agglomération. 290 millions € sont déjà programmés aux budgets de l’Eurométropole et de la Ville de Strasbourg. Un financement de l’ordre de 180-190 millions € est attendu de la part de l’ANRU.

La présentation réalisée hier des différents projets et de leur maquette financière fait suite à l’envoi des dossiers finalisés en février 2019. Après une année d’arrêt, le nouveau programme national de rénovation urbain est relancé par l’ANRU. Une convention est attendue pour la fin de l’année, après que l’agence aura validé la programmation opérationnelle et le montant de sa participation financière. Cela devrait être chose faite dans les 2 semaines à venir, a-t-elle assuré hier à la délégation strasbourgeoise.

Source : https://www.strasbourg.eu/documents/976405/5619174/0/075ed820-652a-550f-9bc2-ba79c2c143da

•••

LILLE METROPOLE

Damien Castelain rappelle Ilévia à ses obligations et met en demeure Keolis de résoudre les dysfonctionnements sans délais

Suite à la mise en place du nouveau réseau de transport, le 28 janvier 2019, les élus métropolitains ont constaté des retards, des courses annulées, et le non-respect des horaires annoncés. Le Président de la MEL a fixé 3 priorités à son délégataire.
Suite à la mise en place du nouveau réseau de transport, le 28 janvier 2019, les élus métropolitains ont constaté des retards, des courses annulées, et le non-respect des horaires annoncés. Le Président de la MEL a fixé 3 priorités à son délégataire :

• fiabiliser l’information transmise au voyageurs et tenant compte des travaux de voiries très nombreux sur la Métropole 

• résoudre sans délais la desserte des établissements scolaires

• résorber au plus vite les retards constatés

Malgré les ajustements d’horaires et de fréquence déjà prévus, Damien Castelain a écrit à Keolis et s’est dit prêt à réclamer les pénalités prévues au contrat si les problématiques ne sont pas réglées sans délais : « nous serons intransigeants, et je ne doute pas que notre concessionnaire sera à notre écoute. »

Une efficience du réseau visant à investir dans la construction de nouvelles lignes

Damien Castelain a rappelé que « La MEL dispose d’un réseau étendu, comparable aux autres métropoles, mais nous nous distinguons par un nombre de voyageurs par kilomètre faible. Notre responsabilité, c’est d’offrir un service de très bonne qualité et de répondre au besoin du plus grand nombre : c’est l’efficience que nous visons pour capter de nouveaux usagers. Ce n’est certainement pas pour faire des économies comme j’ai pu l’entendre mais pour être à la hauteur de nos ambitions futures si nous voulons réellement créer les lignes de transports que nous n’avons pas construites depuis 20 ans »

La MEL porte en effet un projet de Schéma Directeur des Infrastructures de transports (SDIT) qui doit définir les lignes de transports lourds à construire d’ici 2035. 

Malgré les difficultés, des premiers chiffres de fréquentation encourageants

Depuis de la mise en place du nouveau réseau, on constate +7% de voyages en plus sur février et mars 2019 ; 5400 utilisateurs du Transport sur réservation (+16% entre février et mars) et une progression des voyages en intégration tarifaire (avec la Région Hauts-de-France) de +22% entre février et mars.

Source : https://www.lillemetropole.fr/sites/default/files/2019-04/CP_MEL_Ilevia_050419.pdf

•••

METROPOLE DE LYON

Rhônexpress : la Métropole de Lyon et le Sytral annoncent la renégociation du contrat

grandlyon.com - Sytral - Communiqué
Publié le 12 avril 2019

A l’occasion de la réunion du Conseil syndical du Sytral d’aujourd’hui, David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon et Fouziya Bouzerda, Présidente du Sytral ont annoncé le lancement d’une renégociation du contrat de concession de Rhônexpress.

Ce contrat de concession avait été conclu entre le Conseil général du Rhône et Vinci le 1er mars 2007 pour une mise en service effective le 9 août 2010 avec échéance au 31 décembre 2038. Pour rappel, la Métropole de Lyon finance aujourd’hui l’intégralité des coûts supportés par le Sytral en application du contrat de concession. Ce contrat imposait à Rhônexpress un monopole de la desserte de l’aéroport Saint Exupéry. La démarche commune annoncée aujourd’hui pour la renégociation en profondeur des termes du contrat poursuit trois objectifs :

• Développer des solutions pour améliorer la mobilité du quotidien et la desserte de l’est lyonnais au bénéfice des usagers de la ligne de tramway T3 aujourd’hui saturée et afin d’assurer plus de cadencement ;

• Permettre la mise en œuvre de solutions alternatives concurrentielles notamment pour la desserte de la plateforme aéroportuaire en assurant la reconnexion des lignes régulières de la CCEL ;

• Diminuer les tarifs excessifs pour les usagers.

La négociation sera conduite conjointement par Fouziya Bouzerda, Présidente du Sytral et Gérard Claisse, Vice-président de la Métropole en charge des marchés publics. Une première réunion de travail aura lieu le 30 avril.

La volonté commune du Sytral et de la collectivité est de parvenir à la signature d’un avenant au contrat d’ici à l’automne 2019.

Si les discussions souhaitées avec les actionnaires de Rhônexpress n’aboutissaient pas dans ce délai, le Sytral et la Métropole de Lyon examineront toutes les solutions juridiques pouvant aller jusqu’à la résiliation du contrat de concession.

Source : https://www.grandlyon.com/fileadmin/user_upload/media/pdf/espace-presse/cp/2019/20190412_renegociation-contrat-rhonexpress.pdf

•••

BORDEAUX METROPOLE

DÉCLARATION D’UTILITÉ PUBLIQUE POUR LA DESSERTE BORDEAUX AÉROPORT

TRAVAUX - CHANTIERS, TRAMWAY, TRANSPORTS - DÉPLACEMENTS -

bordeaux-metropole.fr  - Communiqué

Publié le 9 avril 2019

Les travaux d’amélioration de la desserte en transport en commun de l’aéroport (extension du tram A-Liaison bus performant Pessac/ Le Haillan) sont déclarés d’utilité publique par un arrêté de la Préfecture signé le 29 mars dernier.

Déclaration d’utilité publique pour la desserte Bordeaux Aéroport

Les travaux d’amélioration de la desserte en transport en commun de l’aéroport (extension du tram A-Liaison bus performant Pessac/ Le Haillan) sont déclarés d’utilité publique par un arrêté de la Préfecture signé le 29 mars dernier. 

Le projet porté par Bordeaux métropole consiste en :

- ’extension de la ligne A du tram entre la station «  Quatre chemins » et l’aéroport de Bordeaux Mérignac en voie unique sur 5 km avec la création de 5 stations et la réalisation d’un ouvrage de franchissement de la rocade ;

- la création d’une liaison en bus à niveau de service performant entre Le Haillan (terminus du tram ligne A) au nord et Pessac Bersol au sud sur 16 km et la réalisation de 19 arrêts. Cette liaison desservira les principaux pôles économiques (OIM Bordeaux Aéroparc et OIM Bordeaux Inno Campus) en empruntant la rocade sur 2 kms ;

- la création et le réaménagement d’équipements dédiés aux modes doux le long de l’extension de la ligne A du tram : pistes ou bandes cyclables, trottoirs,.. ;

- la réalisation d’un parc relais de 250 places au niveau de l’extension de la ligne A ;

- la création de 3 barreaux routiers permettant d’améliorer les conditions de desserte des secteurs urbains enclavés.

L’ensemble de ces aménagements sera accompagné par une restructuration du réseau de bus. Les premiers travaux (dévoiement des réseaux concessionnaires) seront engagés en juin pour un an environ. Les travaux de l’infrastructure du tram démarreront au printemps 2020, la mise en service est, quant à elle, programmée début 2022.

Le coût de ce projet s’élève à 90,1M€.

Source : https://www.bordeaux-metropole.fr/Espace-presse/Declaration-d-utilite-publique-pour-la-desserte-Bordeaux-Aeroport

•••

NANTES METROPOLE

Après le débat, qu’est ce qui a changé sur la Loire ?

metropole.nantes.fr - Communiqué
Publié le 12 avril 2019

Guinguettes, Navibus, promenades, habitat flottant, cales pour le nautisme… Trois ans après le grand débat citoyen « Nantes, la Loire, et nous », la Métropole a lancé de nombreux projets autour du fleuve. Selon le bilan présenté le 9 avril, plus de la moitié des 30 engagements sera réalisée en 2019. Revue de détail.

Trois ans après le Grand Débat, les élus de Nantes Métropole et les membres de la Conférence permanente Loire ont dressé le bilan des 30 engagements pour la Loire, mardi 9 avril à bord du Spirit of Victoria.

En décembre 2015, à la suite du premier grand débat du mandat, suivi par près de 40 000 participants, les élus de la métropole nantaise ont pris 30 engagements pour se  réapproprier la Loire et y inventer de nouveaux usages. Les promesses sont-elles tenues ? Selon le bilan présenté mardi 9 avril par Fabrice Roussel, vice-président de Nantes Métropole chargé du dialogue citoyen, « plus de la moitié des engagements sera réalisée en 2019, après trois ans de travail avec les citoyens, associations et experts de la Commission permanente Loire ». Depuis la fin du débat, cette instance indépendante, mise en place pour assurer un droit de suite et veiller à la mise en œuvre des décisions, a été associée à une cinquantaine de projets.

Transports, loisirs, écologie, aménagements urbains, nouveaux paysages ou activités économiques… Les engagements débouchent peu à peu sur des réalisations concrètes. Il suffit de se promener le long du fleuve pour s'en rendre compte. En quelques années, les berges se sont véritablement transformées en centre-ville, en particulier sur l'île de Nantes. Alors qu'une nouvelle guinguette belvédère vient d'ouvrir quai Doumergue, plusieurs projets tournés vers le fleuve se dessinent : Bas-Chantenay, Pirmil les Isles, nouveau quartier autour du CHU à la pointe ouest de l'île de Nantes, élargissement du pont Anne-de-Bretagne... Les élus ont annoncé plusieurs nouveautés dès 2019-2020 : la remise en état de cales pour la pratique nautique ; la création de belvédères pour contempler le fleuve et des promenades piétonnes sur la rive nord de la Loire ; le désenvasement des ports de Trentemoult et de Couëron ; ou encore le lancement d’un appel à projets pour développer de nouveaux services de mobilité fluviale. Un projet inédit d’habitat flottant pourrait également voir le jour au bord de l’ancien Tripode, près du Palais des sports de Beaulieu, tandis qu’une nouvelle ligne de Navibus sera lancée début 2020 entre la grue jaune (Hangar à bananes) et la grue grise (Arbres au hérons).

Lire la suite et voir la video : https://metropole.nantes.fr/actualites/2019/dialogue-citoyen/debat-loire-actions

••

BREST METROPOLE & VILLE

Réunion de la commission de délégation de service public dans le cadre de la délégation du service public global de mobilité durable

brest.fr - Communiqué
Publié le 03 avril 2019

Brest métropole a lancé un appel d’offres le 15 février 2018 une procédure visant à renouveler sa délégation de service public global de mobilité durable.

Trois entreprises ont répondu à cette consultation: il s’agit des sociétés Kéolis, l’actuel délégataire, Transdev et RAPTDev.

Après négociations et analyse des offres des candidats, la proposition de RATPDev apparait comme étant la plus avantageuse au regard des critères de jugement prévus dans le règlement de la consultation.

Aussi, l’autorité habilitée à signer le contrat de DSP, après avis de la commission de délégation de service public réunie ce jour, propose aux élu.e.s qui siégeront le 26 avril prochain en conseil de métropole de retenir l’offre de la société RATPDev.

Lire la suite : https://presse.brest.fr/les-communiques/les-communiques-de-presse-2878/reunion-de-la-commission-de-delegation-de-service-public-dans-le-cadre-de-la-delegation-du-service-public-global-de-mobilite-durable-15173.html?cHash=cf3901fcffd0257a6ab1340da68e2441

•••

METROPOLE ROUEN NORMANDIE

La Métropole engage les derniers travaux pour la T4 et Cœur de Métropole

metropole-rouen-normandie.fr - Communiqué
Publié le 11 avril 2019

La Métropole Rouen Normandie a donné des instructions pour achever dans les temps les travaux de revitalisation du centre-ville et le lancement de la nouvelle ligne T4. Elle en appelle à la responsabilité de tous et salue le travail engagé sur le terrain dans des conditions parfois difficiles par les entreprises, leurs salariés et les agents de la Métropole.

Lire la suite : https://www.metropole-rouen-normandie.fr/sites/default/files/documents/dossier_presse/2019-04/CP_%20Phase%20finale%20des%20travaux%20T4%20Coeur%20de%20M%C3%A9tro%20110419.pdf

•••

AMP METROPOLE

facebook.com/ampmetropole

En avril, ne déviez pas de votre file !

"Le tram ne pourra pas vous éviter ! Évitez de vous mettre en danger..."

En avril, la Métropole Aix-Marseille-Provence mène à Aubagne et Marseille une campagne de prévention des incidents sur les lignes de tramway. Une incitation à la prudence pour qu’automobilistes, piétons, cyclistes et autres respectent la voie qui leur est dédiée !

Voir : https://www.facebook.com/ampmetropole/photos/rpp.1492194377742097/2022260368068826/?type=3&theater

 

TRANSPORTS

Transport du futur : les Nancéiens se déplaceront peut être en capsule

francebleu.fr - < Chibani
Publié le mardi 9 avril 2019

Cela fait deux ans que les quatre écoles d'ingénieurs de l'université de Lorraine travaillent sur un nouveau mode de transport : les voyageurs se déplaceraient dans des capsules d'un bout à l'autre de la ville, sans arrêt. Le défi est d'ampleur car il révolutionnerait la mobilité de demain.

Le maire de Nancy intéressé

« Il s'agit de répondre aux défis de la transition écologique » explique Philippe Mangin, le responsable du projet « ce projet est né dans la tête d'enseignants et d'étudiants sur le modèle d'internet qui transfère des paquets d'informations, et nous, nous avons imaginé pouvoir transporter des personnes à travers des réseaux de boucles interconnectées qui pourraient desservir une aire urbaine donc il s'agit d'une capsule qui est transportée sur rail et qui comporte un petit module de propulsion autonome. Le maire de Nancy s'est montré très intéressé et on pourrait très bien imaginer dans dix ans ce système à Nancy avec une vingtaine de boucles et environ 150 stations et plusieurs milliers de capsules ».

Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/societe/transport-du-futur-les-nanceiens-se-deplaceront-peut-etre-en-capsule-1554828860

•••

PROJET BRT À DAKAR / Vers le lancement des appels d'offres pour un projet d'un coût de 296 milliards et un démarrage du circuit prévu en décembre 2021

dakaractu.com
Publié le 10 avril 2009

Dans la perspective d'aller vers une décongestion routière intégrale de Dakar, l'État du Sénégal  a enclenché la dynamique finale pour lancer définitivement le projet BRT ou Bus rapides sur voies réservées. À la suite du conseil exécutif des transports urbains déroulé, en son temps, par Abdoulaye Daouda Diallo, alors ministre des infrastructures et des transports routiers, voilà que le début des appels d'offres a été officiellement programmé à partir de ce mois d'Avril et sera refermé dès le mois de juillet 2019. Nos sources de confier que la fin des travaux et le démarrage effectif du circuit est fixé au mois de décembre de l'année 2021. 

Le projet, coûtera globalement  296 milliards de francs Cfa. Il sera  principalement financé par la Banque mondiale qui a contribué à hauteur de 184 milliards. Cet investissement s'impose comme étant  le plus important financement de l'institution financière mondiale au Sénégal. À côté, il y a la Banque Européenne d’investissement qui participera pour une somme évaluée à 52 milliards laissant à l’État du Sénégal le soin de compléter avec un montant de 15 milliards de francs Cfa.  

Ce projet intervient dans un contexte marqué par une mobilité très dense dans la capitale avec 72% du parc automobile immatriculé dans la capitale, soit environ plus 324.000 véhicules en circulation.

Lire la suite : https://www.dakaractu.com/PROJET-BRT-A-DAKAR-Vers-le-lancement-des-appels-d-offres-pour-un-projet-d-un-cout-de-296-milliards-et-un-demarrage-du_a168445.html

•••

Le Grand Avignon vote "88 millions d'euros de dépenses d'équipement

laprovence.com - Christian Gravez
Publié le 10 avril 2019

Après des débats acharnés, l'exécutif a voté lundi soir ses budgets primitifs
Transports urbains 62,3 M€ (dont 17,9 M€ du bus à haute fréquence), opéra 2,3 M€, collecte ordures ménagères 4,4 M€ (dont 1,3 M€ du plan de ...

Les commentaires sont libres mais les chiffres, c'est sacré !". Paraphrasant Beaumarchais, le vice-président du Grand Avignon Patrick Vacaris, qui a rapporté les budgets, a présenté les leviers financiers de l'action de l'agglo pour cette année. Après d'âpres débats, opposant la majorité municipale avignonnaise au "reste du monde", l'assemblée réunie en conseil communautaire a voté entre autres le budget annexe des transports urbains (BATU), le budget de l'eau et de l'assainissement, le budget de l'enlèvement des ordures ménagères, celui de l'opéra et le budget principal.

Un « effet ciseaux »

Mais ce ne fut rude, l'adjoint aux finances avignonnais Joël Peyre déplorant "des charges de fonctionnement pas suffisamment maîtrisées" et annonçant "un effet ciseaux" (Ndlr : les dépenses augmentent plus vite que les recettes) avec "des dépenses en hausse de 3,1 % et des recettes en hausse de 2,3 %". Jean-Marc Roubaud, le président, contre-attaquait en moquant le ton monocorde de l'élu, laissant croire qu'il "ne croyait pas un traître mot de ce qu'il dit". Il regrettait que "le débat n'en finisse plus", notamment sur la part trop importante réservée au tram dans l'investissement, sujet récurrent des joutes communautaires. Cécile Helle, maire d'Avignon, avait glissé auparavant être "là pour défendre les déplacements à l'échelle de l'agglo" et estimant qu'il n'y avait "pas de propositions attractives en termes de transports en communs". Alors, Patrick Vacaris en est revenu aux chiffres : "Nous portons 88 M€ de dépenses d'équipement, dont 39 M€ pour les comptes autres que le BATU". Il estimait que c'est "un budget résolument tourné vers l'investissement".

Lire la suite : https://www.laprovence.com/article/economie/5451215/le-grand-avignon-vote-88-millions-deuros-de-depenses-dequipement.html

 

MOBILITE

Royan : l'usage des trottinettes électriques réglementé dans la ville

france3-regions-franctvinfo.fr - C.H
Publié le 10 avril 2019 à 19:01

Les polémiques autour de l'usage de la trottinette électrique et autres hoverboards ne sont pas réservées aux grandes villes. A Royan, la municipalité a décidé de réglementer la circulation avec ce mode de transport dans la ville.

Une nouvelle loi sur la mobilité devrait réglementer à partir de juin prochain la circulation en trottinette électrique en ville. Pour l'heure, il n'y a pas de législation spécifique mais des réglementations ont été établies dans plusieurs villes et une chose est sûre, il ne faut pas circuler sur les trottoirs.

En attendant la prochaine loi prévue pour juin, la mairie de Royan a établi un code de bonne conduite pour les utilisateurs de ces modes de transports urbains qui peuvent parfois se révéler dangereux. Ils ne pourront utiliser que les pistes cyclables et à condition de ne pas dépasser les 6 kms/heure.

Nous préconiserons le port du casque et des gants et d'avoir une responsabilité civile. Avec ça, j'espère que nous arriverons au mois de juin sans accident." ajoute Patrick Marengo,la maire LR de Royan.

Cette réglementation locale doit entrer en vigueur dans une dizaine de jours.

Lire la suite : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/royan-usage-trottinettes-electriques-reglemente-ville-1653470.html

•••

Michelin développe un vélo hybride dédié à la ville

francebleu.fr - Mickael Chailloux
Publié le 7 avril 2019

Michelin s’est associé au groupe Mobivia (qui inclut le distributeur Norauto) ainsi qu'à la marque Wayscral pour concevoir ce vélo tout en un. Un vélo qui est "très innovant" selon Michelin, mais dont l'usage sera très urbain. Son prix : 999 euros.

On connaissait Michelin comme manufacturier de pneus. Mais Michelin créé aussi....des vélos. La preuve avec ce vélo commercialité par la marque Wayscral. "C'est un fonctionnement très particulier puisqu'il s'agit d'un vélo à assistance électrique à usage urbain", souligne Christian Delaye, directeur des activités de Michelin Lifestyle. 

Lire la suite : https://www.francebleu.fr/infos/transports/michelin-developpe-un-velo-hybride-dedie-a-la-ville-1554546594

•••

Le groupe RATP devient membre de VEDECOM pour accélérer l’innovation dans le domaine des mobilités autonomes et des routes connectées

ratp.fr - Communiqué
Publié le 10 avril 2019

Marie-Claude Dupuis, Directrice de la stratégie, de l’innovation et du développement du groupe RATP, et Philippe Watteau, Directeur Général de l’Institut de Transition Energétique VEDECOM, annoncent la signature d’un accord de partenariat pour accélérer la recherche et l’innovation de la RATP dans le domaine des mobilités du futur.

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de la convention, signée en décembre dernier, actant l’adhésion de la RATP en tant que membre de VEDECOM. Les deux partenaires vont collaborer sur des projets de recherche, principalement dans les domaines des véhicules autonomes, des routes connectées et coopératives et des nouveaux services de mobilité.

Les premières réalisations s’inscriront dans le cadre du programme véhicules autonomes du groupe RATP qui vise à proposer de nouveaux services pour compléter l’offre de mobilité existante.  Le groupe RATP a déjà mené 5 expérimentations en France et à l’international, avec près de 100 000 voyageurs transportés.

Vers des systèmes de transport public autonomes

La mise en œuvre de ces nouveaux systèmes de transport se déclinera autour de trois axes de recherche :

Lire la suite : https://www.ratp.fr/printable/print/node/10526

 

FRAUDE

Pour lutter contre la fraude dans les transports à Reims, Citura lance les contrôles en civil

abonne.lunion.fr
Publié le 9 avril 2019

Citura inaugure jeudi une nouvelle méthode de contrôle en civil à Reims, un arsenal de plus dans la lutte contre la fraude dans les transports urbains, priorité pour l’entreprise en 2019.

Lire la suite : https://abonne.lunion.fr/id56960/article/2019-04-09/dans-les-transports-de-reims-cest-lannee-de-la-lutte-contre-la-fraude

 

SMART CITY

Dijon intègre le club très fermé des « villes intelligentes »

maddness.com - AFP
Publié le 12 avril 2019

Des éclairages publics qui s'atténuent quand la rue est déserte, des équipements urbains qui préviennent quand ils sont en panne...: Dijon fait désormais partie du club très fermé des "villes intelligentes", qui tirent partie de la numérisation pour améliorer leurs services aux citoyens. 

Le projet dijonnais « est unique en France » par son ampleur, a déclaré jeudi le patron de Capgemini France, Jérôme Siméon, venu à Dijon inaugurer le cerveau de la nouvelle « ville intelligente », avec ses homologues Martin Bouygues, Jean-Bernard Lévy (EDF) et Jean-Louis Chaussade (Suez), en compagnie de François Rebsamen, le maire PS de la ville.

« Il suscite des vocations à l’étranger, et nous pouvons être fiers d’avoir été sollicités par des villes d’Asie, d’Amérique du Nord ou d’Afrique pour avoir des informations sur ce qui a été fait ici« , a ajouté le patron de
Capgemini, qui a conçu avec Bouygues, Suez et EDF/Citelum la nouvelle infrastructure de ville intelligente de Dijon.

Lire la suite : https://www.maddyness.com/2019/04/12/dijon-integre-le-club-tres-ferme-des-villes-intelligentes/

•••

De la voiture intelligente à la ville intelligente

allnews.ch - Thiemo Lang, RobecoSAM
Publié le 8 avril 2019 

Comment les villes peuvent bénéficier de l’électrification, de l’intelligence artificielle & de la connectivité.

Quels sont les principaux défis actuels et futurs des villes?

Partout dans le monde, les villes doivent faire face à une croissance sans précédent de la population. Les villes peuvent améliorer la situation en réduisant leur dépendance aux énergies fossiles pour répondre à leurs besoins énergétiques, notamment dans le cadre des transports.

Qui plus est, à mesure que les villes sont de plus en plus denses et peuplées, le nombre d’accidents de la route, de blessés et de morts augmente.

Les municipalités recherchent désespérément des solutions, alors que le nombre de véhicules augmente sans cesse. Leur intérêt et leurs investissements se portent donc de plus en plus vers les véhicules électriques (VE) et autonomes (VA).

Lire la suite : https://www.allnews.ch/content/de-la-voiture-intelligente-%C3%A0-la-ville-intelligente

 


© 2024 ADCET
Image