Revue de presse ADCET N° 48 - Lundi 4 novembre 2019

Revue de presse ADCET N° 48 - Lundi 4 novembre 2019

• Transports

Ile-de-France : métro, bus... le carnet de tickets augmente de 2 euros le 1er novembre

leparisien.fr - Jean-Gabriel Bontinck
Publié le 30 octobre 2019

Le fameux carnet de tickets T+ en carton sera vendu 16,90 € au lieu de 14,90 € à partir de ce vendredi. Une hausse de tarif pour inciter à utiliser des cartes Navigo ou son smartphone, pour lesquels le prix du ticket ne bouge pas.

Usagers des transports franciliens, si vous faites partie des habitués du carnet de 10 tickets T+, attention : son tarif augmente dès ce vendredi 1er novembre. Le prix de ce carnet passe en effet de 14,90 € à 16,90 €, soit une hausse de 13 %. Une augmentation de 2 € loin d'être anecdotique quand on sait que 29 millions de carnets sont vendus chaque année dans la région ! Ces tickets T+ restent vendus à 1,90 € à l'unité. Ils servent à prendre le métro et le RER dans Paris, les bus dans Paris et les tramways.

Il est toutefois possible d'éviter de subir cette hausse de prix. Le tarif des 10 tickets reste en effet à 14,90 € si vous les chargez virtuellement sur l'un des nouveaux supports lancés par Ile-de-France Mobilités (IDFM).

Soit la carte Navigo Easy : c'est une carte magnétique rechargeable, anonyme, vendue 2 € (250 000 ventes depuis juin), et sur laquelle on peut ensuite charger de façon infinie des carnets de tickets T + à 14,90 €. Soit votre smartphone : à condition que vous ayez un Samsung, ou que votre opérateur soit Orange (à l'exception des iPhone), votre téléphone (3 millions sont éligibles) peut en effet devenir votre titre de transport. En téléchargeant l'appli ViaNavigo, vous pouvez acheter des carnets de tickets à 14,90 €.

Lire la suite : http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/ile-de-france-le-carnet-de-tickets-papier-augmente-de-2-euros-le-1er-novembre-30-10-2019-8183463.php

• Mobilités

Île-de-France Mobilités se lance dans le MaaS

mobilitesmagazine.com - Pierre Cossard
Publié le 17 octobre 2019

Île-de-France Mobilités (IDFM) vient d’annoncer vouloir se doter d’une stratégie régionale pour le développement de la mobilité servicielle (en anglais, Mobility as a Service ou MaaS).

L’objectif est de mettre à la disposition des Franciliens et des 50 millions de visiteurs annuels de la Région une nouvelle application Île-de-France Mobilités regroupant l’ensemble des modes de déplacements (Transports en commun, Vélos, Covoiturage, Taxis, VTC ...), les titres de transports dématérialisés, et un calculateur d’itinéraire, et ce d’ici un peu plus d’un an.

Lire la suite : https://www.mobilitesmagazine.com/single-post/2019/10/17/I%CC%82le-de-France-Mobilite%CC%81s-se-lance-dans-le-MaaS

• Fonction publique

Le sondage qui redonne des couleurs aux fonctionnaires territoriaux

lagazettedescommunes.com - Jean-Baptiste Forray
Publié le 25 octobre 2019

Selon un baromètre IPSOS commandé par l’Association des administrateurs territoriaux de France, les Français plébiscitent les agents des collectivités. Ils souhaitent aussi que les ministères s’ouvrent à de nouveaux profils.

Qui a dit que les agents des collectivités n’ont pas la côte ? À en croire le baromètre IPSOS sur le service public local diligenté par l’Association des administrateurs territoriaux de France et rendu public le 25 octobre 2019, il n’en est rien. 81 % des personnes interrogées font confiance aux fonctionnaires publics locaux plutôt qu’aux agents de l’Etat pour « organiser les services publics là où ils habitent ». 78 % jugent leurs prestations de qualité. 77 % sont satisfaits en tant qu’usagers. N’en jetez plus !

Les Français souhaitent renforcer le service public local prioritairement dans trois domaines : les pompiers, les économies d’énergie et la petite enfance. Une liste dans laquelle l’éducation arrive au dernier rang, signe sans doute que l’opinion reste attachée à son caractère toujours majoritairement national.

Oui à la hausse des indemnités des maires

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/645806/le-sondage-qui-redonne-des-couleurs-aux-fonctionnaires-territoriaux/

• Services publics

Lot. Grand Figeac : aménagements et services publics à l’ordre du jour

actu.fr - Rédaction Cahors
Publié le 1 novembre 2019 

Réunis en séance plénière à la salle des fêtes de Labathude, 76 élus du Grand Figeac siégeant en assemblée délibérante ont examiné les 22 points à l'ordre du jour.

Finances publiques

Christiane Maréchal, directrice départementale des finances publiques, présente aux élus le projet de réforme pour le Lot. Après les annonces du ministre de l’Action et des Comptes publics sur la réorganisation du réseau territorial de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP) et la suppression de 5 800 postes de son ministère, les élus du Grand Figeac ont voté à l’unanimité, le 25 septembre, une motion de défense de ce service public de proximité.

Christiane Maréchal annonce une hausse du nombre d’accueils de proximité d’au moins 30 % d’ici à 2022, avec notamment la présence d’agents dans les maisons de services au public (bientôt labellisées « Maison France Services »). Il n’y a pas d’évolution sur des services existants sur Figeac. Les points d’ancrage de Bagnac et Lacapelle-Marival sont préservés.

Face à la directrice départementale des finances publiques du Lot et aux perspectives de suppression des trésoreries de proximité, les élus réaffirment leur attachement au modèle et au fonctionnement du service public relevant des compétences de l’État, et demandent une concertation avec l’État au sujet de cette réorganisation, ainsi que le maintien par l’État des services à la population, aux entreprises, et aux collectivités.

Lire la suite : https://actu.fr/occitanie/figeac_46102/lot-grand-figeac-amenagements-services-publics-lordre-jour_29025204.html

• Intercommunalité

Les intercos cajolées par le gouvernement

lagazettedescommunes.com - Delphine Gerbeau
Publié le 30 octobre 2019

Le 30ème congrès de l'Assemblée des communautés de France a été l'occasion pour le Premier ministre, Edouard Philippe, de rassurer les élus intercommunaux sur l'impact du projet de loi Engagement et proximité actuellement en discussion au Parlement.

Pas moins de cinq ministres, ainsi que le Premier ministre, sont venus rendre visite aux élus intercommunaux le 30 octobre à Nice à l’occasion de la 30ème convention de l’Assemblée des communautés de France (ADCF).

Il faut dire que  l’ADCF et les intercos qu’elle représente se retrouvent une fois de plus au ban des accusés, avec le projet de loi Engagement et proximité, adopté en première lecture par le Sénat.

Edouard Philippe, de passage le mercredi 30 au soir, accueilli chaleureusement par les congressistes, a exprimé son incompréhension. « On entend en ce moment une petite musique de fond, pas si petite et pas si harmonieuse, qui tend à opposer communes et intercommunalités. Je ne comprends pas ce débat : les élus sont les mêmes… Je trouve qu’il  y a souvent au sein des assemblées communautaires quelque chose qui relève de la politique avec un grand P ».

Evoquant le projet de loi Engagement et proximité, le Premier ministre a rappelé que le gouvernement a jugé raisonnable de ne pas se lancer dans un nouveau big bang. « Il n’est pas question de détricoter l’intercommunalité », a-t-il asséné.

Lire la suite : https://www.lagazettedescommunes.com/646543/les-intercos-cajolees-par-jacqueline-gourault/#utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=2019-10-30-quotidien&email=Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.&xtor=EPR-2


• Big Data

Les 3 géants du Cloud ont gagné près de 22 milliards $ en un trimestre

lebigdata.fr - Bastien L
Publié le 30 octobre 2019

En seulement un trimestre, les trois leaders du Cloud Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud ont généré près de 22 milliards de dollars de revenus. Une preuve, s’il en fallait une, que la croissance du nuage n’en finit plus.

Le Cloud continue son essor fulgurant. Si vous n’y croyez pas, il suffit d’observer les revenus générés par les trois leaders du marché au troisième trimestre 2019.

Au total, on estime que les revenus cumulés par Amazon, Microsoft et Google ont atteint 22 milliards de dollars au cours des trois derniers mois. Une somme mirobolante qui reflète à quel point le Cloud s’impose dans les entreprises de tous les secteurs.

En comparaison, sur la même période en 2018, les revenus des trois géants du Cloud s’élevaient à 16 milliards de dollars. L’évolution est donc impressionnante.

Lire la suite : https://www.lebigdata.fr/cloud-aws-microsoft-google-22-milliards-revenus


• Cybersécurité

Carton rouge pour les parlementaires français sur la cybersécurité

lemondeinformatique.fr - Jacques Cheminat
Publié le 28 Octobre 2019

Insuffisant, proche de zéro, faible, les qualificatifs sont éloquents sur le niveau de sécurité des députés et des sénateurs. C'est le constat du sénateur Jérôme Bascher qui a rédigé un rapport sur la sécurité informatique des pouvoirs publics.

Le rapport d’information mené par le sénateur de l’Oise Jerôme Bascher (LR), sur la sécurité informatique des pouvoirs publics, fourmille d’enseignements et de renseignements. En premier lieu, il égratigne la faible prise en considération de la notion de sécurité informatique par les parlementaires. Les résidents du Palais du Luxembourg sont notamment pointés du doigt avec « la possibilité laissée aux sénateurs de s’équiper librement, en choisissant pour eux-mêmes et pour leurs collaborateurs les modèles d’ordinateurs et de périphériques qu’ils souhaitent, rend la tâche des équipes du Sénat chargées de la sécurité informatique beaucoup plus complexe ». Le rapporteur souhaite donc une évolution des pratiques de BYOD (bring your own device) vers une maîtrise des équipements utilisés.

Lire la suite : https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-carton-rouge-pour-les-parlementaires-francais-sur-la-cybersecurite-76920.html

Lire le rapport : https://www.senat.fr/notice-rapport/2019/r19-082-notice.html

•••

Cybersécurité : les services municipaux de Johannesburg de nouveau interrompus

tom.travel - Hugo Pellegrin
Publié le 29 octobre 2019

Après détection d’une intrusion sur le réseau, la ville de Johannesburg a interrompu ses services en ligne par précaution afin d’évaluer l’ampleur de l’attaque.

Jeudi soir, le site web, les services en ligne et de facturation de la ville de Johannesburg ont été interrompu à la suite d’une cyberattaque. Selon la revue technologique du MIT, la capitale économique a été la victime répétée de cyberattaques, dont deux ont eu lieu au cours des trois derniers mois interrompant d’importants services et réseaux municipaux. Plusieurs médias locaux ont fait état d’une demande de rançon adressée aux services municipaux.

Une information démentie à la télévision dans la matinée du vendredi par le porte-parole de la ville Nthatisi Modingoane. « Ce que nous savons, c’est que oui, le système a été piraté, et nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer qu’il est protégé », a dit M. Modingoane. « Le piratage s’est produit au niveau de l’utilisateur, et non au niveau de l’application, qui est l’endroit où se trouvent les données critiques. Quand nous avons remarqué l’impact sur le niveau d’utilisateur, nous avons fermé le système par mesure de précaution pour protéger les informations critiques des clients. »

Peut-on garantir la sécurité des « smart cities » ?

Lire la suite : https://www.tom.travel/2019/10/29/cybersecurite-les-services-municipaux-de-johannesburg-de-nouveau-interrompu/


• RGPD

Elisabeth Quillatre (data protection officer du groupe Renault)

« Nous avons développé un tableau de bord du DPO »

journaldunet.com - Jamal El Hassani
Publié le 26 octobre 2019

A l'approche de la Nuit du data protection officer, la DPO de Renault explique comment elle s'est servie d'une obligation du RGPD pour créer un outil européen de suivi de la mise en conformité.

Le JDN propose pour la troisième année consécutive, le 3 décembre prochain, un événement destiné à récompenser les meilleurs data protection officers de France. Pour en savoir plus, rendez-vous sur : La nuit du data protection officer.

JDN. Quel projet majeur avez-vous mené cette année ?

Elisabeth Quillatre. Nous avons développé un tableau de bord du DPO qui regroupe au même endroit toutes les données nécessaires à son travail. Nous sommes partis des développements d'un registre obligatoire, qui décrit les conditions de chaque traitement de données opéré par l'entité juridique, quels sous-traitants interviennent dans ce traitement, quelles mesures de sécurité sont mises en place, quelle est la durée de conservation etc. Nous avons ensuite ajouté plusieurs modules : l'inventaire des failles de sécurité, les formations au RGPD effectuées, les études d'impact réalisées, les plaintes reçues pour non-conformité au RGPD et les contrôles effectués par la Cnil. Certaines de ces briques sont déjà actives en France, d'autres seront activées dans une deuxième version de l'outil qui sera livrée en janvier. Nous ajouterons un peu plus tard une dernière brique : l'exercice des droits par les utilisateurs ou les salariés – par exemple les demandes de suppression de données. Certaines de ces données sont intégrées en dur au registre via des bases de données, d'autres sont indexées et appelées via des API.

Lire la suite : https://www.journaldunet.com/economie/automobile/1459399-elisabeth-quillatre-renault/


© 2024 ADCET
Image