RP n° 18 - Lundi 4 mars 2019

Revue de Presse ADCET n° 18 - Lundi 4 mars 2019

TRANSPORTS

La mise en service du Bus à haut niveau de service repoussée au 11 mai à Amiens

Amiens Métropole a annoncé le report de la mise en service du Bus à haut niveau de service (BHNS) au 11 mai au lieu du 30 mars, comme initialement programmée.

courrier-picard.fr - Bakhti Zouad
Publié le 26 février 2019

Initialement programmée le 30 mars, la mise en service du Bus à haut niveau de service (BHNS) d’Amiens Métropole, gigantesque chantier à 122 millions d’euros, a été repoussée au samedi 11 mai. Une annonce faite par la collectivité lors d’une conférence de presse organisée ce mardi 26 février dans le salon du congrès de l’hôtel de ville. « À ce stade, il nous a paru nécessaire d’affiner le calendrier », explique Alain Gest (LR), président d’Amiens Métropole, accompagné de son vice-président aux transports, Pascal Rifflart, et du maire, Brigitte Fouré (UDI). Selon eux, ce report n’est, en aucun cas, lié aux travaux d’aménagements urbains. « Les différents chantiers touchent à leur fin, insiste Alain Gest. Il y a bien encore quelques secteurs à revoir (lire par ailleurs), mais tous les travaux de voirie liés au BHNS vont se terminer dans les délais, sans retard. »

Lire la suite : http://www.courrier-picard.fr/168362/article/2019-02-26/la-mise-en-service-du-bus-haut-niveau-de-service-repoussee-au-11-mai-amiens

•••

Les vingt-quatre kilomètres de voies cyclables prévus dès 2020 par Bourges plus

leberry.fr Benjamin Gardel
Publié le 27 février 2019

Pour encourager la pratique du vélo, la communauté d’agglomération Bourges plus travaille sur l’aménagement, dès 2020, de 24 kilomètres de voies cyclables. Et ce n’est pas fini…

L’agglo change de braquet pour encourager les déplacements en vélo. Voté en novembre 2016 par les élus communautaires de Bourges plus, le plan vélo intercommunal (PVI) s’apprête à déboucher sur du concret. La semaine dernière, la communauté d’agglomération a reçu les candidatures relatives à la mission de maîtrise d’œuvre pour la réalisation de la première phase de ce plan pensé pour inciter la population à se mettre en selle.

Premières réalisations attendues en 2020

Si le marché public doit « être attribué en mai », les premières réalisations interviendront « courant 2020 pour s’étirer sur trois ou quatre ans », explique Emmanuelle Danton-Biville, responsable du service mobilité et transport de Bourges plus. Cette première vague concernera l’aménagement et la sécurisation de 24 kilomètres d’itinéraires vélo à travers le territoire.

Le coût des opérations est estimé à 4,3 millions d’euros hors taxe. La région Centre-Val de Loire, dans le cadre du Contrat régional de solidarité territoriale, doit abonder pour 500.000 euros et l’État, via le dispositif Territoires à énergie positive pour la croissance verte, pour 345.000 euros.

Lire la suite : https://www.leberry.fr/bourges/transport/2019/02/27/carte-les-vingt-quatre-kilometres-de-voies-cyclables-prevus-des-2020-par-bourges-plus_13505404.html#refresh

•••

AFRIQUE

Côte d’Ivoire : Les pauvres dépensent plus dans le transport que les riches (Banque Mondiale)

Afrikmag - Hartman N'Cho 
Publié le 24 février 2019

Dans son 8ème rapport sur la situation économique de la Côte d’Ivoire, la Banque mondiale a recommandé au pays de résoudre les enjeux de la mobilité à Abidjan, pour transformer la forte croissance urbaine en atout de développement.

Selon le principal auteur du rapport, Jacques Morisset, les problèmes de mobilité vont s’accentuer, si rien n’est fait, et les solutions deviendront de plus en plus difficiles à mettre en œuvre.

Plus de 10 millions de personnes se déplacent chaque jour à Abidjan, dépensant en moyenne, pour chaque ménage 1075 FCFA, soit 1,8 dollars, fait noter la Banque Mondiale. L’institution ajoute que ce sont quotidiennement plus de 4 milliards qui sont dépensés en transport, ce qui fait de lui la troisième dépense des ménages (après la nourriture et le logement). Les dépenses de transport ont représenté 5% du PIB en 2017.

Les résidents des quartiers éloignés sont les plus pénalisés car leurs déplacements sont plus longs (78 minutes par déplacement contre une moyenne de 33 minutes). Par ailleurs le coût total du transport peut absorber jusqu’à 30 % des revenus des ménages pauvres alors qu’il ne représente que 5 % du budget des ménages les plus riches.

” C’est un rapport qui reflète les réalités que nous vivons en Côte d’Ivoire. Il est évident que les pauvres dépensent plus que les riches dans le transport, c’est paradoxal, mais ils sont ceux qui se déplacent le plus, et sur les longues distances” a commenté un agent du ministère du plan et du développement, à Afrikmag.

Lire la suite : https://www.afrikmag.com/cote-divoire-les-pauvres-depensent-plus-dans-le-transport-que-les-riches-banque-mondiale/

•••

Les « usagers captifs » se sentent davantage en insécurité dans les transports

lagazettedescommunes.com - Mathilde Elie
Publié le 28 février 2019

Dans sa dernière étude parue le 28 février 2019, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) s’intéresse à ces usagers qui n’ont pas d’autre mode de déplacement à leur disposition.

Ils n’ont pas de permis de conduire, ne possèdent pas de voiture, n’ont pas d’autre choix que de se déplacer en transport en commun… Ces usagers captifs représentent 10% des usagers des transports en commun. Totalement dépendants, ils sont davantage exposés aux risques, réels ou perçus, durant leurs trajets. C’est le résultat de l’étude publiée par l’ONDRP, jeudi 28 février, réalisée à partir des enquêtes Cadre de vie et sécurité (CVS) menées en 2009 et 2013 et intitulée « Sécurité dans les transports en commun : le cas des usagers captifs ».

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/608777/les-usagers-captifs-se-sentent-davantage-en-insecurite-dans-les-transports/#utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=01-03-2019-quotidien&email=Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Télécharger « la note » de l’ONDRP : « Sécurité dans les transports en commun : le cas des usagers captifs » (4 pages) https://inhesj.fr/sites/default/files/ondrp_files/publications/pdf/note_33.pdf

•••

Le premier bus GNV hybride de France exploité par RATP à Bourges

constructioncayola.com
Publié le 1er mars 2019

Le groupe RATP est le premier opérateur français à exploiter, en situation commerciale, le bus Mercedes Citaro GNV hybride. Ce dernier sera prochainement en circulation sur le réseau de Bourges (18).

Doté d’une motorisation Euro VI au GNV avec un module d’hybridation, le bus Mercedes Citaro permet de réduire jusqu’à 8,5% la consommation de carburant et présente un bilan en CO2 quasiment neutre.

Son moteur électrique de 14 kW récupère de l’énergie en roulant et en freinant. De plus, il assiste le moteur GNV au démarrage avec cette énergie.

Lire la suite : https://www.constructioncayola.com/environnement/article/2019/03/01/123235/premier-bus-gnv-hybride-france-exploite-par-ratp-bourges

 

MOBILITE

INSOLITE - Des taxis volants bientôt à l’aéroport de Francfort

Lepetitjournal Francfort
Publié le 24 février 2019

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les voyageurs aériens au départ et à l’arrivée de l’aéroport international de Francfort, pourront bénéficier de transferts en taxis volants d’ici 5 ans. Un accord vient d’être signé entre la start-up allemande Volocopter, basée à Karlsruhe et Fraport AG, l'exploitant de l'aéroport international de Francfort.

Avec plus de 69 millions de passagers par an, l’aéroport de Francfort est un des plus fréquentés d’Europe. Toujours à la pointe de l’innovation, Fraport a déjà utilisé les multicoptères sans pilote pour le transport. Cette fois-ci les navettes-taxis 100% électriques de Volocopter dont le principal actionnaire est Daimler, promettent d’embarquer jusqu’à 2 personnes.

Les engins munis de 18 hélices et testés à Dubaï en septembre 2017 ont une autonomie de 27 mn à une vitesse de 50 km/h. L’objectif sera de relier les transports urbains existants et l’aéroport de Francfort.

Source : https://lepetitjournal.com/francfort/insolite-des-taxis-volants-bientot-laeroport-de-francfort-251020

•••

Métropole Nice Côte d’Azur: «Question mobilité en ville, mieux vaut être incitatif que répressif»

L'opinion - C.M.
Publié le 25 février 2019

« Le mode de transport doit être un choix, pas une contrainte. Il faut donc que le réseau soit attractif par sa taille et par sa tarification », assure le premier adjoint de la ville de Nice, Philippe Pradal

Plan vélo, nouvelle ligne de tramway, auto-partage, zone à faible émission, bus à haut niveau de service, pistes cyclables, scooters électriques, stationnement intelligent... La Métropole joue sur tous les tableaux pour faciliter la mobilité.

Philippe Pradal est premier adjoint au maire de Nice, adjoint en charges des transports.

A propos de la mobilité en Métropole Nice Côte d’Azur, son président Christian Estrosi n’hésite pas à parler de «révolution». Vraiment ?

Le transport est une question majeure. Avec son schéma de transports voté en 2009, la métropole a la volonté d’expérimenter tous les modes de mobilité, de proposer une offre large et diversifiée : tram, bus, scooter électrique, vélo, autopartage, etc. La mobilité doit être un choix, pas une contrainte. Il faut donc que le réseau soit attractif par sa taille et par sa tarification. Sur ce dernier point, il est possible de faire un voyage pour 1 euro quelle que soit la longueur du trajet ; c’est même 30 centimes pour les abonnés ! J’ajoute que la nouvelle ligne de tram, ouest-est, desservira dès cette année 210 000 habitants. Avec la ligne 3, à la fin de l’année, le réseau pourra à terme transporter 270 000 passagers. 90 % de la population niçoise et 75 % des habitants de la métropole seront ainsi à moins de 500 mètres d’un arrêt de bus ou de tram, desservi toutes les quinze minutes au minimum.

Rêvez-vous d’une ville sans voitures ?

Lire la suite : https://www.lopinion.fr/edition/economie/metropole-nice-cote-d-azur-question-mobilite-en-ville-mieux-vaut-etre-178872

•••

La ville de demain va "orchestrer" la mobilité

lecho.be Joël Hazan, directeur du Boston Consulting Group
27 février 201902:00

La ville du futur est une ville qui " orchestre " la mobilité et qui ne prend pas tout à son compte ou qui ne décrète pas des règles trop strictes.

Les villes sont aujourd’hui confrontées à toutes sortes d’acteurs de la mobilité: les trottinettes partagées (par exemple Lime et Bird), les vélos partagés, les applications de taxis partagés et les voitures partagées (en "free float" ou non) deviennent peu à peu des éléments familiers de notre paysage urbain, à la grande joie — ou au grand désespoir — de bon nombre de citadins et travailleurs qui se rendent dans les grandes villes.

Une réponse adaptée du secteur public — administrations communales et transports publics — se fait pourtant encore trop attendre à ce stade. Et cela alors que le potentiel des nouveaux modes de mobilité est grand et qu’il dépend irrémédiablement de la prospérité et du climat.

Lire la suite : https://www.lecho.be/opinions/carte-blanche/la-ville-de-demain-va-orchestrer-la-mobilite/10101943.html

•••

AFRIQUE

Abidjan: Création d’une autorité de régulation pour un transport urbain mieux structuré en Côte d’Ivoire

Abidjan, Le gouvernement ivoirien a créé, mercredi, un organisme d’encadrement du transport urbain dénommé Autorité de régulation du transport intérieur (ARTI), afin de mettre fin à l’anarchie dans ce secteur Côte d’Ivoire, notamment à Abidjan.

Revêtu du statut juridique d’autorité administrative indépendante, l’ARTI, dotée de « pouvoirs importants » selon le porte-parole du gouvernement, Sidi Touré, assurera des missions de veille, de conciliation et de sanction, fera des propositions en vue de l’atteinte de l’objectif d’assainir du secteur du transport intérieur et de lutter efficacement contre la fraude qui gangrène le milieu.

« Compte tenu du développement de différents modes de transports intérieurs notamment lagunaire, ferroviaire, terrestre, la création de l’ARTI consacre ainsi la distinction nécessaire entre les missions de régulation et celle d’organisation des transports », a renseigné en outre le ministre Sidi Touré.

Lire la suite : http://abidjantv.net/actualites/abidjan-creation-dune-autorite-de-regulation-pour-un-transport-urbain-mieux-structure-en-cote-divoire/

•••

Mobilité : l’hydrogène au service de la mobilité

Avec ses véhicules hydrogène et ses services de mobilité, Toyota est de plain-pied dans le futur. Avec un objectif : limiter l’empreinte environnementale et le coût des déplacements, tout en renforçant leur confort.

flotauto - Publi-communiqué Toyota-Lexus
Publié le 25 février 2019

Ce n’est pas un hasard si les comités Olympiques et Paralympiques ont choisi Toyota comme partenaire mondial officiel pour la période qui court de 2017 à 2024. Ces organisations planétaires reconnaissent l’avancée technologique du constructeur japonais en matière de mobilité durable. Dès les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, puis lors de ceux de Pékin en 2022 et de Paris en 2024, Toyota pourra déployer ses technologies hybrides, électriques et hydrogène, ses modules de conduite autonome et de sécurité active et passive, et ses dernières innovations liées à la voiture communicante.

L’organisation des jeux Olympiques de Tokyo bénéficiera d’une flotte diversifiée de véhicules hydrogène : berlines Mirai, bus Sora et chariots élévateurs à pile à combustible. Tout comme Toyota a lancé le premier véhicule hybride de série de l’histoire en 1997, il lance aujourd’hui la révolution hydrogène. Après avoir développé son premier prototype dès 1996, Toyota commercialise la Mirai depuis 2015, sans véritables concurrents à ce jour. Si Mirai signifie « futur » en japonais, Toyota décline l’hydrogène au présent avec cette berline qui se vend déjà à 3 000 exemplaires chaque année. Dès 2020, ces volumes devraient dépasser les 30 000 exemplaires annuels avec une capacité de production décuplée.

L’hydrogène en action

Lire la suite : https://www.flotauto.com/mobilite-toyota-lexus-20190225.html

•••

Mobilité : Le MaaS, une réponse, mais à quelle question ?

villeintelligente-mag.fr - Matthieu Le Mailloux
Publié le Jeudi 28 Février 2019

L'approche servicielle aura mis du temps à s'immiscer dans la sphère des mobilités. Le principe n'est pas nouveau mais les initiatives récentes et de plus en plus concrètes laissent à penser que la transformation est enclenchée ; l’engouement des opérateurs historiques de transport public sur ce marché est en tout cas un message fort.

Le concept Mobility As A Service (MaaS) ambitionne de révolutionner la manière de consommer la mobilité. Pour tenir cet objectif, les acteurs du secteur comptent sur le développement et l’avènement de plateformes digitales, véritables “box de la mobilité” et points d’entrée incontournables pour l’usager. La multiplicité de ces dites plateformes n'est pas perçue comme un élément concurrentiel négatif, mais plutôt comme une avantageuse complémentarité de services, volontairement opposée aux situations monopolistiques bien connues des compagnies nationales historiques. 

A travers ces hubs, l’utilisateur est alors invité à rechercher, comparer, et souscrire au service de mobilité le plus pertinent. La multi modalité est au rendez-vous, mais plus important encore : on parle d’intermodalité pour permettre le fameux Door-to-Door, illustration d’une tendance de personnalisation à l’extrême de la mobilité. 

Mobilité partagée, électrique, active, autonome, douce ... toutes les nouvelles formes de mobilité sont invitées à participer au renouveau, tant qu’il s’agit d’une mobilité connectée ou “connectable”. 

Le développement de ces plateformes, qui se concrétisent souvent pour les usagers par une application mobile, intervient à une ère où les robots assistants, plus connus sous le nom de « chatbots », permettent de pousser encore plus loin l’expérience utilisateur, la rendant d’autant plus fluide et personnalisée. À ce sujet, les opérateurs n’hésitent pas à qualifier ces outils de « compagnons de voyage », dopés pour certains à l’Intelligence Artificielle, autre grande tendance tech du moment.

Lire la suite : https://www.villeintelligente-mag.fr/Mobilite%C2%A0-Le-MaaS-une-reponse-mais-a-quelle-question_a662.html

•••

Mobilité urbaine : l’application TaxyMatch arrive à Nice !

petitesaffiches.fr - Valérie Noriega
Publié le jeudi 28 février 2019

A compter du 1er mars 2019, TaxyMatch, start-up 100% française, fait son entrée sur le territoire de la Métropole Nice Côte d’Azur grâce au soutien de la Ville et des taxis niçois et entend, ainsi, transformer la mobilité urbaine en proposant le prix d’un trajet en taxi divisé par 3 ou 4.

Engagées dans la mise en œuvre d’une politique active en termes de mobilité durable, la Ville de Nice et la Métropole Nice Côte d’Azur ont adopté dès 2008, les axes d’un schéma directeur des transports visant à faire de notre territoire, un modèle en matière d’infrastructures de transports respectueux de l’environnement.
Ouvertes à l’innovation et à toutes initiatives s’inscrivant dans cette dynamique, la Ville et la Métropole Nice Côte d’Azur accueillent déjà, sur le territoire, des acteurs proposant des modes de déplacement innovants et durables complémentaires aux actions déjà mises en place.

Une place à prendre sur le marché de la mobilité urbaine

L’idée de TaxyMatch a germé dans la tête de Jean-Edern Rougagnou voilà un peu plus d’un an. Après avoir longuement étudié le marché, ce serial entrepreneur de 39 ans, déjà à l’origine de 3 sociétés dans le conseil en France, en Equateur et en Espagne, a décidé de se lancer. Grand voyageur, les galères qu’il a pu rencontrer lors de ces escapades de jeunesse lui ont soufflé les grandes lignes de ce service innovant, qui vise à faciliter les déplacements de ceux dont le pouvoir d’achat est limité.

Lire la suite : https://www.petitesaffiches.fr/actualites,069/tech,080/mobilite-urbaine-l-application,14412

 

PAIEMENT

Visa : et Planeta Informatica mettent au point une nouvelle technologie pour offrir la rapidité, la sécurité et la commodité des paiements sans contact aux opérateurs de transport dans le monde entier

businesswire.com - Communiqué
Publié le 26 février 2019

• Le nouveau Module d’accès sécurisé de Visa rend la transition au « tap-to-pay » (modalité de paiement sans contact) sur les tourniquets de transports, plus rapide, plus facile et moins coûteuse que jamais auparavant pour les opérateurs de transports publics

• Fin avril prochain, Metro Rio sera le premier opérateur de transport à lancer les paiements sans contact à l’aide du Module d’accès sécurisé de Visa

• Avec plus de 150 projets de transport en cours actuellement, Visa continue de proposer des expériences voyageurs rapides, faciles et sécurisées, à l’heure où les paiements sans contact façonnent rapidement l’avenir des transports dans les principales villes du monde

Visa (NYSE : V) et Planeta Informatica ont annoncé aujourd’hui le lancement d’une nouvelle technologie qui permet aux opérateurs des transports publics du monde entier de mettre en œuvre les paiements sans contact plus rapidement et plus facilement que jamais, et pour un coût bien moindre. Le Module d’accès sécurisé (SAM, pour Secure Access Module) de Visa permet aux organisations et aux opérateurs de transport de commencer à offrir aux voyageurs la capacité de payer sans carte avec une carte, un téléphone ou tout dispositif portable, sans subir les exigences de coûts et techniques imposées par le remplacement du matériel des tourniquets ou des terminaux déjà installés.

Lire la suite : https://www.businesswire.com/news/home/20190226005929/fr/

•••

Le paiement des transports par carte bancaire fait mouche à Dijon

lesechos.fr - Didier Hugue
Publié le 28 février 2019

La filiale locale de Keolis revendique 80.000 utilisateurs en onze mois et gagnerait 300 clients par jour.

Lancé en première nationale le 27 mars 2018, le  paiement des transports en commun dijonnais sans contact par carte bancaire se révèle un vrai succès. Keolis Dijon Mobilités, l'exploitant et filiale locale de l'opérateur international de transport, assure totaliser pas moins de 80.000 utilisateurs en onze mois. « Nous en avions 3.900 au bout de trente jours, 39.000 après un semestre et nous gagnons actuellement 300 clients par jour », indique Bernard Baron, directeur de la relation client, qui estime les objectifs plus que dépassés. 

Cette solution d' « open payment », initiée au départ sur les deux seules lignes de tramway, a été étendue à l'automne dernier à tout le réseau qui intègre également vingt-trois lignes de bus. Plusieurs facteurs expliquent ces bons résultats. Mis au point par le spécialiste des paiements  Worldline , la filiale d'Atos, le dispositif n'aurait pas rencontré de problèmes sérieux de dysfonctionnement. « Il a juste fallu l'adapter aux nombreuses cartes bancaires en circulation dans le monde, ce qui a été fait progressivement dès les premiers mois, et réduire le temps de lecture lors des contrôles », précise Bernard Baron. 

Un investissement global de 500.000 euros 

Lire la suite : https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/0600802457233-le-paiement-des-transports-par-carte-bancaire-fait-mouche-a-dijon-2248510.php

 

TRANSPORTS GRATUITS

Anne Hidalgo renonce à la gratuité des transports en commun

l’Opinion - avec Reuters
Publié le 10 janvier 2019

La maire de Paris a néanmoins annoncé plusieurs mesures pour accélérer la transition écologique dans la capitale en vue des prochaines élections municipales

Anne Hidalgo a du se rendre à l’évidence. La maire de Paris a annoncé mercredi 9 janvier qu’elle renonçait à la mise en place de la gratuité totale des transports en commun. Cette mesure, longtemps envisagée, n’était pas réaliste. Pourtant, elle aurait pu être sa proposition phare dans le cadre des prochaines élections municipales qui se dérouleront en 2020.

« La gratuité ne peut pas être à elle seule l’alpha et l’oméga d’une politique de transports ou de mobilité », indique-t-elle dans un entretien donné à Libération. Anne Hidalgo a en revanche annoncé que les transports en commun seront gratuits pour les enfants parisiens et à tarif très réduit pour les adolescents à partir de septembre prochain.

Lire la suite : https://www.lopinion.fr/edition/politique/anne-hidalgo-renonce-a-gratuite-transports-en-commun-174137

 

CARTE

Israël : comment les touristes de l'Eurovision vont-ils payer le bus?

www1.alliancefr.com - Judith Douillet
Publié le 25 février 2019

Depuis le mois de décembre, on ne peut plus payer le bus en espèces, mais uniquement par le biais de cartes "Rav Kav" pouvant être rechargées à certains endroits. Les touristes pourront-ils s'en accommoder ?

Le ministère des Transports et la municipalité de Tel-Aviv tentent actuellement de résoudre le problème. Comment les touristes qui se rendront en Israël pour assister au concours Eurovision de la chanson pourront-ils utiliser les transports publics locaux ?

Parmi les options envisagées figurent la possibilité d’établir des stands à l'aéroport Ben Gourion et dans plusieurs lieux centraux autour de Tel Aviv, qui émettront une carte Rav Kav pour les touristes entrants, similaire au modèle qui existait jusqu'à récemment à Londres, où il était possible d'acheter dans les kiosques un billet de transport public appelé Oyster.

Mais le coût de la mise en place de tels postes et de la production de cartes pour des touristes occasionnels sera supérieur à ce que cela pourrait rapporter. Il est donc tout à fait possible qu’il soit moins coûteux d’offrir aux touristes des transports en commun gratuits pour la période de l’Eurovision.

La municipalité de Tel-Aviv envisage de mettre en place des navettes gratuites pour les touristes, mais il une difficulté se pose alors : comment distinguer les touristes des résidents locaux ? Une autre option serait le paiement en espèces dans les shuttle (navettes).

Lire la suite : http://www1.alliancefr.com/actualites/israel-touristes-eurovision-payer-bus-ravkav-rechargeable-transports-6075199

 

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L'UE va investir 20 milliards par an pour développer l'usage de l'intelligence artificielle

Clubic.com - Alexande Boero
Publié le 26 février 2019

Réunis au Conseil de l'Union européenne, les ministres de l'UE ont adopté le 18 février le plan coordonné pour le développement et l'utilisation d'une intelligence artificielle continentale.

Le 7 décembre 2018, l'Union européenne avait présenté son plan coordonnée sur l'intelligence artificielle. Une semaine plus tard, le Conseil européen rendait ses conclusions et insistait sur le fait qu'un marché unique doit évoluer en pensant à la pleine intégration de la transformation numérique, intelligence artificielle comprise. Le 18 février 2019, les 28 ministres de l'UE ont adopté le plan coordonné destiné à propulser l'IA dans la zone.

Les investissements annuels dans l'IA devront atteindre les 20 milliards d'euros

Le plan, comme le souligne Pierre Berthelet, docteur en droit public, chercheur et ancien conseiller ministériel, repose sur trois piliers : a« ccroître les investissements publics et privés dans l'IA, se préparer aux changements socio-économiques et garantir un cadre éthique et juridique approprié ». L'objectif de l'UE est de faire de l'Europe un acteur mondial de premier plan dans le domaine de l'intelligence artificielle, et de contribuer à relever des défis mondiaux comme la lutte contre la criminalité, l'amélioration de la cybersécurité, l'anticipation des catastrophes naturelles, la transition énergétique ou la guérison des maladies.

Pour y parvenir, les investissements publics et privés dans l'IA réalisés au sein même de l'Union européenne vont devoir être sérieusement augmentés pour atteindre les 20 milliards d'euros par an au cours de la prochaine décennie.

L'UE veut des sites d'expérimentation mis à dispositions des acteurs européens de l'IA

Lire la suite :https://www.clubic.com/technologies-d-avenir/intelligence-artificielle/actualite-851157-intelligence-artificielle-ministres-ue-valide-plan-made-europe-20.html

 

INDUSTRIE

Ingenico brings secure contactless payment acceptance to mobiles and tablets

Business February 25, 2019

With Tap on Phone technology, Ingenico will help banks and acquirers create new services for micro-merchants.

Ingenico Group (Euronext: FR0000125346 – ING), the global leader in seamless payment, today announced that it will demonstrate a Tap on Phone (ToP) proof of concept (PoC) – enabling secure NFC payments on consumer-off-the-shelf devices with a dedicated app – at the Mobile World Congress (MWC) in Barcelona on 25–28 February 2019.

Many countries around the world have become increasingly cashless societies, where contactless payments – made with bank cards, mobile wallets or wearables – have followed an exponential growth. NFC cards accounted for 4 in 10 face-to-face low-value card transactions, outside the U.S. last year1. Thus, it makes sense for banks and acquirers to provide their micro-merchant customers with simple and cost-effective solutions to accept these payment methods on a device they already use daily, i.e. their smartphone or tablet. Against this backdrop, mobile POS have flourished over the past years and will move gradually towards PIN on Mobile and Tap on Phone technology. This is part of a general trend in our industry: the long-term shift from pure hardware to more software-based payment acceptance solutions.

•••

IDEMIA s’associe à ITSO pour déployer la billettique numérique mobile au Royaume-Uni

Idemia - Communiqué
Publié le 25 février 2019

IDEMIA, leader mondial de l’Identité Augmentée, annonce sa collaboration avec ITSO Transit Hub Ltd (ITHL) pour permettre la délivrance de titres de transport numériques via l’application ITSO on Mobile, grâce à la dématérialisation de leur carte à puce sur le téléphone portable des voyageurs britanniques.

Reliée à Google Pay, cette technologie s’appuie sur les solutions de pointe d’IDEMIA pour garantir aux voyageurs un achat de billet instantané, sécurisé et fluide.

Afin que les voyageurs puissent acheter et utiliser un billet compatible ITSO sur leur téléphone portable, ITHL a fait appel à la Digital Enablement Platform d’IDEMIA, solution complète de numérisation de carte, pour développer et héberger sa propre plateforme, Transit Hub. Essentielle à la solution, Transit Hub gère l’achat, le rechargement et l’émission de rapports relatifs aux titres de transport pour l’application ITSO on Mobile. ITHL et IDEMIA ont pour objectif d’améliorer et de faciliter la billettique pour les voyageurs.

ITSO Ltd propose la seule solution de billettique nationale et interopérable de transports en commun et travaille depuis de nombreuses années sur des solutions de services associés à la carte à puce ITSO pour un nombre croissant de voyageurs. La carte ITSO est déjà déployée dans une très grande partie du Royaume-Uni, et compte plus de 2 milliards de trajets par an.

L’année 2019 sera celle de l’adoption de la billettique ITSO on Mobile par l’ensemble du secteur. Les voyageurs pourront acheter leurs titres en mobilité, passer d’un opérateur ou d’un mode de transport à un autre et accéder à des données en temps réel, le tout à partir de leur téléphone portable. Les opérateurs pourront déployer les titres de transport sur mobile rapidement et sans difficulté, sans bouleversement majeur de leurs infrastructures actuelles, et constater les économies réalisées grâce à cette mise en œuvre facilitée.

Lire la suite : https://www.idemia.com/fr/communique-de-presse/idemia-sassocie-itso-pour-deployer-la-billettique-numerique-mobile-au-royaume-uni-2019-02-25


© 2024 ADCET
Image